L’Islam croque, la France craque ! 2


J'ai parcouru le rapport rédigé par deux dépités sur la recrudescence des envols de l'islam en France.

Alerte rouge, la France bouge !

 

Vous n'entendez pas ce craquement ici et maintenant ?

J'ai en tête l'apostrophe de Léonard Cohen pour retourner cette crainte soudaine : "There's a crack in everything. That's how the light gets in".

Je traduis :

Il y a une fêlure en toute chose. C'est ainsi qu'entre la lumière.

 

Françaises, français, ne cédez pas aux sonnettes d'alarme outrancières... qui éliminent la colombe et incriminent la vipère. L'islam n'est pas un danger, ni la France en danger.

C'est la quête de sens, avec les temps qui courent qui est à son apogée.

Ne soyons pas si prompts à être dérangés même si ça nous arrange de tout mélanger.

Gardons le sourire, nous avons bien d'autres chats à fouetter : comme la précarité, l'injustice ou l'obscénité.

L'intégrisme passera. Ne subsistera que l'intégrité des cœurs et des âmes.

Et même si on vous dit que l'islamisme s'est emparé de tous les services publics, ne croyez surtout pas à quelque conséquence dramatique... sachez seulement que c'est un jeu médiatique nécessaire et suffisant pour faire tourner le monde en bourrique...

 

Il paraît qu'on a surpris dans une prison française un surveillant en train de faire la prière avec un détenu dans sa cellule. Ce n'est peut être pas déontologique, mais c'est ontologique... ça nous questionne sur tous ces êtres qui se préoccupent de leur raison d'être.

Share Button


2 commentaires sur “L’Islam croque, la France craque !

  • avatar
    Pascal

    Une perle de réflexions sur le rapport des dépités, contre les sonnettes d’alarme outrancières, pour la quête de sens, et cætera.

    Je viens de zyeuter quelques articles sur ce sujet. Déjà qu’un certain nombre peuvent avoir des préjugés (me fait penser que mes parents m’ont raconté il y a pas longtemps anecdote d’une connaissance à eux dont la fille avait cherché à engager quelqu’un pour faire garder son enfant, et de ce que j’ai retenu, la personne en se présentant / au cours de l’entretien à préciser qu’elle mangeait halal et ça avait fait réagir la mère et sa mère / la grand-mère, ils ont essayé de discuter avec elle pour comprendre leurs préjugés et lui faire comprendre que les différences culturelles n’empêchent pas la bonne entente et encore moins de très bien pouvoir garder les enfants), en partie du fait de construction médiatique, même si certains articles évoquent le fait de ne pas confondre radicalisation et le fait d’avoir une religion, qu’il faut être respectueux des croyances des Français, les médias islamophobes y voient du grain à moudre et risquent de renforcer les préjugés et discriminations. Quoique les réflexions / expressions / débats autour de ce qu’ils préconisent peuvent influer différemment. Peut l’espérer.

    Et je pense aussi que peut faire oublier qu’il y a d’autres dossiers / des problématiques, dont des liées aux services publics.
    J’ai pas lu le dernier livre du couple de sociologues Pinçon-Charlot, vu passer pas mal d’articles dessus depuis un certain temps qui évoquaient la problématique de la privatisation des services publics, les conséquences de la politique de Macron dessus, entre autres. Et dans un article d’Acrimed assez récent faisant plus ou moins le tour d’horizon des médias dominants, ils expliquent et critiquent que de ceux-ci déchantent plus ou moins ouvertement dans le bilan des deux ans après l’élection d’Emmanuel Macron sans toutefois y considérer leur implication, qui sont un peu dans l’esprit de je sais plus quel journaliste, Pujadas je crois, qui aurait avoué véhiculer une vision du monde plus ou moins macroniste avec son jt au cours d’un entretien.

    Me fait penser que dans le film documentaire En quête de sens qui date de début de 2015 (du moins pour la sortie / disponibilité de visionnage), de ce que je me souviens, dans leur périple, ils abordent divers sujets, de l’écologie à la spiritualité, partageaient un certain optimisme sur des « pistes pour la construction du monde de demain », du fait des mouvements sociaux qui étaient encore récents à leur époque, avant de constater à leur retour en France l’essoufflement, et de faire réflexion autour du rôle des médias mainstream / de masse, puis lien avec système dans son ensemble et difficultés d’évolution tout en considérant le potentiel des initiatives diverses et variées, pistes de réflexions abordées.

    Réflexion

    En quête de sens,
    de soi, d’autrui,
    se réfléchit,
    les imbrications, l’essence,
    les problématiques,
    l’histoire du monde,
    les causes et effets, les ondes,
    les rôles des politiques,
    de la doxa, de médias,
    des erreurs, des choix,
    des diversions,
    des aspirations,
    les trajectoires du passé à l’instant,
    au bon vouloir
    de la mémoire,
    de l’élan,
    puis à sa destinée
    dans de la contingence ancrée.

  • avatar
    jacou

     » L’intégrisme passera. Ne subsistera que l’intégrité des cœurs et des âmes. »

    ABSOLUMENT !, tout ce qui finit en « isme » disparaîtra car ce suffixe est la négation de l’origine de tout ce qui est : » C’est l’écoulement de la vision universelle à travers l’étroitesse relative de la personne humaine » . Si l’être humain n’élargit pas sa conscience à sa propre source , il ne pourra vivre les changements radicaux qui se profilent

    – Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 5-4-19

    Maintenant l’on pourrait dire que les deux terres s’écartent.

    Encore et toujours, nous le redisons avec peut-être plus grande insistance : nourrissez la terre.

    Beaucoup se sentent peut-être écartelés, ou ne le sentent pas peut-être et pourtant font des choix d’être écartelés, écartelés entre la beauté qui s’intensifie et le chaos qui s’accroît.

    Le choix se doit d’être clair et inconditionnel peut-être. L’on ne peut suivre les deux voies à la fois. Le chaos qui s’accroît s’exprime par des voix chaotiques qui se traduisent par des incohérences. On s’écarte de son essence, de sa droiture, des voies de pureté et l’on croit pouvoir justifier des choix chaotiques dont l’ego peut tout justifier et rationnaliser peut-être. Pourtant la terre est soit nourrie soit écartelée, elle aussi.

    Si l’on voulait parler en termes du temps linéaire et de cette période de transition, il faudrait pouvoir dire que chaque choix est crucial. La terre se réveille à sa propre sagesse, et simultanément bien des pulsions de chaos, des énergies désordonnées, glauques peut-être, qui entraînent irritation, qui entraînent des choix d’écartèlement, font que beaucoup s’écartent de la voie de leur cœur. Et pourtant la terre appelle à être nourrie. Pourtant les peuples de sagesse, les êtres élémentaux, les frères des étoiles appellent.

    Voyez, maintenant dans ce qui semble être une transition dans le temps linéaire, l’appel se fait clair. L’on ne peut à la fois être uni à des énergies même un peu glauques, des énergies qui n’honorent pas la noblesse de l’âme, qui n’honorent pas la sérénité, qui n’honorent pas le divin dans chaque parcelle de création, des énergies qui obéissent à des pulsions chaotiques, des appétits qui se réveillent. Et quels sont ces appétits ? Quelles sont les voix qui les meuvent ?

    L’on ne peut que choisir, si l’on veut nourrir la terre et honorer cette fraternité, l’on ne peut que choisir une plus grande rigueur dans l’expression verbale, dans l’identification à ses émotions, à ses mouvements intérieurs.

    Comprenez-le, pour la terre il n’y a que deux courants, celui qui la nourrit, celui qui la déchire. Cela semble une expression forte peut-être, et pourtant elle exprime la réalité….

    ….Comprenez-le, il est plusieurs plans de la terre. Celui et celle qui font le choix inconditionnel de l’harmonieux s’installent dans la planète bleue, terre d’harmonie. Celui et celle qui laissent la dérive du vulgaire s’installer à travers les paroles rudes ou les décisions rudes, s’installent dans une planète rude où tout n’est que dislocation et voies de violence.

    Le choix se doit d’être clair et l’on ne peut se déguiser. Il faudrait que l’humanité comprenne et entende. Et le dire, nous le redisons, se fait par les paroles, par les voies de diffusion et surtout par cette diffusion subtile dégagée de l’aura. Là, l’on ne peut faire de compromis.

    Belle est la planète bleue, cette planète unie aux sociétés lumineuses, cette fraternité qui se sait famille. Sacrée est la famille. Une fois fondée, elle ne peut être disloquée. Pas dans la planète bleue. Elle peut l’être en apparence dans la planète rude, celle où l’humanité est restée barbare et se heurte à coups de paroles, de gestes ou d’actes. Les deux plans simultanément.

    Maintenant l’on pourrait dire que les deux planètes s’écartent et que l’on ne peut faire le grand écart. L’on ne peut que choisir où l’on pose les deux pieds. Belle est la planète bleue et belle la fraternité qui connaît la noblesse et la reconnaît, et sait qu’il n’est ni distinctions, ni règnes, ni dimensions. Seules la voie du cœur et les voies de tendresse.

    Voyez-le visuellement : les deux terres s’écartent. L’on ne peut s’écarteler. L’on ne peut que choisir de mettre les deux pieds. Et il est vrai, à un certain niveau, il n’est point de choix, pourtant le choix est réel. Il est vrai, ceux de la planète bleue répètent éternellement à ceux de la terre barbare qu’il n’est que le divin pour qu’en s’éveillant, ceux qui se croient barbare ou croient justifier la barbarie par quelque situation, quelque circonstance ou quelque pulsion, se souviennent de la noblesse, rassemblent leur énergie et retrouvent les voies de tendresse, et se catapultent, pourrait-on dire, dans la planète bleue. Alors, l’on pourrait dire, il n’est point de choix et pourtant maintenant vital est le choix. Comprenez-le, il ne s’agit plus de tergiverser ou de s’amuser.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER