Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
ATHÈNES mère, marraine !
J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
De mettre fin à mes jours
De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
Parce que je n’ai pas envie de te céder
Pour une poignée d’euros
Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
Athènes, mère, marraine !
Je n’ai pas envie que tu meures
Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
Pour respirer, manger ou bouger
Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?

Traduction en anglais par Simplesanstête

Sacrifice myself by fire

My name is Helen… I am Greek… Greece… what strange fondness
My home town is not written in capital letters anymore.
Athens mother, godmother !
I have decided under the eye of this camera
To put an end to my days
To douse myself with petrol and sacrifice myself by fire
Because I don’t want to give in to you
For a handful of euros
Nor to concede a drop of hydrogen and two drops of oxygen to fill a hole that Europe has dug to abuse both of us

Athens mother, godmother !

I do not wish you to die
I do not wish you to be assisted
To breathe, to eat or to move
I do not wish you entrusted to a third person
Nor to put you between the hands of any europhile pervert…. financiers disguised as lawmakers to subcontract you like a vulgar commodity before eviscerating your vital organs and drawing your blood to then throw your memories in the dustbin of history…

For them, your life is not worth a euro
And one euro, what is that worth ?

Share Button