On en a assez ! 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Il faut disposer d’un logiciel américain pour s’apercevoir que sous le ciel de notre beau pays, on n’a pas fini d’opposer démocrates et républicains.

Exit, la gauche et la droite, c’est une toute autre configuration qui nous excite. Elle est d’inspiration anglo-saxonne et correspond davantage à la nouvelle donne d’un monde qui nous livre au chacun pour soi et à Dieu pour personne.

C’est l’heure de la mondialisation qui sonne… si vous ne vous ouvrez pas, on vous abandonne !

Pour les démocrates, c’est l’intérêt particulier qui prime.

Pour les républicains, c’est l’intérêt général qui réprime.

Et il ne faut surtout pas confondre les deux comprimés, il en va de notre état de santé.

Et toute cette lutte sans merci nous ramène à une trop vieille opposition entre état et individu… entre dirigisme et individualisme… entre juridisme et égoïsme.

Pour le républicain, c’est l’éthique de la responsabilité qui doit gouverner.

Pour le démocrate, c’est l’éthique de la liberté qui doit régner.

Que choisir entre ces deux façons de mentir ?

Entre celui qui nous rive à l’initiative privée et celui qui nous prive d’initiative ?

Cette question est à la source de toutes les dérives.

Les républicains prennent aux particuliers pour le rendre au général.

Et les démocrates prennent au général pour le rendre aux particuliers.

Chassé-croisé entre abuseurs et abusés. Sans passion, ni conviction.

L’Etat ne veut pas de l’individu. C’est la peste et le choléra à la fois !

On ne sait plus à quel sein se vouer tout en sachant que l’un des deux nous cache son cancer du sein.

Autrement dit, il n’y a pas de politique sans chimiothérapie… on ne descend dans l’arène que pour se débarrasser de la gangrène.

Un seul bémol, c’est qu’il s’agit d’une lutte tragique et loin d’être drôle.

Parce que derrière les deux, il y a une main invisible qui les empêche de jouer leur rôle.

C’est cette main qui les maintient prisonniers ou en résidence surveillée.

La main de ceux qui ont pris la main et qui ne sont pas prêts de la rendre… sous peine de cesser d’entreprendre.

La main des agents qui disposent de l’argent et qui font que tout s’achète et tout se vend ! Au plus offrant.

De sorte qu’il n’y a plus d’autre politique possible, qu’une politique du faire-semblant.

D’où l’éveil ou le réveil des extrêmes. Non pour s’y résoudre mais pour envisager autrement le problème en sapant les fondements du système.

Ils veulent à tout prix rendre la main visible et notre destin prévisible.

Ce n’est pas possible mais c’est français.

C’est à peine commencé et on en a déjà assez !

 

Personne

 

 

Share Button


3 commentaires sur “On en a assez !

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet sur les républicains versus démocrates, la main invisible, et cætera.

    Messieurs et mesdames On,

    Il va sûrement falloir s’accrocher ! Si je puis dire. Parce que les Français sont têtus et / ou parce qu’ils ne voient pas d’autres alternatives pour l’heure, en tout cas, c’est parti pour durer, ce n’est pas l’hiver qui les a arrêtés ni les violences policières, morts et blessés dans les rangs, et le printemps cela devrait reprendre de plus belle. Peut-être que l’été venu les mouvements sociaux s’essouffleront et que vous pourrez souffler, mais après ? Je ne veux pas jouer les oiseaux de mauvaise augure pour la tranquillité que vous voudriez avoir en vous promenant dans les rues ou je ne sais, mais ne serait-ce que parce que symboliquement le gilet jaune permet de la visibilité à des militants de tout bord, je pense que cela devrait durer. En fait, tel que je le perçois, autant le mouvement des indignés concernait surtout des de gauche, pourrions nous considérer ?, et le mouvement de Nuit debout une tentative de s’ouvrir à des moins politisés / moins militants mais dans la galère, autant le mouvement des gilets jaunes a fini par représenter une possibilité de raccord, de jointure avec les déçus des partis politiques, dissidents, malgré des divergences d’opinion sur problèmes et solutions. Bon, après les européennes, une partie des militants qui l’arboraient à fin de stratégie de partis, ne se joindront sûrement plus autant au flot dans les rues et je peux me tromper, mais je pense que ça devrait durer.

    Bref, cela devrait durer, et pendant ce temps, et après ? Me fait penser que selon la théorie du tube de dentifrice, il faudrait pouvoir agir sur le bouchon ou sur ceux qui ont pouvoir sur le bouchon et ne pas faire que pression, mais même si sur la lancée / voie ils ne font pas que pression, de quoi douter que Macron et cie jouent trop avec le bouchon. C’est probablement impossible que nous arrivions à faire évoluer le statu quo / système tant que les dirigeants, les mains, ne voient pas que cela pourrait aussi faire leur intérêt. La grève générale pourrait ne pas trop donner le choix, mais encore faut-il qu’une grande majorité suive. Probablement une impasse dont seule l’usure viendra à bout, jusqu’à ?

    Ceci dit, une citation que j’aime bien, qui a plusieurs variantes, celle-ci à priori de Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain : « Ils l’ont fait parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible »

    Et s’il suffisait de commencer par un pas après l’autre, convaincu, et de s’ouvrir tel un cœur à cœur ?
    Bon, j’écris ça, mais si je suis convaincu du potentiel pour refonte de l’économique-politique, et l’intérêt pour tout un chacun, qu’il suffirait qu’il y ait suffisamment de convaincus, le néo-libéralisme avec ses forces fait que se sent pas de taille, que dans le grand tout, se compose et trace avec les oppositions. A ce propos, Noam Chomsky avait dit qu’il était plus facile de sensibiliser des individus que de remédier à la stupidité institutionnelle. Alors c’était pas dans un discours très « anticapitaliste », plus sur les guerres et souci écologique, sur les risques de conflits nucléaires et de catastrophe environnementale, mais me semble que c’est aussi le cas pour les institutions néo libérales. Pour autant, pour la solution, pas de route toute tracée d’avance, certaine, surtout des pistes (au sens que même si croit à certaines idées, pour qu’elles soient appliquées, plusieurs voies pourraient y mener, et que dans tous les cas, faut composer avec les oppositions / divergences d’une manière ou d’une autre). Dans l’article, il concluait « la stupidité institutionnelle devrait être une de nos principales préoccupations ».
    Aux USA, Lawrence Lessig, un candidat s’est fait connaître en militant pour un changement de règle qui limiterait l’influence de l’argent (contre la corruption et l’influence des lobbies) dans les élections américaines / les idées en politique, avec l’intention de démissionner une fois mis en place, dans l’idée que cela aurait pu profiter autant aux démocrates qu’aux républicains de conviction, mais son propre camp politique ne l’a pas laissé aller jusqu’à un grand débat, de donner au moins une chance de diffuser plus largement son avis, de s’exprimer sur le sujet. Alors qu’il avait, de ce que j’ai compris, réuni les conditions pour y participer, ils ont changé les règles / conditions un peu avant et il en a été évincé. Peut-être qu’aux prochaines il réussira, même si pessimiste, dans un article de fin 2016, il évoque le fait qu’il ne baissera pas les bras, quoique sur le plan du « combat à mener », pas dit qu’il se représente.
    Toujours est-il que son expérience à de quoi décourager. Dans un doc’ qui relate de son expérience, il est question qu’il a fait avec d’autres pas mal de route, a tenté de sensibiliser pas mal de personnes en compagnie d’autres, en étant dans l’état d’esprit de le faire sans penser à forte possibilité d’échec à venir. Pourrait se dire que c’est aussi parce que les USA sont très très grands, que beaucoup plus difficile que de faire un tour de France. Si ce n’est qu’après tout, il y a des exemples tel qu’en Inde où ils ont réussi à mobiliser suffisamment et faire changer des choses, du moins j’ai en tête un cas de cette décennie. Mais c’est ptêtre aussi parce que cas particulier, et relatif à l’Inde (et ceci dit, un article récent évoque les soucis qu’ils ont avec un politicien de droite, libéral, nationaliste, capitaliste, raciste et réactionnaire, et ce qu’ils essayent de mettre en place contre la politique de son parti : Inde : Le plus grand débrayage de l’Histoire : http://www.alternativelibertaire.org/?Inde-Le-plus-grand-debrayage-de-l-Histoire ).

    Re bref. En fait, il y a la théorie pour des changements de rouages écono-politique qui pourraient être efficaces pour ancrer telle ou telle aspiration, mais pour la mise en pratique, au-delà de la sensibilisation, c’est « compliqué ». Et peut toujours tenter de mener sa vie en harmonie avec de ses convictions, si ce n’est que dans tous les cas, même si vous pensez que c’est perdu d’avance pour une évolution de paradigme globale, je crois que vous aurez du mal à convaincre les gilets jaune d’abandonner, ptêtre « l’impossibilité » aussi valable pour ça. Alors même si vous en avez assez, il vous faudra bien faire avec d’une manière ou d’une autre ? Vous pouvez toujours rejoindre un des mouvements en opposition aux gilets jaunes ? A moins que vous pensiez qu’ils aient pas forcément tort même si vous pensez que peine perdu.

    En tout cas, messieurs et mesdames On, je vous prescrirais bien un peu de repos si vous en avez déjà assez, parce que sans vouloir me la jouer Néo à la fin de Matrix, ptêtre que ça ne fait que commencer,

    Bon courage !
    Pascal

  • avatar
    jacou

     » De sorte qu’il n’y a plus d’autre politique possible, qu’une politique du faire-semblant. »

    C’est bien pour ça que toutes les formes de politiques vont disparaître par nécessité et par obsolescence programmée,l’arrogance a fait son temps .
    Point de vue d’un sans âge :

    – « Les héritiers de la Terre
    Il faut être aveugle, sourd et muet tout en vivant dans un déni complet pour ne pas réaliser que nous sommes entrés dans une expérience de transformation planétaire irréversible. Ou alors nous devons être si obsédés, concernés et illusionnés par nous-mêmes, que nous avons ‘brûlé les rétines’ de nos rétrospectives, de nos prévisions et de nos intuitions.

    Même s’il est encore possible que beaucoup d’entre nous se comportent comme si rien ne changeait, comme si tout pouvait être maintenu en place en fonction de ce que nous croyons pouvoir nous rendre heureux, l’augmentation des changements évidents au sein de la nature défie cette position. Le comportement de plus en plus chaotique de la nature ne peut être dissimulé ou contrôlé. Les nouvelles sélectives diffusées sur les ondes et l’ensemble des médias sont impuissantes car « le climat est général », il reflète à présent quotidiennement la transformation planétaire grandissante même si nous continuons de prétendre que nous n’en sommes pas conscients. La nature ne peut en aucun cas être complice en soutenant les programmations de nos esprits étroits. Nous ne pouvons corrompre les éléments ni marchander avec eux ; ils sont des disciples dévoués honorant une voie qui ne vénère pas les illusions humaines.

    Il est temps de se réveiller et de sentir le chaos.
    Heureusement, tous les humains ne sont pas perturbés par cette augmentation du désordre. Beaucoup d’entre nous ont attendu patiemment cette période magnifique. Nous avons vécu tranquillement, cachés depuis des centaines d’années, notre œil intérieur fixé sur l’horizon, sachant que cette aube viendrait nous réveiller de la réactivité inconsciente vers la responsabilité consciente. Tous, nous avons attendu patiemment tandis que les animaux inhumains et sans cœur devenaient fous furieux, étalant leur soi-disant intelligence et prétendant que le multivers pourrait être consommé, contrôlé et violé par des programmations produites à la chaîne. Nous le savons, ce règne de l’inconscience doit passer tout comme passent les saisons.

    Nous qui regardons tranquillement ce spectacle extérieur
    Nous sommes d’une espèce différente ;
    Nous vivons dans une forme humaine et non pas inhumaine.
    Nous sommes des humains ayant pris une forme.

    Nous avons attendu pendant que même nos propres frères et sœurs s’auto-envoûtaient avec ce charme, s’oubliant complètement eux-mêmes et se joignant à la montée de la folie. Pas un seul d’entre nous n’a été à l’abri des résonances de cette folie ; à un moment donné, au cours de nos nombreuses dernières incarnations, chacun de nous a glissé dans ce sommeil inconscient et s’est comporté comme s’il y avait vraiment quelque chose à gagner en divisant la terre pour en tirer profit. Nous avons tous eu nos moments où nous avons été consumés par l’idée hypnotique que nous sommes uniquement là pour « avoir et prendre ». Nous avons tous à un moment donné bêtement glissé dans la croyance que le multivers est sous nos ordres. Heureusement, nous sommes assez nombreux à être restés éveillés à travers ces âges sombres pour garder les phares de la conscience allumés afin que nous ne cédions pas tous complètement à une telle folie des grandeurs. Enfin, nous sommes maintenant à l’orée de cette nuit obscure. Nous entrons à présent dans le moment le plus froid, celui juste avant l’aube où la seule chaleur qui puisse nous soutenir doit émaner depuis l’intérieur de notre propre cœur. Nous rentrons maintenant dans le cœur du sujet.

    Beaucoup d’entre nous sur cette planète parlent souvent « d’extraterrestres », d’êtres ou d’entités qui ont soi-disant pour origine d’autres galaxies ou dimensions. Nous regardons « là-bas à l’extérieur » en espérant voir des vaisseaux, des aéronefs, des réponses, des sauveurs et des sauveteurs. Dans notre recherche extérieure désespérée, il nous est toujours montré de manière trompeuse exactement ce que nous croyons rechercher, mais jamais ce que nous recherchons vraiment : nous-mêmes.

    Nous sommes déjà ici.

    Nous sommes ici depuis si longtemps que l’histoire ‘inhumaine’ de l’humanité ne peut contenir la source de nos origines. Nous sommes pure conscience. Nous connaissons les marées du temps et les cycles du multivers. Nous travaillons avec les courants ‘multiversels’, non pas en en étant séparés. Les flux et les changements de nos saisons se prolongent bien au-delà des cycles de trois mois, nous honorons des cycles de 13 000 ans, des cycles de 26 000 ans voire même des durées beaucoup plus étendues encore. Nous ne sommes pas liés par un corps physique qui dure moins de 100 ans, nous sommes alignés avec la conscience immortelle qui transcende toutes les limitations physiques. Nous n’avons pas de commencement ni de fin. Tout comme les marées de l’océan, nous savons que toutes les expériences vont et viennent, au-dedans comme au-dehors. Nous avons vu de nombreuses espèces arrogantes venir et repartir. Au cours du temps, nous aussi nous sommes manifestés de manière arrogante et ignorante.

    Les côtes sombres et sans cœur de cette planète sont traversées par des expériences qui sont des courants apportant avec eux un environnement propice à la formation d’espèces qui vivent dans une illusion destructrice – semblable à une infestation de parasites. Nous savons qu’il est vain de lutter contre l’océan lorsqu’une telle marée rouge se lève et traverse cette terre en étouffant tout sur son passage. Une telle expérience est également une expression du multivers. Nous n’avons pas à comprendre « pourquoi  » pour le savoir. Lorsque de telles circonstances se déroulent, nous attendons patiemment et silencieusement, pendant des milliers d’années s’il le faut. Nous savons qu’à chaque fois que la marée monte, elle se retirera également. Nous sommes dans un tel moment. Il n’y a rien que nous ne devions faire à présent que de permettre aux événements extérieurs du monde inhumain de suivre leur cours. La marée de l’arrogance et de l’ignorance est à présent en train de se retirer, se dévorant méticuleusement elle-même dans le conflit qu’elle a elle-même enflammé » ….

  • avatar
    jacou

    Ou on fait le grand saut ( de la conscience ) ou on saute ! La jeunesse en est parfaitement consciente :

    Greta Thunberg à Davos : « Je veux que vous paniquiez. »
    La jeune militante a de nouveau mis en garde les dirigeants réunis au sommet de Davos. Refusant leurs messages d’espoir, elle exige de la panique…

    Par Axel Leclercq – Publié le 28 janvier 2019 à 16:14 – Mis à jour le 29 janvier 2019 à 11:03
    Invitée au Sommet de Davos, Greta Thunberg, jeune Suédoise de 16 ans, avait déjà fait sensation avant même de prendre officiellement la parole. Mais son discours, prononcé vendredi 25 janvier, n’a fait que confirmer la force de ses mots et de sa détermination.

    Alors que les décideurs et les industriels ne cessent de tourner autour du pot depuis des décennies, Greta Thunberg, elle, a tout dit en quelques instants. L’immensité de l’enjeu auquel toute l’humanité est confrontée, le voici :

    « Notre maison est en feu. Résoudre la crise climatique est le plus grand et difficile défi que l’homo sapiens n’ait jamais eu à affronter. Pourtant, la solution est si simple que même un petit enfant peut la comprendre : nous devons stopper les émissions de gaz à effet de serre.

    Certains disent qu’il ne faut pas prendre la voie de l’activisme, que nous devrions laisser cela aux politiciens et juste voter pour des changements. Mais que faire quand il n’y a pas de volonté politique ? Que faire quand les politiques nécessaires ne sont mises en œuvre nulle part ?

    Les adultes répètent sans cesse qu’ils ont une dette envers les jeunes, qu’il faut leur donner de l’espoir. Mais je ne veux pas de votre espoir. Je ne veux pas que vous soyez plein d’espoir. Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur que je ressens tous les jours. Et je veux que vous agissiez. Je veux que vous agissiez comme vous le feriez en cas de crise. je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu. Car c’est le cas. »

    https://positivr.fr/greta-thunberg-discours-davos-paniquiez/?utm_source=actus_lilo


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER