LAISSE-MOI VIVRE MA VIE ! 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Laisse-moi vivre ma vie !

m'a dit ma fille qui a fêté ses 4 ans, il n'y a pas si longtemps.

Laisse-moi vivre ma vie comme pour me débarrasser à jamais de toute envie de faire de l'esprit... putain, c'est elle ou c'est moi qui vieillis ?

Elle dit ou veut dire que je peux tout au plus exposer et non imposer mon avis... l'école est une colle qui ne colle plus. La nouvelle génération ne veut avoir qu'un souci : ne pas avoir de soucis. Tolérance : moins l'infini.

Je n'ai plus le droit de cacher le pot de Nutella, ni de jeter toute pleine la canette de coca, et encore moins de l'empêcher de voir Dora, l'exploratrice de je ne sais quoi...

Je me suis mis le doigt dans l'œil en croyant que j'ai tous les droits !

Je sais enfin pour qui sonne le glas ! Pour moi...

Qu'est-ce que je viens d'apprendre ?

Que je n'ai rien appris, que j'ai encore tout à apprendre pour cesser de me méprendre sur les petites choses de la vie.

Que sais-je ? Que rien n'est blanc comme neige !

Que mon pouvoir ne peut pas tout, que mon devoir n'a de sens que si je m'interroge sur le sens de mon devoir... que mon bon vouloir se heurte tôt ou tard à un autre bon vouloir.

 

Laisse-moi vivre ma vie !

La petite souris sous entend que l'on ne s'entend pas sur le sens de la vie. On n'a pas la même configuration du réel, donc on n'opère pas les mêmes transfigurations... chacun son chemin comme dit le refrain.

Je n'y suis pas... je n'y suis plus... l'autre s'est enfuie.

C'est ce qui s'appelle : essuyer un revers par devers soi... comme s'il ne pouvait y avoir de monde qu'à l'envers.

Quatre ans et des poussières qui ne se laissent pas faire... ce n'est pas elle, mais le temps qui me désespère... ça va trop vite... droit sur un mur qui s'effrite...

La reine des abeilles est peut être trop vieille, elle vient de s'étrangler avec son propre miel... caca, es-tu là ?

Il ne peut y avoir de merde que dans les yeux... ça ne va pas et ça ne peut pas aller mieux.

C'est un coup de vieux qui voit et en même temps ne voit pas le temps passer... jusqu'à ce qu'on lui dise : il y en a assez, il faut cesser de faire chier un monde qui ne veut pas se faire chier...

 

Laisse-moi vivre ma vie !

Comme quoi il n'y a pas d'âge pour réaliser ce genre de clivage...

Le commencement est aussi la fin de la poésie...

Montaigne disait, à peine nés, nous sommes déjà assez vieux pour mourir...

Un peu d'art dramatique... y a pas mieux pour supporter la vie... la vida comme elle dit : ma fille est revenue me voir le lendemain sous un soleil de plomb, me demander de l'emmener à la mer... je n'avais pas d'ESSENCE mais j'avais la réponse, je lui ai dit : laisse-moi vivre ma vie !

 

Share Button


3 commentaires sur “LAISSE-MOI VIVRE MA VIE !

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur l’éducation, chemins de vie et cætera.

    @ Narimane

    Si ta mère n’a pas réussi à te dissuader de te passer de coca et de ne manger que très peu de Nutella, je ne risque pas de te convaincre de l’écouter, et je crois qu’on aurait aussi eu du mal à m’en dissuader quand j’en buvais – mangeais. Je ne sais pas à quel âge j’avais commencé, je crois que nos parents nous en ont pas acheté d’eux mêmes avant un certain temps, que ça n’a commencé pour le Nutella que quand j’ai commencé à en goutter à cantine de collège en petite barquette ou échantillons donnés par un / des camarades de classe ou à l’épicerie. Toujours est-il que j’en ai été plus ou moins accro assez vite dès que j’en ai goûté, ainsi que les sucreries, et je ne sais pas quel discours aurait pu faire que je n’en mange plus, si y aurait pu en avoir un. Même quand j’ai eu un prof de Chimie au cours d’un passage en fac de pharmacie qui nous a parlé de la nocivité de colorants et conservateurs et surtout de composés de sodas et alcools, tel que le coca, je ne crois pas que ça m’a fait moins en boire, ou ptêtre, sûrement pendant un temps. Je ne pourrais pas dire à partir de quand j’ai totalement arrêté, ni quel a été le « déclic », il me semble que c’était avant que je décide de suivre un régime alimentaire végé. Ptêtre un tout qui a fini par me convaincre que le coca n’était pas bon pour la santé, pour l’exploitation d’eaux de la planète, etc.

    Bref, il y a des alternatives au Nutella qu’on peut faire soi même quand y a les ingrédients et qui peuvent être assez bonnes, mais pour le coca, le mieux serait de ne pas en boire, de ne pas le remplacer par des sodas / boissons sucrées (et le coca sans « sucre » ne serait pas plus bon pour la santé, voire pire suivant ce qu’ils ajoutent), si ce n’est ptêtre limonade / citronnade pas trop sucrée faite maison quand peut.

    Re bref, si un jour tu devais être prête à lire ce livre, il y a un livre que j’avais trouvé en conseil de lecture sur les problèmes avec les alimentations trop sucrées, que j’ai mis dans liste à acheter ou me faire offrir et lire un jour, pas encore eu, et en fait je ne sais pas si je le lirai un jour car pas besoin de le lire pour tenter de se limiter en sources de sucre / en sucre (ce qui n’est pas évident à faire quand on est gourmand, même en végé quand on a du mal à se défaire de l’habitude de faire et manger des gâteaux), juste que à priori traite assez bien du sujet. Le titre c’est Le mal du sucre, de Danièle Starenkyj.

    De la vie

    Chemin de vie,
    parmi les contingences,
    se trace, petit à petit,
    sur le fil d’instants,
    selon les connaissances,
    les rencontres, les étants,
    l’élévation des consciences,
    les aspirations, les expériences,
    se forge des droits et des devoirs,
    confrontation de pouvoirs,
    au grès des ressources
    et du souffle, de la source,
    des trajectoires, de l’imagination,
    de la verticale, vers de l’horizon,
    s’incarne petit à petit,
    chemin de vie, jours et nuits,
    jusqu’à l’heure de l’expire,
    et puis phénix ? au-delà du vieillir,
    peut-être, qui sait ?
    mystère de la vie insufflée.

  • avatar
    jacou

    Très belle page sur l’art et la difficulté de l’éducation, dans notre société il est difficile de faire le choix entre satisfaire la singularité et adhésion au lot commun .

    – Message de l’Ami (Jésus) reçu par Agnès Bos-Masseron le 26-5-16

    Faire de l’éducation un accompagnement à la découverte du merveilleux.

    « Selon les étapes, la relation avec la fermeté peut parler. La fermeté a toujours sa base dans le bonheur de l’adulte. L’adulte reste posé dans ce qu’il sait juste.

    Avec un enfant petit, l’on peut trouver des moyens d’assouplir ce qui est ferme tout en restant ferme sur ce choix conscient d’honorer la noblesse de la vie. Lorsque l’enfant devient adulte, la fermeté peut consister à remettre l’enfant face à sa propre puissance. L’enfant devenu adulte fait ses choix et découvre l’autonomie. Cette découverte de l’autonomie reste primordiale.

    Il est important que l’adulte se sache ancré dans le bonheur, à l’écoute de son cœur et de ce qui est juste. Ainsi il n’est plus de louvoiement. L’adulte pose dans la joie et l’amour ce qui lui paraît juste pour le cœur. La fermeté est l’assise dans ce qui se sait juste. L’enfant devenu adulte comprend et honore le point de vue de ses parents et se dresse en autonomie.

    L’adulte pose les limites depuis la pleine confiance dans la noblesse de son enfant. Le fait de poser les limites doit être une expression de confiance. Lorsque l’adulte pose les limites, il ou elle s’adresse à la noblesse de son enfant. La base reste le bonheur. Il est erroné de poser des limites depuis une frustration. Il est erroné de poser des limites depuis une déception. La limite doit être l’expression pleine de la confiance dans la noblesse de l’enfant. La limite est simplement l’expression de ce qui est juste, ressenti depuis le cœur, exprimé depuis la plénitude d’un être en paix, établi dans la joie et le bonheur.

    La dualité n’est pas entre confiance et limite. L’accompagnement implique honorer, dans la confiance, la noblesse de l’enfant à un degré tel que l’on établit pour lui ou elle les limites qui ne sont que le reflet de sa noblesse. Apprendre aux enfants à considérer les limites comme un don d’amour, une expression de la voie de noblesse.

    Il est erroné que les parents agissent depuis frustration ou déception. La pleine confiance dans la noblesse de son enfant anime le bonheur. Cette pleine de confiance est accompagné de la juste expression des limites. Ainsi l’on accompagne ses enfants pour actualiser la relation avec sa propre noblesse, et actualiser la confiance que l’on a dans cette noblesse.

    La base reste l’épanouissement de l’être, et cet épanouissement s’exprime dans sa fonction de parent. Le cœur ne connaît que la confiance, la sérénité et la joie. Exprimant les limites, le parent reste rivé sur la noblesse de son enfant. Et si l’enfant semble avoir oublié ou se voiler sa propre noblesse, le parent reste à affirmer la limite, le regard rivé sur la noblesse de son enfant. Ne jamais dévier de la pleine confiance. Accompagner cette pleine confiance de l’expression du cadre permettant le déploiement de la noblesse.

    Encore et toujours, il est beau de comprendre et de se souvenir que le bonheur et la joie restent la base. Il est erroné que les parents entrent en relation depuis quelque frustration ou quelque déception. Le regard du noble ne voit que le noble et établit le cadre de noblesse permettant à l’enfant de déployer sa noblesse.

    Dans la mesure du possible, éloigner les enfants des contaminations qui amoindrissent leur cerveau ou affaiblissent leur système. Nous le savons, cela est peut-être utopique.

    Dans le cœur du cœur, chaque enfant sait la beauté de la noblesse. Garder un contact intime et profond, partager avec ses enfants, au quotidien si possible, des moments dans la nature. Garder la maison lumineuse, heureuse, élevant son énergie. Cela est une aide précieuse pour le déploiement des enfants.

    Ne doutez pas, l’éducation ne devrait pas être un défi mais l’épanouissement de la pleine expression de l’amour depuis cette confiance que seule est la noblesse, un épanouissement, un partage d’âme à âme, de cœur à cœur. Apprendre ce mode de communication intime et profond, sur la base de la joie. Apprendre ce mode de communication qui sait que la vie est entre soi et soi-même, que l’autre n’est jamais responsable de nos états et que le seul but, pourrions-nous dire, est de cultiver le bonheur, cultivant la noblesse, gardant la vision la plus vaste, celle qui contient tout l’univers dans chaque perception de détails.

    Apprendre à ses enfants cette vision la plus vaste. Leur apprendre l’écoute, leur apprendre le merveilleux et l’hommage envers la beauté de la vie. Faire de l’éducation un accompagnement à la découverte du merveilleux. Ainsi s’ouvrir ensemble à une autre réalité.

    Nous vous remercions.

  • avatar
    Tony

    Chaque enfant un révolutionnaire , la vie est un mille feuille , remplie de liberté et d assouvissement , toute l intention qu on porte des revers et des coups , la création de sont univers et cerner par ceux des autres , lié et relié dans des environnement divers et variés
    Narimane comme d autre enfant nous rappel juste qu il ou elle appartient a la création et a personne d autre , a des pouvoir , des secrets et qu il en découle que la découverte , rien ne se répète , tout ce recycle
    sauf les grandes leçon de l humanité , qui na pas découvert par sont intellect comment réussir des vies , en dehors du conformisme et de l utopisme
    l histoire de l essence n est qu une situation retourner dans l autre sens , ce que le système ne veut pas , changer de sens , l Intérêt et la primauté de dominé
    chaque moment de la vie est a croquer car nous somme des privilégiés , quelques part , conscient et remplie de joie , beaucoup n on pas ce choix

    Yasser Al-Naja, 13 ans, a été tué par l’armée israélienne hier à Gaza.
    Il avait 13 ans. C’était Un enfant. À droite, sa mère, une énième Mater Dolorosa, maculée du sang de son fils. Et toujours ce silence assourdissant de la communauté internationale. Gaza. Silence, on tue.

    https://www.facebook.com/orkia.kahlouche/posts/1711777895604664

    la vie est un fleuve , des enfuis des efflux

    https://www.youtube.com/watch?v=Stet_4bnclk


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER