L’envie d’avoir envie ! 7


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

J'ai envie d'avoir envie signifie d'abord que je n'ai pas envie... et que j'essaye d'en avoir ou que je vais tout faire pour en avoir... faire l'effort nécessaire, m'efforcer, me renforcer.

Parce que la vie ne va pas de soi, l'envie, c'est pareil...

Il faut sans cesse recommencer : se lever, se laver, se nourrir, sourire... ce n'est pas si facile...

Sans oublier l'ennui, la fatigue, la lassitude... que des montagnes à gravir... le souci, la maladie, la vieillesse ennemie... que des défis à relever pour ne pas crever... pour ne pas cesser de rêver...

Envie d'avoir envie d'être de ton avis, Johnny, mais oh mon dieu, combien c'est difficile !

Avoir envie de partager les peines et les plaisirs, d'accepter l'altérité de l'autre, de supporter ses envies à lui, il faut vraiment avoir envie d'avoir envie !

Quand on est tenté par le suicide, par exemple, ce n'est pas l'envie d'avoir envie de vivre qui décide.

Quand on a une insomnie, l'envie d'avoir envie de dormir fait pleurer de rire.

Vous avez peur de la vie. Et cette peur vous fige... vous avez envie d'avoir envie de vertige, de sensations fortes, d'extrêmes pulsations, de grande vitesse, vous empruntez une Kawasaki Z1000 à un ami et vous sillonnez les routes à 300 km/h, en quête d'ivresse... mais vous vous faites renverser par un automobiliste parce que vous lui avez grillé la politesse.

Vous vous dites : "je suis maudit"... mais non, vous ne savez tout simplement pas ce que c'est que mourir pour une envie.

Ah Johnny ! Johnny ! Ce n'est pas l'envie d'avoir envie qui peut donner un sens à ce qui n'en a pas... une saveur à notre dégoût... une valeur à notre goût.

Non Johnny c'est l'envie tout court, c'est l'envie qui court et concourt à notre accomplissement.

L'envie d'avoir envie d'aimer, ce n'est pas de l'amour... l'envie d'avoir envie de vivre, ce n'est pas une vie...

Nul besoin de retourner l'envie sur elle-même, de lui forcer la main ou de lui indiquer le chemin... l'envie, la seule, la vraie ne te laisse pas le temps d'avoir envie... et puis ce n'est pas toi qui l'a ou la possède, c'est elle qui t'a et te possède...

Johnny... Non... je n'ai pas envie... je suis... envie.

Tiens, je crois que tu t'es fait avoir... c'est peut être ça l'être... que tu es... désir et non désir de désir... et le désir vient de mourir.

Adieu Johnny !

Share Button


7 commentaires sur “L’envie d’avoir envie !

  • avatar
    jacou

     » Envie d’avoir envie d’être de ton avis, Johnny, mais oh mon dieu, combien c’est difficile ! »

    L’ envie d’être en vie doit-elle passer par sa mort ? la vie est plus que le désir ou l’envie c’est la passion d’être , la passion d’être qui l’on est vraiment pleinement totalement , mais cela ne se peut dans un corps soumis et esclave de ses pulsions egotiques qui restreignent de façon considérable les immenses possibilités de jeu que la nature est prête à nous donner pour peu que nous lâchions prise de nos conditionnement et attachements aux histoires , c’est ce qui est très difficile car inconsciemment nous alimentons sans arrêt tout ce qui concoure à nos blocages . L’être humain n’a pas encore vu, perçu, compris qu’il est le scénariste de ses histoires .

    -Témoignage d’ Anita Moorjani qui a vu derrière le décor qui nous semble si lourd et pesant :

     » DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

    J’avais le cancer (lymphome de Hodgkin), un matin, je n’ai pas pu bouger. Mon mari m’a emmenée d’urgence à l’hôpital, où, après avoir passé un scanner, on a diagnostiqué un lymphome de niveau 4B (le plus grave). L’oncologue en chef à consulté mon dossier, elle a dit à mon mari qu’il était trop tard, que mes organes étaient en train de cesser de fonctionner, qu’il ne me restait que 36 heures à vivre. Toutefois, un oncologue a dit qu’il allait faire tout ce qu’il pourrait, mais il a préparé mon mari en lui annonçant que je n’allais probablement pas m’en sortir, en effet, mes organes ne fonctionnaient plus. On m’a mise sous perfusion de chimiothérapie et sous oxygène, puis on a commencé à pratiquer des examens, en particulier sur mes fonctions organiques, afin de pouvoir déterminer les traitements à utiliser.

    Pendant ce temps, je dérivais entre pertes et reprises de connaissance, je pouvais réellement sentir que mon esprit quittait mon corps. J’ai vu et entendu les conversations entre mon mari et les médecins, elles avaient lieu à l’extérieur de ma chambre, à une douzaine de mètres dans le couloir. J’ai plus tard été en mesure de vérifier cette conversation auprès de mon mari, ce qui lui a occasionné un choc. Je suis ensuite vraiment « passée de l’autre côté » vers une autre dimension, j’y ai été absorbée dans un sentiment d’amour total. J’ai de plus extrêmement clairement ressenti la raison pour laquelle j’avais le cancer, pourquoi, en premier lieu, j’étais venue dans cette vie, quel rôle chaque membre de ma famille jouait dans ma vie, dans le grand plan des évènements et, plus généralement, comment fonctionne la vie. La clarté et la compréhension que j’ai atteintes dans cet état sont pratiquement indescriptibles. Les mots semblent réduire le vécu – J’étais dans un endroit où je comprenais qu’il existe bien autre chose que ce que nous sommes capables de concevoir dans notre monde tridimensionnel. J’ai réalisé à quel point la vie est un cadeau, que j’étais environnée d’êtres spirituels aimants, toujours proches de moi alors que je l’ignorais.

    La quantité d’amour que je ressentais était écrasante, dans cette optique, je savais à quel point je suis puissante, j’ai vu les capacités stupéfiantes que nous, les humains, possédons au cours d’une vie physique. J’ai découvert que mon dessein allait maintenant être de vivre le « paradis sur terre », en utilisant cette nouvelle compréhension, j’allais également partager ce savoir avec d’autres personnes. J’avais toutefois le choix entre retourner à la vie ou aller vers la mort. On m’a fait comprendre que ce n’était pas mon heure, mais j’avais quand même le choix, si je choisissais la mort, je n’allais pas vivre les nombreux cadeaux que le reste de ma vie avait encore en réserve. L’une des choses que je désirais savoir était si j’allais devoir retourner dans ce corps malade, en effet, il était très, très atteint et les organes avaient cessé de fonctionner. On m’a alors fait comprendre que si je choisissais la vie, mon corps allait guérir très rapidement. J’allais voir la différence non pas sur plusieurs mois ou semaines, mais sur quelques jours !

    On m’a montré comment les maladies démarrent à un niveau énergétique avant de devenir physiques. Si je choisissais d’aller vers la vie, le cancer allait disparaître de mon énergie et mon corps physique allait récupérer très rapidement. J’ai ensuite compris que lorsque les personnes ont des traitements médicaux pour les maladies, ceux-ci éliminent la maladie du corps uniquement, mais pas de l’énergie, donc la maladie revient. J’ai réalisé que si je revenais, ce serait avec une énergie très saine. Ensuite le corps physique allait très rapidement et définitivement se mettre au niveau de l’état énergétique. On m’a fait savoir que ceci est valable pour tout, pas seulement pour la maladie – l’état physique, l’état psychologique, etc.. On m’a « montré » que tout ce qui se passe dans nos vies dépend de cette énergie qui nous environne, créée par nous. Rien n’est immuable, nous créons notre environnement, notre état, etc. en fonction de l’état de cette « énergie ». La clarté qui m’a été accordée par rapport à ce que nous obtenons, à ce que nous faisons, était phénoménale ! Tout dépend de notre niveau énergétique. On m’a fait sentir que j’allais voir des « preuves » de première main si je retournais dans mon corps. »…….
    http://www.nderf.org/French/anita_m_emi.htm

  • avatar
    Pascal

    Très jolie scène réflexion sur l’envie d’avoir envie, d’une façon de rendre un très bel hommage à Johnny avec philosophie.

    En vie,
    Pour la vie

    Une nouvelle journée commença,
    toujours en décalage pour soi,
    se regardait les volets clos,
    à travers, le monde et ses flots,
    s’imagina le cortège pour Johnny,
    le temps qui passe, les soucis,
    se sentit l’envie de rester encore un peu
    sous la couette, comme si aux cieux,
    mais aussi de se mettre en marche,
    découvrir et aider un monde à son arche,
    et après un soupir, le reste suivit,
    tel un sourire qui fait rentrer le jour,
    le sort et l’orchestration de l’envie
    qui décide de trajectoires dans le cours ;
    pas après pas, escalade après escalade,
    au fil des tâches, des rêveries et réflexions,
    des états de cendres et d’oraison,
    s’en vient à écouter des tirades
    du taulier sur La Mort d’Hamlet,
    se le voyait bien chanter, avec aussi Je suis nu je suis mort,
    depuis l’outre-tombe, à sa Læticia au cimetière,
    tenter de soulager la peine de ses pommettes,
    puis le rideau et continuer au contrefort,
    jusqu’à montrer sa carte d’âme à Saint Pierre,
    et nous sur terre à continuer, cheminant,
    en vie, de page en page, d’instant en instant,
    avant qu’un jour ou une nuit vienne notre tour
    d’un à dieu aux / des vivants, et en attendant, vive le cours.

  • avatar
    Tony

    Génial et puissant !!! et pourtant lui s était l harley lol david et son , ya du beau dans l envie , dans les siennes y avez de tout , a boire a manger , du bon du foin
    entre lignes et imagination c est une forme de motivation et ou la volonté d allez , puisez comme un cingler dans ce qui la accrocher , de visiter des limite , autorisez ou pas , il avait comme coluche un record , celui de broyer ceux qui était entre les bas et la richesse de tout individu , ni noir ni blanc , tout a la fois sur l échiquier de la vie , il parler d amour comme des maux taux comme un voyous qui c est ranger pour aimer ce qu il voulez désirer
    a t il réalisez c est rêves ? d autres l on fait pour lui , il restera une légendes dans le monde francophone , comprit dans les turpitude de la vie , avec de drôles d habitudes , peu de certitudes , sauf qu il voulez profiter , de la vie , de chaque jour , bon ou mauvais , une sacrée bête , 2 scènes , un dur dans un cidre doux , il a croisez les plus grands , aimer les plus belles et rappelez comme coluche qu on pouvez avoir du cœur , un coucou dans la tete lol et réussir comme sont compère belges vend d âmes en partant de presque rien , hors felin c est sa vie comme tout en chaqu un pour beaucoup de citoyen tout en étant sur des nuages ardent , fessant ce qui lui plait , la jamais arrêter la scène , il la aimer , violenté , déclenchant des feux ardent , comme beaucoup il fut aimer et détester , il a marquer , il va manquer pour beaucoup , je salut le fou et c est réquiiem

    https://www.youtube.com/watch?v=9bVjvznyE6g

    dans l amour de ses envie , temps d énergie et temps d amour dans le profit de la vie dans les sens et heures
    encore un qui voulez faire sa vie a font , avec des gamelles , on peut dire qu il en as fait du bruit lol
    c est marié avec tout les exés ou presque , avec toutes les envies , Partager par centaines de millers d âmes cherchant l ascendant a ceux qui peut accrocher , petit ou grand , mordant
    il na jamais renier c est prisons , c est passions , a sang pour sang

    https://www.youtube.com/watch?v=XZRjuRoP0l4

    il lâcher quand même pas mal de grenades lol , salut l artiste , slt le voyou de l amour , le miroir le mirage fraternel salutation

  • avatar
    jacou

    « Alea jacta est  »
    Je viens de réaliser que les deux bornes entre lesquelles se vit principalement l’existence humaine sont le plaisir et la souffrance, il ne peut-y avoir l’une sans l’autre, et c’est pour cette « raison inacceptable  » pour la plupart que la souffrance dure et perdurera sur la planète .

    – En finir avec la souffrance par Eckhart Tolle
    La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.
    La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est.

    Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le plan émotionnel, c’est une forme de négativité. L’intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d’identification au mental. Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s’en échapper.

    Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l’énoncer ainsi : PLUS ON EST A MEME DE RESPECTER ET D’ACCEPTER LE MOMENT PRESENT, PLUS ON EST LIBERE DE LA DOULEUR, DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.

    D’après certains enseignement spirituels, toute souffrance est en définitive une illusion, et c’est juste. Mais est-ce vrai pour vous ? Le simple fait d’y croire n’en fait pas une vérité. Voulez-vous éprouver de la souffrance pour le reste de votre vie en continuant de prétendre qu’elle est illusoire ? Cela vous libère-t-il de la souffrance ? Ce qui nous préoccupe ici, c’est comment actualiser cette vérité, c’est-à-dire comment en faire une réalité dans sa vie.

    jalousie, apitoiement ?La douleur et la souffrance sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c’est-à-dire inconscient spirituellement parlant. Je fais ici surtout référence à la souffrance émotionnelle, également la principale cause de la souffrance et des maladies corporelles. Le ressentiment, la haine, l’apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance. Et tout plaisir ou tout exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné.

    N’importe qui ayant déjà pris de la drogue pour  » décoller  » sait très bien que le  » planage  » se traduit forcément par un  » atterrissage « , que le plaisir se transforme d’une manière ou d’une autre en souffrance. Beaucoup de gens savent aussi d’expérience avec quelle facilité et rapidité une relation intime peut devenir une source de souffrance après avoir été une source de plaisir. Si on considère ces polarités négative et positive en fonction d’une perspective supérieure, on constate qu’elles sont les deux faces d’une seule et même pièce, qu’elles appartiennent toutes deux à la souffrance sous-jacente à l’état de conscience dite de l’ego, à l’identification au mental, et que cette souffrance est indissociable de cet état.

    Il existe deux types de souffrance : celle que vous créez maintenant et la souffrance passée qui continue de vivre en vous, dans votre corps et dans votre esprit. Maintenant, j’aimerai vous expliquer comment cesser d’en créer dans le présent et comment résoudre celle issue du passé…..

    https://www.meditationfrance.com/archive/1202a.htm

  • avatar
    jacou

    Et :
    – L’attachement à nos propres chaînes par Sri Aurobindo

    … » L’homme est amoureux des limitations de son être physique, et cependant il voudrait avoir aussi la liberté de son esprit infini et de son âme immortelle.

    Et quelque chose en lui éprouve une étrange attraction pour ces contrastes. Pour son être mental, ils constituent l’intensité artistique de la vie. Ce n’est pas seulement le nectar, mais le poison aussi qui attire son goût et sa curiosité.

    Il existe une signification pour toutes ces choses et une délivrance de toutes ces conditions. Dans ses combinaisons les plus folles, la Nature suit une méthode, et ses noeuds les plus inextricables ont leur dénouement. »….

    https://www.meditationfrance.com/archive/0903a2.htm

  • avatar
    jacou

    – La culture de l’émotion pour glaner les consciences embrumées .

    Le grand détournement

    Cette première semaine de décembre 2017 que nous venons de vivre restera sans doute dans les annales car elle a été le théâtre de l’une des plus incroyables opérations de détournement de notre histoire contemporaine…

    Effectivement comment peut-on qualifier la décision d’Emmanuel Macron d’honorer officiellement et simultanément un grand écrivain et une vedette du show biz ? Et de le faire avec la plus grande pompe !

    Comme si le talent d’écrire ou de chanter justifiait et nécessitait un hommage national avec tout l’appareil du protocole militaire ou policier, bousculant tous les programmes de radio et de télévision, paralysant Paris de longues heures, mais surtout, donnant l’occasion au Président de la République, de distiller sa précieuse et intelligente parole afin de bien montrer au bon peuple qu’ils avaient eu raison d’élire un homme cultivé.

    Alors se posent inévitablement les questions : pourquoi honorer Jean d’Ormesson plutôt que Michel Tournier ? Faudra-t-il convoquer la Garde républicaine à l’occasion du décès de Charles Aznavour ou de Line Renaud ?

    En jouant en permanence sur la récupération de l’émotion, récupération inlassablement entretenue par les medias, la classe politique tout entière est en train de faire basculer la démocratie vers le reality show et le spectacle hypocondriaque. Par ses reportages, ses articles et ses billets de blog, Mediapart s’est tenu à l’écart de cette gabegie sociétale, de ce panurgisme désolant : « allumer la communion nationale » d’Antoine Perraud pointe admirablement cette réaction de salut public.

    Quant aux autorités légales, aux corps constitués, ne faudrait-il pas leur rappeler que notre république ne fonctionne bien que si elle respecte la séparation des pouvoirs et que les hommages nationaux et autres panthéonisations ne doivent concerner que celles ou ceux qui ont fait preuve d’héroïsme ou qui ont gratifié la communauté nationale de leurs découvertes…

    Un académicien décédé ne devrait-il pas être honoré par ses pairs… sinon à quoi sert une Académie ?

    Quant aux chanteurs décédés, ils ont tout à fait leurs places dans des hommages à la télévision publique.

    Le détournement du sentiment populaire est un acte indigne d’un dirigeant politique.

    Un peuple méprisé a le devoir de se révolter.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER