J’ai cassé ma montre ! 4


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Ce n'est pas et même si ce fut le cas, ce n'est plus le même temps.

Le temps change. Il est changement.

Sinon il ne serait plus ce qu'il est : Dérangement permanent. Flux et reflux perpétuel.

 

Il passe et ne cesse de passer et nous le rappelle à chaque passage.

On en voit les traces sur nos visages.

Pas tout de suite mais d'une manière décalée parce que le temps est décalage et non étalage.

 

On croit lui avoir mis la main dessus avant de s'apercevoir qu'il a pris la fuite.

Il est saisissant et insaisissable mais pas en même temps.

Ce n'est jamais en même temps, sinon ce ne serait plus le temps...

 

Tout son succès, il le doit à cette succession : il y a toujours un avant et un après mais qu'on a du mal à situer dans le temps... ça n'arrive pas quand on croit que ça va arriver et ça ne dérive pas quand on croit que ça va dériver.

C'est toujours à quelque chose près... toujours à côté... coïncidence ratée !

 

Et même lorsque l'on croit que c'est simultané, on ne fait que simuler en vérité. Que des orgasmes en aparté.

L'union, la fusion ne sont que des illusions sans cesse perdues et sans cesse retrouvées.

 

Pour le dire plus sobrement : ça tombe mal et ça tombe toujours mal même lorsque notre fierté nous fait dire que ça tombe bien.

Et pour une raison mystérieuse ou plutôt mystique : l'invisible est imprévisible...

 

Même quand on sait tout, on ne sait pas tout prévoir, parce que le même n'est jamais le même... il y a déphasage.

 

Logique du temps qui rend difficile, voire improbable tout ancrage :

On ne peut pas être en même temps vrai et non vrai, juste et injuste en même temps, humaniste et inhumain, ouvert et fermé en même temps et sous le même rapport...

 

C'est impossible non seulement en vertu du principe de non contradiction mais surtout en vertu de la loi de la succession qui fait que lorsque je dis que JE suis moi ; mon "je" n'est pas identique à mon moi ; il y a un petit écart entre les deux. C'est peut être pour ça que tout ego sonne creux.

 

Autrement dit, toute identité est un peu tronquée... il paraît qu'il n'y a pas deux gouttes d'eau identiques dans tout l'univers...

Et on n'a pas fini d'essuyer ce revers !

 

Il n'y a que des différences et point de répétition... tout est toujours nouveau sous le soleil. TOUT EST TOUJOURS AUTRE.

Mission pour l'un, démission pour l'autre et rémission pour personne...

Share Button


4 commentaires sur “J’ai cassé ma montre !

  • avatar
    Tony

    Colomb ba c est temps mieux , il se débarque seul tout le noeuneud , d ailleurs macron a du culot le fumier , c est lui qui a mit ce débris et en plus de sa il la mit en première ligne avec l affaire bennala et celle avec les rital qui veulent chasser du refugier et des gens qui fraternise avec tout genre humain, et macron leur dit amène chassons les chez nous comme chez eux , prisonnier de logique a la con
    il recrute dans l armée , faut voir leur pub , servir l autre , service pour le monde financier et les états terroristes qui continue des guerres sur des mensonges pour les matières premières , premier de la classe qu ils se dises , mais merde , meme a l Ena les moutons ce rebiffes
    quel monde vie , ace reel , dans quelle humanité somme nous crée , conditionner , des fantômes ouai , courir derrière l argent obéir a ces agents , maux passant , comment on ils fait pour supporter tout ces tarés et ces tares , c est impressionnant , je préfère me couper du temps qui passe et rapace , couper cette montre ou tout le monde semble presser mais on ne sait pas ou et le pourquoi du comment et pourtant j aimerez remonter le temps et me divisez en meme temps
    rémission , ha l avocate international ma appelez , et citoyen du monde , cool baba cool on va prendre ce temps lol
    merci la gendarmette en talent lol

    « On veut faire partie de l’Histoire »

    https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/901567286897721/?hc_ref=ARRlnAK5CnNqG_C86V9f5qV9UHRhEocaual5ITfhCz-zs4Ldx3G-udtDkWPIohUKy-M&__xts__%5B0%5D=68.ARDKjI6LjHNuNtArbYqp_v_uIUYOErqGP0KLrsx4q-E5Ps5TyJGRnfpN6YJ62fS0b-D1RF_VFjMSEGVzdSjV6PfTKQTn-PCvHK8-1kt72Cvc0bwY_18uOmoXnTZdC-zbE1GCNQoGjbbNYebNkY6kTVgmeBacGWx1sGk7gQSZEsv9dQyF18Wd9w&__tn__=FC-R

    ASSEMBLEE GENERALE DES MIGRATIONS

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2177412979140192&set=a.1550087351872761&type=3&theater

    et pendant ce temps

    Bombardements, famine et rivalités… Tout comprendre à la guerre au Yémen

    http://www.leparisien.fr/international/bombardements-famine-et-rivalites-tout-comprendre-a-la-guerre-au-yemen-20-09-2018-7896696.php#xtor=AD-1481423552

    La France tue et fait tuer
    La France continue de vendre des armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis

    https://www.presstv.com/DetailFr/2018/09/30/575639/Ymen-Arabie-France-Emirats-armements

    cette France qui continue a ce mentir a mentir , des gros relous quoi

    https://www.youtube.com/watch?v=ISSZYTPhqVo

    dite sa me fait pensez a la coiffeuse aux miroires ou a la diseuse de bonne aventure , avec les 2 tetes d oeufs la , froter encore on va y voir sortir un genie lol
    votre billet c est pas confession un team
    le petit monde a don corleon s écroule , le monde financier et monopole particulier l écoule comme un héro , il change les temps moderne en fute dur , plus c est dur pour les autres plus la tendresse des liasses met en laisse , l homme de la taire et dépot de vains
    taires les miseres divers , tient l hivers , fin de la treve hivernal pour des centaine de milliers de personnes merci la loi Elan , un nouvel Elan pour construire les guerres , la France veut devenir premiere dans le marché de l armement , 3 eme déja ses pas mal ,elle sur l opium des peuples quelques troue de balles de plus et ziva les usa et les russes nous obeirons au doit et a l oeil du devoir financierisé , la peigre et la mafia na cas bien ce tenir dans les institutions histoire de ne pas perdre de temps, vive le Nom vives les Gnomes
    on l amuse avec les diables de conforts , une patrie qui ses fait par la force de l univers de 300 cultures diférente depuis des millenaire
    en realité elle est cuisinée pour eviter de regarder les realité Partager

    https://www.youtube.com/watch?v=MR-ke8MZS7g

    les fantomas ceux des chaines dans l ordre des gens foutre
    salutation fraternel

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur le temps, le changement, la passation de pouvoir-miroirs place Beauvau, etc.

    « Autrement dit, toute identité est un peu tronquée… il paraît qu’il n’y a pas deux gouttes d’eau identiques dans tout l’univers… »

    Me fait penser que la matière, les objets, les chaises, les écrans, les tables, les murs, le sol, et cætera, nous les percevons et les nommons ainsi suivant un référentiel que l’on pourrait sûrement qualifier de macroscopique, mais dans le « référentiel microscropique », si « l’assemblage » peut garder le nom en considérant la cohésion des atomes qui le forment, la matière peut être vue autrement. Les solides sont solides suivant la perception visuelle et tactile, par la « force à l’œuvre », mais même dans ce qui est statique vu de la terre, il y a du « mouvement » avec beaucoup d’espace entre les atomes et électrons. Je parle pas du mouvement dans le référentiel où les planètes et galaxies sont en mouvement, et où d’un instant à l’autre tout évolue dans l’univers, mais du fait que ce qui constitue ce que l’on perçoit est en perpétuel mouvement au niveau atomique, si j’ai bien compris. Donc j’imagine que aussi deux chaises, et cætera, conçues pour être identiques au niveau macro, si on pouvait établir la position de chaque atome, électron au même instant, nous verrions des différences entre les deux, ainsi qu’entre une même d’un instant à l’autre.
    Après, je me demande si sur le plan de l’esprit pourrait pas considérer que fonctionne différemment. Quoique ptêtre plus hors du temps. Il y a différentes thèses sur le rapport matière-esprit, de ce que je me souviens, me semble que dans Dieu et la science, il y a celle de la corrélation avec la matière, et histoire d’un plan d’informations, que l’on pourrait considérer alors aussi en « mouvement », avec un aspect non sujet au même mouvement, voire partie qui serait immuable mais qui serait ptêtre dans le « hors temps », si ce n’est qu’il y a ptêtre un côté immanent, lien dans / avec l’incarné.

    Evolution

    Depuis la naissance des forces à l’origine
    des dimensions, dont la dimension temporelle,
    des atomes aux étoiles, aux planètes,
    un instant, un autre instant, chemine,
    et un jour la vie sur terre et le ciel,
    et l’humanité, civilisations, gouvernances, satellites et comètes,
    des pays fondés au fil de l’histoire,
    des citoyens, des habitants, évolution des populations,
    l’état d’esprit de tout un chacun évoluant en synergie
    des vicissitudes, des croisements, des prises de consciences et des miroirs,
    et un jour, De Funes, de son ministère, en démission,
    à Fantomas d’assurer la mission, d’en accepter le défi,
    de relever avec énergie, d’instant en instant,
    d’évoluer avec le tout, l’humanité, civilisation, les étants contingents.

  • avatar
    jacou

     » JE suis moi ; mon « je » n’est pas identique à mon moi ; il y a un petit écart entre les deux. C’est peut être pour ça que tout ego sonne creux. »

    C’est la distinction entre Je suis, l’ être expression divine et éternelle (absolu) que Je suis et sa manifestation temporelle incarnée ( le relatif ) le moi de l’ego

    Point de vue d’Arnaud Desjardins ( passeur entre l’Orient et l’Occident ) :

    « ARNAUD. Oui, il s’agit d’un point essentiel à clarifier pour ne pas être perdu en lisant des ouvrages d’hindouisrne ou de bouddhisme, qui utilisent ce mot conscience. Le terme sanscrit chit, traduit par conscience, est utilisé à différents niveaux. On va par exemple employer le mot conscience pour désigner le simple fait que nous soyons conscients au lieu d’être inconscients, comme peut-être dans le coma ou l’évanouissement. Mais on va aussi l’employer pour la conscience ultime, la conscience qui n’est plus conscience de quoi que ce soit, le pur sujet sans objet. Toute la question est donc celle du sujet et de l’objet. Est-ce qu’il y a un sujet qui a conscience d’un objet?

    Il faut bien comprendre qu’il ne peut pas y avoir de distinction réelle entre l’absolu et le relatif, sinon l’absolu n’est plus absolu. Si on dit l’absolu et le relatif, cela signifie : ici l’absolu s’arrête et là le relatif commence; cet absolu ne peut donc plus être considéré comme absolu.

    L’absolu peut exister sans le relatif mais le relatif ne peut pas exister sans l’absolu. Le relatif est l’expression ou la manifestation de l’absolu. Pour reprendre une image extrêmement simple, il n’y a pas d’un côté l’océan au singulier, immuable pour les besoins de l’image, et de l’autre les vagues. L’océan est dans les vagues, les vagues sont dans l’océan, l’océan est les vagues, les vagues sont l’océan et on peut affirmer: l’absolu c’est le relatif et le relatif c’est l’absolu.

    On emploie aussi beaucoup, dans la terminologie hindoue, l’expression le réel et l’irréel. Le mot sat qu’on traduit par être veut également dire réel. Le monde dont nous avons l’expérience, c’est à la fois le réel et l’irréel, le réel sous-tendant l’irréel. L’irréel, c’est le changeant qui apparaît, qui disparaît et le réel, c’est ce qui subsiste. Si on enlève l’irréel, qu’est-ce qui reste? Le réel. Et si on enlève le réel, qu’est-ce qui reste? La réponse absurde consisterait à dire:  » Il ne reste plus que l’irréel.  » Si on enlevait le réel, il ne resterait rien. Si on fait disparaître les vagues, l’océan demeure avec ou sans vagues. Mais si on faisait magiquement disparaître l’océan, pas une vague ne subsisterait.

    Que nous disions, toujours dans la terminologie hindoue, l’absolu est le relatif, le réel est l’irréel, ou que nous employions l’image de l’océan et des vagues, cela revient toujours à la même idée: la Conscience pure et les formes de conscience. La conscience prend telle ou telle forme, la forme d’une pensée, la forme d’une perception, d’une conception, d’un désir, d’une émotion – tout ce qui se passe à l’intérieur de nous. Et généralement, le niveau auquel nous nous situons, ce qui constitue nos existences, ce dont nous avons l’expérience, c’est cette surface changeante, limitée, divisée, désignée par ce terme d’irréel. Mais l’irréel est l’expression du réel et les formes de conscience sont les expressions de la Conscience au singulier. On ne peut pas faire de distinction qui serait une séparation. Et la démarche védantique consiste à essayer de dépouiller le sujet de tout ce qui peut être objectivé, c’est-à-dire devenir un objet dont un sujet prend conscience. Du point de vue de la démarche hindoue, le témoin, sakshin, constate tout ce qui se passe en nous.

    Pour commencer, nous établissons donc une distinction entre ce qui voit et ce qui est vu. Je vois qu’il y a une tristesse, je ne m’y oppose pas, je ne la refuse pas, je ne me confonds pas avec cette tristesse. Je reconnais, je constate: juste ici, juste maintenant, au niveau affectif il n’y a pas une grande joie, il y a une tristesse. Au niveau physique, je vois, je constate: il n’y a pas une impression d’être en pleine forme et débordant d’énergie, il y a une impression d’être fatigué, vidé et à la limite de tomber malade. Et même les pensées peuvent être vues et reconnues: cette pensée précise vient de me traverser l’esprit, voilà les pensées qui ce matin m’assaillent et me ramènent dans une certaine direction. Pour commencer, c’est une dissociation – on emploie parfois le mot célèbre viveka, discrimination – entre le témoin qui prend conscience et ce qui est vu, à condition que ce témoin soit vraiment témoin, c’est-à-dire ne prenne parti en aucune manière ni pour juger que c’est bien, ni pour juger que c’est mal, ni pour aimer, ni pour ne pas aimer. L’insistance est sur la pureté parfaite de cette vision comparée très souvent à un miroir qui demeure neutre, qu’on lui présente un crapaud ou une rose.

    Une certaine conscience d’être, moi ou je, se confond au départ avec toutes les perceptions passées et présentes, toutes les formes: je suis grand, je suis petit, je suis malade, je suis en bonne santé, je suis heureux, je suis désespéré. Et peu à peu commence à se dégager ce témoin, ce qui apparaît comme une dissociation, et même, si l’on n’est pas très attentif, comme une dualité. Le témoin ne change pas. Ce qui change tout le temps, c’est ce qui est vu, mais la vision du changement, elle, reste immuable. Dans nos premières tentatives, le témoin est faible, fragile, presque inexistant et pourtant c’est ce qu’il y a de plus réel en nous. C’est le sujet pur. Et puis ce témoin gagne en stabilité, il est moins souvent englouti, absorbé (ce que mon propre gourou appelait absorption du sujet par l’objet). Et peu à peu un fond de conscience neutre, non affecté, se dégage et se stabilise. Et plus tard, on découvre que cette distinction du spectateur et du spectacle, ou du sujet et des objets, n’est pas une véritable distinction. Toutes les formes de conscience émanent de la conscience sans forme. Mais dans l’approche védantique, il y a d’abord, comme pratique, cette dissociation du sujet et de l’objet, du spectacle et du spectateur, tout en admettant dès le départ qu’il n’y a pas une véritable distinction, de même qu’il n’y a pas de distinction réelle entre les vagues et l’océan. Ce dont nous prenons conscience est changeant, ce qui prend conscience est immuable. Mais surtout ne confondez pas le témoin – ou plutôt la « position de témoin de la conscience » avec l’ego. »

    Et aussi :
    Jeff Foster : Pourquoi l’impersonnel n’existe pas

    L’impersonnel est le personnel

    Quoi que soit l’impersonnel, il s’exprime en réalité en tant que personnel, et la liberté véritable ne peut pas venir au travers du déni ou du rejet de l’histoire personnelle – il est en réalité au cœur de cette histoire, au cœur du désordre de l’existence humaine. C’est là que brille la grâce.
    http://perlesdebonheur.blogspot.com/2011/11/jeff-foster-pourquoi-limpersonnel.html

  • avatar
    jacou

    La notion irréfutable du temps est un concept qui ride notre âme et notre corps .

    Le lien qui suit est pour ceux qui désirent renverser la fable de l’inexorabilité de la vieillesse :

     » Il me plairait de vous emmener dans un voyage de découverte. Nous allons explorer un lieu où ne s’appliquent pas les règles de l’existence ordinaire. Ces règles stipulent explicitement que vieillir, devenir fragile et mourir, tel est l’ultime destin de tous. Ainsi en a-t-il été siècle après siècle. Toutefois, je veux que vous suspendiez vos a priori sur ce que nous appelons réalité, afin que nous puissions entrer en pionniers dans un pays qui ne subit pas l’épreuve du temps et où la vigueur juvénile, le renouveau, la créativité, la joie, la satisfaction forment l’expérience commune de la vie quotidienne, un pays où la vieillesse, la sénilité, l’infirmité et la mort n’existent pas et ne sont même pas présumées possibles….

    …A sa source, la vie est création. Quand vous entrez en contact avec votre propre intelligence intérieure, vous entrez en contact avec le centre créateur de la vie. Dans l’ancien paradigme, le contrôle de la vie était assigné à l’ADN, molécule énormément complexe qui a révélé aux généticiens moins de 1 % de ses secrets. Dans le nouveau paradigme, le contrôle de la vie appartient à la conscience. Tous les exemples cités ici – les enfants qui peuvent freiner la sécrétion de l’hormone de croissance, les étudiants en médecine qui modifient leur production d’interleukines lorsqu’ils sont angoissés, les yogis qui peuvent agir à volonté sur leur rythme cardiaque – indiquent que les processus corporels les plus fondamentaux réagissent à notre état d’esprit.  »
    http://messagesdelanature.ek.la/un-esprit-immortel-p475525


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER