à l’aide, à l’aide, à moi… 3


J'ai retenu un passage dans un livre tibétain, que je récite tous les matins, pour ne pas perdre la main.

Imaginez une vague à la surface de la mer

Vue sous un certain angle, elle semble avoir une existence distincte,

Un début et une fin, une naissance et une mort.

Perçue sous un autre angle, la vague n'existe pas réellement en elle-même, elle est seulement le comportement de l'eau, "vide" d'une identité séparée, mais "pleine" d'eau.

Si vous réfléchissez sérieusement à la vague, vous en venez à réaliser que c'est un phénomène rendu temporairement possible par le vent et l'eau qui dépend d'un ensemble de circonstances en constante fluctuation. Vous vous apercevez également que chaque vague est reliée à toutes les autres. Si vous regardez de près, rien ne possède d'existence intrinsèque. C'est cette absence d'existence indépendante que nous nommons "vacuité".

Un rien qui ne rime à rien... Permettez-moi d'en rajouter... au sujet de cette vacuité que vous ressentez à chaque fois que vous vous sentez seul, abandonné ou malmené.

Vacuité qui vous renvoie en pleine figure votre nullité. On dit : Nul et non avenu. Non seulement vous êtes vide mais vous êtes aussi dans l'incapacité d'accéder à la plénitude... votre vérité est pour ainsi dire sans lendemain comme un creux au milieu de la vague.

Mais de vous à moi, il y a comme un LIEN entre nous :

Sans vous, je ne suis rien... Mais avec vous, je deviens quelqu'un... comme Personne. Pas vous ?

Share Button


3 commentaires sur “à l’aide, à l’aide, à moi…

  • avatar
    Ancolie

    sans vagues pas de mer sans mère pas d’océan un vide! un vide qu’on cherche a combler un vide affectif pas intellectuel un vide que l’on fini par combler a vec quelqu’un vous? Personne

    le plus petit ruisseau fini toujours par remplir une vie il est le lien

  • avatar
    Pascal

    Superbe, une perle sur philosophie / spiritualité sur la vague reliée à toutes les autres, au tout, avec chanson en intro très bien chantée-interprétée aussi.

    Je répondrais bien oui à la question de devenir quelqu’un avec vous, grâce à vous, ‘fin, d’ailleurs, j’y réponds oui !!
    En gros, je suis curieux de divers thèmes, sujets, je peux passer pas mal de temps à consulter des docs’ sur le net, mais je trouve plus stimulant de le faire dans ce cadre, pour vous, un peu comme une interaction où peut être amené à remettre en question de ses réflexions / ou s’affermir / affirmer avec une personne dont le point de vue / l’avis nous intéresse, qui nous est importante, et cela m’avait d’ailleurs fait me remettre à écrire.

    Et puis je dirais que nous nous « enrichissons » au « contact » d’autrui. Il peut y avoir pas mal de trucs / d’événements pas glop dans le monde, que pourrait assimiler à des grosses houles qui font tomber à la mer, voire pour certains à des tempêtes / maëlstrom dans l’océan, et des risques tels des récifs ; mais aussi éclaircies, des moments de grâce, et dans tous les cas le « chemin » continue, peut « s’élever » avec de ceux qui en sont et la succession d’instants, devenir au fil des étants.

    J’arrive !!!! J’arrive !!!!

    « à l’aide, à l’aide, à moi ! »

    « C’est à vous, ou besoin d’aide ?
    ou les deux liés à l’émoi ?
    Si vous avez besoin d’un remède
    pour solutionner un problème,
    j’ai dans ma besace
    surtout de l’effort en contingence,
    à canaliser selon l’écosystème,
    que je puis vous offrir comme de moi, vivace,
    et si suffit ma présence,
    de même, considérez moi dans l’ici et maintenant,
    prêt à sortir des starting-blocks dans l’élan
    pour tenter de soulager de votre éventuelle peine,
    pour ce dont vous auriez besoin
    dans le souffle de ce genre d’appel.
    Bon, je cause, mais vous êtes capitaine,
    vous vous en sortez très bien,
    et tel instant de grâce, de votre côté, de la terre au ciel,
    sont les vagues et les vents ;
    ceci dit, je reste et jouerai des bras et cætera,
    j’essayerai de ramer – faire de mon mieux, quand il le faudra,
    de printemps en printemps,
    et en tout cas, je vous trouve merveilleuse, et bien l’impression,
    que des cieux dans le moteur, en émulsion,
    que de rive en rive, d’horizon en horizon,
    au fil du / dans le grand tout, comme vous le dites, nous devenons »


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER