Je dis oui à Lui 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Quand je me lève le matin, ce n'est pas parce que je dis oui à la vie mais surtout parce que je dis non à mon envie de rester au lit.

Oui au réveil si et seulement si je dis non au sommeil.

Quand je décide d'être fidèle à quelqu'un, je décide en amont d'être non fidèle à tous les autres. Ma prétention dit non à toutes les tentations, à toutes les invitations, à toutes les déviations.

On hésite toujours entre : marche en avant et retour en arrière. On préfère la montée à la descente... l'escalade à la glissade... le sommet à l'abîme...

Et pourtant l'un ne va pas sans l'autre.

Toute médaille a son revers... pas d'endroit sans envers. Pas d'enclin sans déclin...

L'un procède de l'autre, du plus obscur au plus clair, il y a processus, procession, concession nécessaire. Il faut que la nuit tombe pour que le jour se lève.

Mais ne vous arrive-t-il pas parfois, d'être pris au dépourvu, surpris par quelque inspiration mystique qui renoue avec le mystère et où il n'est plus question de raison mais de sentiment intime.

Là ce n'est plus la négation qui fait la Loi, mais la Foi de celui qui croit que Dieu lui dit oui sans réserve et sans restriction... un oui absolu et sans retenue.

 

 

Share Button


3 commentaires sur “Je dis oui à Lui

  • avatar
    Pascal

    Une perle de soufie, de oui à – de Lui.

    Oui

    Le jour, la nuit,
    la nuit, le jour,
    s’alterne d’état conduit
    dans un infini parcours,
    tourne et tourne la terre,
    telle une danse dans l’univers
    sur une symphonie d’anges
    passant d’un côté à l’autre d’une frange

    Pour des créatures de la terre,
    s’y orchestre de la société,
    des temps d’activités, de repos et d’éther,
    et le symbole de ressentis, la nature des pensées,
    y évolue, passe, repasse, des instants,
    s’y expire et s’y sculpte des élans,
    s’y crée et s’y transcende devant le mystère,
    sensation d’absolu qui fait vibrer au cœur d’ères.

  • avatar
    jacou

     » Mais ne vous arrive-t-il pas parfois, d’être pris au dépourvu, surpris par quelque inspiration mystique qui renoue avec le mystère et où il n’est plus question de raison mais de sentiment intime. »

    – Une Présence infinie –

    Djanet la tadrate Hamdanmourad
    Ce voyage, si riche et bouleversant que je n’ai toujours pas fini de digérer, fut un temps de l’éveil. L’un des moments capitaux eut lieu dans le désert de Thar (Rajasthan).

    Le corps limé et l’âme polie par la route, j’étais descendu au petit matin au bord d’un étang dans lequel se mirait un temple. Là, dans le silence et la solitude de l’aube, dans cette transparence cristalline de l’eau et de l’air, j’ai été soudain comme submergé par une force de paix, de plénitude, de lumière. Les larmes, abondantes, coulaient sans raison. Entre le monde et moi, tout soudain était communion, amour, harmonie.

    Cette expérience était-elle une illusion – je me méfie plutôt des états mystico-extatiques – ou une manifestation de la Gloire divine qui irradie en permanence les êtres et les choses ? Je ne sais pas et je préfère ne pas me prononcer. Peu importe d’ailleurs. L’essentiel – ce dont je suis sûr – c’est qu’après rien n’était plus comme avant. Mon cœur avait été touché, une autre dimension de la conscience s’était ouverte en moi.

    Oui, il y a au plus profond de l’être et du monde une force, un Être, une Présence infinie, au-delà du temps et de l’espace, qui transcende le réel et qui le fonde. Oui, l’homme est un mélange de finitude et d’infini, de temporel et d’éternel. A ce moment-là, cet Être, ce Tout-Autre était encore impersonnel. Il n’avait ni nom, ni visage. Je n’osais pas encore l’appeler Dieu. Mais il était.

    Maxime Egger


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER