Rumî : le parfum de Dieu 21


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Ce n'est pas l'amant
Les amants qui importent...
Ce n'est pas toi !
C'est le temps qui les emporte
Autant en emporte le temps...
Ne leur ouvre pas, jamais ta porte...
Si tu veux vivre après que tu sois morte...
Je passe mon temps, je dilapide toute ma fortune
À supprimer les liens qui m'importunent
À les effacer de ma mémoire, et de mon miroir
Les ennemis d'aujourd'hui, les amis d'hier
Des retournements il n'y a pas de quoi être fière
J'en ai connu deux types d'hommes : les traîtres et les prêtres
Qu'on ne peut connaître sans s'y reconnaître
Je leur ai préféré la vérité toute nue
Toujours-déjà méconnue
Non, ce ne sont pas les amants qui importent
Mais l'aimé... Le bien aimé, l'être aimé, le verbe aimer
C'est Rumî le poète persan qui me l'a appris
L'amour est un jardin. N'y entre pas si tu ne peux pas sentir son parfum.
Au-delà des sentiers de la perdition.
Il y a un jardin... où nous ne serons pas deux... mais un
Plus jamais deux mais amour un, unique, souverain
L'aimé, c'est toute la lumière de l'amour...
Celui que j'aime... celui que tu aimes...
Tu l'appelles comment déjà ? Pierre ? Paul ? Ou Jacques ?
Moi je crois qu'il s'appelle Dieu... Dieu de l'amour... Ou amour de Dieu...
On peut désirer quelqu'un mais on ne peut aimer personne...
à part Dieu... ou quelqu'un qu'on prend pour Dieu.
Quelque part dit Rumî entre le bien et le mal, il y a un jardin... je vous y retrouverai...

 

Share Button


21 commentaires sur “Rumî : le parfum de Dieu

  • avatar
    izitso

    je savais qu’elle était divine , mais je pensais être le seul à le savoir , mais il est vrai que les poètes ont des accointances avec Dieu ,,,,,,

  • avatar
    jacou

    Au jardin des délices …..

    Puisque tu veut comprendre l’existence du Bien-Aimé,
    Laisse les apparences et pénètre la substance.
    Des voiles accumulés nous cachent Son essence,
    Il est plongé en Lui-même et l’univers est plongé en Lui.

    Poeme de Jallaludin Rumi

  • avatar
    Pascal

    Divine, une scène qui transpire, perle de l’essence du ciel, d’un amour en perpétuel éveil, phases d’éveil, quête pour l’être, au-delà du jeu des apparences, à la frontière du soi et de l’image de l’autre, dans l’impalpable authentique, sincère, de ce qui donne/crée du baume, mais pas du baume en lui-même, au-delà des hauts et des bas, l’ivresse des cimes et les abimes, sorte de quête transcendantale.

    Deux citations de Rûmi trouvées sur sa fiche wiki :

    « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve »

    « Les conseils de Mevlana :

    Sois comme l’eau pour la générosité et l’assistance.
    Sois comme le soleil pour l’affection et la miséricorde.
    Sois comme la nuit pour la couverture des défauts d’autrui.
    Sois comme la mort pour la colère et la nervosité.
    Sois comme la terre pour la modestie et l’humilité.
    Sois comme la mer pour la tolérance.
    Ou bien parais tel que tu es ou bien sois tel que tu parais. »

    *

    Près du jardin, s’entendent les battements de lumière,
    Résonne le chant de la terre au ciel.
    Le temps passe, mais il est un feu que rien n’altère
    Tel un guet gravé sur et sous l’oriel.

    Dans le jardin, germes, sur le terreau de cendres et de sang,
    Entretenus par les murmures et les inspirations,
    S’épanouissent et embaument aux pieds des élans,
    Autour de la fragrance éternelle de la création.

    Dans l’un, dénudé au cœur du voile des mains divines,
    La conscience s’abreuve, évite de s’assoupir.
    Près des pétales et branches qui se dessinent,
    L’amour danse, se repose, reprend, vit sans vieillir.

  • avatar
    jacou

    Je n’ai pas le talent de Pascal et d’Ancolie pour la poésie, mais j’ai celui de dénicher les perles de la connaissance, aussi ai-je glané avec ma serpe d’or les « seize lois spirituelles » de Sri Sri Ravi Shankar , dont voici un extrait :

    … »L’APPRECIATION DE LA BEAUTE :
    La seizième loi de la vie spirituelle est la reconnaissance de la beauté dans la création, de la beauté dans chacun, de la beauté à l’intérieur de vous, et la connaissance que cette beauté est la nature même de l’esprit. L’esprit court après la beauté, apprécie la beauté, mais il y a une différence entre apprécier la beauté et vouloir la posséder.
    Dans le désir de posséder la beauté, on perd le détachement.
    Sachez que c’est l’esprit qui est beau. Où que vous perceviez la beauté, l’esprit est là.
    Si quelqu’un est beau, c’est grâce à l’esprit en lui. Un cadavre n’est jamais beau.
    Attribuer la beauté à l’esprit et la différencier de la matière vous fait avancer à grands pas sur le chemin spirituel.

    ADORER ET HONORER :
    L’appréciation de la beauté conduit à l’adoration. Vous vénérez la beauté, vous l’adorez. Adorer et vénérer chaque chose dans la création en tant que reflet du Créateur est la loi suivante de la vie spirituelle.
    Et honorez chaque chose. Honorer est plus qu’une réaction émotionnelle. C’est une attitude. Cela indique une compréhension équilibrée de la vie. On honore lorsque le respect et l’amour sont tous deux présents. Lorsque l’on honore, l’esprit est à 100% présent et le sens du sacré apparaît. L’amour et le respect conduisent à honorer, et honorer conduit au sacré. Vous ne pouvez ressentir quelque chose comme sacré si vous ne l’aimez pas; de même, vous ne pouvez éprouver de l’amour pour quelque chose si vous ne la ressentez pas comme sacrée. Le sens du sacré amène la vigilance dans la conscience. La prise de conscience apparaît.

    LA VIE EST IMPERISSABLE :
    La nouvelle et dernière loi de la vie spirituelle c’est savoir que la vie est impérissable.
    C’est totalement contradictoire avec la loi qui nous enseigne que la vie est impermanente, que toute chose est périssable. Maintenant, nous disons que la vie est impérissable; rien ne peut lui arriver. La vérité est toujours contradictoire.

    http://www.meditationfrance.com/archive/2011/0102.htm

  • avatar
    Ancolie

    elle passe ou jamais personne encore n est passé
    elle est la lumière!
    ma raison d etre, mon univers
    reflet de mon ciel d hiver
    la plus belle fleur sur mon chemin
    celle qui n appartient a personne
    mais que seul l amour donne
    entre le bien et le mal
    seuls brillent les rayons du soleil…

  • avatar
    Revolta

    La divine dans les jardins d’Isphahan disserte avec Rumî.
    Oasis entre deux sermons sermonnants de la sermonnette…

  • avatar
    La Nietzschéenne

    Juste un petit éclaircissement de rigueur : les mots de Rumî dans le texte de Personne :

    – L’amour est un jardin. N’y entre pas si tu ne peux pas sentir son parfum.
    – Quelque part dit Rumî entre le bien et le mal, il y a un jardin… je vous y retrouverai…

    c’est en s’appuyant sur ces deux vers compris souvent de travers que Personne en a rajouté en faisant un petit constat d’huissier confirmé presque tous les jours par les faits : qu’on peut désirer quelqu’un mais qu’on ne peut aimer personne à part Dieu ou son substitut dans vos consciences respectives.
    C’est une façon comme une autre de dérelativiser tout ce qui est relatif et de rendre à l’Absolu son absoluité.
    On peut même s’en servir sur le plan éthique et politique. C’est le fameux problème toujours d’actualité : celui du fondement.

    La Nietzschéenne

  • avatar
    Revolta

    @La Nietzschéenne

    Bonsoir

    Dans ce sublime billet de Personne vous citez cette merveille :

    « L’amour est un jardin. N’y entre pas si tu ne peux pas sentir son parfum.
    – Quelque part dit Rumî entre le bien et le mal, il y a un jardin… je vous y retrouverai… »

    Hum… Je parlais de la poésie du billet entre deux…Poétiste. C’est un hasard de distribution qui fait contraste.
    Le seul sermon qui puisse évoquer Personne est « Le sermon sur la montagne » in « Les Béatitudes », dont illustration jointe…

    J’ai été sensible à votre dernier message, vraiment.

  • avatar
    jacou

    De l’or au plomb

    Comment les paroles d’or de sagesse, d’amour, de connaissance des Prophètes se sont transformées en paroles de plomb par les docteurs de la loi; il y a un parallèle étonnant ? entre ce qu’est devenu l’enseignement de Jésus ( l’Ami ) et celui de Mahomet, entre les Esséniens et les Pharisiens ; entre les Soufis et les Muftis ; entre l’or du coeur et le fer du mental .
    Jésus ( l’Ami ) est issu de la communauté des Esséniens, après un long parcours initiatique en Orient, de retour dans sa communauté , il se mit en marche pour :… » Comprends-le bien, je n’avais pas pour intention de bâtir une église. Je voulais simplement rayonner l’amour de l’homme qui a tout rendu à Celui qui est la source, la vie et le Tout. Je ne voulais pas que les hommes me suivent , mais qu’ils comprennent que leur coeur est ce Père, cette Mère éternelle et qu’ils rendent à cette source de Tout, tout l’amour, toute la gratitude »… ( La Flamme qui jamais ne s’éteint de A.Bos-Masseron)

    Selon la Bible :
    Jésus condamne les pharisiens et les spécialistes de la loi (Luc 11.37-12.12)
    37 Pendant que Jésus parlait, un pharisien l’invita à dîner chez lui. Il entra et se mit à table. 38 Le pharisien vit avec étonnement qu’il ne s’était pas lavé avant le repas.
    39 Mais le Seigneur lui dit: «Vous, pharisiens, vous nettoyez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’avidité et de méchanceté.
    40 Hommes dépourvus de bon sens! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur?
    41 Faites plutôt don de ce que vous avez à l’intérieur, et alors tout sera pur pour vous.
    42 Mais malheur à vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue et de chaque plante et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu; voilà ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger le reste.
    43 Malheur à vous, pharisiens, parce que vous aimez occuper les sièges d’honneur dans les synagogues et être salués sur les places publiques.
    44 Malheur à vous, [spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites,] parce que vous êtes comme des tombeaux qu’on ne remarque pas et sur lesquels on marche sans le savoir.»
    45 Un des professeurs de la loi prit la parole et lui dit: «Maître, en parlant ainsi, c’est aussi nous que tu insultes.»
    46 Jésus répondit: «Malheur à vous aussi, professeurs de la loi, parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, que vous ne touchez pas vous-mêmes d’un seul doigt. 47 Malheur à vous, parce que vous construisez les tombeaux des prophètes que vos ancêtres ont tués.

    L’enseignement de Mahomet
    J’ai appris qu’il y avait eu deux périodes pour la rédaction des sourates du Coran : celle des Sourates Mecquoises ( 610-622 ) et celle des Sourates Médinoises ( 622-632 ), ce qui est très curieux c’est qu’elles sont très différentes pour ne pas dire opposées:
    « principe du verset abrogeant (nâsikh) et du verset abrogé (mansûkh) est contenu dans le Coran lui-même :

    Sourate 16 (sourate mecquoise, la 70ème révélée), verset 101 :

    « Quand Nous remplaçons un verset par un autre – et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre – ils disent : « Tu n’es qu’un menteur. » Mais la plupart d’entre eux ne savent pas. »

    Sourate 2 (sourate médinoise, 87ème révélée), verset 106 :
    « Si nous abrogeons un verset ou si nous le faisons passer à l’oubli, Nous en apportons un meilleur ou un semblable. Ne sait-tu pas qu’Allah est omnipotent ? »

    Bien qu’étant absolument ignorant du Coran, mais connaissant un peu le poids des institutions établies aux profits de ceux qui les servent, je subodore que les docteurs de la loi , les Muftis, ont « arrangé » quelques changements pour leur assurer la main-mise sur les fidèles .

    « L’Islam se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Il lui faut choisir entre la figure emblématique du mufti, symbole d’une religion légaliste qui enferme le croyant dans les carcans des préceptes, et celle du soufi, animé davantage par la quête spirituelle, par une foi qui valorise davantage l’expérience du divin. Mais une telle mutation ne peut s’accomplir de manière immédiate et suppose de profonds changements des mentalités. Elle rencontre bien des oppositions et se heurte aussi aux textes sacrés eux-mêmes. A quel prix, à quelles conditions, la foi musulmane peut-elle vivre une forme d’adaptation, une inculturation dans la modernité ?

    Anne-Marie Delcambre examine ici les questions qui font problème, avec rigueur et compétence.
    http://livre.fnac.com/a2009131/Anne-Marie-Delcambre-Soufi-ou-mufti

    Je ne peux que citer à nouveau les paroles de Mahomet :

    « Des traditions, ont dérivé des religions. Les religions sont expressions déformées des traditions. La sagesse du désert, la sagesse d’un aspect de l’Orient, perdure dans le silence du désert, transparaît peut-être dans les expressions des poètes soufis, de même que dans d’autres déserts est préservée la sagesse d’autres traditions. »

  • avatar
    izitso

    de l’or transformé en plomb …..c’est juste ….en descendant du septième ciel , l’or plus il traverse les cieux , plus il se transforme ..en plomb ……….d’une manière générale ne sont épargnés de cette alchimie catastrophique que les personnes qui ont connu Dieu avant de connaitre les livres qui sont descendus du ciel . ( il y a des passages dans le livre consacré à la vie du cheikh el Alaoui écrit par Martin Lings qui m’ont guidé vers cette conclusion toute générale ..il peut y avoir des exceptions …….) je me souviens que Cheikh El aloui alors novice âgé de 15 ans entre les mains de son maître ( soufi ) avait ouvert le coran pour le lire ….son maître lui dit …ce n’est pas encore le moment …..tu le liras une fois que tu connaîtras Dieu ..et là tu le liras avec la lumière de Dieu …..et donc tu le comprendras ….mais pas avant .

  • avatar
    jacou

    @ izitso

    « .tu le liras une fois que tu connaîtras Dieu ..et là tu le liras avec la lumière de Dieu …..et donc tu le comprendras ….mais pas avant  »

    Oui, c’est exactement cela, on ne peut connaître Dieu dans les livres, c’est dans le re-cueillement, le silence intérieur aidé par le silence extérieur, le sentiment de vastitude devant l’océan, le désert, les paysages de haute montagne, la beauté d’une fleur, le rire des enfants, l’innocence des animaux, tout ceci transcende l’agitation par son lâcher-prise du mental interpréteur; c’est lorsque nous commençons à être empreint de ce silence, Dieu non manifesté, que l’on peut apprécier la parole de Dieu manifesté, qu’elle soit écrite ou parlée, par ceux dont la conscience bien qu’étant individualisée est immergée dans l’Océan de la Conscience Universelle : Jésus, Mohamed, Krishna, Bouddha, Rama parmi les plus connus, mais bien d’autres encore …

    Mais, il s’agit moins de comprendre Dieu qui, par nature est inconnaissable dans son immensité , que de résonner en tant qu’être une de ses particules ( la goutte d’eau de l’Océan ); pour toi qui connaît le livre du Frère Ahmad al-Alawi , il est dit p165:
    … »L’Infini ou le Monde de l’Absolu que nous concevons comme étant en dehors de nous, est, au contraire , universel et existe au dedans de nous aussi bien qu’au dehors « …
    Et aussi p 200:
    … » L’intensité de la manifestation divine varie d’une personne à une autre , sans qu’on puisse à cet égard établir aucune règle, ses modes n’étant pas constants, mais l’oeil intérieur de chaque homme prend place dans une hiérarchie* et le réceptacle secret est chez certains plus vaste* que chez d’autres? C’est ainsi que Dieu se révèle à chacun selon sa capacité* de recevoir les manifestations de Sa Très Sainte Beauté, à laquelle on ne peut assigner aucun terme ni aucune limite »…

    *hiérarchie, *vaste, *capacité,
    Ces termes posent la vraie question de l' »égalité des chances » y-a-t-il une « égalité » à l’origine ?, pour moi, oui , chaque goutte de l’Océan contient le potentiel de l’Océan, quand elle se manifeste dans une incarnation, le jeu du temps et des histoires fait momentanément son effet, c’est ce qui nous permet d’observer de telles différences dans les expressions extérieures, mais au sein de l’espèce particulière qu’est l’humanité , le fond du fond est le même . Et, il y a une infinité d’expressions de la manifestation Divine.

  • avatar
    Tony

    « Au-delà du bien faire et du mal faire existe un espace. C’est là que je te rencontrerais … »
    (RÛMI)

    Poursuivez vos rêves jusqu’au bout
    Faites qu’ils deviennent réalité
    N’abandonnez pas le combat
    Vous serez bien
    Parce qu’il n’y a personne comme vous dans l’univers

    N’ayez pas peur
    De ce que votre esprit conçoit
    Vous devriez vous lever
    Défendre ce que vous croyez
    Et ce soir
    Nous pouvons vraiment dire
    Ensemble nous sommes invincibles

    REFRAIN
    Pendant la lutte
    Ils nous démoliront
    Mais s’il vous plait, s’il vous plait
    Utilisons cette chance
    d’inverser les choses
    Et ce soir
    Nous pouvons vraiment dire
    Ensemble nous sommes invincibles

    Faites-le vous-mêmes
    ça ne fait pas de différence pour moi
    Ce que vous laissez derrière
    Ce que vous choisissez d’être
    Et peu importe ce qu’ils disent
    Votre âme est indestructible

    http://www.youtube.com/watch?v=PxXtQmy0RZY

    bonne journée

    https://www.youtube.com/watch?v=j2qqbSGSphU

  • avatar
    izitso

    merci Jacou , vous venez de me rappeler ces merveilleux passages du Cheikh Ahmed El Alaoui et je les recopies ici : »L’Infini ou le Monde de l’Absolu que nous concevons comme étant en dehors de nous, est, au contraire , universel et existe au dedans de nous aussi bien qu’au dehors « …

    concernant cette première assertion elle me rappelle étrangement ce que Dieu de Lui même dans le coran : Il est le Premier et le Dernier , l’intérieur et l’extérieur ,,,,, »

    Et aussi p 200:

    … » L’intensité de la manifestation divine varie d’une personne à une autre , sans qu’on puisse à cet égard établir aucune règle, ses modes n’étant pas constants, mais l’oeil intérieur de chaque homme prend place dans une hiérarchie* et le réceptacle secret est chez certains plus vaste* que chez d’autres? C’est ainsi que Dieu se révèle à chacun selon sa capacité* de recevoir les manifestations de Sa Très Sainte Beauté, à laquelle on ne peut assigner aucun terme ni aucune limite »…

    exact nos réceptacles ne sont pas uniformes et Dieu Se manifeste à qui Il veut ,,,,,,et voilà une citation de Ibn atta Allah Eliskandari qui complète ce sujet : « Chaque fois que l’aspiration spirituelle de celui qui suit la voie s’arrête aux révélations qui lui sont faites, les voix de la réalité essentielle l’appellent et lui disent : « Ce que tu cherches est au-delà ». Chaque fois que la beauté apparente des choses créées s’offre à ses regards, leur réalité essentielle lui crie :
    « Nous ne sommes que séductions, ne sois pas impie ! »
    [2:102]

  • avatar
    jacou

    @ izitso

    Chaque fois que la beauté apparente des choses créées s’offre à ses regards, leur réalité essentielle lui crie :
    « Nous ne sommes que séductions, ne sois pas impie ! »

    Pour beaucoup de chercheurs spirituels, c’est le dilemme « superficiel » entre l’essence et l’existence, le « nec plus ultra » est d’apprécier les deux simultanément, toute la création est le jeu de la Conscience pour sa propre gloire , Dieu se regarde ( se connaît ) Lui-même à travers Sa Création . Père/Mère ne peut avoir qu’un regard d’Amour pour toute Sa Manifestation une et indivisible. La méconnaissance ( l’oubli ) de cela à entraîné la conception duelle de la vie qui à entraîné la lutte entre l’esprit et la matière, dont les religions institutionnelles son empreintes; en réaction à la prédominance « vertueuse de la moralité » religieuse, s’en est manifestée une « débauche sensuelle » avec la croyance que le bonheur réside dans la jouissance exclusive des avoirs et des ressentis .

    Toute cette confusion est en train de fondre comme glace au soleil, même si les glaciers sont encore importants, toute la création est un hymne à l’Amour et, sa plus grande réalisation, ce sera l’être humain quand chacune de ses cellules se sera réveillée à sa réalité essencielle d’être conscience/lumière ( cf. biologie quantique ) alors sera l’Homme , la matière sera devenue consciente , et, toute les scènes de l’Univers lui seront accessibles , même si elles le sont déjà avec nos corps subtils mais…..dans l’inconscience

    Sur DJALAL UD-DIN RUMI:

    Rûmi a écrit toute sa vie ; ses chants et ses poésies se retrouvent dans de nombreux recueils : les Odes mystiques, le Diwan et surtout le Mesnevi. Il y développe les principaux thèmes de l’Amour dans toutes ses composantes : terrestre, cosmique, sacré, divin etc.

    Il commence par dévoiler un tableau vertigineux du devenir cosmique de notre monde, montrant ainsi que dès 1250, bien avant Darwin, était connue l’évolution des espèces et de l’humanité.

    « D’abord, tu fus minéral, puis tu devins plante,
    ensuite tu devins animal, comment l’ignorais-tu ?
    Puis tu fus fait homme, doué de connaissance, de raison et de foi,
    Quand tu auras transcendé la condition d’homme,
    Tu deviendras sans nul doute un ange.
    Alors tu en auras fini avec la terre, ta demeure sera le ciel.
    Dépasse même la condition angélique,
    Pénètre dans cet océan,
    Afin que ta goutte d’eau devienne l’océan ! »

    Grâce à cela il comprend le grand secret : l’amour est en réalité l’âme de l’univers qui a été créé par amour. Il est l’expression de l’amour et c’est lui qui le fait vivre.
    La danse des atomes, la giration des étoiles et des planètes, la montée de la vie vers la conscience,
    tout est du à l’amour :

    « L’amour est un océan infini,
    Dont les cieux ne sont qu’un flocon d’écume
    Sache que ce sont les vagues de l’amour,
    Qui font tourner la roue des cieux
    Sans amour le monde serait inanimé.
    Chaque atome est épris de cette perfection
    Et se hâte vers elle.
    A chaque instant retentit de tous côtés l’appel de l’amour.
    Si ce n’avait été par pur amour
    Comment aurais-je donné aux cieux l’existence ?
    J’ai élevé cette sublime sphère céleste
    Afin que tu puisses comprendre la sublimité de l’amour. »

    Extraits de : Marc-Alain Descamps/ Eva de Vitray-Meyerovitch, L’amour transpersonnel, éditions Trismégiste
    Djalal od-din Rumi, Le Mesnevi, éd. Albin Michel « Spiritualité vivante »

  • avatar
    izitso

    eh oui ! la fameuse Eva de vitray c’est grâce à elle que j’avais découvert Rûmi en 1988 , et vous venez d’écrire peut être les textes les plus représentatifs de la singularité de Rûmi cet amalgame rare mystique , visionnaire , poète grand maître d’une voie ,,,,,( savez vous que Eva qui est morte depuis quelques années déjà avez fait un rêve qui lui a fait changé sa trajectoire existentielle , c’est de ce rêve que sont nés presque tous ses ouvrages ,,,,et elle a été enterrée comme le voulait ce rêve ,,,,,) Merci Jacou d’être !


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER