Je ne crois pas avoir construit mon personnage, c'est lui qui m'a construit.
J'ai tout au plus instruit un procès...
Le procès d'une personne qui vit avec son temps sans le subir pour autant.
Je dirais même que je le transcende avec une parole qui libère de toutes sortes de contraintes, de la liberté même.
Non, je ne crains pas l'illusion peut-être parce que je ne me fais aucune illusion sur mes propres illusions comme la Justice, la Paix ou le progrès.
J'ai la prétention de bien distinguer entre réalité et actualité... entre faits et fatalité, entre Désir et Vérité.
Je crois ou j'y crois fermement, à l'œuvre d'une volonté pour transformer l'être, le paraitre et le devenir de l'humanité.
À un idéal réalisé plutôt qu'à une réalité idéalisée ou cristallisée.
Rendre beau : je ne conçois pas autrement la beauté.
Être vrai : je ne perçois pas autrement l'amour de la vérité
Rien n'est parfait en effet mais l'art ne réclame pas le parfait, il exige le plus que parfait, en un mot : l'excellence.
L'excellence qui n'est rien d'autre qu'un niveau de conscience, le plus élevé mais qui reste toujours à la portée de celui qui cherche à s'élever, à élever le niveau général... en faisant bien, y compris le mal !

Je ne suis pas religieuse, ni irrespectueuse. Je suis... dangereuse.
Je vis et je réfléchis dangereusement sans fil et sans filet, toujours à partir de rien, chercher la bonne cause pour trouver quelque chose à partager avec les autres. Ils sont très peu nombreux mais leur nombre importe peu... il suffit d'un ou de deux pour triompher de la pénombre... pour que la magie opère et qu'on mette fin à la guerre.
Nous n'avons pas le pouvoir mais le vouloir pour cesser de nous raconter des histoires.
Bonne année... à tous les damnés de la terre !

Share Button