Les 4 cavaliers de l’apocalypse 4


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Emmanuel, Marion, Laurent et Olivier sont qu'on le veuille ou qu'ils le veuillent ou non, les nouveaux prétendants au trône... si l'un d'entre eux y a déjà accédé, les trois autres prétendent à juste titre pouvoir lui succéder.

Nouveau genre, nouvelle génération qu'on appelle sans gêne, parce qu'ils ne se gênent pas pour nous signifier qu'ils sont atypiques ou hors normes.

Ils sont autres que les autres... Figures d'une altérité nouvelle sur le plan existentiel ou relationnel... aussi spirituels que leur vingt et unième siècle.

 

Les 4 cavaliers de l'apocalypse n'y vont pas par quatre chemins, ils sont sans complexe, ils veulent paraître ce qu'ils sont et ne pas mordre aux vieux hameçons.

Rien que leur nom désigne tout un mode de gouvernement, Macron, Le Pen, Wauquiez et Besancenot, font de l'ancien avec le nouveau et du nouveau avec de l'ancien en même temps et hors du temps.

Car c'est dans leur tête qu'ils parcourent la planète ou situent leur conquête.

Quatre temps pour battre politiquement la mesure, quatre saisons pour débattre du dérèglement climatique, quatre éléments pour combattre le vide idéologique.

Pour bien les cerner, j'ai choisi le verbe "marcher" pour discerner le sens de leur démarche... leur portée sur l'échiquier politique.

 

  • En premier, celui qui a bénéficié de nos suffrages pour être à la page : MACRON. L'homme du verbe devenu du jour au lendemain l'adverbe le plus prometteur : "En marche"... pour dire qu'il est en mouvement ou qu'il met en mouvement... qu'il meut autant qu'il nous émeut... motion et émotion vont main dans la main. Il bouge et veut faire bouger les lignes ou les signes.

Avec lui, on est censé, avec les mêmes yeux, voir les choses autrement... faire les choses autrement. Et donc dire les choses autrement même s'il s'agit toujours des mêmes choses. Car pour lui, la politique n'est pas une science mais une efficience. Non pas une langue morte, mais une langue vivante qui pour être toujours valable, n'hésite pas à changer ses vocables... elle se réalise en transformant ses vocalises... jusqu'à rendre supportable, l'insupportable... On marche vers le progrès pour ne pas avoir de regret... c'est agréable.

Mais en vérité, le verbe marcher a deux autres acceptions, deux autres significations cachées ou occultées...

C'est d'abord ce qui nous fait marcher c'est à dire le discours approprié, sur mesure, adapté... et c'est ensuite cultiver ou vouer un culte à tout ce qui marche, réussit ou aboutit. Et dans un cas comme dans l'autre, il suffit d'être efficace... mélange savant et savoureux entre opportunisme et pragmatisme. On ne se casse plus la tête, on casse la baraque... on ne donne l'accès qu'à ceux qui ont du succès... les winners aussi bien pour l'épicier que pour le banquier... la culture de la gagne ou le bagne ! Neuilly ou Bagnolet...

 

  • En deuxième, il y a la belle au bois dormant : MARION Maréchal Le Pen... la voici, nous voilà.
    Elle a la même prestance mais une toute autre exigence. Elle marche mais à reculons, elle veut elle aussi, aller de l'avant mais en passant par derrière.

Pour elle, ce qui détermine la marche ce n'est pas l'action de marcher mais la raison qui nous fait marcher. Ce n'est pas le mouvement mais le fondement du mouvement.

Non point l'horizon mais la maison, notre maison. Le petit village, le doux visage, notre ancrage... notre nation. Autrement dit, notre origine est aussi importante que notre destination.

Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient... et pour que notre marche soit triomphale, il faut qu'elle soit subordonnée à notre idéal, non point universaliste mais régionaliste voire nationaliste...

Pour que ça marche, il ne faut pas intégrer n'importe quel marcheur ou démarcheur mais des hommes et des femmes qui aspirent aux mêmes valeurs : notamment celle de la patrie y compris pour le chauffeur de taxi.

Avant de songer à la famine, Marion songe à sa famille, à ses frères et sœurs de chair et de sang qui savent ce que c'est qu'une mère-patrie, qui ne marchent pas pour marcher, ni pour obéir à la loi du marché, mais pour créer un nouveau marché, celui des valeurs non marchandes : travail, famille patrie.

 

  • En troisième, Laurent WAUQUIEZ est celui qui pose le moins de problème. Et même s'il y croit, personne ne le croit avec le cadavre de la droite sur les bras. Il marche seul, c'est Goldman, avec cynisme et sans lyrisme. C'est le nouveau Jésus qui crie dans le désert : lève-toi et marche et qui s'enfonce petit à petit dans ses sables émouvants. Il rêve de résurrection, de mouvement résurrectionnel voire sensationnel mais il est bien le seul à aimer ce qu'il fait et le seul à être satisfait parce qu'il n'a toujours pas compris que sa partie est terminée, et malgré sa tchatche, il ne peut refaire le match.

C'est l'enfant du vide et de la nuit, il est né de leur rencontre. C'est le fruit de leurs amours. Dans son oreille, il entend la chanson de Liverpool " tu ne marcheras jamais seul". Et il continue de marcher en se disant qu'il n'est pas le seul à être seul... rêverie d'un promeneur solitaire. S'il n'existait pas on ne s'en apercevrait même pas.

 

  • En quatrième, il y a Olivier BESANCENOT... le postier qui marche en espérant avoir toujours une bonne nouvelle dans son escarcelle. Lui a tout compris à l'essence de la tromperie. C'est le seul à dire qu'il ne faut pas marcher pour que ça marche, qu'il faut même rompre la marche de ceux qui marchent pour prétendre à l'arche de Noé.

Il sait que la vérité n'est plus du tout de mise en politique, que l'erreur seule est souveraine...

Que pour la véritable contestation, il n'y a plus d'adeptes... l'évolution a pris le pas sur la Révolution. Il n'y a plus que l'argent pour faire bouger les gens.

C'est la loi du petit nombre qui a éclipsé le plus grand nombre. Le peuple est mort, vive le peuple !

Tout le monde sait que tout le monde ment dans l'indifférence générale.

 

Auteur interprète : Emeline Becuwe
Scénario : Emeline Becuwe
Actrice : Emeline Becuwe

Share Button


4 commentaires sur “Les 4 cavaliers de l’apocalypse

  • avatar
    Revolta

    Tiens, une Française !!! Un pur Bonheur, celle qui se retrouvera face à Macron, les deux autres n’ayant ni l’envergure ni ni ni etc. Et elle passera, c’est notre temps qui revient. Finie la criminalisation de « La France aux Français », comme si ce n’était pas légitime et naturel ! A ce train là on n’aurait plus le droit de préférer son gamin à celui du voisin ? Du grand n’importe quoi tous ces dictat; A déblayer, comme en Italie, c’est la petite bête qui monte qui monte et ne s’arrête plus, après ces années de plomb, enfin libres !!! Le plus marrant c’est quand-même le coup des Polonais, pays Chrétien par excellence, qui en a eu marre d’être accusé de tout : il vient de pondre sa petite loi Gayssot à l’envers, au grand damn des historiens qui n’en revenaient pas, hier : interdiction désormais sous peine de prison de dire que les Polonais ont participé à des exactions contre les Juifs !!! Et pas un n’a dit ou même pensé que c’était un juste retour de bâton de nos lois scélérates, où une opinion devient un délit comme n’étant pas une opinion mais un délit etc… La roue tourne, l’Italie se réveille, bientôt notre tour, Marion le retour

  • avatar
    jacou

    Vous êtes une orfèvre de l’art littéraire , quel talent ! Bien sûr , aucun des prétendants sur leurs montures scellées d’une langue de bois ne peut incarner de vérité profonde  » Car c’est dans leur tête qu’ils parcourent la planète ou situent leur conquête. »

    Etant intéressé par le symbolisme j’ai recherché le sens que pourrait avoir celui des 4 cavaliers de l’apocalypse, bien sûr celui du religieux ne m’a pas échappé mais je me méfie des interprétations d’autant qu’une vision peut-être hors de son temps mais être signifiée par des éléments parlant du moment . Parmi les innombrables hypothèses , une m’a plus particulièrement interpellé bien qu’il n’y ait aucune connotation religieuse,

    – « Nous sommes en train de vivre une mosaïque d’effondrements » : la fin annoncée de la civilisation industrielle

    Sur les neuf frontières vitales au fonctionnement du « système Terre », au moins quatre ont déjà été transgressées par nos sociétés industrielles, avec le réchauffement climatique, le déclin de la biodiversité ou le rythme insoutenable de la déforestation. Transgresser ces frontières, c’est prendre le risque que notre environnement et nos sociétés réagissent « de manière abrupte et imprévisible », préviennent Pablo Servigne et Raphaël Stevens, dans leur livre « Comment tout peut s’effondrer ». Rappelant l’ensemble des données et des alertes scientifiques toujours plus alarmantes, les deux auteurs appellent à sortir du déni. « Être catastrophiste, ce n’est ni être pessimiste, ni optimiste, c’est être lucide ». Entretien.

    Un livre sur l’effondrement, ce n’est pas un peu trop catastrophiste ?

    Pablo Servigne et Raphaël Stevens : [1] La naissance du livre est l’aboutissement de quatre années de recherche. Nous avons fusionné des centaines d’articles et d’ouvrages scientifiques : des livres sur les crises financières, sur l’écocide, des ouvrages d’archéologie sur la fin des civilisations antiques, des rapports sur le climat… Tout en étant le plus rigoureux possible. Mais nous ressentions une forme de frustration : quand un livre aborde le pic pétrolier (le déclin progressif des réserves de pétrole puis de gaz), il n’évoque pas la biodiversité ; quand un ouvrage traite de l’extinction des espèces, il ne parle pas de la fragilité du système financier… Il manquait une approche interdisciplinaire. C’est l’objectif du livre….

    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2015/06/nous-sommes-en-train-de-vivre-une-mosaique-d-effondrements-la-fin-annoncee-de-la-civilisation-industrielle.html

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur les 4 cavaliers de l’apocalypse politique du 21 ème siècle.

    Je ne sais pas si je voterai à nouveau, que cela soit pour les législatives ou présidentielles. Certainement pas pour de ces 4 là / de leur parti en tout cas, à moins que Olivier Besancenot change de son programme d’ici là, inclut certaines idées, mais j’en doute.

    Me fait penser que dans une de ses conférences sur les politiques, évolution système, dans une partie, Loïc Blondiaux fait plus ou moins une corrélation entre problème des ressources et remous politiques dans le monde, mais aussi de la structure avec délégation de pouvoirs (pour l’armée, pour la création monétaire, pour des lois) où les citoyens sont plus dans un rôle « consommateur ». D’aucuns considèrent d’ailleurs que la représentativité à la française, ce qui est sorti à la suite de 1789-1795 est le fruit de la monarchie / des adeptes de la monarchie pour sauver de leur pouvoir plus que de la bourgeoisie, contrairement à ce que d’autres proposaient / défendaient, des comme Robespierre qui aurait été l’objet d’un certain nombre d’intox. Et toujours est-il que de ce que je me souviens de ses explications, si la création de corps de métiers et délégation de pouvoirs peut permettre / a pu permettre de gagner une certaine « productivité » et participer de l’économie marchande, de moins dépenser certaines ressources dont humaines pour certaines tâches d’un côté, de dégager des heures, de l’autre, alimente un système qui fait marcher de l’obsolescence programmée et cætera, et puis peut freiner l’adaptation à l’environnement / aux défis de l’ère, empêcher l’incarnation d’idées qui pourraient être intéressantes pour plus ou moins tous. En gros.

    Bref, pour de l’évolution-révolution, il me semble qu’il y a principalement deux « écoles ». Je dirais qu’il y a ceux qui considèrent que ça passe par de l’auto-gestion et / ou forme d’autonomie sur le système capitalisme néo-libéral, développement de communautés mais aussi d’idées / de concepts tel que les incroyables comestibles ; et il y a ceux qui considèrent que ça passe par encourager à revoir rouages éco-politique (où je mets les idées pour nouvelle constitution et nouvelles économies). Des théoriciens comme Cousin considèrent plus que ça passe par développement d’alternatives, de noyaux agissant comme des jalons de conscience en rupture radicale avec le capitalisme / néolibéralisme, et qu’atteint un certain seuil de population cela pourrait faire boule de neige, et que l’histoire en marche ferait alors le reste, mais il peut ptêtre y avoir complémentarité. Ne serait-ce que parce que le fait de se dire qu’il y a des variantes d’organisation éco-politique, qu’il pourrait y en avoir une autre appliquée, peut encourager à avancer sur sentier et faire synergie avec développement d’alternatives.
    A ce propos, dans un entretien où Franck Lepage évoquait le développement de temps disponible pour penser de la révolution et de l’action – création, l’intérêt de l’éducation populaire et sensibilisation à divers sujets, il évoquait aussi la difficulté pour « faire mouvement », fait qu’il n’y a pas suffisamment d’organisation derrière, et il concluait en expliquant qu’avec son groupe « l’Ardeur » ils comptaient plus travailler avec les institutions, syndicats, sur la longueur, travailler sur ce levier. Il y a divers leviers sur lesquels il peut être « travaillé », en complémentarité, par diverses personnes, mais peut y avoir difficulté à s’accorder et surtout le faire sur la longueur.
    C’est ce qui fait la force du capitalisme – néolibéralisme, le fait que chacun de son côté peut se sentir démuni et peut faire qu’on met de côté de ses aspirations, et puis comme le rôle médiatique a une certaine importance, même si des gens peuvent s’informer à plus de diverses sources qu’auparavant, les médias de masse ont toujours une certaine emprise et véhiculent à leur façon l’idéologie dominante / certains type de discours, conceptions, et difficile de lutter contre ça avec les sommes engagées pour le statu quo / des lobbies.
    Larry Lessig a essayé de faire bouger les choses aux USA sur partie de cet aspect, sur du financement en politique et donc sur les idées en politique. Dans un documentaire autour de son expérience, on comprend qu’il a beaucoup marché, scènes où on le voit marcher avec d’autres militant avec lui, et malgré son « zèle », tout le temps qu’il y a consacré, a pas été suffisant, ou disons qu’il n’a pas pu aller jusqu’au grand débat démocrates où il aurait pu démultiplier la portée de son avis du fait qu’ils ont changé les règles un peu avant.
    Certains discours / thèses plus ou moins subversives peuvent se faire entendre dans des médias de masse, mais pas évident. D’autant que passer le buzz du moment, de l’idée promut peut s’essouffler.
    Et même pour des idées d’alternatives sans argent, pour « promouvoir », militer pour efficacement, peut avoir besoin d’argent pour faire pencher vers ce paradigme, aussi parce que y a l’instant présent et le paradigme du moment.

    Re bref, avec de l’auto-gestion, certains trucs, sensibilisation à des causes, il y a des pistes, pas encore pris le temps de lire le livre de Bernard Friot sur Macron qu’on m’a offert, et pourrait retenter de motiver des gens à écrire constitution en tant qu’entraînement (exemple d’une sur : http://jecrislaconstitution.fr/constitution/collaborative)

    mais pour faire bouger la scène politique, je me dis que faudrait atteindre un certain seuil de prêts à. Ce qui peut décourager. Bon, en Tunisie ils avaient réussi un tour de force, mais situation n’est pas la même, et si je pense que le mieux ce serait que cela ne soit pas un parti politique en particulier qui le mette au programme, j’ai des doutes sur les chances d’incarnation, d’un autre côté, si c’est un parti politique, peut aussi douter, même si résultat pour la FI peut être considéré encourageant pour la 2022 : Audition programmatique – Madame Mabrouka M’Barek, députée constituante tunisienne, aux auditions programmatiques de JLM2017 : https://www.youtube.com/watch?v=I3yUcq2_umA

    Me fait penser que dans la vidéo doc’ sur Charlie Chaplin – Les Temps Modernes : http://www.dailymotion.com/video/x22zxln_charlie-chaplin-les-temps-modernes-documentaire-complet_shortfilms
    il est question d’une réflexion / démarche de Chaplin qui était dans la recherche d’alternatives, faire évoluer les consciences pour faire évoluer la politique-économie. Sur cet aspect, je me dis que l’éthique de Léon Tolstoï pourrait être de la solution, mais c’est pas plus simple de sensibiliser pour.

    Marche après marche

    Petit à petit,
    pas à pas,
    ou non pas après non pas,
    entre les parvis,
    à contre courant
    ou en suivant
    un flot,
    la politique du monde
    règle des ondes
    comme des trémolos,
    dans le lot,
    une génération de politiciens
    sur l’échiquier,
    à leur empreinte solo ou concerto,
    y forgent un destin,
    en face, à côté,
    devant des avenues du capital,
    du phénoménal, de l’impérial,
    se joue ou non les urnes,
    avec ou sans cothurne,
    tout un chacun
    à ses occupations,
    ses difficultés, aspirations,
    à sa soif, sa faim,
    des ouverts au ciel
    à la marge,
    à leur targe,
    avec le temps
    peuvent rejoindre un rang,
    ou renforcer une trajectoire,
    dans la poche, un rivoir
    à façonner une arche,
    se disant qu’un jour,
    peut-être un carrefour,
    marche après marche,
    vers un nouveau palier
    de l’escalier de la société,
    mais en attendant,
    ils à l’histoire du siècle, leur instant.

  • avatar
    Tony

    Lever de voiles , se sont tous des menteurs , ba ouai , mais les médias aussi , ils parer que la datation est vrai , j aime bien l olivier on le trouve partout ou c est chaud et pure sinon l idéologie qui domine les 2 autres , néo con serviteurs de ce systeme de peurs et de leurres c est pas mon trucs
    qui ailles voir leur diables des cons forts table assisse sur leur gros qi figer sur ce qui est déjà des passer
    la majorités des français saves qu ils faut évoluer et sortir de leur systeme de penser et s il restes des guignoles qui mises sur des tocards c est peut être parsqu on est obliger de faire fusionner , chez nous les chevaux de traits ces lourds pour déplacer l éther , reste des couillons dans ce pays qui on toujours peurs que le ciel leur tomber sur la tete , voila pourquoi ils marches sur la tetes c est cons , mais les jeunes l on comprit on tirera rien de tout c est bourrins la
    et ouai c est la fin de leur monde , et c est temps mieux , un monde ou l humanité a s aimer sans limitations

    https://www.youtube.com/watch?v=vGYFgiqJv2E

    Imaginer que tout est lié et relié et donc préserver et bonifier tout ce qui est donner par la vie elle m aime


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER