Un sarcophage pour Sarko 2


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Hier mis en cause, aujourd'hui mis en examen...

L'ex-président français aura du mal à dissimuler sa peur du lendemain.

Sa présomption de culpabilité n'est pas moins probante que sa présomption d'innocence.

L'enquête va se poursuivre. Elle peut se solder par un non-lieu ou par un renvoi devant un tribunal correctionnel.

En tout état de cause, un procès s'est déjà ouvert dans toutes les têtes, les bien ou les mal faites comme pour signifier déjà à l'inculpé sa sinistre défaite.

Et même sans le vouloir, on va devoir assister à un feuilleton politique médiatique et judiciaire d'une gravité absolue pour l'image de notre pays.

En premier, le feuillet judiciaire :

Après une longue instruction, l'ex-président français a été mis en examen ou pour le dire autrement inculpé parce que les juges ont estimé objectivement que les indices retenus contre lui sont graves et concordants et justifient par là sa mise en examen.

De quoi l'accuse-t-on ?

Pour le dire autrement, Quels sont ses chefs d'inculpation ?

Ils sont au nombre de trois :

En 1, financement illégal de sa campagne électorale.

En 2 : corruption passive... c'est déjà un peu plus grave et qui peut lui valoir pas moins de 10 ans d'enfermement...

Et en 3, recel de détournements de fonds publics libyens... ce qui constitue à mon humble avis le fond de toute l'affaire, la galère des galères qui va polluer toute l'atmosphère politico-judiciaire.

 

En deuxième, le feuillet médiatique :

Je veux parler de cet empire qui est assimilé à un vampire qui se nourrit du sang de ses sbires... entre autre, Mediapart qui fait souvent office de Proc, de procureur qui instruit plus à charge qu'à décharge peut être pour des raisons publicitaires... ou déficitaires... mais toujours sous le couvercle d'une quête de lumière.

Sa thèse complotiste ne va pas seulement être relayée par toute la presse, mais lue et approuvée par toute la planète.

Quelle thèse ?

La thèse qui atteste que l'ex-président français a éliminé le leader Libyen non pour illuminer le ciel de Benghazi mais pour éliminer le témoin qui a financé sa marche triomphale vers l'Élysée... pour Médiapart, les faits sont quasiment établis.

C'est le lien de causalité qu'il faut désormais établir ou rétablir en disant que l'inculpé a fait tout ça pour ça... qu'il a provoqué une révolution pour obtenir son absolution...

 

En troisième: le feuillet politique :

Sur le plan politique... La partie est perdue d'avance, peut être pas pour l'inculpé, mais pour toute la France...

On va remettre en question toutes ses ingérences. Toute sa politique étrangère sera désormais assimilée à un jeu d'influence, à une volonté de puissance en acte.

La France comme l'Europe ne brandit pas l'épée pour favoriser la paix, mais pour accroître son bien particulier... pour défendre ses seuls intérêts.

Quitte à tordre le cou à la vérité, à la Justice et à la loyauté.

De quoi parle-t-on ?

D'un truand qui a abattu un tyran... et qui a transformé un pays étranger en un vaste marché d'esclaves et de migrants.

 

CONCLUSION :

Qu'on le veuille ou non... Cette mise en examen équivaut à une véritable inculpation et quelle que soit l'issue de l'enquête en cours, qu'il y ait ou non procès, la France sera reconnue responsable de ses dirigeants irresponsables... coupable de prétendre à la table de la Loi avec des dessous de table.

Elle ne peut plus faire amende honorable.

Elle fera désormais partie du concert des nations lamentables - qui n'ont plus aucun crédit sur la scène internationale.

À moins qu'elle plaide "non coupable" et justifie l'injustifiable.

Autrement dit, le seul service que puisse se rendre la France serait en l'occurrence de ne pas rendre Justice !

 

Auteur interprète : Emeline Becuwe
Scénario : Emeline Becuwe
Actrice : Emeline Becuwe

 

Share Button


2 commentaires sur “Un sarcophage pour Sarko

  • avatar
    Pascal

    Très jolie scène, réflexions sur la thèse de Médiapart et cie, le sarkophage politique et cætera. Je vous souhaite de finir par recevoir pléthore de dons.

    Me fait penser que la prétendue mesure de la « corruption officielle » dans les pays n’est pas forcément beaucoup significative par rapport à ce qui en est perçu, d’autant avec ce genre d’affaire qui influence l’image / le crédit à l’international. Je pense notamment aux articles sur rapport annuel de la corruption dans le monde de la part d’une Ong. Je ne sais pas si ça aura une incidence sur la place de la France sur la carte qu’ils font la prochaine fois qu’ils feront une mise à jour : CARTE. Dans quels pays le niveau de corruption est-il le plus élevé ? : https://www.francetvinfo.fr/en-image/carte-dans-quels-pays-du-monde-le-niveau-de-corruption-est-il-le-plus-eleve_2621754.html

    mais sûrement sur l’assimilation de la France aux USA-Bush-Trump et cie dans « l’opinion publique ».

    Après, il me semble que la plupart des pays / puissances influents sur la scène internationale dépendants du pétrole et soumis aux lobbies, et vendant des armes, qui ont fait de l’ingérence / néocolonialisme, sont du même concert. Dans un doc’ sur les enjeux autour du pétrole, des premiers forages de Rockefeller en 1860 à la guerre en Irak, il est évoqué les calculs politiques, l’opacité et la désinformation, le fait que les vainqueurs des deux guerres mondiales se sont notamment partagés de l’influence sur des pays producteurs de pétrole, avec des pays créés pour. Pas une excuse pour justifier ce qui se serait / s’est passé en Libye, ce serait plus grave que d’autres corruptions, d’ailleurs ça n’a ptêtre pas tant fait l’intérêt de même la France capitaliste / de Français en général, mais pour dire que je pense que c’est lié à l’éco-politique / au paradigme. Et que si d’aucuns considèrent que les actions géopolitiques ont pour objectif de profiter à l’économie du pays qui les impulse, de quoi émettre des réserves sur à qui cela profite et sur la « solution ». Au sens :

    – que je ne suis pas convaincu qu’on ait intérêt à rester plus ou moins dépendant du pétrole, de son cours et tout (même si Sarkozy et les politiciens qui ont ratifié le traité de Lisbonne de 2008, n’étaient pas aller contre le résultat du référendum de 2005 en 2008, ne l’avaient pas fait, je doute que cela aurait été beaucoup plus mieux pour ce fait). Alors certes, cela ne se fait pas du jour au lendemain, par exemple la Suède qui s’y est prise plus tôt que la plupart des pays occidentaux pour planifier fonctionnement écolo, y investir, ont dû revoir leur agenda, de 2020 à 2050, même si ils ont fait pas mal de progrès. Mais aussi parce que reste dans une certaine habitude de mode de production / façon de faire tourner l’économie, on pourrait considérer, je pense (vu récemment passer une citation / réflexion de feu Stephen Hawking qui rejoint plus ou moins cette idée).

    – et que si y a des politiciens plus vertueux / responsables que d’autres, pour la « solution politique », je pense que cela peut plus venir de l’effectivité d’un programme revoyant des rouages éco-politique impliquant les citoyens, dans l’idéal hors parti politique (ce qui ne veut pas dire sans aspiration sur l’échiquier politique, ni que ce serait porté par un groupe politique pour les prémices, ce qui est totalement différent du groupe En marche / de ce qu’il / ils a / font fait) pour ce qui est de réfléchir / appliquer le cadre.

    Ceci dit, il faudrait qu’il y ait suffisamment de prêts à, et même si y a pas mal qui ne veulent plus déposer un bulletin pour les urnes – « élections traditionnelles », ne l’ont pas fait pour 2017, et qu’il y a le score encourageant de la FI pouvant refléter des souhaits d’alternative, pas gagné en France-Europe, aux USA, Russie et cie.

    De rivage en rivage

    Se trace des pays
    dans la trame de volontés, à vie,
    se déroule sur les ondes
    la houle des coups
    sur l’échiquier
    d’un monde,
    parfois jusqu’au grisou
    selon l’intensité
    du souffle des politiciens,
    des plébéiens,
    du passé cristallisé
    dévoilé,
    ressorti,
    tel le Kadhafi

    Au système des urnes,
    sans évolution de rouages,
    s’en remet aux cothurnes,
    aux aiguillages,
    aux intérêts diluviaux
    qui dissolvent le particulier
    et l’universel dans le flot,
    aux effets, réactions découlées,
    et chacun à sa responsabilité
    suivant la conscience, la compréhension,
    la connaissance des horizons,
    des événements jugés

    Face à des puissants,
    aux méfaits en Libye,
    l’enquête prend son temps,
    de la force décide au parvis,
    l’histoire suit son cours,
    le monde, la civilisation
    à l’orchestration de ses canons,
    Sarko et la France à son sort,
    des à des instants troubadours,
    de l’individu au commun, à de l’aspiration,
    à de l’essence du ciel, un mode d’accords,
    au fil de saisons.

  • avatar
    jacou

    Une flèche de plus à votre arc bien tendu, une corde de juge d’instruction aussi lui irait bien .

    Sarko, Hollando. Macrono, chacun dans leur genre sont les errements balbutiants d’une humanité en devenir, ils représentent différents aspects de la conscience collective, drogués et sous dépendances d’un mental mécanique , ils sont incapables d’avoir le vision globale nécessaire à la conduite d’une entité complexe telle qu’une nation, vouloir la gérer à partir des différences est une aberration ; chacun des trois y va de sa petite musique à la mesure de ses in-capacités mais non sans suffisances . Quand la conscience collective française ( archétype de la conscience collective de l’humanité ) sera suffisamment éveillée, alors, naturellement ses meilleurs représentants se manifesteront . En attendant nous avons droit aux pitoyables comportements et gesticulations des uns et des autres .


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER