Quel amour es-tu ? 1


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Est-ce que j'ai pour vous une nouvelle qui ne sonne pas creux ?

Oui !

Qu'est-ce qu'on dit ? On dit tant mieux.

 

Ma poule a pondu trois œufs.

Vous les avez là, sous les yeux

 

Si nous sommes un tant soit peu curieux... Examinons nos trois œufs :

À l'œil nu, nous ne sommes pas fichus de dire lequel est le plus jeune, lequel le plus vieux ?

J'ose à peine espérer que parmi eux, il n'y a ni sale, ni méchant, ni affreux.

Pour les distinguer, je vais vous décliner leur identité, avec un petit accent facétieux.

Le premier s'appelle Éros

C'est l'amour que connaissent tous les amoureux.

Le deuxième s'appelle Philia

C'est l'amitié que méconnaissent tous les prétentieux.

Le troisième s'appelle Agapè

C'est la générosité que reconnaissent tous les généreux.

Parfois on l'appelle aussi charité parce qu'elle a un peu plus que les deux autres, un lien de parenté avec les cieux... ou avec Dieu.

Je répète pour ceux qui ont la mémoire qui chancelle, les oublieux :

Éros, Philia, Agapè, des noms grecs.

Éros, Philia, Agapè... un, deux, trois œufs à ne pas mettre dans le même panier, même si on est irrévérencieux.

 

Qu'est-ce que je risque de découvrir si je les pèse ou soupèse un peu ?

Que le premier contient quelque chose... un petit poussin qui s'apprête à ouvrir les yeux...

Éros en chair et en os... il sera chanceux ou malchanceux.

Que le deuxième ne contient rien, excepté vos propres vœux

C'est Philia... l'amitié... remplie de vide... parce qu'elle est désintéressée... et c'est heureux.

Que le troisième contient quelque chose mais on ne sait pas ce qu'il contient.

C'est Agapè, une légèreté qui pèse lourd, parce qu'elle se donne sans rien réclamer en retour.

Rien qu'en examinant ces coquilles, on s'aperçoit que ce qu'elles contiennent est tout simplement prodigieux.

Tout y est, tout est pour le mieux : il y a du charnel, du spirituel et du substantiel.

L'Amour est charnel, l'amitié est spirituelle, la charité ou la générosité : substantielle. La substance même du ciel... quand on lève les yeux, on voit bien que ce bleu contient quelque chose, mais on ne sait pas quoi... ce mystère est un don du ciel.

Éros, Philia, Agapè soyez les bienvenus...

Éros va vous prendre tout votre temps.

Philia va le partager avec vous

Agapè va vous donner du temps, beaucoup de temps, jusqu'à ce que vous sachiez ce que c'est que l'instant... ce brin d'éternité.

Tiens, tiens, je ne l'ai même pas remarqué...

Le premier Éros est un peu fêlé... il est... comment dire ? Toujours déjà cassé.

Qu'est-ce que j'y peux ?

Le deuxième en revanche est intact... même si je sais que lui aussi est cassable.

Le troisième Agapè, c'est un tout autre acabit, un tout autre débit... c'est l'infini... l'infini... ça ne se casse pas... c'est incassable... et du coup inclassable... comme toute surabondance.

Ça donne et ça n'abandonne pas... jamais !

 

Auteur interprète : Emeline Becuwe
Scénario : Emeline Becuwe
Actrice : Emeline Becuwe

 

Share Button


Commentaire sur “Quel amour es-tu ?

  • avatar
    Pascal

    Superbe, une perle sur l’amour, les amours, le trio grec.

    1, 2, 3, amour

    Un souffle sur des braises
    avive des flammes,
    une rive longée à la genèse,
    effleurée, choyée dans les sillons
    fait vibrer de l’âme,
    ouvre au moins un instant de la porte d’un ciel,
    quelque soit la saison,
    trame à deux de l’émerveille,
    prolonge la vie même si s’effrite aux failles,
    qu’entre des instants peuvent séparer des murailles

    Deux cieux qui se croisent
    apprennent à se connaître,
    les orages apprivoise(nt),
    donne(nt) du temps pour se remettre
    quand l’un ou l’autre broie,
    écoutent et partagent de leurs expériences,
    à refaire le monde maintes fois,
    forment des tranches de vie,
    transmutent de la résonance,
    du paysage entre les parvis

    De l’horizon qui bâtit pour la terre et le ciel,
    à se consumer et renaître tel phénix,
    depuis du cœur comblé à l’idée de l’humanité,
    du plaisir ressenti par un autre, de la nature + culture, d’élans substantiels,
    œuvre jour après jour, nuit après nuit, tel affixe
    traçant de la voie avec et vers un brin d’éternité,
    ancrant, incarnant du souffle de l’infini,
    saigne face aux guerres, pour autrui,
    contemple le diamant, les beautés de la vie,
    continue, encore et encore, s’accorde à la mélodie


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER