Qui a peur de qui ? 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Je n'ai pas peur...

Je n'ai pas peur de vous dire que vous avez peur.

Avez-vous peur de perdre la guerre ?

Ce n'est pas une question que je vous pose :

C'est la question qui s'impose à votre vision du monde qui implose.

La guerre contre le terrorisme, la guerre contre le fanatisme, la guerre contre la barbarie...vous l'avez peut-être déjà perdue ?

Perdue, parce que vous avez été impatients de la gagner... pressés d'en découdre... d'en finir avec cette peur.

Vous n'auriez jamais dû la déclarer... à ceux qui vous l'ont déclaré à visage couvert... pour que vous vous précipitiez à pieds joints dans leur enfer... parce que l'ennemi n'est pas à l'extérieur mais à l'intérieur... terrorisme endogène... vous dit celui qui tient les rennes...

 

C'était perdu d'avance et pour deux raisons convergentes :

- si vous emprisonnez tous ceux que vous soupçonnez, vous cessez d'être un état de droit.

- et si vous cessez d'être un état de droit, vous ouvrez la voie au n'importe quoi, qui leur donnera tous les droits. Ce sera la loi du plus fort ; et le plus fort sera celui qui ne craint pas la mort, cela va de soi.

Double impasse !

D'autant plus que vous ne savez pas contre qui vous vous battez, ni sur qui vous abattre... Votre ennemi est insaisissable, il est partout et nulle part... vous savez juste qu'il peut à tout moment vous exploser à la figure...

Il faut être détraqué pour croire que vous pouvez le traquer.

Car il ne s'agit plus d'étrangers identifiables à l'œil nu, mais de vos beaux enfants, de vos gendres, de vos voisins de palier.

Qu'est-ce qu'ils cherchent ? Qu'est-ce qu'ils réclament de vous ?

Un autre monde... un autre ordre... un autre âge... pour lequel ils sont disposés à donner leur vie...

Et vous, de combien de Beltrame vous disposez ?

 

 

Share Button


3 commentaires sur “Qui a peur de qui ?

  • avatar
    jacou

    Quelques citations :

    “L’ignorance s’accompagne de fanatisme et suscite le fanatisme.” De Constantin Zuraïo / Abdel-Malek

    “Le fanatisme appelle persécution tout ce qui contrarie son absolutisme.” De Octave Pirmez / Heures de philosophie

     » On parle toujours de « fanatisme aveugle », comme s’il y avait de fanatismes clairvoyants.” De André Frossard / Les Pensées

     » Le fanatisme est un monstre qui ose se dire le fils de la religion.” De Voltaire

    “Le fanatisme, toujours serviteur du faux. Même au service du vrai, il serait haïssable.” De Jean Rostand

    “Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux timides.” De Friedrich Nietzsche

     » Quand le fanatisme entre dans la cervelle d’un homme de parti, il n’y a que la mort qui puisse le délivrer.” De Justin Lefebvre

     » On entend aujourd’hui par fanatisme une folie religieuse, sombre et cruelle. C’est une maladie de l’esprit qui se gagne comme la petite vérole. Les livres la communiquent beaucoup moins que les assemblées et les discours.” De Voltaire / l’Encyclopédie, 1771

  • avatar
    jacou

    Le fanatisme générateur de peur et son récipiendaire le peureux ont la même origine : le mental menteur ; l’un prend sa vessie pour une lanterne, l’autre est aveuglé par un lumignon qu’il prend pour un éclair .

     » La peur est la plus terrible des passions, parce qu’elle fait ses premiers efforts contre la raison, elle paralyse le cœur et l’esprit ».- Antoine de Rivarol

     » La peur est plus persuasive que la raison. » – Louis-Philippe de Ségur

     » La peur est, avec l’amour, la plus puissante des émotions humaines. » – Paul Morand

    COMPRENDRE LES ORIGINES ET MÉCANISMES DE LA PEUR
    Extrait de Eckart Tolle :
    Le Pouvoir du Moment Présent

    « La peur semble avoir bien des causes : une perte, un échec, une blessure, etc. Mais en définitive, toute peur revient à la peur qu’a l’ego de la mort, de l’anéantissement. Pour l’ego, la mort est toujours au détour du chemin. Dans cet état d’identification au mental, la peur de la mort se répercute sur chaque aspect de votre vie. Par exemple, même une chose apparemment aussi insignifiante et « normale » que le besoin compulsif d’avoir raison et de vouloir donner tort à l’autre – en défendant la position mentale à laquelle vous vous êtes identifié – est due à la peur de la mort. Si vous vous identifiez à cette position mentale et que vous ayez tort, le sens de votre moi, qui est fondé sur le mental, est sérieusement menacé d’anéantissement. En tant qu’ego, vous ne pouvez alors vous permettre d’avoir tort, puisque cela signifie mourir. Cet enjeu a engendré des guerres et d’innombrables ruptures.

    Lorsque vous vous serez désidentifié de votre mental, avoir tort ou raison n’aura aucun impact sur le sens que vous avez de votre identité. Et le besoin si fortement compulsif et si profondément inconscient d’avoir raison, qui est une forme de violence, ne sera plus là. Vous pourrez énoncer clairement et fermement la façon dont vous vous sentez ou ce que vous pensez, mais sans agressivité ni en étant sur la défensive. Le sens de votre identité proviendra alors d’un espace intérieur plus profond et plus vrai que le mental. Prenez garde à toute manifestation de défensive chez vous. Que défendez-vous alors ? Une identité illusoire, une représentation mentale, une entité fictive ? En conscientisant ce scénario, en en étant le témoin, vous vous désidentifierez de lui. À la lumière de votre conscience, le scénario inconscient disparaîtra alors rapidement. Ce sera la fin des querelles et des jeux de pouvoir, si corrosifs pour les relations. Le pouvoir sur les autres, c’est de la faiblesse déguisée en force. Le véritable pouvoir est à l’intérieur et il est déjà vôtre. »

    – Par contre il existe une peur dite instinctive , irraisonnée qui à son origine et sa localisation dans le corps humain et ses cellules , nous sommes littéralement des sacs à mémoires , fourre-tout de tout ce qui ce qui à pu impressionné et imprimé notre être au cour de ses voyages corporels sur notre terre ,

    –  » La mémoire cellulaire

    Nos difficultés actuelles peuvent provenir d’évènements traumatisant de notre vie, mais elles peuvent aussi prendre leur source dans nos vies passées, de nos anciennes mémoires. Ce qui nous est arrivé, ce que l’on a fait, dit, pensé laisse comme une empreinte dans nos cellules, dans nos corps subtils . L’information s’est cristallisée dans cette mémoire cellulaire (ou karma), et elle nous suit de vie en vie. Elle peut générer un mal-être, des maladies que l’on ne sait pas expliquer (le mal a dit) Cette mémoire peut aussi provoquer des blocages: manque de confiance en soi, colère, angoisse…

    Chaque cellule contient toute l’information de l’ADN, mais elle n’en code qu’une partie. Par exemple, les cellules des yeux même si elles contiennent toutes les informations de l’ADN, elles ne vont décodées et exprimées que la partie concernant les yeux.
    Grâce à la physique quantique, il est possible d’étudier la matière en allant de plus en plus loin dans l’infiniment petit. An niveau cellulaire, l’exploration du noyau conduit à l’ADN. A l’extrémité des codons composant l’ADN, nous trouvons des brins de télomères faits d’énergie lumineuse. Toutes les cellules émettent un rayonnement lumineux. Au niveau de la membrane de la cellule sont sécrétés des neuropeptides qui permettent la circulation de l’information entre les cellules. Et c’est l’énergie lumineuse associée aux neuropeptides qui représentent la conscience de la cellule. Cette conscience cellulaire porte les informations propres à la vie .

    Pour résumé, chaque cellule est faite d’énergie lumineuse (contenant de l’information) et communique avec les autres cellules via les neuropeptides.
    L’ensemble de ce qui est mémorisé dans les cellules est transmis au cerveau par le niais de flux liquidiens (le sang et la lymphe).
    Notre corps ressemble à un vaste réseau de communication.

    Quelles informations sont mémorisées dans les cellules?
    Tout, absolument tout est mémorisé dans les cellules. La capacité de la mémoire cellulaire est immense, et elle garde toutes les informations, tout ce que nous avons vécu ou ressenti depuis la conception, la vie intra-utérine, la naissance, la petite enfance, la vie adulte…jusqu’à l’instant présent.

    Cette mémoire ne s’arrête pas au vécu de notre vie. En effet, nous sommes issue de deux cellules: une de notre père et une de notre mère. C’est pourquoi, nous portons aussi le bagage de nos parents, et de nos ancêtres. Les informations sont transmises de générations en générations.  »
    http://www.une-autre-vie.fr/liberation-des-memoires-cellulaires/


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER