ALGÉRIE : La Révolution du Vendredi 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Un pays qui a besoin de clarté, d'équité et de liberté ne peut trouver ces ressources qu'en effectuant un retour aux sources... Tout ce qui fait que l'Algérie est ce qu'elle est : arabe, berbère et musulmane.

Ce qui relie ses trois dimensions : c'est l'amour de la grandeur.

Pour l'Algérie, la réalité sera vide sans verticalité.

Et je crois que c'est le moment pour les forces vives du pays de prendre de la hauteur. L'heure est propice à l'envol et au crépuscule des années folles qui ont donné lieu à ce ras le bol !

L'Algérie a tout à espérer et désormais plus rien à craindre, excepté son Dieu qui lui donne une dernière chance pour enfreindre toutes les lois de la pesanteur qui ont ralenti les battements de son cœur.

Parce que l'Algérien n'a pas tant besoin de trouver un emploi que de retrouver la Foi. Et la Foi dit : élève ton niveau de conscience et de consistance. Sois ! Et tu seras.

 

Ma thèse, si je puis me le permettre c'est de dire que la Révolution Algérienne ne peut être qu'une synthèse entre la Révolution française et la Révolution Iranienne.

Retrouver la liberté pour honorer son Dieu et non comme ce fut le cas pour l'Iran comme pour la France, de déshonorer les deux.

Dans un cas le maître s'opposa à Dieu et dans l'autre c'est Dieu qui s'opposa au maître... Alors qu'il eut fallu concilier les deux.

Le Salut passera par une Révolution islamique et non islamiste. Par le Coran et non par les courants qui ne font et ne feront que diviser pour mieux régner.

 

La devise est inscrite dans le cœur de tout véritable musulman : Unité - Fraternité - Spiritualité.

Les mauvaises langues rappelleront les deux fronts qui ont déjà vu les algériens s'affronter avec le pire et sans succès. Le Front de Libération Nationale (FLN) et le Front Islamique du Salut (FIS) : les deux enfants terribles du pays qui ne sont que deux parenthèses douloureuses et malheureuses et qui n'ont aucune chance de se reproduire parce que l'algérien sait désormais à quel saint se vouer ou se dévouer.

Celui qui assurera sa vigueur et sa rigueur morale.

Celui qui mouillera sa chemise pour nourrir ses enfants et non pour crever le plafond.

Ce saint on sait déjà comment il s'appelle : c'est le peuple algérien qui fera du Vendredi le jour d'après-demain et d'avant-hier. Le jour de prière...

Share Button


3 commentaires sur “ALGÉRIE : La Révolution du Vendredi

  • avatar
    jacou

     » La devise est inscrite dans le cœur de tout véritable musulman : Unité – Fraternité – Spiritualité. »

    Qu’il en soit ainsi !

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur retour aux sources de l’Algérie, thèse sur Révolution Algérienne, philosophie du Salut.

    Population
    d’Algérie
    en manifestation
    sur les parvis,
    aspiration
    d’une révolution,
    en harmonie
    de l’essence
    de son esprit,
    une espérance
    ancrée dans le Coran,
    de la terre
    au ciel dans les champs,
    unis dans la prière ;
    des algériens,
    un peuple, un horizon,
    une verticale, un lien,
    un vendredi en création.

  • avatar
    jacou

    « Un pays qui a besoin de clarté, d’équité et de liberté ne peut trouver ces ressources qu’en effectuant un retour aux sources… »

    Le vrai challenge :

    – Le plus vital dans ce qui semble être la transition, n’est pas de dénoncer.
    Message de Christ’Al Chaya reçu par Agnès Bos-Masseron

    Particulièrement maintenant dans ce qui pour certains semble être un grand éveil et pour d’autres une grande tourmente – car vous le savez, nous ne voyons que ce que nous sommes – particulièrement maintenant pour la terre, pour sa communauté, et nous aimerions dire pour sa fraternité, garder cette vision « toute communauté ne peut qu’être fraternité ».
    Certains essaieront peut-être de vous montrer le contraire. Dans les apparences, ils ont certainement raison. Certains essaieront de vous montrer les voies de rébellion. La rébellion ne peut jamais être une voie, même si cette rébellion s’adresse à ce qui semble être des aberrations, des crispations ou des cristallisations. L’on ne peut que garder la vision que la communauté est fraternité. Que cette communauté soit celle d’un pays, qu’elle soit celle d’une ville, d’un environnement, d’une famille, la communauté ne peut qu’être fraternité.
    Voyez, on pourrait dire qu’il est deux chemins, celui de l’endormi et celui de l’éveillé. L’endormi marche avec ses œillères et se cogne, et se cognant, crée des chaînes d’actions et de réactions. L’éveillé marche, heureux de porter la vision, et cette vision il la porte au cœur de toute perception. Qui que ce soit qu’il regarde, par son regard il éveille la pure beauté ou la divinité. Quelle que soit la situation à laquelle il s’adresse, par dévotion il choisit de ne voir que la concrétisation de la vision d’harmonie.

    Comprenez-le, c’est cela qui est vital pour la terre, pour la galaxie même. C’est cela qui est vital : sortir des voies des endormis qui se cognent et qui voudraient que ce soit autrement sans créer la base initiale pour créer autrement. Car il ne s’agit pas de vouloir que ce soit autrement ou de constater que les apparences ne sont pas à l’image de la vision initiale. Il s’agit de créer avec la totalité de son énergie, la totalité de son amour, la totalité de son attention; la situation initiale, la situation d’harmonie.
    Comprenez la puissance d’un être qui aurait effacé de son système, comme vous effacez de vos ordinateurs, toute programmation de dysharmonie. Et le jugement est dysharmonie. Le jugement sur un être ou une situation quels qu’ils soient, n’est qu’expression de dysharmonie. Imaginez la puissance d’un être qui aurait choisi de bénir éternellement. Quelles que soient les situations, être bénédiction vivante à travers son incarnation. Il ne s’agit pas de mots, ni de croyances, il s’agit de rayonnement.

    Incarner la pure bonté. Incarner la plénitude de la joie. Ainsi sortir de tout jugement et semer les graines. Avec enthousiasme, semer les graines de situations d’harmonie, de civilisations d’harmonie, de sociétés d’harmonie. Semer les graines sans faire même aucune comparaison à la dysharmonie, sans prendre aucune de son attention, aucune de son énergie, aucune bribe, dans la moindre trace de jugement. Ne voir que la divinité dans chaque être, y compris au cœur de ceux qui semblent, en apparence, endormis. Peut-être que dans les apparences, ils semblent se cogner. Savez-vous la puissance d’une lumière, cette lumière qu’est le cœur, qui éclaire avec une telle bienveillance, avec une telle bonté, avec une telle clarté que tous les angles se détendent. Il faut bien que certains se démarquent.
    Beaucoup parlent de l’art des miracles, présentant peut-être des techniques. Je vous le dis, il n’est point de techniques, il n’est que l’infinie bonté, l’énergie rassemblée, aucune bribe dispersée dans quelque jugement, le regard éternellement porté sur l’essence de bonté, sur l’essence de beauté, l’intention ainsi nourrie éternellement du feu de l’amour.

    C’est peut-être cela l’aspect le plus important de cette transition. Peut-être que ce n’est pas au niveau des gouvernements, des situations sociales, peut-être que ce n’est pas au niveau de résolution de conflits, peut-être que ce n’est pas au niveau des apparences qui semblent injustes. Peut-être que le plus vital, peut-être que l’invitation la plus forte et la plus grande est que certains osent se démarquer et cessent de nourrir les apparences d’énergies qui en fait leur ressemblent.
    Cela, c’est l’attitude des endormis. Qui osera être éveillé, rassembler son énergie et porter la vision d’une société d’harmonie comme on porte un trésor, et offrir cette vision en l’imprégnant à travers chaque pas, à travers chaque toucher, à travers chaque battement de cil dans la structure de la terre, dans la structure du vivant ? Peut-être que cela est le plus vital pour concrétiser cette transition à laquelle tant rêvent, tout en continuant les voies des endormis. Car tout jugement n’est que se cogner contre les murs de rigidités, et la rigidité, comprenez-le, ne peut qu’être à l’intérieur de soi. Être éveillé…
    …Souvenez-vous et clamez-le à la surface de la terre, le plus vital dans ce qui semble être la transition, n’est pas de dénoncer. Le plus vital est de garder la vision et d’imprimer cette vision, ravivant la perfection en ne regardant que la perfection. C’est cela l’art de la création, et c’est cela la base des miracles.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER