Je suis gilet jaune 5


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Soyez vous-même.

Le même et jamais le même. Étonnez-vous vous-mêmes.

Ne soyez surpris que par la prise que vous avez sur vous-même.

Soyez toujours autre, ne faites pas comme les autres.

Ne cherchez pas à donner de leçon, ni à en recevoir.

N'ayez pas peur d'être déçu ni peur de décevoir.

N'exprimez que votre façon de voir, sans vous soucier de ce qu'elle vaut ou de ce qu'elle peut valoir...

Seule importe votre saveur, votre bonheur de distinguer le blanc du gris et le gris du noir :

En prétendant que la plus belle histoire d'amour, c'est la vôtre, dissemblable de toutes les autres : vous la rendrez invraisemblable.

Le vrai, c'est ce que vous éprouvez, vous n'avez nul besoin de le prouver. C'est votre sentiment, votre sens intime, votre ultime secret.

Soyez en accord avec vous-même quitte à être en désaccord avec tous les autres... c'est la seule manière de concilier votre âme avec votre corps.

N'écoutez que votre cœur et pour l'entendre n'ayez aucune rancœur.

Ce sont vos défauts et non vos qualités qui vous permettront de trouver votre âme-sœur, votre double et non votre moitié parce que vous êtes entier.

Pour vivre comme pour vous raconter, préférez le style personnel au style impersonnel, le genre singulier et non le genre pluriel.

Le mode particulier plutôt que le mode universel.

Vous ne serez l'homme, ni la femme d'aucun parti...

L'indépendance sera la seule exigence de votre esprit.

N'affirmez que votre subjectivité sans aucun souci d'objectivité.

Soyez sujet sincère... vrai sans être forcément dans le vrai.

Et parce que vous n'avez rien à gagner, rien à perdre,

Vous ne connaîtrez pas la défaite...

Rien à espérer, rien à craindre, votre cœur sera toujours en fête

Vos vers seront vos travers et vos travers des vers, vous en serez fier.

Votre poésie et votre hérésie ne feront qu'un.

Vous êtes un mordu de la vie qui ne craint pas d'exprimer ses avis tordus.

Assimilez la raison à la corde des pendus...

Soyez fort et vous ne serez jamais perdu.

Acceptez la vie, acceptez la mort

Et ne cherchez pas de renfort.

Parce que votre sort, c'est vous qui l'avez choisi. Fort heureusement !

Share Button


5 commentaires sur “Je suis gilet jaune

  • avatar
    jacou

    Magnifique l’ode à être soi-même : son seul chemin de vie

     » Soyez en accord avec vous-même quitte à être en désaccord avec tous les autres… c’est la seule manière de concilier votre âme avec votre corps.
    N’écoutez que votre cœur et pour l’entendre n’ayez aucune rancœur. »

  • avatar
    Pascal

    Une perle de « je suis gilet jaune », et cætera.

    Histoire d’être !!!!

    Ah !!!! Gente ma dame soleil,
    vous voilà animée à mon écran,
    à mon sens, quel émerveille !
    Je remercie le ciel, au fil d’instants,
    de vous faire exister sur terre !!
    Parce que bon, décrocher la lune,
    si vous me permettez l’expression,
    pour vous, je veux bien essayer de le faire,
    mais si le soleil d’en haut façonne de belles dunes,
    est vital pour de la création,
    qu’un peu plus éloigné de lui,
    il ferait trop froid pour beaucoup de vies,
    beaucoup plus proche, cela serait du désert,
    d’une ardeur extrême ne laissant, à priori, battre les cœurs ;
    bref, merci d’être dame soleil parmi les hommes,
    un phare qui ne brûle pas la peau, quel que soit la proximité de l’air,
    et si je ne suis Gil et John, je n’en suis pas moins accordeur,
    en chœur avec votre idée, ce que vous avez exprimé, votre axiome,
    et euh, qu’ajouter ? Je m’interroge sur une longue liste de revendications
    que des médias dits de masse associent au mouvement citoyen,
    des aspirations en programme politique dont ils jugent le réalisme dans l’élan,
    comme si ces médias avaient forcément raison,
    alors que quand ils présentent quelque chose comme du « factuel », cela peut-être en lien
    avec leurs préjugés, de la doxa, et de mon point de vue, de ce que je retiens des critiques de leur « traitement »
    – telle l’association Acrimed et ce que vous aviez, de ce que je me souviens, exprimé dans un billet -,
    leur façon de montrer l’info n’est pas « anodine », pas dans la neutralité
    derrière laquelle ils tentent parfois de se retrancher en parlant de faits,
    en tout cas pour les quelques fois où j’ai entendu des présentateurs l’aborder
    je trouvais qu’il y avait à y redire, et ceci dit,
    quand je vois cette liste, j’y vois matière à désaccords,
    cela me rappelle pourquoi je ne suis pas encarté dans un parti,
    puis je me dis que le mouvement est parti pour continuer,
    que les idées brassent, vont brasser dans les fors,
    que des se présentant comme gilets jaunes ou proches, cherchant à converger,
    ont d’autres pierres à amener à la construction de l’horizon des gilets,
    que ce n’est pas gravé dans le marbre, que ça peut encore évoluer,
    que chaque jour à son lot de réflexions,
    de remise en question,
    et que je ne sais si tout est mektoub, mais, si je puis dire, adviendra ce qu’il adviendra,
    qu’à chacun selon sa conscience en l’instant, sur la voie.

  • avatar
    Revolta

    Ha ha ha !!! Effet de surprise total !

    Je m’en allais chez nous au LJDP pour souligner la francité des piquets de gilets jaunes, cette évidence tue (du verbe se taire mais qui nous tue aussi à petit feu depuis tant d’années, à coups de gomme de notre existence et de notre identité profonde)…Majorité invisible occultée depuis des dizaines d’années au profit des minorités visibles, dont on voulait repeindre notre décor pour des raisons électorales ; comme l’analysent les politologues en ce moment : abandon des campagnes peu peuplées au profit des sur-populations des banlieues où se perdent des milliards, pompés sur la France invisible pour repeindre des façades aussitôt dégradées, c’est à l’image du reste…

    C’est une révolution à laquelle se plient enfin les médias et bientôt le pouvoir lui-même, c’est inéluctable.
    Car elle est là, LA Révolution, elle est là et ça ne fait que commencer.

    Astérix qui se rebiffe, ça dépote. En égérie voici la rousse Ingrindix, nouvelle coqueluche des plateaux, digne représentante de « ma » France dite profonde, abandonnée pour un mirage du vivre ensemble imposé. On ne les entend plus, on ne les voit pas, ces « minorités visibles » ; elles font peut-être partie des 20 à 25% de sondés qui ne soutiennent pas les gilets jaunes, avec les quelques riches qui les ont mis là à leur profit, les politicards, les trouillards, les tordus du ciboulot qui détestent « le mâle blanc », pour eux « le mal blanc »par excellence.

    On a arrosé les banlieues pendant des dizaines d’années contre la paix sociale. Eh bien Messieurs le puits est à sec, et ce sont les tireurs d’eau qui vous font face. Ce que je me marre ! Ce que je me réjouis ! Et les syndicats à la traîne qui essaient de se raccrocher aux branches, quelle rigolade ! Non, les manipulateurs : même les journaleux le disent : ce n’est pas « la lèpre nationaliste » ni « la peste brune » qui vous fait face, c’est le peuple de France, enfin !
    La décriminilisation de la pensée est en marche. Quelle claque pou la caste ! Un régal…

    Donc ce matin qu’est-ce qui tombe dans mon café ? Personne en gilet jaune affichant sa petite toile détournée en logo ! Mais c’est géant ! Et ça me fait un immense plaisir, vraiment. Merci Merci Personne, le guimmick prend son envol avec vous ce 1er décembre 2018 !

    Après ce moment de joie assez perso, j’écoute le billet de Personne. Encore un morceau d’anthologie. Avant de cliquer, on peut lire en surbrillance « Le romantisme qui embarrasse les politiques ». C’est exactement ça. Révolution poétique des sans voix qui se saisissent du mégaphone… Et puis je découvre que l’on peut « partager cette vidéo » (quand je dis que je suis lente, et parfois de la comprennette, c’est un bon exemple…), ce que je fais immédiatement sur mon compte discret de facebook, jusque là anodin… Que des cadeaux de Noël ! Merci Personne.

    Mais les cadeaux ne s’arrêtent pas là ! Je découvre que Personne a mis le gimmik en photo de profil sur facebook !!! C’est géant non ? En tous cas pour moi, qui déteste être sous les feux (je préfère être au feu) ; mais à l’ombre de Personne la lumière est douce, c’est parfait. Et l’on peut dire que ce logo n’est pas agressif, mais bien romantique et poétique : des antennes pour la communication, des ailes pour l’ange, un gilet pour la cause, sans oublier les enfants qui souffrent de la précarité ambiante. Personne qui s’épuise à tenter de joindre les deux bouts du cercle en est un exemple vibrant.

    Revenons au billet de Personne..
    Parmi les « perles » selon Pascal, il y a celle-ci : « Ce sont vos défauts et non vos qualités qui vous permettront de trouver votre âme-sœur, votre double et non votre moitié parce que vous êtes entier ». C’est parfaitement juste, et cela m’explique soudain comment Personne peut m’apprécier un tantinet alors que nous sommes aux antipodes en apparence.

    D’ailleurs Personne poursuit : « … Préférez…. le mode particulier plutôt que le mode universel ». Personne c’est la SPA des moutons noirs, elle ne les chasse pas, elle les adopte, et le troupeau bêle de rage… Mes positions contraires et abruptes lui ont valu mult pugilats sur LJDP, et de nombreux abandons de poste des abonné du Journal, à l’époque où ils venaient chaque jour par dizaines sur ces pages. Personne a refusé de me bannir comme le lui demandaient les « mieux pesants » qui voyaient en moi cette » peste brune ou lèpre nationaliste », alors que, dans le fond, je n’étais qu’un gilet jaune sans le savoir, tel Monsieur Jourdain…

    Personne, c’est le summum du non jugement de l’autre, de l’encouragement à être soi, quoi qu’il en coûte.

    « Rien à espérer, rien à craindre, votre cœur sera toujours en fête…
    Votre poésie et votre hérésie ne feront qu’un.
    Vous êtes un mordu de la vie qui ne craint pas d’exprimer ses avis tordus.
    Assimilez la raison à la corde des pendus…

    Ci dessous une image que je ne veux pas situer, mais la scène est la suivante : dans un pays en guerre, l’héroïne demande à un orphelin : dessine moi une maison. Elle lui répète que son toit vole dans l’air, qu’il manque un mur, mais il ne comprend pas, sa maison a été détruite par l’aviation, il ne mettra jamais de mur à sa maison. Ca pourrait être en Palestine, ce n’est pas bien loin, mais pour les enfants toutes les guerres sont les mêmes : définitives.

  • avatar
    Gaëlle

    Bonjour chère Personne,
    J’avais tapé tout un tralala pour te remercier puis l’ordi a redémarré.

    C’est, de tous, le poème qui me fait le plus de bien, j’irai y puiser la force et le courage dès que le besoin se fait sentir. Plus que jamais j’ai le sentiment que tu l’as écrit exprès pour moi, merci de m’accompagner depuis toutes ces années.

  • avatar
    Gaëlle

    (bon ben après redémarrage intempestif, mon blabla est toujours là, je te le joins, désolée ça fait désordre, mais c’est important que tu comprennes le bien que tu me fais)

    Chère Personne,

    je te remercie infiniment pour ce texte magnifique, il me fait un bien fou, chaque fois que je douterai, perdue aux confins de ma solitude, quand j’aurai perdu la foi en moi, en rien, en tout, la foi en soi, je saurai où aller puiser encore la force d’être moi-même, c’est à dire tout simplement d’être sincère avec soi-même, c’est un poème anti-mensonge, anti-abandon de soi, un poème qui rappelle qu’en nous c’est un enfant sauvage qui crie « je suis liiiiiibre ! » et que l’un des buts les plus nobles de notre vie, c’est de le laisser sortir de la cage où nous l’enfermons.

    (plus encore que d’habitude, j’ai le sentiment que ce poème est écrit exprès pour moi, et même : seulement pour moi ; à moi tu me joues « le film de ma vie » depuis des années, c’est le temps qu’il faut pour grandir, comprendre, accepter, ton oeuvre est au long cours, une très longue thérapie. Tu me diras, je suis certainement plus lente que d’autres, faut dire que je pars de loin hein…)

    Je te remercie encore pour toute ton intelligence, des hommes et du monde, dont tu m’as fait profiter amicalement et gracieusement depuis tout ce temps. Sans cette ouverture, cette lumière, cette nouvelle compréhension des choses que tu as su à la fois provoquer et accompagner durant toutes ces années, je pense que je serais très malade, très malheureuse, aujourd’hui. Toi, les camarades ici, et mon médecin bien sûr, vous m’avez sauvée et continuez à me sauver d’un sort détestable et méprisable, celui qui consiste à passer à côté de soi-même, à côté de sa vérité. Merci à la vie de n’avoir pas permis que je passe à côté de vous sans vous voir, merci à toi d’avoir ouvert mon esprit et au docteur d’ouvrir mon coeur, merci à tous d’être aussi beaux, ça me sauve de tout, ça rachète tout.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER