Psy-cause : Groove 5


 

Vivre !
On aura toujours du mal à me suivre
J’aime projeter ma féminité
Comme la foudre dans les nuées
Le chantage, le lynchage… ne figurent pas dans mon plumage
Mes paroles sont sans objet et mes verbes sans sujet.
Muse… musée… musique !
C’est tout ce qui m’amuse.
Je ne pense pas ce que je pense, rien à relier… Rien à cirer !
Mes battements d’ailes en disent plus long sur mes psychoses.
Je suis grave avec mon groove… ça move… ça move !
Quand j’éprouve ce que personne n’éprouve… C’est ça le groove.
Etre deux au lieu d’être à deux… l’aigle et la louve.
Je ne me regarde pas, je regarde celui qui me regarde.
Et je me dis : miroir, livide miroir, où sont passées mes rides ?
Tu ne viendras donc jamais à bout de mes éphémérides
Trop, c’est trop peu!
Je suis l’astre errant et aberrant qui a quitté sa galaxie pour rompre l’équilibre cosmique… Ah… Ah… Ah !
L’ordre, c’est comique…
Vous avez-vous aussi probablement vu ces policiers manifester
Devant le palais de la justice, avec leurs gyrophares et leurs tintamarres
Quel désordre établi !
L’hirondelle ne fait pas le printemps…
ELLE DEFAIT L’HIVER !
Elle n’a besoin ni de nid douillet, ni de mol oreiller
Pour s’envoyer en l’air et nous annoncer que tout est devant…
Qu’il n’y a rien derrière.
Non, s’il vous plaît, pas d’amour heureux…ni d’union sacrée…
Ne m’en parlez pas ! Je suis à fleur de peau…
Je ne suis ni méli… ni mélo !
Quand un amant me demande s’il fera beau, je lui réponds : qu’aucun de ses prédécesseurs n’a survécu à cette question….

 

Share Button


5 commentaires sur “Psy-cause : Groove

  • avatar
    Moncef

    L’hiver qui semblait assez long ,semble nous quitter,vive le printemps,au moins on va apprécier la nature qui revit en même temps que nous, et si on a du mal à nous suivre eh bien tant pis pour les grognons et les grincheux…
    On ne vit qu’une fois.
    Ah j’allais oublier surtout respectez cette belle planète,il n’y en a pas deux comme elle.

  • avatar
    Pascal

    Quelque part, en Italie…

    Olution : « Si j’osais… »

    Rêve : « ? »

    Olution se tourna vers Rêve, puis posa un genou à terre.

    Olution : « Je ne te demanderai pas quel temps il fera demain, s’il fera beau ou si la pluie tombera à terre ; en perle ou en abat ; dans la vallée verdoyante ou de la mort ! ; avec ou sans vent, sans orage ! Non, je t’amènerai le soleil quand il y aura trop de nuages, de l’ombre quand les crins de l’airain voudront aller jusqu’au sang ! Je… »

    Rêve : « Hum, hum… »

    Olution : « Je… Ben quoi ?! »

    Rêve : « Paroles, paroles ! J’aime rêver, tu le sais, mais faut pas pousser le pape dans les orties où il traîne déjà ! Et puis tu dis ça après avoir vu la vidéo, c’est pas du jeu ! Et c’est à deux que ce genre de temps se fait ! »

    Olution se releva, la mine un peu déconfite.

    Olution : « Bah ! Oui, bon… Mais… Tant pis pour le reste… »

    Rêve : « Tant pis, j’allais te proposer de groover ! »

    Olution : « Oh ! »

     « Moralité » : ça va groover pour Rêve-Olution

  • avatar
    The one

    De la part impréhensible

    Ariane est une bonne compagne!
    Le Minautore n’est qu’une chimère criarde et mensongère, nous égarant.
    Qui, écrasante de culpabilité, a mené hors de nos sens ce qu’elle appelle labyrinthe.
    Une part de nous riche en qualité assujetti d’une grande force.
    Une force qui hurle– VIE!

    En soi s’y mener pour deux n’être qu’UN!

    Le labyrinthe n’est pas.
    Il n’y a là que la traversée de notre vie, notre histoire.
    Il n’y a pas eu de faux pas, que des enseignements.
    C’est justice que d’y avancer, n’étant plus labyrinthe mais boisé.
    –Y respirer c’est vivre!


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER