Une sourate contre les technocrates 1


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Les hommes ne vont pas bien. Et ils n'iront pas mieux.

Ils ont mis le feu. Un peu, partout.

Au milieu, machin actionne machine, machine passionne machin dans le pire des mondes possibles... un monde qui va de l'avant sans savoir où il va... et qui ne voit même pas qu'il s'est fait piéger lui-même avec son progrès futile et ses inutiles regrets.

 

Les hommes ont perdu le peu d'humanité qu'ils ont en eux. L'idée même de personne sonne creux.

Ils sont tous devenus malades contagieux.

Seuls, leurs atomes sont radieux. Ils ont vidé les cieux. Ils ont chassé Dieu. Mais ça ne les a pas rendus heureux, mais craintifs et peureux.

Ils ont investi tous les lieux, juste pour se faire des têtes à queue ou dénouer les nœuds des chaussures fabriquées par plus ingénieux qu'eux. Parce qu'ils n'ont plus rien d'autre à faire... de mieux.

 

Les hommes s'entredéchirent entre eux. La recherche du profit a rendu définitif leur conflit.

Ce n'est pas la paix mais la guerre qui est poursuivie... sans répit.

Guerre économique, guerre politique, guerre idéologique... et même le retour à la religion leur sert de prétexte pour se faire la guerre... pour s'entredétruire, pour s'anéantir.

Leur volonté de puissance qui leur sert à produire, leur sert aussi pour tout détruire !

 

Les hommes ne sont plus que des roues qui tournent sur elles-mêmes. Finalités, sans fin... elles tournent, elles tournent en vain... en augmentant leur puissance et en diminuant leur chance d'accéder à un sens.

Il n'y a plus qu'un système, pour revenir toujours au même avec ses trois ou quatre anathèmes : productivité - rentabilité - compétitivité sans oublier notre sacro-saint principe d'effectivité : notre soumission religieuse à la réalité... on a tout, mais on n'est plus rien du tout !

 

Les hommes ont fabriqué ce jouet que nous avons sous les yeux.

Il est ultra sophistiqué. Il a son équivalent dans la réalité. C'est de la technologie, la seule matière où le plus haut niveau n'est jamais assez haut... il sera bientôt dépassé par quelque chose de plus raffiné, de plus vaniteux...

Et c'est malheureux... parce que ce n'est pas ce qui te rendra heureux.

Ça t'aidera peut être à vivre mieux mais pour quoi faire ? Ou à quoi bon ?

C'est quoi ce bien être qui pense à l'être et dispense du bien ?

 

Lorsque ton Smartphone fera l'amour à ta place, à qui ta femme rendra grâce ?

Share Button


Commentaire sur “Une sourate contre les technocrates

  • avatar
    Pascal

    Une perle en chœur – que j’ai trouvé très bien accordés – avec Amadeus, d’une sourate contre certains technocrates / l’usage qu’il est fait de la techno avec recherche de productivité – rentabilité – compétitivité.

    Ce que je trouve dommage avec ce qu’on a fait de la technologie, c’est qu’il y a un potentiel pour que ça serve le « bien », une autre finalité qu’une progression qui est basée / a partie liée sur l’obsolescence programmée, qui fait tourner la roue, système éco-politique avec ses anathèmes.
    Bon, les trucs que je trouverais « pas glop », tel que l’usage qui pourrait être fait de certains robots, auraient ptêtre cours, mais je pense que les êtres humains en auraient pas forcément envie. Va de pair avec un autre état d’esprit social, je pense.
    Toujours est-il que plutôt que d’être utilisée pour accompagner une évolution sur la façon de faire fonctionner l’économie, une révolution du rapport au travail / l’emploi, il est toujours question de recherche de croissance éco et cætera de la part de Macron, Trump et compagnie. Me fait penser à un discours de Paul Jorion, du moins extrait où il s’exprimait sur le sujet de la capacité technologique et de l’usage qu’on en faisait dans ce système, Loïc Wacquant sur le problème du discours de la croissance, et à Jacques Testart sur l’aspect éthique.

    Sur l’aspect « éthique », dans une vidéo (Jacques Testart : Comment les citoyens peuvent s’emparer des choix de société ? : https://www.youtube.com/watch?v=wCAVBxcxnAI ), Jacques Testart explique son concept d’humanitude établie lors de son organisation dans le cadre de « forums citoyens », intérêt pour la participation à des décisions sur divers trucs, tel que contrôle sur l’activité de la recherche. Bon, de ce que je me souviens, il évoquait le fait que des gouvernements / lobbies pouvaient payer genre des sociologues pour faire accepter / vendre de la techno aux citoyens, favoriser de l’acclimatation à comme l’usage des nanotechnologies, et sur ça, si y a risques, là où je suis pas franchement convaincu sur sa solution, c’est que je pense que le principal problème du risque de l’utilisation de la techno est surtout lié au système économique – recherche de profit des industries. Après peut y avoir complémentarité, si pouvait mettre en place contrôle des recherches / utilisation techno, pourrait sûrement aller de pair avec d’autres changements éco-politique, tel que mise en place de l’idée de Benard Friot.

    Vu les « compétences » de ceux que je cite, je ne sais pas si on peut les appeler des technocrates, mais en tout cas, me semble pas être de la technocratie telle qu’il y a avec les Lucas Papademos, Mario Monti, les experts styles la Banque mondiale ou du F.M.I.

    En fait, je dirais qu’il y a technocratie et technocratie. Le technocratie des techniciens qui sont dans le système éco et peuvent mettre l’éthique de côté et sont impliqués, et celle de ceux qui aspirent à un autre système économique mais dont il y a pas eu de mise en pratique, du moins pas au niveau d’un pays.
    Sur un article parlant un peu de l’histoire de la technocratie, il est évoqué mouvement de la technocratie de la grande dépression, de l’après 1929, fondé en 1932, avec notamment un certain Howard Scott, un ingénieur, qui y a grandement participé, ainsi que le fait qu’un an plus tard, il y avait plus aucun parti technocratique. J’ai eu un doute sur le genre de technocratie, sur fiche il est évoqué proposition système basé sur quantité d’énergie nécessaire pour production de bien, mais en fait, en regardant l’histoire de la technocratie sur wiki, c’était pour une finalité de lutte contre la sous-consommation et non problème lié au système économique en soi (au sens que leur proposition, telle que décrite, ne cherchait pas tant une autre façon de produire-consommer), et si plus eu de partis après 1933, il y est écrit qu’il y a eu des composantes technocratiques dans la politique de Roosevelt.

    Bref, cela « m’embêterait » la mise en place d’une technocratie qui « optimiserait » l’exploitation des ressources tout en continuant de massacrer les animaux dans des abattoirs (ou ailleurs, de massacrer tout court), et cætera, mais il pourrait y avoir variantes, venant d’un mixage entre écoute d’experts, minimisation d’une manière ou d’une autre de l’importance de lobbies, et choix citoyens ?

    Me fait penser que dans le documentaire sur l’anarchie, il est question du fait qu’en Espagne, lors de l’avant 1939-1945, des entreprises se portaient ptêtre mieux avec organisation sous forme anarchistes, avec forme d’éco spé (si je dis pas de bêtise, certaines fonctionnaient sous forme proche du rdb, d’autres plus éco sur les ressources), du fait de l’état d’esprit encourageant / émulateur qui en découlait pourrait-on considérer (me semble qu’ils l’expliquent d’ailleurs plus ou moins comme ça), et que si les technocrates intègrent composante « humaine », les faiblesses et les forces, cela favoriserait du sens, non de la guerre économique – politique. Et c’est ce que je trouve intéressant avec certaines idées – du moins tel qu’elles sont présentées – auxquelles je pense et qui peuvent ptêtre être qualifiées de technocratiques au regard du rôle accordé à la techno-science, c’est que même si y a certaine importance technologique, il y a réflexion sociologique, plus ou moins prise en compte des particularités humaines avec les connaissances actuelles sur la pédagogie et compagnie, inquiétude pour l’avenir de l’humanité et harmonie avec la nature, un certain souci du bien, où le smartphone fera pas ceci ou cela à notre place, qui peut aller de pair avec choix et non imposition d’experts qui favoriseraient productivité – rentabilité – compétitivité (d’ailleurs, un doc’ qui expose une des idées auxquelles je pense s’intitule « A nous de choisir », et si j’avais pas encore tout regardé, du moins pas la troisième partie qu’ils ont ajouté en 2016, au moment où j’avais mis de côté, j’ai souvenir que le défunt monsieur qui parle dans le doc’ abordait des variantes en fonction de choix politiques-dans le tout social).

    Bon, cela reste théorique, et si eux-aussi mettent en avant à leur façon l’importance de la prise en compte de la « réalité », sous-entendant prise en compte des contraintes environnementales, humaines et cie (tel que si je me souviens bien dans Culture en Déclin – Episode 3 – TCV : Trouble de la Consommation-Vanité (vostfr, sous-titres à activer s’ils ne s’affichent pas, bas droite de la barre de lecture, à gauche du ptit engrenage) : https://www.youtube.com/watch?v=_HJwBboyvAg), en attendant, c’est la voix-voie des technocrates de la Banque mondiale, du F.M.I., des promoteurs de technos OGM, nano et cie qui est suivie-prise en compte.

    Re bref.

    J’imagine bien au paradis une scène de ce genre :

    Du rififi dans l’au-delà

    Dieu à la porte céleste : « Toc, toc, toc, les humains, vous m’entendez ? Non, plus personne ne m’entend ?! Même pas un ou une en prière ne sent ma présence ? Qu’est-ce qui se passe ? Saint-Pierre, c’est ta radio qui fait des interférences ? »

    Saint-Pierre : « Radio des anges-démons éteinte actuellement ! Si vous avez un problème pour être entendu, je crois que cela doit être l’interférence avec le développement d’ondes des technologies humaines ! »

    Dieu : « Nietzsche ? Viens là mon coco, depuis que tu as annoncé ma mort à ton époque, avec quelque part lien au développement de l’ère industrielle, les terriens m’entendent de moins en moins, et maintenant, avec le développement des ondes, leur technologie wi-fi et compagnie, il me devient de plus en plus difficile d’être écouté ! »

    Nietzsche : « Euh, sauf votre respect, si je veux bien vous accorder ma part de tort, il faudrait ptêtre pas la surestimer, non ? L’ère industrielle était déjà sur sa lancée, alors bon, je n’ai fait surtout qu’acter sur ça ! Et croyez bien que je déplore autant que vous leur guerre éco-politique-idéologique, leur manque de quête philosophique, spirituelle et compagnie ! »

    Dieu : « Je me doutais de votre réponse. Certes, oui. Bon, il va me falloir redoubler d’effort. »

    Nietzsche : « Vous avez pas de hauts parleurs divins opérationnels ? »

    Dieu : « Ah ah ah !!! »

    Nietzsche : « Bah, des mourus m’ont parlé de cette technologie sur terre, vous devez pouvoir avoir l’équivalent divin, non ?! »

    Dieu : « Oui et non. Je me suis astreint à leur laisser du libre arbitre, alors voilou, on verra bien !! »

    Oui, bon, désolé.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER