Tueurs-nés 4


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

La petite fille a un poisson rouge dans un bocal

Qu'elle aime par dessus tout, d'un amour total

Elle le nourrit et s'en occupe jour et nuit

Elle est même persuadée qu'il comprend ce qu'elle lui dit

Elle passe son temps à lui raconter sa vie

Elle a l'impression d'avoir toujours son assentiment

Qu'il partage ses sentiments, ses tourments

Passionnément, intensivement... énormément.

Un poisson rouge, ça ne ment pas !

C'est une vraie source d'inspiration

En sa compagnie, elle a notamment appris

Qu'on n'a pas besoin d'être libre pour bien vivre

Il suffit de trouver son élément

L'élément sans lequel on ne peut pas survivre

Pour le poisson rouge, c'est l'eau

Mais pour elle, elle ne sait pas trop

C'est plus compliqué, moins élémentaire

La terre, le feu, l'eau ou l'air ne semblent pas faire l'affaire

Parfois, elle se dit que c'est peut être l'amour, son élément

Son cinquième élément, parce qu'elle ne peut se passer des quatre autres

Elle le découvre chaque jour

Sans savoir si c'est dans son œil ou dans l'œil de son poisson

Elle ne sait pas, elle se pose la question

Est-ce qu'il l'aime comme elle l'aime ?

Quelle atrocité que ce besoin de réciprocité

Devant ce fond d'incertitude

Plus rien ne tient... ni l'habit, ni l'habitat, ni l'habitude

Le poisson ne lui a jamais prouvé son amour

Elle en a rêvé... mais seulement rêvé

pom pom pom pom... Elle sort le poisson de son bocal

Et le dépose gentiment sur le sol, juste à côté

Il s'agite, sans eau il ne peut prendre la fuite

Se débat... se soulève en vain...

Parce qu'il n'a pas les moyens d'échapper à ce funeste destin.

La petite fille assiste à son agonie, sans lever le petit doigt

Et puis se lève, s'en va puis revient et lui marche dessus...

Exit la bonté, bonjour la cruauté !

Pour Tarantino, le réalisateur qui m'a inspiré ce tableau, il y a des tueurs-nés

Des êtres comme elle qui naissent avec un gène criminel...

Qui finissent tôt ou tard par passer à l'acte...

C'est dans leur A.D.N.

Ils cherchent, attendent l'occasion et quand elle ne survient pas, ils la provoquent.

Y a pas plus méchant... que cette méchanceté sans nom

C'est toi... c'est moi - c'est l'homme !

Share Button


4 commentaires sur “Tueurs-nés

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet vidéo sur les tueurs-nés, histoire tarantinesque.

    J’imagine bien le poisson tenter de battre des nageoires et remuer la bouche pour essayer d’exprimer son amour avant le geste fatidique, mais comme il n’a déjà jamais bien sur le dire / l’exprimer clairement en langage poisson, alors à une humaine, double difficulté :o.

    Et si il faut, c’était sûrement le cas : Les poissons : une sensibilité hors de portée du pêcheur : http://www.cahiers-antispecistes.org/les-poissons-une-sensibilitehors-de-portee-du-pecheur/

    Humour : je crois qu’il faudra inventer un métier pour un langage entre des espèces.

    R.I.P Nemo.

    Pour ce qui est de la méchanceté sans nom, c’est certes « l’homme », mais je dirais pas l’homme générique, une facette de l’homme, une part d’ombre, une potentialité, du circonstanciel, de l’éphémère, du passager, comme ce qui défoule suivant nos frustrations. Frustrations qu’on peut corréler avec un mode de fonctionnement, des conventions sociales, rapport à l’autre plus ou moins lié à, je pense. Même si la timidité, la peur d’exprimer ses sentiments sont pas forcément commun, propres à un individu, ptêtre lien au tout social ? Parce que les rapports humains, à l’amour, sont pas forcément les mêmes suivant les civilisations, cultures, dans le règlement des conflits et les types de conflits. Par exemple, j’avais lu une histoire sur des aborigènes d’Australie, je crois, où il y était question de réunir les parties jusqu’à l’évaporation des tensions / sources de conflit. Autre exemple :

    Dans la tribu Himba on nait on vit et on meurt par sa chanson, un mantra célébrant la présence humaine sur terre : http://www.flashmagonline.net/blog/2480027-dans-la-tribu-himba-on-nait-on-vit-et-on-meurt-par-sa-chanson-un-mantra-clbrant-la-prsence-humaine-sur-terre/

    Une tribu africaine possède une très belle manière de punir ceux qui agissent mal : http://www.pravaha.be/fr/tribu-africaine-punition/

    Point de vue du poisson

    Quand la petite fille venait le voir, lui partager ses tourments et tout, le poisson rouge ne comprenait pas bien ce qu’elle disait, mais il sentait quand elle était triste, joyeuse, en colère, aux anges. Il aimait partager ces moments précieux avec elle et il cherchait à lui dire à sa façon combien il la trouvait charmante et tout, en frétillant quand elle arrivait et en ouvrant la bouche après qu’elle lui parlait, en modulant en fonction des émotions qu’il voyait chez elle, mais à chaque fois ça faisait à l’air libre : « blop-blop-blop » . Il n’était pas certain d’être compris, et quand un jour il la vit plus triste que jamais, il essaya de lui dire combien il trouvait que c’était un amour, qu’il était prêt à nager dans tous les océans pour elle, pour la rendre joyeuse. Ce jour-là, il y mit tout son cœur en faisant 8 blop au lieu de 3. D’aucuns pourraient rire en lisant ces lignes, cette interprétation, mais pour lui, c’était très sérieux. En langage poisson, cela voulait dire : « Ô ! Belle géante créature, je sens que tu es triste, comme j’aimerais pouvoir te consoler ! Nous, les poissons, on se fait facilement prendre dans les filets d’encore plus géants, mais au visage formé un peu différemment, ce qui fait qu’ils doivent être des mâles à l’âge adulte. Il y a que les poissons géants qui peuvent rivaliser. C’est du moins une légende qui se raconte dans l’aquarium où j’ai été élevé. Toujours est-il qu’on est bien placé pour savoir qu’il y a de ton espèce qui nous font couic et à d’autres, et qu’entre vous cela peut être comme les vagues de l’océan. Bon, je dis ça, mais les membres de mon espèce sont pas toujours tendres non plus entre eux. Et bref, toujours est-il que j’aimerais bien te mettre du baume au cœur, mais je ne sais pas comment faire ! Je ne suis même pas certain, que tu puisses partager ma joie de te voir. Bien que je sens comme un courant qui passe bien entre nous, si tu me permets le jeu de mots. Ceci dit, je cause, mais vu ton regard, cela marchera mieux si j’arrive à le dire autrement !

    Belle petite humaine,
    puisse la vie avec tes pairs
    te combler et effacer tes peines,
    puisses-tu trouver de l’élément de fête dans une ère. »

    Le poisson tenta de faire une acrobatie hors de l’eau, mais il était trop maladroit pour y arriver, il retomba vers le fond du bocal et vit la petite fille s’éloigner, l’air toujours aussi triste. Elle lui avait bien adressé un regard amusé un fugace instant, voire pétillant, laissant entendre que ça avait un peu fonctionné, mais il n’avait pas réussi à faire que cela reste une fois les talons tournés. Depuis ce jour, se disant qu’il ne saurait communiquer avec elle comme il faut, il la regardait venir à sa maison de verre avec autant de plaisir, mais il fit moins d’efforts.

    Un beau jour, il eut l’impression que le divin poisson blanc exauçait ses prières quand elle le prit délicatement dans ses mains. Il se mit à frétiller, l’esprit à la fête. Toutefois, il eut bien vite du mal à respirer, et puis il ne comprit pas pourquoi elle s’éloignait en le laissant ainsi. Elle ne devait pas savoir qu’il ne pouvait ainsi vivre ?! Comment lui dire ? Il essaya de tressauter et ouvrit la bouche plusieurs fois en voulant exprimer :

    « Ô ! belle déesse, que me fais-tu là ?!
    Sans eau, c’est comme sans toi,
    Toi et l’eau êtes ma joie !
    Reviens vers moi !! »

    Mais c’était en langage poisson. Et si il eut l’impression que ça avait cette fois marchait, il gagna un séjour aux paradis des poissons.

    Au paradis des poissons, finissant par comprendre ce qu’il s’était passé grâce à la coquille divine de Saint-Pierre : « Oh ! Mince… J’étais trop timide et puis nous ne pouvions communiquer comme il faut. Mais je ne t’en veux pas, c’est en partie de ma faute, ou plutôt du fait de ma condition de poisson. Si le grand manitou le permet, je me réincarnerai un jour en humain, et peut-être que nos routes se croiseront et qu’il en sera autrement entre nous ?! En attendant, j’espère que la vie sera clémente avec toi, que tu auras une belle vie !! »

  • avatar
    Tony

    Un vrai film d Agatha Christie et vaste sujet , l amour la vie , la mort autour des ressorts
    s il ya un gène c est celui de la survie , on tue pour se nourrir normalement parfois par accident , quand on piétine , qu on culmine on ne voit pas plus petit ou pas assez connecter avec , la ptite fille en colère qui a perdu son ami , sont amour , peut être je sait pas , suis pas dans sa tete lol
    on est dans un systeme ou l on payes des gens , on les protèges , on alimente la mort , on détruit , par intérêt par inconscience , imprudence , l humain reste un enfant dans les creux de la vie
    l expérience , les habitudes , certitudes construise tout sa aussi , ses prouver sa , on reproduit , meme quand on détruit on recommence un cheminement , issue de destruction , massif parfois
    j ai peu de temps , donc je poste a l arrache , trop souvent , dans un bocal je doit être lol

    Le gouverneMENT devient fou! SKYDONE

    https://www.youtube.com/watch?feature=share&v=dzvxm8QirGY&app=desktop

    ROCKIN SQUAT – 500 ans

    https://www.youtube.com/watch?v=-zDKN7eP1E0&feature=youtu.be

    LES RAISONS DE L’ASSASSINAT DE #KADHAFI

    https://www.facebook.com/claudysiar.fr/videos/1295521003865470/

    ha oui les Intérêts c est terrible , terrifiant parfois , guerre de pouvoir , sur l accessoire , matière premières et autre corps qui se sert des autres
    les autres brel disait , une belle chanson , remplie de constat a la con
    Pour Bill Kill

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18355982&cfilm=28541.htm

    c est le conditionnement, y aurez long a dire aussi la , elle fut personne elle devenez tueuse pour dégages lol ya du vice versa , dans les habit de soie meme

    https://www.youtube.com/watch?v=qsgs_nOYBxQ

    ya plein de billet que je loupe qui m interresse , suis pas assez mort pour les oubliez et ne pas les conté dans ma teuté mais l énergie de les rendre vivant m est manquant , priorités et urgences , peut être pas une belle danse , cette mouvance de courir partout et nul part , tout fini par partir , et revenir
    et je salut fraternellement

  • avatar
    jacou

    La sagesse du poisson rouge

    « En sa compagnie, elle a notamment appris
    Qu’on n’a pas besoin d’être libre pour bien vivre
    Il suffit de trouver son élément »

    Supériorité du poisson rouge sur l’homme :

     » POISSON ROUGE : 1 / HUMAIN : 0
    En 2000, un être humain était capable de rester attentif en moyenne… 12 secondes ce qui, convenons-en, n’est déjà pas énorme. En 2013, avec la multiplication des écrans (ordinateurs, smartphones, tablettes), notre niveau d’attention est descendu à 8 secondes en moyenne, plus bas que celui d’un… poisson rouge capable, lui, de nous fixer à travers la paroi de son bocal, pour tenter vainement de se rappeler qui nous sommes, pendant 9 secondes (en moyenne).

    Les poissons ont l’art d’ouïr :

     » On entend toujours plus de bavardages dans les bancs. C’est un fait, scientifique : le nombre de poissons connus pour communiquer par le son est en constante augmentation. Avec l’arrivée de procédés d’investigation à la fois moins chers et plus sophistiqués, la petite communauté des bioacousticiens spécialisés dans l’écoute des poissons a considérablement allongé, ces dernières années, la liste des espèces productrices de messages sonores. Loin d’être une caractéristique de quelques bestioles plus ou moins exotiques, l’usage de signaux acoustiques s’avérerait relativement répandu parmi les poissons. Il se pourrait même qu’il soit parfois nécessaire à leur survie ! Feu le monde du silence, cher à Cousteau. Pour qui sait être tout ouïe, l’espace sous-marin est une nouvelle Babel. »

    Quelques citations :

     » Un poisson de trou d’eau ne connaît pas la largeur de la rivière.” – Proverbe foulfouldé
     » Sardine : petit poisson sans tête qui vit dans l’huile.” – Léo Campion
    “La quenelle est le poisson le plus mal connu de la faune maritime.” – Francis Blanche

    – Qu’y a-t-il de nouveau que nous ayons à accomplir ? – Sri Aurobindo
    L’Amour, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la haine et notre propre satisfaction; la Connaissance, car jusqu’à présent nous ne savons que faire erreur, percevoir et concevoir; la Félicité, car jusqu’à présent nous n’avons trouvé que le plaisir, la douleur et l’indifférence; le Pouvoir, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la faiblesse, l’effort et une victoire toujours défaite; la Vie, car jusqu’à présent nous ne savons que naître, grandir et mourir; l’Unité, car jusqu’à présent nous n’avons accompli que la guerre et l’association.

    En un mot, la divinité : nous refaire à l’image du Divin.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER