à l’encontre des mauvaises rencontres 5


Pour se vendre, ils font semblant, seulement semblant de tout entendre, de tout comprendre... sans jamais vouloir se rendre à l'évidence.

L'évidence c'est que le fond de l'air est vide de sens !

L'existence reste opaque même pour ceux qui prétendent avoir un bon niveau de conscience.

Pour tout ce qui concerne l'être, nul ne peut dissiper son mystère... et comme ils ont du mal à s'y soustraire. Ils ne font rien d'autre que le contrefaire !

L'hameçon c'est la contrefaçon. Et sous prétexte de vous satisfaire ou de vous distraire, ils vous polluent l'atmosphère en vous donnant des leçons.

Qui sont-ils ? Ils sont au bout du fil !

Ils prétendent être au courant de tout alors qu'ils ne sont au courant de rien. Et parce que l'être s'y prête, ils ne font que l'interpréter. Leur utilité n'a gère plus de prix que leur futilité.

Tous ces réseaux d'infos, toutes ces infos en réseaux qui exposent fièrement leur museau s'amusent et vous abusent pour vous faire perdre le fil... du temps et vivre à vos dépens.

Même les plus résistants d'entre eux, ne résistent pas à la tentation de vous arracher une dent pour vous empêcher d'être en-dehors et pour vous mettre en-dedans.

Vous soumettre ou vous compromettre en vous poussant à respirer le même air, l'air du temps, avec ses tics et ses changements climatiques. On vous réchauffe puis on vous ordonne de boire pour vous rafraîchir !

Le problème c'est que l'eau n'est plus potable... votre soif de plus en plus intenable et leurs promesses de moins en moins tenables. La corrélation entre l'info et l'intox c'est pour vous rendre la vie invivable. Insupportable.

Et pour ne pas y succomber, il faut payer, continuer à payer votre redevance, votre abonnement au petit bonheur, la chance.

Il vous faut... tout faire pour ne pas être débranché, déconnecté, délaissé. Craindre l'affliction, la déréliction, l'abandon de ceux qui n'ont accès ni aux songes, ni aux mensonges de la vie claire.

Avouez-le ! Vous avez envie qu'on vous mente, qu'on continue de vous mentir rien que pour entretenir le peu de flamme qui anime encore votre âme ?

À tous ces tyrans Maoïstes, j'aurais envie d'opposer un principe et un seul... principe Taoïste selon lequel : on a besoin de quelque obscurité pour apprécier la clarté... pas besoin d'arracher le voile pour accéder au ciel étoilé... car le fond de l'être ne peut être dévoilé... nous disposons de l'art pour ne pas mourir de la vérité.

Share Button


5 commentaires sur “à l’encontre des mauvaises rencontres

  • avatar
    jacou

     » L’évidence c’est que le fond de l’air est vide de sens !  »

    Patience, patience , le fond de l’air va être renouvelé bien au-delà de nos espérances … ou désespérances ? Nous arrivons au terme de cette étrange civilisation terrestre qui ne va se comprendre qu’ à son acte « final » .

    « Nous sommes au bon moment pour changer de modèle, mais avec les mauvaises personnes au pouvoir »
    Pour Virginie Raisson-Victor, géopolitologue et prospectiviste co-fondatrice du LEPAC (le laboratoire scientifique indépendant à l’origine de l’émission « Le dessous des cartes »), les oppositions très fortes aux lanceurs d’alerte écologistes que l’on observe aujourd’hui ne sont pas neuves : l’homme n’a jamais supporté qu’on veuille mettre des limites à son appétit de croissance. Problème : la situation est inédite et le temps pour agir plus limité que par le passé. Virginie Raisson-Victor décortique avec nous cette insoluble équation.

    Usbek & Rica : À Arles, en juillet dernier, lors de la conférence Les Napoléons, vous avez tissé un parallèle entre la chute de Rome et l’effondrement actuel. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister à votre intervention, pouvez-vous nous dire quels enseignements vous tirez de l’histoire ancienne ?

    Virginie Raisson-Victor : Pour commencer, je m’étonne d’entendre tout le monde parler de « fin du monde » quand le problème qui nous menace directement est celui de « la fin de notre civilisation ». La nature est beaucoup plus résiliente que l’homme et lui survivra. C’est d’ailleurs le premier enseignement que l’on peut tirer de la chute de Rome et d’autres civilisations, comme celles de l’île de Pâques ou la civilisation Khmer. …

    …Venons-en à l’actualité de la question écologique. De Laurent Alexandre à Michel Onfray, en passant par des médias comme Valeurs Actuelles ou Le Point, de nombreuses voix, souvent masculines, s’en sont prises ces derniers jours, dans des termes parfois violents, à Greta Thunberg, l’adolescente devenue l’égérie du printemps climatique en Europe. Que vous inspire cette polémique ?

    D’abord du mépris, tant le procédé consistant à s’attaquer à la personne de Greta Thunberg est odieux. Ensuite, leur virulence souligne en creux l’incapacité de ceux qui dénigrent la jeune suédoise à répondre sur le fond du problème qu’elle expose. Enfin, on peut aussi s’interroger sur l’intérêt de donner la parole sur le sujet à une personne comme Laurent Alexandre : après tout, il n’est pas climatologue, n’est pas élu ou candidat à le devenir et, sur ce sujet, ne représente que lui-même…. Face à l’urgence de la question environnementale, il me semble que l’on devrait privilégier la parole de personnes légitimes et éclairées sur la situation et ses enjeux. Et ils ne manquent pas….
    https://usbeketrica.com/article/nous-sommes-au-bon-moment-pour-changer-de-modele

    – Au sujet de Laurent Alexandre ce super crétin hyper diplômé qui a moins de conscience de la planète qu’un ver de terre , son idéal est de connecté le cerveau humain à la machine …ou l’inverse . C’est le même genre de personnage et affidés qui ont conduit a la destruction de l’Atlandide cette superbe civilisation d’ il y a quelques dizaines de milliers d’années . Nous sommes en passe de rejouer le même film , mais il se peut que nous puissions franchir le pas moyennent un changement radical de …tout .

  • avatar
    Tony

    Ya les mauvaises rencontres et les situations ou l on rencontre des personnes qui vous rappel un ordre ou le désordre de leur jaugement viscéral , vous avez aussi les personnes qui vous égare parsque égaré mais sans plus que sa , vous avez les personnes qui compte et qui vous donne la clef ou les le fil ou le trapese pour vous envoler et survoler
    le plus dur étant de sortir de la situation qui font qu on croise toute sorte d any maux lol
    vous rappelez le grand parc zoologique ou meme la logique se perd dans d affres temps
    et puits vous avez les charmant »es » meuse , les précieux et oiseaux rare , ils disparaisse pas ils sont la ou notre légende vient rafraîchir, alors evidement il faut l obsurité pour voir le point de mire , la lumière mais sa viendrez a dire quelques part qu il faut la souffrance pour voir l être heureux , amoureux , ce qui est faux en vérité lol
    dans les couloir on entent des bruits , si ce n est l électricité ou l eau ou la souris et ce chat qui la traque ,peut etre la mouche ou l araignée tissant sa toile voir le bruit d un son qui dans sa tete alouette rappel les sirènes et les long flux d un coeur palpitant venue des pléiade ou de dimension extra terrestre lol , fermer ou ouvert a qui a quoi
    que faut il comprendre dans l escroquerie d une humanité qui a les croc qui en croque , seul ceux qui suffoques de sont manque d air , ce culot a lui rouler des pèles et y mélanger ces ions qui non pas d attache a part celle d une meme source , pourquoi ce prendre la tete dans les contradictions avec les cons quand cerner ceux qui mettes en danger ne sont pas écarter , les blaireaux faut les laissez a la foret enchantée , elle sera les déshumé et reehumanisé cette sécheresse de leur verve
    les mensonges , bof mentir pour protéger ace mentir , mentir pour continuer d explorer , de choisir des sentiers de travers , le plus gros mensonge reste le père noël lol il a fondue avec la carotte , le bâton des reste de balai et de sorcier »es » , qui na pas vue la lumière , même l aveugle entent ces bruits ou les ressent lol
    le plus gênant est le couloir
    les portes ce temps a ouvrir et cet élévateur cette sensation ou cette elevation , a ces valeurs
    les mauvaises rencontre ne serons jamais pire que les mauvaises nouvelles
    allo oxo envoyée la dans le paradis pour qu elle oublie lol
    on peut ce trumper , les plus puissant peuvent tout détruire et rien n est fait… a part contempler leur bar bichette
    et merci au plan super rieur lol avec tout ces tares bas sur terre
    alalalalala dans les couloirs des rencontres du grand théâtre de la vie on en rencontre des ovni lol

    https://www.youtube.com/watch?v=IYzlVDlE72w

  • avatar
    jacou

    Je reviens sur la civilisation de l’Atlantide et ce qui a précipité sa chute :

     » Similitude avec l’Atlantide

    « Nous voudrions mettre l’accent sur votre mission. Il serait souhaitable que chacun de vous prenne de plus en plus conscience de qui il est et qu’il pense que la liberté est sacrée !

    Dans votre monde, on vous parle toujours de liberté. En fait, beaucoup d’humains ne savent pas ce qu’est la liberté. La liberté, c’est être soi-même ; la liberté, c’est n’obéir à personne, si ce n’est à soi-même. Bien sûr, cela ne concerne pas les relations sociales ou professionnelles ; « n’obéir à personne » veut dire ne pas vous laisser manipuler, garder votre discernement et votre intégrité.

    Il y aura des pressions. À l’époque actuelle, il y a beaucoup de pressions parce que deux facettes de la Lumière se font face : la Lumière éblouissante qui rayonne l’Amour, cette Lumière qui existe partout dans l’Univers, cette vibration extraordinaire et, en face d’elle, se trouve la lumière non éclairée qui est aussi lumière car elle a également été créée par la Source ; cette lumière non éclairée concerne une grande partie de la population.

    Si la lumière non éclairée concerne une grande partie de la population terrestre qui est encore endormie. Elle est donc beaucoup plus motivée et mue par la lumière non éclairée parce qu’elle n’a pas encore perçu l’immense Lumière et l’Amour Divin qui sont cependant en chaque être humain.

    Il y a donc maintenant confrontation entre ces deux lumières (nous n’aimons pas ce mot pour désigner le face-à-face de ces deux énergies). Ce face-à-face est aussi en vous. En vous se trouvent une partie de lumière non éclairée et une partie de Lumière Divine qui vous vient non seulement de votre Partie Divine mais qui vous est aussi apportée par l’Amour Père-Mère.

    Vous arrivez à un moment crucial de prises de conscience ainsi qu’à un grand virage pour l’humanité.

    Il y a une grande similitude entre votre période et celle de l’Atlantide.

    Ces deux périodes ont une grande similitude et aussi une grande différence car l’époque de l’Atlantide ne faisait pas partie de l’âge sombre, le Kali Yuga, comme c’est le cas à l’époque actuelle. Cependant vous sortez de l’âge sombre, de l’âge de fer, pour aller réellement vers l’âge d’or. C’est sur cela qu’il faut fixer votre attention, votre conscience et votre espoir.

    Il y a donc eu plusieurs grandes civilisations à différentes périodes sur votre Terre.

    En Atlantide il y a eu des savants qui, sans qu’ils s’en soient rendu compte, ont bien souvent servi la lumière sombre ; ils avaient de grandes capacités intellectuelles mais n’avaient pas ouvert leur cœur. Ils sont malheureusement nombreux à votre époque.

    À la toute fin de l’Atlantide, il y a eu une diminution de la vraie spiritualité.

    L’Atlantide a connu des périodes extraordinaires où les êtres étaient capables de communiquer télépathiquement avec le règne animal, le règne végétal et le règne minéral. Les Atlantes se servaient d’ailleurs de ces divers règnes d’une façon merveilleuse, avec harmonie et bonté, car ils ne brusquaient rien ; ils demandaient toujours la permission. Avant la fin de l’Atlantide, tous les règnes vivaient dans l’harmonie.

    Ensuite, comme à l’époque actuelle, certaines énergies se sont de plus en plus immiscées parmi les humains. Vous êtes actuellement sept milliards d’individus ; à l’époque de l’Atlantide, ils étaient beaucoup moins nombreux, ce qui fait une grande différence.

    Votre civilisation ne prendra pas fin comme celle de l’Atlantide. Les similitudes se manifestent surtout dans les manipulations de la science, dans l’étouffement de la spiritualité et dans la débauche à tous les niveaux, ce qui a mené l’Atlantide à sa fin.

    Votre monde est un monde de débauche, de pouvoir et de manipulation, mais la fin de votre civilisation ne sera pas identique à celle de l’Atlantide. Pourquoi ? Déjà pour une raison importante : le nombre d’habitants sur la Terre.

    Certaines puissances de la lumière non éclairée ont choisi pour mission de gouverner le monde et d’éradiquer une grande partie de l’humanité. Ce n’est pas aussi aisé qu’elles le pensaient !

    En général, la lumière non éclairée n’a pas conscience de ce que représentent réellement la Lumière et l’Amour. La lumière non éclairée n’a pas conscience qu’à la fin de la période de dualité actuelle, c’est la Lumière qui triomphera.

    L’Atlantide était une autre civilisation où les êtres avaient une autre conception de la vie qu’ils ont assurément perdue. Les Atlantes ont très mal utilisé leur technologie et la puissance qui était entre leurs mains, notamment celle des cristaux, ainsi que la puissance d’une Lumière qui ne sera plus mise à la disposition des humains, sauf dans la dimension supérieure.

    Il n’est plus utile (cela pourrait même être dangereux) de donner aux hommes actuels la possibilité de découvrir ce qui mettrait en très grand danger la vie de sept milliards d’individus et aussi celle de votre planète.

    Comme vous le voyez, l’ombre est active au niveau des manipulations et de la souffrance que vivent tous les peuples du monde entier. Si vous percevez une partie de lumière non éclairée, sachez qu’il y a aussi une immense Lumière qui veille sur l’humanité. Mais, pour différentes raisons, la Lumière ne peut pas se montrer telle qu’elle est. Les humains doivent accepter de se réveiller, de changer, d’aller vers le vrai chemin de l’harmonie, de la sagesse, de la joie et de l’Amour.

    Il faut que les humains parviennent à comprendre qu’il n’y a pas que les plaisirs de l’argent, du pouvoir, des débordements sexuels, et que ces plaisirs-là sont ceux qui les tirent vers le bas.

    À votre époque, ce sont réellement les joies spirituelles que vous devez intégrer et faire grandir en vous ».

    Monique Mathieu ( Du Ciel à la Terre )

  • avatar
    Tony

    Bordel j ai bien pilonner , allez on va continuer lol
    jacou un message de Marie lol

    Coucou!

    Quel bonheur de vous écrire!

    J’ai l’impression de revenir d’un looong voyage. Il y a énormément de choses qui ont bougé en moi, et autour de moi, et j’ai ressenti le besoin de m’asseoir en tout cela et d’intégrer ce que je vivais, avant d’en parler.

    Vous retrouver enfin me remplit de joie! Et j’ai beaucoup, beaucoup à partager, comme vous le constaterez aujourd’hui, et au fil des prochaines semaines. J’espère que vous pourrez sentir la belle énergie fraîche qui m’habite.

    Je vous invite à vous installer confortablement, avec quelque chose de délicieux à siroter. Si vous préférez écouter la version audio, plutôt que de lire le tout à l’écran, les instructions pour la télécharger se trouvent plus bas.

    Sur ce…

    (Peut-être aimeriez-vous écouter la version audio du message plutôt que de le lire à l’écran? Vous n’avez qu’à cliquer ici pour la télécharger.)

    Les derniers mois ne se sont pas passés comme prévu.

    Mon plan était de me concentrer sur l’écriture et de donner forme à des projets que j’avais à cœur depuis longtemps. Mon intention était aussi ferme qu’enthousiaste.

    Mais j’ai été prise par surprise… Oui, la vie m’a tiré le tapis sous les pieds, et j’ai atterri tête première dans un méga jardin tout fleuri, à la fois enchantée et un peu étourdie.

    En très peu de temps, j’ai mis en place un nouveau projet en Californie, qui m’amènera à y vivre plusieurs mois par année. J’ai commencé à goûter intensément au sentiment de communauté dont j’ai toujours rêvé, avec des personnes qui m’inspirent et qui me voient vraiment. Je suis tombée amoureuse d’un homme tendre et dévoué (et je me suis séparée amicalement). Et à travers tout cela, j’ai vécu une foule de magnifiques expériences qui m’ont profondément nourrie.

    Depuis quelques mois, j’ai le doux sentiment que ma vie est «ma» vie, plus que jamais. Pas seulement dans son contenu, mais dans sa fibre.

    Je dois vous dire que la plupart de ces expériences, je les ai désirées longtemps. Ma vie était certes agréable, et je me savais très privilégiée, mais la vérité est que certains de mes besoins étaient loin d’être comblés… Et j’avais si souvent espéré de petits miracles, de belles surprises, qui viendraient les satisfaire.

    Quand le sentiment de manque se pointait le bout du nez, je me disais que je devais travailler sur moi… Oui, je devais probablement apprendre à m’aimer davantage pour être prête à recevoir, ou quelque chose du genre. Ou je me disais que la vie s’occupait de moi et que je recevrais tout au bon moment. Ou encore, je tentais de me convaincre que je n’avais pas vraiment besoin de ce que je désirais pour être bien – un classique avec lequel vous êtes peut-être familier.

    Ainsi, ces derniers temps, je regardais ce qui se déployait si joliment… Et je me demandais : pourquoi maintenant, et pas avant? Quel miracle s’est donc produit? Car ce n’est pas seulement le contenu de ma vie qui a changé… J’ai l’impression de vivre dans un univers complètement différent, dans lequel tout m’est accessible.

    Si vous me lisez depuis quelques années, vous savez que j’ai émergé il y a quelque temps d’une longue traversée du désert, qui m’a amenée à délaisser de lourds bagages. Peut-être la vie remplissait-elle l’espace que j’avais ainsi dégagé?

    Ou peut-être était-ce le karma, ou un phénomène astrologique, ou une force ésotérique quelconque?

    Ou peut-être l’univers me reflétait-il simplement cette joie qui m’habitait? Car effectivement, j’étais déjà plus sereine et heureuse que je ne l’avais jamais été. (Oh, aurais-je ENFIN appris à m’aimer?)

    Après avoir exploré le tout profondément, j’en suis arrivée à une conclusion qui m’a grandement étonnée. Non pas parce qu’elle était spectaculaire, mais parce qu’elle ne l’était pas du tout. Voyez-vous, j’ai découvert que même s’il y a eu plusieurs facteurs significatifs (comme c’est toujours le cas), le plus grand changement est d’avoir été plus proactive qu’avant. Oui, tout simplement. La réalité est que derrière chaque petit miracle, il y a eu au moins une décision, parfois difficile, que j’ai prise.

    Avec le recul, je constate à quel point j’ai pu être passive. Pendant une certaine période, j’étais célibataire et prête à m’engager, mais je vivais dans un petit village de retraités, à travailler chez moi. Je rêvais d’une communauté, mais bien que j’avais de très belles personnes dans ma vie, je ne faisais à peu près aucune démarche pour me créer un cercle d’amies. J’avais un appel profond de la Californie, mais bien que j’y allais régulièrement, je ne faisais rien de concret pour m’y enraciner. Etc.

    J’étais certainement proactive dans bien des situations. Mais dans d’autres – généralement, celles qui étaient les plus près de moi – je ne l’étais pas du tout. Et ce qui est fascinant est que je n’en avais même pas conscience. Je m’étais vraiment convaincue que je devais «travailler sur moi», ou que j’avais la foi, ou que je devais trouver le moyen d’être contentée.

    Cela m’amène à vous demander, Tony : que changeriez-vous immédiatement à votre vie, très honnêtement? Et si vous mettez de côté vos philosophies et vos croyances, diriez-vous que vous faites concrètement tout ce qui est en votre pouvoir (autre que d’y penser et d’espérer) pour aller dans cette direction?

    J’ai réalisé puissamment, au cours des dernières années, que j’ai le droit de dire non… mais je n’avais pas encore compris, dans chaque fibre de mon être, que j’ai le droit de me dire oui. En rétrospective, ce n’est pas vraiment que j’avais peur… c’était plutôt le stade précédent, celui où on ne réalise même pas qu’on a le choix. Je vois aujourd’hui que quelque part en moi, je me croyais petite devant la vie… J’avais l’impression d’être une enfant devant le monde, que je voyais un peu comme un «parent».

    Ainsi, si quelque chose se trouvait sur mon chemin, c’était comme si une sorte d’autorité l’avait «déposé» spécialement pour moi. Ma réalité était solide, officielle, et je ne pouvais pas trop en déroger. Oh, et si je n’avais pas les «bonbons» que je désirais, c’était parce que la vie ne voulait pas encore me les donner. Et c’était à elle de décider si j’allais les recevoir un jour – je ne pouvais pas moi-même aller les chercher.

    Créer une réalité qui me procurait un niveau de bien-être familier était OK. Monter la barre un peu était correct également. Mais concrétiser un projet qui me comblerait comme jamais et qui ne ressemblait à rien de ce que j’avais connu, ça, ça ne pouvait passer par mes petites mains à moi. C’était trop beau, trop sacré. Trop sucré. Il fallait que la vie choisisse elle-même de me le donner et me confirme, du même coup, que je l’avais mérité.

    Je n’ai probablement pas besoin de mentionner que rien de cela ne correspondait à ma conception de la vie et de l’humaine que je suis. Mais je constate aujourd’hui que ces pensées m’habitaient profondément. Et peut-être vivent-elles quelque part en vous, également.

    On voit si souvent la vie comme une personne. Comme lorsque je disais plus tôt que «la vie m’a tiré le tapis sous les pieds», par exemple. C’est presque un réflexe. Parfois, ce n’est qu’une façon de parler… mais souvent, on construit réellement un personnage derrière les événements, et on lui prête toutes sortes d’intentions. Un peu comme le père Noël, ou le dieu des religions. Sans qu’on le réalise, on déifie les circonstances et on confie notre existence plus ou moins au hasard.

    Si vous vivez des insatisfactions ces temps-ci, j’aimerais donc vous rappeler ceci : toutes les forces extérieures ne sont pas divines. Ce qui vient à vous par défaut n’est pas ce que l’Univers choisit pour vous, et ce qui vous manque ne vous a jamais été refusé. Les circonstances actuelles ne veulent absolument rien dire. C’est juste que le passé a un momentum et tend à se perpétuer; la résistance que vous rencontrez en essayant de le changer n’a généralement pas de sens plus profond. C’est purement mécanique. Et même si vous adoptiez cette fameuse idée que «tout arrive pour une raison», la raison pourrait très bien être d’apprendre à vous écouter et à vous battre passionnément pour ce que vous désirez. Donc aussi bien vivre avec la prémisse que tout est aléatoire, et chercher la vérité à l’intérieur de vous plutôt que de tenter de la décrypter dans ce qui vous entoure.

    Il n’y a rien, absolument rien entre vous et les expériences que vous désirez autres que la décision d’aller vers elles. Vous avez le droit de toucher à votre vie. Vous avez le droit de faire des choix. Vous avez le droit de vous choisir. Et surtout, vous avez le droit de vous choisir en premier, sans attendre une permission cosmique ou un signe ou un déclic. La permission est soudée à tous les désirs qui émergent en vous – vous ne pourriez les en dissocier même si vous le vouliez. Et vous avez la permission pour tous les désirs – ceux qui sont sains, ceux qui sont malsains, ceux qui sont frivoles, etc. Les plus sains seront certainement les plus nourriciers, mais cela n’a jamais été la question, et vous avez accès, par défaut, à tous les bonbons.

    D’une certaine façon, oui, vous êtes petit devant la vie. Vous êtes petit devant le mystère, devant le fait que la vie a toujours le dernier mot. Mais vous n’êtes pas petit devant les circonstances. Devant elles, vous êtes un géant, qui peut choisir de transformer tout ce qui est transformable, comme vous le feriez avec une grosse boule de pâte à modeler. Vous n’avez peut-être pas le dernier mot, mais vous avez le premier, probablement le deuxième, et bien d’autres. Et plus vous récupérez votre pouvoir, ainsi, plus vous pouvez le rendre au service de cette «force supérieure» qui n’est, en fait, nulle part ailleurs qu’en vous.

    Nos rêves les plus chers et nos besoins les plus profonds sont souvent ceux dans lesquels on s’investit le moins. J’aime vous imaginer traverser cette barrière invisible qui vous sépare de ces derniers, et non seulement tâter le terrain, juste pour dire, mais vous donner avec tout ce que vous avez. J’aime vous imaginer perdre tout intérêt pour les analyses interminables, et vous aligner cœur et âme vers ce que vous savez vrai et bon pour vous, sans prendre personnel ce qui se présente (à moins que cela résonne avec ce que votre cœur vous dit), et sans interpréter les obstacles comme des signes (à moins qu’ils vous amènent à découvrir de nouveaux désirs encore plus vrais).

    Peut-être avez-vous parfois le sentiment d’être très loin de ce qui pourrait vous rassasier. Quand on pense n’avoir accès à rien, on veut tout, et le sentiment de manque nous suit même dans les espaces les plus beaux. Mais en réalité, vous n’êtes qu’à quelques actions courageuses de la plénitude. Non pas parce que ces actions vous amèneront nécessairement aux buts désirés, mais parce qu’elles vous ramèneront au centre de votre vie. Et bien que vos aspirations soient sacrées et que vos rêves aient certainement beaucoup à vous apporter, vous n’avez pas besoin de leur toucher, autant que de les choisir et de vous reconnaître puissamment comme l’être grand et beau qui en est digne.

    Voilà ce que j’avais envie de vous transmettre en ce petit matin estival. 🙂

    Sur ce, je vous souhaite une superbe journée! Et si vous avez lu jusqu’ici, je vous donne un bec sur le front.

    P.-S. Si vous avez envie de poursuivre la discussion, je vous invite à aller sur le site et à partager votre réflexion dans la section «Partager un commentaire» en bas de la page. J’ai hâte de vous lire!

    P.-P.-S. Vous pouvez utiliser les boutons suivants pour partager la magie avec vos proches. Merci!


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER