ben ali


1
L'algérien dispose d'un joli dicton qui l'empêche aujourd'hui d'être content : il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. C'est violent, d'où la nécessité d'être prudent. Dans sa tête bien remplie d'émotions, un autre dicton fait irruption : il ne faut pas lâcher le poisson […]

L’ Algérie : non ce n’est pas fini !



2
Et un matin on se lève avec l’envie de tout faire cesser. Ni A, ni B, c’est la levée de tous les boucliers : On vient de réaliser que rien ne sert de vivre ou de mourir, si nous ne sommes pas en mesure de ré-enchanter le monde avec un plan C ! Qui n’a rien de commun avec les deux premiers. Quitte à mourir, autant mourir pour une idée.

Les plombés