La confession d’un jeune algérien 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Je ne suis comme on dit que "la cendre de la grande lassitude"...

qui mine et donne mauvaise mine à mon pays depuis 1954.

Sur mon pays, j'ai vu plus d'une fois plus d'un mal s'abattre...

J'ai envie de quitter mon pays, j'ai envie de sauver mon pays.

Et on ne cesse de me dire que c'est interdit dans les deux sens !

Je n'ai ni le droit de partir,

ni le droit de me sentir chez moi sans être en proie à cet étrange délire...

Le délire de celui qui va sans savoir où il va et pour quoi ?

Je suis fatigué de défoncer des portes fermées tout en sachant qu'elles n'ouvrent sur rien,

comme si j'étais pris en otage par un redoutable destin...

Je suis un jeune algérien qui veut tout, qui veut rien, les deux en même temps ou le lien entre les deux...

au fait, je n'en sais rien !

Parfois je me dis que je ne suis désormais que le résumé de la surdité des hommes devant le bien,

leur absurdité comme dirait l'auteur de l'Exil et le Royaume.

Et parfois je me dis que je crois savoir où se situe l'origine de mon drame :

C'est que je ne m'entends pas avec moi-même.

C'est la raison de mon mal- être,

aussi étrange que cela puisse paraître...

je ne m'entends pas avec moi-même.

Et devant ce mur, je me murmure :

j'ai tout mais je ne suis rien...

Je suis tout mais je n'ai rien...

Dieu, pourquoi m'as-tu fait algérien ?

Un désir enfoui dans un désert...

je cherche le grain de sable qui a décimé tout le troupeau.

Une pomme de discorde qui a fait de nous une horde sauvage...

Quel serpent nous empêche donc de traverser le pont qui sépare la bête humaine de Dieu ?

Je veux bien risquer ma vie en tentant de reprendre le pouvoir à ceux qui l'ont confisqué

mais pour le confier à qui ?

Je ne vois hélas que deux catégories : les opportunistes et les islamistes...

Les premiers s'en fichent de l'homme,

les seconds s'en fichent de Dieu...

et moi au milieu... jeune, je me sens déjà très vieux.

Je n'ai pas de doléances mais un seul vœu :

que Dieu bénisse l'Algérie !

Share Button


3 commentaires sur “La confession d’un jeune algérien

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur confession d’un Algérien, très poétique, très bien « lue » / « ancrée ».

    Confession d’un Français à un jeune Algérien
    et à l’Algérie

    Je ne connais pas très bien l’histoire
    des liens entre la France et l’Algérie,
    de toute la dette morale de mon pays,
    je sais surtout qu’il y a eu des drames à pleuvoir,
    des « anecdotes » sur des exactions d’armés,
    que ni excuses ni or ne pourront « panser »,
    toutefois, je dirais que vos problèmes existentiels
    concernent tout pays, tout être, toute l’humanité,
    comme si nous partagions les mêmes abîmes et le même ciel,
    les mêmes rames face à l’organisation des cités,
    des ressources, des forces de la nation et des dangers.
    En bref, si nous n’avons pas la même alternative politique,
    je dirais que nous avons plus ou moins la même problématique,
    et de ce que j’ai retenu des nombreuses thèses que j’ai zyeutées,
    articles, conférences, documentaires, scènes et réflexions,
    au-delà d’une richesse de nuances culturelles, aussi diverses populations,
    des jeunes aux moins jeunes aspirant à transcender les galères,
    la fatalité, les sillons et les obstacles par la civilisation néolibéral tout tracés,
    et aussi que si c’est très compliqué, qu’il y a du potentiel,
    et qu’importe si l’on ne s’entend pas avec soi-même, on peut aimer
    dans tous les cas en-dehors de soi, une âme rencontrée,
    qui nous fait vibrer, nous donne envie de nous élever et savourer même si le monde peut être cruel.
    Pour revenir à cette histoire d’alternative, à qui confier le pouvoir,
    si y a des théories, que certaines populations ont été dans un souffle d’espoir,
    ont réussi à pouvoir poser les bases de nouveaux rouages,
    l’exercice, le résultat ne satisfait pas tous,
    si ce n’est que pourrait le voir comme des paliers, possibilité d’affûtage
    avec l’expérience et l’oiseau de Minerve, tels des mousses
    du divin, prêts à apprendre et œuvrer encore et encore.
    Alors vous n’aurez ptêtre pas tout de suite la possibilité de faire comme il y a quelques années en Tunisie,
    sûrement du fait qu’une fois un système de partis politiques en place, plus que de l’effort,
    c’est plus compliqué d’ancrer de « nouvelles idées », peut se sentir individuellement démunis,
    et d’aucuns considèrent que plus que organisation politique,
    même si y a lien, le problème est les ressources, l’impact de la façon dont fonctionne l’économique,
    toujours est-il qu’il pourrait y avoir d’autres voies, selon rouages des contre-pouvoirs et pouvoir.
    Bref, en tout cas, je vous souhaite que votre vœu soit exaucé, et euh, je vous suggère de prendre le temps de voir :

    – les créations du journal de Personne ;

    – l’audition d’une dame qui partage son expérience en Tunisie : Audition programmatique – Madame Mabrouka M’Barek, députée constituante tunisienne, aux auditions programmatiques de JLM2017 : https://www.youtube.com/watch?v=I3yUcq2_umA

    – conférence sur le référendum d’initiative citoyenne / populaire ;

    – la série culture en déclin et une conférence de Bernard Friot et de Fréderic Lordon ;

    – vidéos et articles sur l’écologie, sensibilisant à la cause animale, d’Aurélien Barreau, Sea Shepherd, L214 et leur programme Veggie Challenge ;

    – des articles sur des alternatives éco-politiques et difficulté de cheminer, tel que : Le municipalisme libertaire : qu’est-ce donc ? : https://www.revue-ballast.fr/le-municipalisme-libertaire-quest-ce-donc/ et : https://www.revue-ballast.fr/nord-sinspire-sud/

    et euh, je pourrais vous conseiller d’autres thèses / réflexions, mais ça fait déjà beaucoup, et vous les connaissez ptêtre déjà,
    et quoi que vous envisagiez de faire dans / pour ce moment historique, je vais essayer de vous envoyer des « ondes positives »,
    Bon courage !

  • avatar
    jacou

     » Dieu, pourquoi m’as-tu fait algérien ? »

    Parce que tu l’as choisi et voulu ! Nous sommes dans un état d’amnésie permanent , essentiellement parce que nous serions incapables d’appréhender nos parcours d’existences , la preuve : nous avons du mal à vivre celle-ci . Quand nous sommes dans l’état de non densité appelé  » la mort » tout nous semble compréhensible dans le déroulement de nos différentes existences désirées par notre âme pour explorer le formidable et éternel processus de la création , comme nous le disons couramment : « une vie ne suffit pas » pour accomplir tout ce que nous désirons ; « post-mortem » certaines vies nous laissent un goût d’inachevé et/ou d’avoir « mal agi  » ce qui va motivé le désir de parachever ou réparer nos actions passées ; c’est ce qui va être le germe d’une nouvelle incarnation que nous envisageons sereinement car dans cet état de non densité tout nous paraît facile . ( je recommande très vivement le film  » Au-delà des rêves  » interprété magistralement par Robin Williams  »

    – Extrait d’un entretien reçu par Monique Mathieu
     » – Est-ce qu’il est possible dans une prochaine incarnation de choisir plus ou moins son destin, de choisir le lieu de sa naissance ou la famille de sa naissance ou si vous voulez le destin de l’individu en général? Est-ce qu’il a la possibilité de faire un choix ou est-ce que ça lui est totalement imposé ?

    – Nous vous l’avons déjà dit.
    – Oui, je sais mais je ne m’en souviens plus.

    – Il choisit. Il choisit entièrement même. Parfois il n’a pas tellement envie de ce choix. Alors là il est un petit peu poussé à faire ce choix, mais il sait exactement tout ce qui l’attend. Il choisit telle ou telle famille, tel ou tel pays pour pouvoir évoluer par rapport à cette famille, par rapport à ce pays, par rapport à son incarnation sous tel ou tel aspect planétaire, sous tel ou tel thème, pas toujours dans la joie d’ailleurs car il sait ce qu’il aura à vivre mais il choisit. Il choisit parce qu’il sait que c’est son devoir de vie. C’est comme vous quand vous allez à l’école ou au lycée ou en faculté, parfois vous avez des devoirs qui vraiment vous sont totalement désagréables. Vous savez pourtant que vous devez les faire parce que grâce à ce devoir vous allez pouvoir accéder à quelque chose qui vous plaira, à ce moment-là. Mais vous êtes obligés de passer par ce moment désagréable, par ce devoir désagréable. La vie c’est cela.

    – Oui, mais excusez-moi de vous couper, je pense que, si vous voulez, on veut bien vivre, je ne sais pas, c’est un point de vue purement égoïste, on veut bien vivre des épreuves mais il est beaucoup plus facile de demander une incarnation chez un millionnaire plutôt que de demander une incarnation chez un zoulou. Vous comprenez ? Et pourtant on peut vivre les mêmes épreuves, mais c’est plus facile de les vivre.

    – Chacun d’entre vous vivra assurément dans une ou d’autres vies, une vie de millionnaire aussi facilement qu’il vivra une vie dans le plus grand dénuement, car chaque vie, dans chaque famille, chaque richesse ou pauvreté, vous fera évoluer. Mais si vous vous incarnez dans la richesse ou dans la pauvreté, dans tel ou tel milieu social, cela sera uniquement pour vous faire évoluer au travers de cette incarnation.
    Donc peut-être dans une vie tu as été millionnaire et dans une autre vie, si tu as déjà mal tiré profit de cet argent, si tu en as tiré un profit égoïste, tu t’incarneras dans une vie peut-être pas de misère, mais … ( voir * )

    – Prolétaire ?

    – Peut-être pas prolétaire comme tu dis, mais avec beaucoup plus de difficultés et si tu as encore mal géré cette énergie – parce que l’argent est une énergie qu’il ne faut pas négliger, qu’il faut respecter – Je dis aussi que c’est une énergie mais qu’il ne faut pas mettre au-dessus de toutes les autres énergies. C’est une énergie, comme toutes les énergies qui vous activent dans le monde.
    Malheureusement dans votre monde actuel, vous donnez une prédominance absolue à cette « énergie-argent », dans certains systèmes, dans certains pays. Il faut que vous puissiez doser ces énergies. Et si vous avez mal utilisé cette énergie-argent dans cette vie, dans une autre vie, vous serez démunis de cette énergie-argent.
    Mais cela, il y a plusieurs cas de figures comme je te l’ai dit, il faut absolument que chaque incarnation se fasse dans des conditions bien précises. Vous pourrez avoir dix, vingt incarnations dans un milieu tout à fait privilégié, vous pourrez avoir dix, vingt, cinquante incarnations dans un milieu complètement défavorisé mais ce n’est pas forcément par punition. Vous irez aussi dans ce milieu défavorisé pour évoluer, pour comprendre d’autres aspects de la vie. Comprends-tu ?

    – Oui très bien. – Je voudrais vous demander autre chose par la même occasion. Je crois que c’est assez opposé. Une fois on est incarné chez un millionnaire, une fois chez un prolétaire et une fois on est une femme, une fois on est un homme, c’est très équilibré tout ça finalement ?

    – Mais c’est ça l’évolution. Ce sont toutes les différences qui forment une âme forte, une âme harmonieuse, une âme pleine de toutes ces connaissances, pleine de tous ces enrichissements qu’elle aura vécus de vie en vie, de groupe en groupe, d’individu en individu que ce soit féminin ou masculin. En fait l’âme n’a pas de sexe. Elle prend un sexe uniquement pour être dans ce monde, pour vivre les épreuves de ce sexe, pour vivre les joies de ce sexe, pour vivre les contraintes de ce sexe. Comprends-tu ?

    – Oui très bien. – Je voudrais vous demander autre chose par la même occasion. Je crois que c’est assez opposé. Une fois on est incarné chez un millionnaire, une fois chez un prolétaire et une fois on est une femme, une fois on est un homme, c’est très équilibré tout ça finalement ?

    – Mais c’est ça l’évolution. Ce sont toutes les différences qui forment une âme forte, une âme harmonieuse, une âme pleine de toutes ces connaissances, pleine de tous ces enrichissements qu’elle aura vécus de vie en vie, de groupe en groupe, d’individu en individu que ce soit féminin ou masculin. En fait l’âme n’a pas de sexe. Elle prend un sexe uniquement pour être dans ce monde, pour vivre les épreuves de ce sexe, pour vivre les joies de ce sexe, pour vivre les contraintes de ce sexe.

    – ( * ) J’avais un ami très handicapé peu après sa naissance ( polio ) resté 17 ans allongé , puis après 14 opérations , position assise avec un bras valide , il a vécu 65 ans , sa détermination à vivre autonome , sa convivialité , son esprit brillantissime nous laissait admiratif , mais ce qui faisait vraiment notre admiration c’était son acceptation sans plaintes de sa situation . Pourquoi ? Il a toujours su que c’était un choix volontaire d’incarnation. Dans une vie précédente il était adulé parce que beau, riche , puissant ….il n’était pas aimé pour lui-même mais pour ce qu’il représentait , c’est la raison pour laquelle il a choisi de vivre des conditions extrêmes pour être aimé pour qui il était et on peut dire qu’il a parfaitement réussi tellement il était entouré d’innombrables amis . Salut Gérard !

  • avatar
    jacou

     » Quel serpent nous empêche donc de traverser le pont qui sépare la bête humaine de Dieu ? »

    Message de L’Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 15-4-18

    Qu’est-ce que la justice divine ?

    Qu’est-ce que la justice divine ? La justice divine est l’infini de l’amour. Le divin ne connaît pas le jugement. Le divin n’est que l’infini de l’ouverture, l’infinie miséricorde, l’infinie compassion, l’infini de la joie. Il n’est que cela.

    Indépendamment de cela, inhérente à l’incarnation est la loi du libre arbitre. Chaque être crée sa réalité et chaque être récolte selon les graines qu’il sème. Cela n’appartient pas tant à la justice divine qu’à la loi de l’incarnation. Chacun crée sa réalité. Celui qui sème des graines d’iniquité va récolter des fruits d’iniquité. Celui qui sème des graines de malheur va récolter des fruits de malheur.

    Ce n’est pas qu’une main divine juge et donne à chacun selon ce qu’il a semé, car la main divine n’est qu’offerte à la pleine félicité d’être l’infini de l’amour. C’est la loi inhérente à l’incarnation, la loi inhérente au plan de l’action et de la réaction au sein de l’incarnation. Celui qui sème des graines de malheur récolte des fruits de malheur.

    Cela se passe dans cette chaîne qui semble créée par l’incarnation, cette chaîne du temps. Il se peut que l’être qui dans une vie sème des graines de malheur ait l’air de ne récolter que de fruits de bonheur. Pourtant les graines semées irrémédiablement, de façon irrévocable, devront lui retourner, non qu’il y ait une main ou une justice divine qui lui rend, c’est lui qui se le rend car c’est lui le créateur de sa réalité et la création a des lois.

    L’on peut dire que ces lois, au niveau le plus ultime, sont régies par la justice divine. On peut dire que cette loi qui fait que chaque être est créateur de sa réalité et se donne lui-même les fruits qu’il a semés, quelle que soit la façon dont il se les donne, peut-être dans une incarnation suivante, peut-être sous une forme cachée, on peut dire que cette loi est un fragment de la justice divine.

    Ce que nous nommons la justice divine est l’impartialité totale. De par le libre arbitre, chaque être choisit et reçoit. Nulle autorité suprême n’intervient dans ce choix. Chaque être sème et reçoit. Ce que l’on pourrait appeler l’autorité suprême, le tout, la vie, offre la corne d’abondance, l’infini de l’amour, l’infini de la beauté, l’infini de la plénitude, la jubilation d’être le vivant. Les lois de l’action, de la réaction sont inhérentes à cette offrande.

    Erronée l’image d’un dieu qui juge et qui pèse. Le créateur pèse le fruit de ses propres actes. Cela est irrémédiable, irrévocable. Cela fait partie de la loi de la création.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER