LACTALIS 2


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Quelqu'un m'a dit "ce que veut chaque individu est empêché par chaque autre, et ce qui s'en dégage est quelque chose que personne n'a voulu".

On nous vend désormais la mort, parce que ça rapporte plus que la vie.

Pour survivre, il faut prendre le Thalys "en marche", pour reprendre goût à la vie en se jetant dans le lac des délices et ne pas écouter ce qu'on vous dit sur Lactalis : que les bobos tuent les bébés pour ne pas l'avoir dans le baba.

Le moins drôle c'est qu'on reçoit toujours le même message, après coup, sur nos portables : "responsables, mais pas coupables !"

Le poison était destiné à l'exportation mais le sort s'est trompé de destination. Une tragédie de plus ou de moins !

Le patriarche nous avait pourtant prévenus avant d'être élu, que nous serions en marche... en marche vers le marché.

Parce qu'il n'y a pas d'autre démarche pour saisir la réalité ou comme on dit en allemand "Wirklichkeit" : l'effectivité. Lorsque je m'achète un Lactalis à Grenade, la caissière me demande toujours comment je paye : tarjeta o efectivo.

On sait maintenant quel effet ça fait d'être sous pression continue, sous l'empire du marché où tout s'achète et tout se vend...

 

Qu'est-ce que le marché ?

C'est le lieu où l'ont peut tout vendre et tout acheter.

Du blé, oui mais pas seulement.

Du beurre, oui, mais pas seulement.

Du lait, oui, mais pas seulement

Du lait en poudre pour ceux qui ont des nourrissons à dissoudre, mais pas seulement.

Des armes pour en découdre. Des prêtres pour nous absoudre.

Des technocrates pour tout résoudre... toujours des grains à moudre. Meunier, tu dors ! Le marché, le marché va trop vite.

Qu'est-ce que le marché ?

C'est le régime qui préconise que tout est marchandise. Ça, ça, ça, ça !

L'amour ça s'achète, l'amitié, ça se vend. La parenté, ça se loue. Oui, oui et oui !

Je ris en réalisant que tout a un prix... qui varie selon le nombre de ceux qui le partagent ou le propagent.

Ni qui, ni quoi mais combien ?

Combien ça coûte ?

Un attentat ? Combien ça coûte une raison d'État ? Combien ça coûte des jeunes qui se radicalisent ? Combien ça coûte des voyous qui vandalisent ? Combien ça coûte des crimes qu'on banalise ?

Combien ça rapporte ?

Des prisons qui implosent ? Combien ça rapporte le pessimisme, la sinistrose ? Combien ça rapporte l'ubérisation des entreprises ? Combien ça rapporte la paupérisation massive ? Combien ça rapporte l'immigration choisie ?

C'est le marché qui décide et fixe les prix, oui, oui et oui !

Il ne peut être régulé, c'est lui qui régule... pose ou impose les règles du jeu.

C'est ce qu'on appelle "le monothéisme du marché" : une religion d’État laïc et cynique.

On est forcé d'y croire pour le voir, de le faire exister pour exister.

La seule petite bonne nouvelle pour ne pas renoncer de suite à toute foi, à toute charité, à toute espérance... c'est qu'on pourra bientôt se payer un nouveau cerveau pour ne plus être affecté par le plus bas niveau de l'être... l'être de caniveau !

Share Button


2 commentaires sur “LACTALIS

  • avatar
    Tony

    Comment sa Laïc ? c est tout le contraire normalement , elle respecte toute les religions , les dogmes même celle de l argent mais n est prit par sont pouvoir , surtout pour écraser , asservir les autres , d ailleurs suis pour une nouvelle loi laïc de séparation du temple de l argent avec celui de la Fraternité de l Egalité et de la Liberté
    vous chantée bien , ba alors vous voyer quand vous voulez lol superbe changeons et très frais
    on parle de Lactalis mais des scandale qui sommeil ,et qui traîne et ne sont pas soulever yen a un paquet , mais rendez vous compte qu ils devrez changer complètement de logique si on les soulever parsqu ils ne cherche que les bénéfices au périls de toute la société et la santé des gens , les cancers on explosez depuis 20 ou 30 ans , depuis la parenthèse libéral et cette inondation de produits ultra chimisés !
    coca par exemple meme les chats nous en parles

    https://www.facebook.com/sante.dans.lassiette/videos/772682486230243/?hc_ref=ARRYtBhXcpnm2zMuv_GcXwV8AvZyz_6DdB_58D1MevKtJLcobEMrwsnlFJjT-E-SCkQ

    et ya comme sa des tas de cochenerie qui sont vendue , et on nous martèle a coup de propagande de ne pas oubliez d en avaler
    au nom d un marcher qui camés et complètement faussé , par un intérêt d accumulé et d asservir
    et ils savent y faire :

    Des géants de l’agroalimentaire « font du chantage à l’emploi en permanence à l’Etat… »

    https://planetes360.fr/geants-de-lagroalimentaire-chantage-a-lemploi-permanence-a-letat/

    l état , ce n est qu un bras armée idéologique ultra puissant certes mais avec tout les inconvénient qui vont avec les tares de l humain , sa malhonnêteté , sont esprit faible a être figer dans des idées périmés comme les guerres les misères , et c est conflits et c est intérêts ou les 2 fusionne par foi , comme pour l histoire des médicament et autres vaccins qu on veut imposez
    mais surtout le probleme ne vient pas de la , c est l Inconscience qui prédomine ce genre de science et donc de pratiques , si on poule l air , l eau la terre etc.. qu on déséquilibre nos nature et la nature nous ne récoltons que ce qui est semer , nos limitation cherche l illimité mais le genre humain évolue avec des lois , qu on ne connait pas , encore ou suffisamment
    la nature met du temps , l humain est du genre presser et presse c est congénère , ce qui est crée un grand désordre
    les vertus ne sont plus d actualité , seul le rendement de quelques charlatans conte
    des zombie gouverne la plupart du temps , Hubert Reeves disait que le systeme en place ne voulant perdre sont pouvoir sur les gens , sur la vie , le pensant , choisie de pire en pire aux commande , il cherche a allez au bous de sa logique , quesqu il va se passer ils se dises les zombies , va t on crée encore et encore des armées de zombies ou bien les gens vont ce réveillez et sortir du rêve cons leurres vend
    ils continuerons de colonisez , territoire , idées parsqu ils n on aucune idées de ceux qui se ferez sans leur esclavagisme primaire

    https://www.youtube.com/watch?v=6Ejga4kJUts

    emmurés ils sont , alors des murs ils crées , terrorisé alors ils terroris »t »es
    fraternel salutation

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet sur l’affaire Lactalis, la pression continue sur les mamans des veaux, les travailleuses – travailleurs, le marché, et cætera, avec un certain humour et une très joie voix chantée sur le passage concerné.

    « ce que veut chaque individu est empêché par chaque autre, et ce qui s’en dégage est quelque chose que personne n’a voulu »

    me semble que ce pourrait être une très bonne définition de ce qui fait fonctionner le néolibéralisme et rend difficile l’application d’alternatives pour tout un pays, un continent, une planète.

    Après, si on peut se dire que si on pouvait se payer un nouveau cerveau, pourrait ptêtre faciliter l’adaptation au marché et / ou pour solution / r-évolution – fait notamment penser à un article sur un anarchiste qui parlait de surtout tenter d’apprivoiser son rapport au monde (Kenneth Rexroth, l’anarchiste érotico-mystique : https://www.revue-ballast.fr/kenneth-rexroth-lanarchiste-erotico-mystique/ ) – ;

    que difficile de prévoir combien de temps prendront l’ancrage de certaines idées ;

    je pense que c’est surtout question de temps de réflexion / recherche à pouvoir s’accorder quand on peut, et que quasi tous s’y retrouveraient dans un autre système que le néolibéralisme, et que le connatus, réflexion et action dessus / avec, peut d’ailleurs permettre d’y arriver. Frédéric Lordon, qui se revendique spinoziste, me semble bien, si dans une conférence à laquelle il avait participé avec d’autres intervenants, il avait fait sa partie sur le thème de la difficulté de faire évoluer l’éco-politique, difficulté que les gens soient globalement prêts à, laissait entendre qu’il y avait matière à ne pas renoncer à l’idée que c’est faisable, et dans une autre conf’ avec Bernard Friot ils évoquaient le « déjà là » (en rapport avec fonctionnement de la sécu à élargir aux revenus selon Friot), comme un potentiel.

    En fait, je dirais que l’impression de ne rien y pouvoir, ou peu, collectivement sur le fonctionnement de l’éco-politique, et de ce fait, individuellement, d’être pris
    entre ce qui fait qu’on referait bien le monde / le système éco-politique, ce qui nous fait, sur des effets du néolibéralisme, qu’on trouve pas glop / rouspeter-indigner / révolter,
    et entre l’idée qu’il vaudrait mieux apprendre à composer avec d’une manière ou d’une autre,
    vient de la conscience de la difficulté du chemin qui s’écarte de la « norme » d’une ère, du fait qu’il est difficile de faire un pas après l’autre comme cela.

    Et sur la norme du marché, de ce qui y participe, « l’offre et la demande », qu’on pourrait considérer d’un côté comme la résultante des préférences de tout un chacun au tamis des « contraintes », hier soir, je suis tombé sur page d’un livre qui l’évoque, où il est théorisé que le désordre socioéconomique constant dans le monde « moderne », avec des « résultats négatifs », des problèmes de pollution et cætera, n’aurait rien à voir avec l’intention des individus agissant sur le marché, serait en gros lié à un manque de compréhension des conséquences « économiques » systémiques. Bon, peut objecter que partager la théorie sur la « compréhension » ne rend pas forcément plus efficace contre les rouages, mais bon, dans le tout à l’œuvre, avec un peu de temps ? Me fait penser que certains remontent jusqu’à l’époque des chasseurs-cueilleurs, expliquent l’évolution vers le néolibéralisme à partir du besoin de stockage du modèle agriculture – élevage et sédentarisation avec organisation en villes, mais aussi que notre époque pourrait être charnière, car le néolibéralisme n’est pas immuable, y a théoriquement matière à organiser les ressources (et éviter les scandales sanitaires et nourrir tout le monde tout en respectant plus la vie des animaux), la production, le travail autour, autrement. Et même si j’ai tendance à osciller entre optimisme et défaitisme, si des besoins peuvent plus ou moins s’inventer via le marketing pour faire perdurer le néolibéralisme avec les ressources à disposition, qu’il y a de l’inventivité humaine qui pourrait y servir, je me dis que les problèmes d’appauvrissement des sols, pollutions, scandales sanitaires et caetera, feront que pour s’adapter à l’environnement, les nations, pays, populations devront converger vers une autre organisation éco-politique, des alternatives. D’aucuns considèrent d’ailleurs que sur la « volonté – désir » des populations, des gens, des individus, si y avait plus trop possibilité d’influence de lobbies militaro-industriels et cie, système plus démocratique que ne l’est la France-Europe et USA, cela irait avec une forme de démocratie économique d’une manière ou d’une autre (et donc plus question de notion de pauvreté telle que nous la connaissons), moins de gaspillage des ressources et cætera. Bon, la mise en pratique est une autre histoire, et possibilité que le néolibéralisme, que le tout à l’œuvre régule, peut imaginer / ne pas imaginer des variations sans que cela change de trop et donc qu’un certain nombre de penseurs-rêveurs-militants aient tort, mais bon, je reste un poil optimiste, ou disons non totalement pessimiste, sachant qu’en attendant, loin d’être fait.

    Et bref, en tout cas, je vous souhaite d’arriver à vous y retrouver, plus avoir à vous inquiéter pour le loyer et cie.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER