Féminicides 2


Comment tu as fait pour tuer ta femme ?

Je ne l'aurais jamais fait si ce n'était pas la mienne...

Encore un usage abusif du pronom possessif ?

Tout est question de grammaire ! Pour sa fille, pour sa femme comme pour sa mère. C'est kif-kif !

Comme quoi, il ne suffit pas d'avoir les mêmes droits, il faut aussi avoir le même poids. Un point et ce n'est pas tout. 85 femmes ont été abattues par leur conjoint entre janvier et juin.

Un nouveau mot pour l'occasion a été forgé, celui de féminicide, un peu sexiste mais c'est soit disant pour dénoncer le sexisme alors qu'on ne fait que l'exacerber en excitant tous les perturbés. Je lui préfère homicide ou alors altruicide en langage un peu plus soutenu et un peu moins convenu. En attendant 85 femmes sont passées de l'autre côté, sans piété, ni pitié ; victimes d'une violence qui n'a rien d'extraordinaire, je dirais même qu'elle est familière : la violence conjugale qui met un peu en relief chaque jour le mal qu'a le mâle à supporter sa femelle. L'union ne fait plus la force, le temps est aux divorces... aux ruptures de bail avec la canaille. Aïe ! Aïe ! Aïe !

 

Cessons disent les femmes libérées d'être des poules mouillées, renonçons à notre lit douillet et dénonçons tous les coqs qui continuent de nous dérouiller.

Mais qu'est-ce qu'elles ont fait, toutes ces femmes pour précipiter l'heure de leur décès ?

Sont-elles victimes de l'usure ou de la démesure ? d'Ibliss comme on dit en Orient pour configurer le diable ? Ou d'Hybris comme on dit en Occident pour dévisager le démon ?

N'ayez surtout pas l'outrecuidance d'évoquer le hasard ou les coïncidences, pour ne pas froisser toutes les femmes en instance de constituer des poches de résistance pour contenir cet effroyable regain de violence.

Comme quoi, le cœur de l'homme n'a pas changé. Toujours les mêmes regrets et aucun progrès à signaler... L'heure passe mais les mœurs ne passent pas. En Italien : Non si può avere la botte piena e la moglie... comme en Français : tu ne peux pas avoir le tonneau plein et la femme ivre...

La femme fera toujours : Miaou ! Miaou ! Miaou ! En sortant ses griffes de sexe chétif...

Et l'homme après avoir tiré son coup, à bout portant lui rétorquera : Boom Boom Ciao ! Pour lui signifier que c'est un régal de venir à bout de son égal... Boom Boom Ciao !

Share Button


2 commentaires sur “Féminicides

  • avatar
    Tony

    Oui c est un cauchemar pour ces femmes et pour les enfants ces la mème
    et ces beaucoup trop courant , le problème n est pas traiter a la source , des fois on apprend que cette personne qui assomme ces êtres n est pas suivie pour sortir de cette violence qu il ou elle trimbale , pire des femmes voir des enfants subisses ses supplices et la police ou justice attende on ne sait quoi , alors souvent ses l alcool ou les drogues, dur , la discorde et des gens sous chichon par exemple n en sont pas exempt , il ya des gens conscient qui prennes a bras le corps ce probleme qu ils ont et en sorte d autre ne trouve pas et beaucoup ne sont pas du tout conscient du probleme , la société elle meme n est pas du tout consciente du fléaux qu est la violence cacher sous d épaisse couches et sa elle na pas de classe , combien d association existe pour tenter d aider a en sortir , ces comme cette femme qui toute sa jeunesse fut violée par un ami de sont père et qui a crée une assos qui a des résulta en écoutant les gens qui font subir , et elle a des résultat ..
    et l on drogue , endort quand on choppe ces gens mais cela la aussi ne répond pas a l urgence , sa laisse en suspens voir sa détruit encore pire et rend imprévisible cette violence
    des gens ne saves pas contrôler leur humeur , leur sentiment erronée voir mitiger et expose leur faiblesse a plus faible physiquement
    si des gens malades ne sont pas non plus écouter et traiter alors la difficulté ses de nié et de vouloir sévir , aucunement guerrir une société malade de souffrance divers et variés
    il est prouver qu une majorité des gens violent on subit cette violence étant enfant , cela n excise pas mais il en résulat que si on ne traite pas ses des génération entière qu on sacrifies.
    le naufrage avec les addiction lourdes divers et varié n explique pas tout non plus mais la aussi presque rien n est fait , on laisse au vieux conditionnement le résout de faire sortir du pire et de nuire
    le mal être est une donner , qu elle est sont opposez ..
    une société violente ne peut que donner des vents de folies…

    https://www.youtube.com/watch?v=-1y0mIbCC6U

    Salutation Fraternel .

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur les féminicides, les altruicides.

    Besoin d’un mouchoir ? 😮

    Me fait penser à une conversation débat que j’ai lu sur je sais plus quel groupe facebook il y a quelques temps. Mon souvenir est assez vague, je me souviens surtout qu’il y était question de l’opposition entre discours féministes contre la violence faite aux femmes et la minimisation de la violence faite aux hommes, ou en tout cas reproche à des féministes de parler celle faites aux femmes sans parler de celle contre les hommes. Me semble que c’était sur article évoquant violence conjugale jusqu’à homicide de la part d’un homme, donc j’avais trouvé le reproche de la part d’un participant pas forcément juste, d’autant que le discours féministe n’est pas tant d’occulter celle faites aux hommes en général, de ce que j’ai retenu, mais de même que reproche de vouloir évoquer le cas contre des hommes qui lui avait été fait.
    Et en fait, les termes homicide et altruicide pourrait ptêtre mettre tout le monde d’accord plutôt d’opposer femmes et hommes dans les points de violence.

    Ceci dit, même si plus d’hommes que de femmes doivent avoir peur de visibiliser « socialement » la violence dont ils sont victimes, qu’il y aurait des préjugés même dans les tribunaux / dans la gestion des affaires (d’après une avocate, dans un article où elle évoque l’ambiguïté de la justice dans les cas de violences conjugales commises par des femmes sur leur compagnon : Violences conjugales : un homme meurt tous les 13 jours tué par sa compagne : http://madame.lefigaro.fr/societe/hommes-battus-la-justice-est-bien-plus-clemente-avec-les-femmes-auteures-de-violences-080415 ), les stats en proportion ne changeraient ptêtre pas beaucoup, et surtout, « le nombre d’homicides conjugaux avérés » n’a pas besoin de témoignage pour être établi, me semble, et à moins que des femmes soient des génies du crime déguisé, les femmes sont majoritairement victimes, ce qui laisse entendre que c’est idem pour les violences.

    Après, re ceci dit, d’expériences de caméras cachées qu’il y a eu, que j’avais zyeutées (telle que : The Domestic Abuse In Public! (Social Experiment) : https://www.youtube.com/watch?v=dtVHnZX8E50 ), quand il y a des scènes de violences conjugales dans les lieux publics, où y a des passants, quand les hommes ont des mauvais gestes, il y a quasiment toujours une réaction, alors que quand c’est des femmes qui sont violentes, quasiment aucune. Quand les passants ont été interrogés, ils ont expliqué pourquoi ils avaient réagi dans un cas et pas dans l’autre, et pour la non défense de l’homme attaqué, revenait souvent le fait qu’il était considéré que l’homme avait pu pouvoir « mérité » d’être violemment secoué, aussi que si il avait voulu il aurait probablement pu se défendre (sans penser que la femme pouvait être championne de boxe et l’homme non).
    Et je me suis dit que j’aurais pu me faire le même genre de réflexions qu’un certain nombre, avec l’idée que si la femme est en colère, c’est plus ou moins la faute de l’homme et ne pas intervenir, alors que si l’homme est en colère, cela peut être aussi de sa faute d’une manière ou d’une autre et puis qu’il n’a de toutes façons pas à mal se comporter contre la femme et donc être tenté d’intervenir. Que ces expériences reflètent les préjugés qu’il peut y avoir.

    Bref, que cela soit pour les violences ou un certain nombre de crimes, sans non plus déresponsabiliser, je dirais qu’il peut y avoir lien paradigmatique, du moins pour un certain nombre de cas, que le tout évoluera ptêtre de manière « positive » un jour ou l’autre, et en tout cas, R.E.P. les mouru-e-s.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER