La République, c’est moi ! 2


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
J'emprunte ce coup de colère à Mélenchon pour en faire un cours, un cours de chant, un cours de chant républicain, pour apprendre à tous les démocrates qui lui sont tombés dessus, à bien nouer leur cravate au lieu de passer leur temps à cirer les savates.

La République, c'est moi : veut dire que la République, c'est aussi toi... mais apparemment, tu ne le sais pas.

C'est d'un niveau de conscience élémentaire : nous sommes frères et fiers d'être frères... c'est sur mon front, c'est sur ton front et sur tous les frontons de la République.

La fraternité n'est pas la dernière, mais la première devise républicaine.

Nous n'avons peut-être pas le même sang qui coule dans nos veines, mais la veine de vouloir le même sens en politique : un sens commun, la même chose politique, la res publica comme force commune que nul ne peut remettre en cause.

Et c'est parce que nous avons quelque chose en commun que je ne vois que ce qui nous rapproche et non ce qui nous sépare, ce qui nous unit et non ce qui nous abrutit.

Pour toi comme pour moi, c'est la Loi...

C'est pour cette raison que Mélenchon a élevé la voix ou crié son désarroi... pour dire : que si tu t'en prends à moi, c'est à toi que tu t'en prends... et ça se comprend.

Et qu'avons-nous donc en commun toi et moi ?

Trois choses :

Un lien, un bien et un destin en partage... qui rendent caduc tout clivage.

Et si Mélenchon crie c'est pour graver dans le marbre, ce message :

Aucun autre moi que moi ne peut m'empêcher d'être chez moi... de me sentir chez moi et de faire valoir ce droit qui est en même temps ton droit... à cette appartenance, à cette transparence qui se moque du jeu des apparences, que les médias encensent.

La République est pour tout un chacun, un refuge, le seul refuge qu'aucun juge ne peut s'adjuger sans rompre le lien sacré et non secret, qui nous lie les uns aux autres.

Mélenchon n'a pas eu tort de vouloir redresser les torts de toute police, de toute justice qui oublie qu'il n'y a que la Loi pour nous servir de fil d'or.

La même pour tous et tous les mêmes devant la porte de la loi. Cela s'appelle : l'égalité.

Nous sommes égaux devant la Loi : les représentés comme les représentants, les inculpés comme les inculpants, les justiciables comme les justiciers... tous logés à la même enseigne qui consacre le règne de la république.

Tous sujets de droit et non sujets aux abois comme sous un régime tyrannique ou despotique.

La République c'est moi, et si Mélenchon en rajoute c'est pour que nul ne remette ce chant en doute.

Parce que c'est le chant de la liberté, celui de la Marseillaise, devise pas tout à fait conquise... mais qu'il faut sans cesse chérir et reconquérir... en poussant la porte ou en repoussant la mauvaise escorte...

Tu ne sais donc pas qui je suis ?

Je suis la Loi.

Et toi qui es-tu pour m'empêcher de faire valoir mon faire valoir ?

Difficile dans ce cas, de garder son sang froid... tous ceux qui l'ont gardé dans l'histoire ont fini broyés dans un abattoir.

Merci et au revoir !

Share Button


2 commentaires sur “La République, c’est moi !

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur le coup du « La République, c’est moi ! », la défense du coup de sang de Mélenchon, ce qu’il y a en commun, etc.

    Lu certains lui avoir reproché discours du genre la loi pour tous et par son attitude de vouloir s’ériger en exception qui ne confirmerait pas sa règle, mais ce n’est pas tant incompatible, sachant qu’il contestait les « irrégularités » reprochées, et que selon lui, le mouvement qui a fait élire Macron comporterait des irrégularités qu’il n’y aurait pas dans les comptes de campagne de la FI : « Concernant les comptes de campagne pour l’élection présidentielle de 2017, la commission nationale des comptes de campagne a validé le 13 février 2018 les comptes de Jean-Luc Mélenchon sans aucune irrégularité. Ce n’est pas le cas pour ceux d’Emmanuel Macron pour lequel des irrégularités ont été notées. Afin de prouver publiquement son honnêteté, Jean-Luc Mélenchon a demandé le 8 juin 2018 le réexamen de tous les comptes de campagne »

    et même si devait y avoir des irrégularités, si c’est aussi le cas pour LREM qui n’est pour l’instant pas inquiété, pourrait considérer que c’est police politique en lien avec le ministre de l’intérieur.

    Et puis d’aucuns lui reprochent d’être Franc Maçon (reproche qui pourrait concerner quasi tous les politiciens haut placés de ce que rapportent certains, et au moins tous les partis, de Mélenchon à l’extrême droite), mais me semble que pas pour autant qu’il n’y a pas à le défendre en de telles circonstances, pas pour autant que ses idées politiques sont mauvaises et cætera. Certains aspirent à un système politique, du moins dans la façon d’organiser la constituante, différemment / variante de ce que proposait la FI, cela les empêche pas de prendre parti pour lui.

    Bref, avec le traitement des médias de masse, si lu que certains ont pu participer à émission télé et y dénoncer de l’anti-Mélenchon, du moins un youtubeur-facebookeur centré sur la politique, il est pas mal descendu dans les sondages, et si certains y voient volonté politique contre des opposants au régime macroniste, c’est qu’ils considèrent qu’il n’y avait pas matière à ses perquisitions et lui et la FI avait le vent en poupe à l’aube des Européennes (et potentiel de réunir suffisamment la gauche pour 2022).

    Me fait penser qu’un évoquait le fait que la France viendrait de se faire condamner par la cour Européenne pour la non indépendance de ses parquets, de ses procureurs. Si ce n’est qu’il avait pas fait gaffe à la date de l’article (2010), et que de la petite recherche que je viens de faire, rien n’indique condamnation récente, et ptêtre eu réforme depuis, je sais pas, ah, si, à priori, non, ou en tout cas, il est question du fait que la présidente du syndicat de la magistrature réclame une « réforme constitutionnelle » pour éviter les « soupçons d’interventions du politique dans le cours de la justice ». Toujours est-il que donc, de quoi avoir des doutes sur le bien fondé de la procédure contre Mélenchon et la FI, et certaines analyses / analystes considèrent que du point de vue du droit / de la loi, il y a illégalité (de la perquisition). J’ai pas tout bien analysé, je peux pas trop savoir si ils ont entièrement raison, si ce n’est sur le problème de la judiciarisation qui peut être un outil pour le macronisme.

    Citoyens !
    Levons-nous,
    élevons-nous
    pour le bien
    de la loi de la République,
    que son instant soit féerique,
    et nous fiers
    avec l’ère,
    et Mélenchon
    ne passant pas par la case prison,
    et les sillons
    résonnant vers l’horizon,
    aspiration commune gravée
    par le chant de la liberté,
    du fond des yeux aux tissages,
    de son ciel dans l’alliage.

  • avatar
    jacou

    Je comprends la réaction de JL Mélanchon, moi-même dans ces mêmes circonstances et avec le bashing non stop sur lui et sur LFI, je ne sais comment j’aurai réagi . JL Melanchon a du vrai sang chaud dans les veines , ce n’est pas comme les zumains au sang froid de jus de navet plus aptes à ramper , sinuer , louvoyer que de se dresser debout .
    Je pense, s’il n’explose plus , que sa franche manière d’être, son immense talent de tribun , son érudition et surtout, surtout l’humour qui est la meilleure arme déstabilisante quand on à faire a des psychorigides du bulbe .


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER