à l’encontre du féminisme 3


Il y a deux espèces de nouvelles : les bonnes et les mauvaises... et quitte à vous surprendre, je vous dirais que les mauvaises ne sont jamais nouvelles... elles sont fort anciennes... Encore faut-il que l'on s'en souvienne et toute méprise vient de ce que l'on ignore qu'elles ne sont que des reprises.

En guise d'exemple, je vais moi aussi opter pour la rediffusion pour vous épargner toutes sortes de confusion.

Je vais dénoncer le féminisme qui tient les femmes sous perfusion.

Non, ce n'est pas une illusion mais la source de toutes les illusions.

Disons le sans façons : l'égalité homme-femme est une foutaise, une mauvaise hypothèse, une malheureuse parenthèse !

On peut certes parier sur la parité pour bien se comporter en société mais certainement pas pour l'emporter. Parce que ce n'est pas la vérité. Et cette prétention à l'universalité compromet notre féminité pour toujours et à jamais :

Le féminisme ne prouve qu'une chose, c'est que certaines ne peuvent vivre sans faire preuve de fausseté.

C'est à se demander si elles ne font pas exprès de se tromper, de tromper leur monde pour ne pas êtres trompées... de feindre d'ignorer qu'elles ont peur d'être ignorées... Elles ne font rien d'autre que se dorer la particule.

En réalité, la femme est un sous homme même si elle a tendance à prendre le dessus dans le lit, dans l'esprit, dans la vie...

Je cherche encore parmi nous autres femmes le génie, le divin et non le malin et je n'en trouve point.

En France, il y a eu Beauvoir pour nous apprendre que nous ne naissons pas femmes mais que nous le devenons... pas toujours, ni nécessairement parce que c'est contingent... aléatoire comme histoire ? N'est-ce pas ?

Sous entendu que l'histoire est écrite par des hommes mais depuis sainte Simone, les femmes ont décidé de la réécrire, de jouer désormais leur partition dans la cour des grands et de prétendre au même firmament... C'est désormais maman qui décide et mon papa qui se suicide. Notre émancipation n'est hélas qu'une mystification... nous sommes devenues à l'image de l'imagination : maitresses d'erreur et de fausseté. Des spectres qui se font passer pour Électre.

C'est l'oubli de nos ancêtres. Le faux et l'usage du faux est devenu notre sceptre. Notre mode d'être, terne et moderne. Et aucune harmonisation à la ronde, la féminisation a fini par vicier tout le jeu du monde... grammaire, adultère et vie chère !

Caroline Fourest, Nadine Morano, Christine Angot c'est faux et dosage du faux.

L'esprit pleure toutes les larmes de son corps, écœuré par la loi du cœur qui décrète que le plus faible est encore plus fort que le plus fort.

Christianisme ? Oui et non. Crétinisme ? Certainement. On se ment pour ne pas se mentir. Sexisme ? Je dirais plutôt une erreur qui atteint son paroxysme.

 

Et le pire je vais vous le dire : le féminisme n'est au fond qu'une volonté cachée de ressembler à l'homme, qu'un hommage déguisé rendu au mâle et qui atteste que les femelles ne se supportent pas comme telles. Elles se rebellent pour paraître moins belles et plus essentielles. En vain.

C'est cela la bonne mauvaise nouvelle.

Share Button


3 commentaires sur “à l’encontre du féminisme

  • avatar
    Pascal

    Une perle à l’encontre du féminisme.

    Enquête

    « Je cherche encore parmi nous autres femmes le génie, le divin et non le malin et je n’en trouve point. »

    « Je pense avoir trouvé !!!! »

    « Une que je ne connais pas ? »

    « Euh, ben, vous la connaissez aussi bien qu’on peut se connaître soi-même ! Et puis je dirais qu’il y en a plusieurs que j’ai trouvé et trouve assez géniales ! »

    « Euh ? »

    « Ben, vous ! Du moins, compris vous ! »

    « Euh, si vous me trouvez géniale tout en remettant en question mon propos sur le génie des homme versus celui des femmes, il y a pas contradiction ? »

    « Ce n’est pas parce que vous avez dû être un peu influencée par le discours d’un Zemmour que… »

    « Vous me trouvez géniale, mais vous pensez que ce que j’ai exprimé a été influencé, que ce n’est pas mon propos pesé et emballé ? Pfff ! Et si c’était lui qui partageait ma réflexion ? »

    « Euh, ben, euh, disons que c’est le génie pour faire parler ? Est-ce que vous pensez réellement que la femme est un sous homme ? »

    « Est-ce que vous pouvez me citer une femme qui a excellé en compositrice, qui aurait écrit une symphonie aussi célèbre que Mozart, considéré comme un tel chef d’œuvre ? »

    « Euh, ben, euh, j’aime bien la musique classique mais je n’ai pas une culture en la matière assez poussée ! »

    « Et une femme qui aurait peint un portrait aussi fameux qu’une Mona Lisa ? »

    « Ben, le succès du portrait de Mona Lisa tient ptêtre plus du génie en sourire énigmatique de la femme qu’il a peint que du talent du peintre lui-même ? »

    « Mouais, vous jouez un peu sur le sens du génie, mais encore ? »

    « Ben, idem en peinture, j’ai pas une culture très poussée. Il faudrait que je fasse une recherche dessus. Toujours est-il que je vous trouve géniale, très talentueuse, que je trouve que des femmes peuvent être très talentueuses, n’ont pas à rougir de leur créativité. Et humainement, vous pouvez être tout aussi géniales que des hommes, si ce n’est plus, quoique je ne sais pas si peut comparer comme cela, d’autant que pourrait considérer qu’il y a complémentarité. »

    « Le génie, n’est-ce pas du talent transcendé ? Plus que du talent ? »

    « Euh, ptêtre, sûrement, oui… Mais euh, je dirais que c’est ptêtre histoire de concours de circonstances, de génie qui se forge. Une équation où le temps pouvant être consacré peut jouer, où le patriarcat peut mettre des battons dans les roues des femmes qui ont plus galéré pour pouvoir exprimer leurs talents, leur génie. Me fait penser que j’avais lu réflexion sur le fait que ce qui faisait la différence sur la considération d’un auteur, c’était pas tant qu’un pouvait être considéré intrinsèquement meilleur qu’un autre, mais que ceux considérés les plus géniaux pouvaient avoir tendance à être les plus prolifiques. C’est-à-dire qu’ils pouvaient écrire autant de textes considérés non géniaux, mais que du fait qu’ils étaient plus prolifiques, en plus de l’expérience acquise, du style forgé, il y avait forcément plus de meilleurs textes. Alors c’est ptêtre pas une règle absolue. J’avais lu l’histoire d’auteurs ayant eu des prix prestigieux pour une œuvre et qui auraient ensuite quasiment plus rien écrit. Mais voilou l’idée. Et tout out cas, je pense que le patriarcat, capitalisme, façon dont fonctionne une civilisation, n’est pas tant inné à la nature humaine, des hommes et des femmes, n’en découle pas forcément, qu’il y a l’influence d’un environnement, et influence sur l’expression du génie, mais qu’à la base, le potentiel de génie est présent chez la femme ! »

    « Féministe ! »

    « Tout de suite ! Non mais, il y a plusieurs variantes du féminisme, je trouve dommage le féminisme qui se bat pour le droit des femmes sans remettre en question le cadre capitaliste et le spécisme. De même que je trouve dommage ceux qui se disent militer pour le véganisme, le droit de vivre sans finir dans les assiettes après un carnage en abattoirs pour les animaux, mais qui ne remettent pas en question la façon dont fonctionne l’économie, louant toute alternative végé par principe, même si industrielle, sans voir plus loin, les soucis qui peuvent y être liés ou que cela peut engendrer, pour des animaux compris. Bon, quand cela s’inscrit dans une stratégie de paliers, tel que l’a théorisé Peter Singer avec la théorie du tube de dentifrice, pourquoi pas, mais me semble qu’il a une vision au long terme que d’autres végé n’ont pas.

    Toujours est-il qu’il ne s’agit pas de dire qu’il y aurait une universelle égalité entre l’homme et la femme, mon propos n’est pas de théoriser sur les différences et points communs, la part de naturel et l’influence culturel, mais de dire que vous pouvez être géniales et qu’il y a influence d’un système sur les moyens d’expression, que cela peut jouer sur le fait que moins de noms de femmes peuvent venir à l’esprit dans les considérées génies de l’humanité. »

    « Mouais, avec des si… En attendant… »

    « Bah, quand vous dites : Elles se rebellent pour paraître moins belles et plus essentielles. En vain.

    En vain par rapport à quoi ? Parce que vous paraîtrez toujours belle ? Et ou vous pensez ne pas être essentielle ? Les femmes peuvent paraître toujours belle même quand elles se mettent en colère ! Et essentielle, vous l’êtes dans tous les cas, alors ? »

    « Vile flatteur ! »

    « Ben, dans le concours de circonstances qui forge le génie que j’évoquais tout à l’heure, la flatterie, l’encouragement peut certainement jouer. Un homme qui s’entendrait dire à longueur de temps qu’il est mauvais, de fortes chances qu’il le devienne s’il ne l’était pas globalement, à l’inverse, il peut s’améliorer jusqu’à se transcender ? De même pour une femme ?

    Et même si un jour des scientifiques développaient un moyen de donner naissance à d’autres êtres humains sans femmes, au niveau corporel, je pense que vous seriez essentielle pour que l’humanité ne se perde pas dans cette ère, dans ce qui forge le génie, la saveur de la vie, l’âme de l’humanité, si je puis dire. Me fait penser à des articles sur l’influence de l’éducation, de méthodes, qui laissaient entendre ce genre d’influence sur l’expression du potentiel, du moins influence de la pédagogie.

    Et puis je reviens sur mon propos qui est de ne pas de dire qu’il y aurait une universelle égalité entre l’homme et la femme, ni entre tous les hommes ou entre toutes les femmes, mais d’apprécier le génie de chaque sans chercher à comparer. Quand vous appréciez une œuvre, trouvez qu’il y a du génie créateur, vous l’appréciez en tant que telle, non ? Et vous pouvez préférer globalement les créations d’un tel ou d’un tel dans une même discipline du fait de votre goût, est-ce que pour autant que vous ne pouvez reconnaître qu’il y a du génie dans les créations de ceux et celles dont vous apprécieriez globalement moins les créations ?

    Et quand j’ai évoqué le génie en art de sourire énigmatique, c’était pas que pour faire l’esprit contradicteur qui cherche la faille pour pouvoir contredire par plaisir de titiller. C’était pour… »

    « Ah, vous avouez ?! »

    « Euh, non, mais euh, façon de parler, pour introduire l’argument suivant… »

    « Façon de parler, vous dites cela quand cela vous arrange ! »

    « Euh, ben, non, mais, euh, bon, euh, où j’en étais ? Ah, ce que je voulais dire, c’est que d’aucuns considèrent qu’il y a plusieurs formes d’intelligences. Alors je sais bien que quand on parle de génies reconnus comme tel, dans les circonstances où vous l’avez évoqué, il est général question de chefs-d’œuvre qui ont marqué les esprits à travers les siècles, néanmoins, il y a plusieurs domaines où exprimer son génie.

    Et génie, dans quel but et pour quelle fin ?

    Vous avez évoqué le suicide du papa. Cela rejoint ptêtre ce que vous disiez sur le dessus dans la vie, une autre façon de le dire, mais me fait penser à un documentaire qui évoquait les suicides d’agriculteurs indiens qui auraient été du fait de précarité accrue avec les méthodes pas glop / capitalistes de certains semenciers, en y rajoutant à la précarité des indiens. Mon souvenir est flou, me semble bien qu’il y a une scène où une femme témoigne, et où il était question que son mari s’était fait hara-kiri du fait de la pression sociale, qu’il se sentait incapable de rembourser ses dettes et d’arriver à subvenir aux besoins de sa famille, la laissant elle, et elle trouvant le courage malgré les conditions de pauvreté, de précarité, de continuer. Je m’étais dit que cela illustrait le génie de gérer les soucis de la vie des femmes, malgré les galères, la peine et tout, de trouver le courage de rebondir, d’évoluer.
    Alors contrairement à ce que je pensais, si une étude d’épidémiologie du suicide évoque le fait que les hommes sont plus nombreux à se décourager aussi en Inde, la différence y est moins importante que dans d’autres pays (trouvé sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_suicide ). Ptêtre du fait qu’en Inde, les femmes peuvent y être plus maltraitées que dans certains pays.
    Ah, mais un article évoque qu’en France, ce seraient les femmes qui font le plus de tentatives du fait d’être plus exposées à la précarité, que si les hommes sont beaucoup plus nombreux à se suicider, à être considéré mort par suicide, c’est plus parce qu’ils utilisent en général des méthodes plus… expéditives.

    Au temps pour moi, l’anecdote avec la femme indienne était ptêtre un cas à part aussi pour l’Inde.

    Néanmoins, je pense que j’ai pas tort de considérer qu’il y a plusieurs domaines où peut y avoir du génie, même si ce n’est pas du génie reconnu par un grand nombre, et où le féminin excelle. Par exemple, l’art éphémère, les créations éphémères. Même si avec la possibilité de prendre des photos ou vidéo peuvent être immortalisées de nos jours, c’est un exemple. Et il y a des exemples de génies qui sont reconnus comme tel tardivement, parfois après leur mort. Et un autre exemple : la cuisine. Il y a des grands chefs femme. Si les plus étoilés sont des hommes, c’est plus histoire d’ambition pour acheter des restaurants et développer des affaires que de talents culinaires, me semble bien, car en terme de nombre d’étoiles pour un seul restaurant, certaines le sont tout autant !

    Et en génie d’acteur, les femmes peuvent être exceptionnelles, telle que vous. Quand bien même je prendrais des cours de dictions et de théâtre, de je ne sais quoi pour arriver à incarner parfaitement, je doute d’arriver ne serait-ce qu’à votre cheville en terme de talent, de génie ! »

    « Vous m’accusez de faire semblant ? »

    « Euh, non, euh, ce que je voulais dire c’est que… Euh… »

    « En tout cas, vous me donnez raison quand je dis que le faux et l’usage du faux est devenu notre sceptre ! »

    « Non, mais, quand je parle d’incarner, cela peut être pour s’incarner soi au mieux ! Le génie d’oratrice d’une manière ou d’une autre. Et même incarner l’état d’esprit d’autrui, des idées, des thèses, ce n’est pas tant faire du faux, de l’usage du faux. Ce n’est pas pour faire semblant, c’est pour incarner, ancrer de l’étant au mieux, les thèses, dépasser les miroirs des apparences pour toucher, faire saisir. »

    « Moui, bon, néanmoins, j’en pense pas moins à l’encontre du féminisme ! »

    « Ben, j’ai lu pas mal de thèses sur la féminisation, critiques, j’en comprends certaines, comme je trouve dommage le féminisme à la Fourest qui ne remet pas en question globalement, de ce que j’en ai compris, mais quand j’évoquais l’influence potentiellement négative du patriarcat, système néolibéral sur des destinées, c’était pas tant pour faire l’éloge de l’inverse.

    Pour le dire autrement, ce qui pourrait mettre en péril la civilisation, est-ce le féminisme ? Les problèmes environnementaux, des ressources, et cætera, plus histoire de soucis d’un paradigme social-économique capitaliste néolibéral, je pense.

    D’ailleurs, cela rejoint critique du féminisme visant l’égalité dans un cadre néolibéral. Et l’importance de la féminité des femmes pour l’harmonisation. Juste qu’il y a ptêtre divergence sur l’idée que le souci c’est pas tant la « féminisation ». Toujours est-il qu’une thèse sur le principe masculin et le principe féminin (ne pas se fier au titre de la vidéo) : https://www.youtube.com/watch?v=piqiBPxeTYI

    Voilou ! »

  • avatar
    jacou

    Tout d »abord, heureux de vous retrouver fraîche d’esprit … et de corps

     » Je cherche encore parmi nous autres femmes le génie, le divin et non le malin et je n’en trouve point. »

    Les femmes ignorent qui et ce quelles sont réellement , les rides de l' »histoire » ont voilé leur véritable nature

    –  » Question : Il est souvent difficile pour les femmes dans notre société d’être pleinement reconnues et respectées. Quelle est l’attitude juste et surtout l’action juste ?

    Cet être que beaucoup connaissent sous le nom de Marie-Madeleine qui fait partie des Gardiens de la Flamme nous parle :

    La femme est la déesse. La déesse ne se soucie pas du regard que les autres portent sur elle. Elle offre la splendeur de sa puissance et de sa divinité. Il est vrai, parmi les archétypes, les croyances, il semble peut-être difficile – ou la croyance est très répandue qu’il est difficile – pour les femmes d’être reconnues.

    Les femmes pourtant se souviennent de ces moments où la féminité était reconnue dans son image de la déesse et où les hommes avaient un grand respect et une grande écoute pour la mère qui veille et offre la vision de son amour de mère. Les femmes se souviennent de cette époque. Elles se souviennent aussi, dans l’histoire des cycles du temps, des déformations, des prises de pouvoir de cet ego qui croit s’approprier la puissance et de ce moment où tout a basculé, où les hommes sont entrés en rivalité avec la prise de ce pouvoir pour prendre eux aussi le pouvoir. Et tous semblent avoir oublié que l’incarnation n’a rien à voir avec le pouvoir mais avec le simple rayonnement de sa puissance.

    L’action juste est d’incarner la déesse. L’action juste n’est pas tant à travers le faire qu’à travers le rayonnement car le faire dépend et découle du rayonnement. Les femmes se croient victimes, oubliant que dans un autre cycle elles ont été bourreaux et dans un autre cycle encore victimes et dans un autre cycle encore bourreaux et jusqu’où allons-nous aller ? Et si l’humanité voulait bien offrir les croyances dans victime et bourreau pour être créateur d’une humanité à l’image de la dévotion. Alors s’effacent les questions. Il reste la dévotion d’incarner pleinement son essence et d’oser être pleine de soi dans la tranquille innocence de la transparence. Comprenez-vous cela ? La tranquille innocence de la transparence, au-delà des luttes de pouvoir.

    Pourtant, me direz-vous, l’humanité semble montrer le joug des femmes et l’emprise des hommes. A chacune de créer une réalité à l’image de sa vision. Pour celles qui savent créer leur réalité, la réalité est et se projette dans un autre visage de l’humanité. Ce n’est jamais l’autre, comprenez. Ce n’est point le masculin qui opprime le féminin ou le féminin qui se sentirait opprimé ou qui semblerait croire devoir se redresser, il n’est que le jeu de l’incarnation. Et le jeu de l’incarnation est jeu de dévotion offerte à sa propre divinité puisqu’il n’est que le divin, vous le savez.

    Ainsi à travers chaque femme, resplendit la flamme. La flamme rayonne et consume ainsi les apparences de joug. Et de ce rayonnement, naturellement découle l’action juste et le positionnement. Cesser de voir la création à travers une histoire. Oser ramener à la création la vision juste à travers votre incarnation.

    Est-ce que cela répond à votre questionnement ?

  • avatar
    Tony

    J en croises sans arrêt , des femmes courages , des femmes rivalisant de beauté de bonté , a l image de la vie prenant la joie comme un choix dans des vies difficile d un système oppressant et inégalitaire , des femmes qui on le cadres et la couleur pour la création des tout petits , des lionnes féline et qui sortes les griffes , protectrices et évolutive dans un monde sensé l infinité en toute particule
    non le probleme n est pas la divinité de la femme et de l homme , cacher sous d espace expérience divers et varié qui les font oubliez , le paraître est soulever , des belles formes , l homme peut ce tromper dans la forme comme la femme , ce n est pas une science , ni une infusion , ce n est qu une approche de sens premier et conditionner a un format , des protocoles et des hormone , croisant et des lune ou le loup hurle d une morsure , un animal nous dit t ellle pour d approche z’ébat
    la femme comme l homme est la farandole de la vie sur terre , sous toute forme et au font ce qu on lui a demander , dicter , dans continuer la séduction pour multiplication …
    l Égalité ne peut exister dans un monde ou la femme est violée , violentée , devenue un levier de pouvoir et de territoire comme un terroir , il ne peut exister non plus dans des société ou l homme la femme les enfants vives dehors sans hygiène sans toit sans eau sans énergie sans nourriture a la merci des rat des grand religieux du profit
    l Erreur des féministe n est que formats, les protocole du ce qu on veut mettre sur nos fions et ces dictions
    alors que de plus en plus de femme sont jeter dehors , battue , des fois tuer ,utilisez comme objet
    les féministe la plupart on oubliez le font et nous parle de forme , a font ..
    pas plus qu il existe de manif et mouvement pour dépasser les guerres ,misères crée sur terre et qui est relié avec le reste
    car la faiblesses des huns ou l herbe n est plus la pour ce posez mais arrosez de pesticides et autre pollution , inhalé voir manger , sur des terrain ou nous finirons de toute façon sang dessus dessous, terre et eau descieux qui nous nourrice sont accaparer par des raisonnement qui crée l inégalité
    la femme comme l homme sont la fraternité d une vie sur terre en difficulté
    l opinion des féministes c est mignon mais ce n est pas la vérité , la vérité n est pas l accoutrement le déguisement mais les faits de l Être !
    quand des autorité et intellectuel ce pencherons sur les réelle probleme des femmes , des enfants ils ferons leur mission
    que la femme soit en jean en jupe en maillot ou déguisez en marie voilé pour que le vent n ose plus la décoiffée ou les crapauds bavés ne justifie pas d Être ou pas , juste la lumière une réceptivité car elle Est de cette lumière , dans ce qu on fait émane, pas de posture ou de sont costume.
    le féminisme combat la patriarcat , elles on raisons sur certaines situation , ce système est en perdition , ni bien ni mal il a mit des fondation , certaines friction on vue des fissures ou la femme mais aussi la vie en général ces perdu et l atrocité a vécu et perdure alors passer décomposés
    la femme est légèrement différente de l homme , de par sa constitution , née pour nous porter , nous supporter , en meme temps parfois nous aussi lol elle na pas les même approches , elle est plus faible physiquement sauf certaine lol mais plus forte mentalement et sa source vient de l enfant , ce que le systeme tente a faire oubliez , l humilité l innocence .
    l habit ne fait pas le moine , surtout aujourd huit , les messes des uns et des autres rappel des combat de chapelle
    si elle ce trouve belle comme sa ?
    la femme est une fleur elle crée sont propre jardin , une éponge , on l aime en jupe ou pas cela ne change rien au font , on l aime et puit ces tout
    d ailleurs ya des hommes en jupes lol en soutane et qui nous tanne aussi lol dans leur systeme ou le contraire qui nous parles et a qui on dit merci
    la femme et l homme sont fait pour fusionner et multiplier les as vies lol
    chaqu un a sont antenne , sa sensibilité aussi , sa lourdeur et sa légèreté

    https://www.youtube.com/watch?v=6_97hayZ7zA&t=4s

    la femme et l homme sont l extrémité de la corde de la vie sur terre , il la jalonne et la confectionne lol
    pour le spectre vous avez raison , il ya d autres formes sous l uniforme cette dame l explique assez bien

    https://dailygeekshow.com/temoignage-binarite-sexes/

    dans les relation humaine , nos choix sont une voie , parfois sans issue parfois compliquer , souvent épanoui quand on oublie pas la danse de la vie et ces chanson aussi , ce qu il en fleurie

    https://www.youtube.com/watch?v=5UTwNNXsGbI

    si le féministe loupe le fondamental ,qu il doit inventer un navigateur dans le grand jeu de la vie ce qu il soulève parfois rappel la désharmonie entre êtres et le jeu en vaut la chandelle
    dans le chaqu un fait ce qu il veut qu il regarde profondément ce qu il veut voir
    Salutation Fraternel .


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER