Les agités du bocal 1


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Les agités du bocal ont cru bon d'ouvrir le bal à tous ceux qui ne savent pas danser... sur la corde raide de l'instant présent.

Ils se font de plus en plus mal avec leur idéal. On a beau leur dire que l'idéal n'existe pas, ils font comme s'il existait et plus ils le font exister et plus ils font du mal.

Avis à tous les agités du bocal :

Idéalistes ou intégristes de tous bords, vous ne serez pas reçus. Pas de salut.  Parce qu'en vous, même Dieu n'y croit plus.

Quant à l'homme, on n'y a jamais cru, il s'est toujours autodétruit avec son idéalisme, son géocentrisme ou son égocentrisme.

Agités du bocal, que reste-t-il de vos idéaux? De votre idéal?

Que reste-t-il de votre ambition verticale?

Une morale? Un sens moral? Une exigence morale ? Que dalle !

Et ça vous rend si fiers d'organiser ces nouvelles chasses aux sorcières?

De pourchasser tous les apprentis sorciers?

Vous vous dépêchez d'empêcher de vivre tous les pêcheurs et vous ciblez tous ceux qui ont mal atteint leur cible... tous ceux qui volent moins bien que vous, qui harcèlent moins bien que vous et violent la Loi moins bien que vous...

Parce que vous ne trouvez plus d'idéal en dehors de l'ordre moral, rétabli pour vous remonter le moral.

Les femmes et les infâmes s'en donnent à cœur joie pour achever leur proie.

Une caresse de trop suffit pour disgracier tous ceux qui sortent du lot... ça y est, on dirait qu'il n'y a plus de baraque à construire... que des réputations à détruire.

Surveiller et punir... pour laver l'affront, on s'efforce de salir, on rouvre l'ère du soupçon.

Tout échange intime est susceptible de faire des victimes.

C'est avec ce genre d'idéal que tout s'abîme.

Austérité morale qui s'apprête à couper toutes les mains sales comme si nous n'avions pas d'autres chats à fouetter, d'autres démons à chasser, à commencer par nous-mêmes... sans compter l'extrême pauvreté, la misère, la précarité, la maladie et une planète terre qui n'en peut plus... qui agonise, qui meurt sous le poids de vos idéaux.

Agités du bocal, votre idéal ne fait rien d'autre que faire rayonner le mal...

 

parole de femelle.

 

 

Share Button


Commentaire sur “Les agités du bocal

  • avatar
    jacou

    « Tout échange intime est susceptible de faire des victimes.
    C’est avec ce genre d’idéal que tout s’abîme. »

    Déjà que les relations femmes/hommes ne sont pas des meilleures l’abuse des uns va entraîner l’abus des autres , la confiance mutuelle nécessaire à des contacts proches ou lointains va tourner à la méfiance puis à la défiance, les pincettes et non les pince-fesses vont être de sortie car les faibles hommes déjà en perte de virilité vont se tourner vers homos et les femmes vers lesbos .

     » 2009. Nouveau malaise dans la civilisation. C’est la thèse que défend Pascal Bruckner dans un essai qui cherche à définir les contours de ce qu’il appelle Le paradoxe amoureux: les données du problème auraient radicalement migré, la situation se serait renversée et, avec elle, Freud aurait mal vieilli. La libération des «instincts», qu’aurait canalisés le nouvel idéal d’un plein épanouissement sexuel et l’assouplissement des codes amoureux traditionnels, aurait selon lui contribué à immerger la civilisation contemporaine dans l’anxiété. Bref, elle aurait fini par avoir le défaut de ses qualités. Incapable de faire correspondre sa réalité à cet imaginaire du «déchaînement», l’individu serait aujourd’hui en proie à une forme d’écartèlement affectif. Aux abords des sentiers battus, il y aurait, non loin du précipice, le panneau qui en annonce la proximité. »

     » Ce sont donc, à chaque fois, pour les sexologues, de véritables «investigations» à mener sur des cas très particuliers, même si, selon Philippe Brenot, qui a mené une grande enquête en 2011 sur Les Hommes, le sexe et l’amour (Éd. Les Arènes), il faut aussi tenir compte des évolutions sociétales: «Les nouvelles générations d’hommes ne vivent pas vraiment une baisse de désir, observe-t-il, mais affirment celui-ci avec une certaine hésitation car il leur faut à la fois être doux (proches affectivement des femmes) et solides (physiquement). Cela crée une posture incertaine, qui les désoriente.» Et le psychiatre d’espérer un jour une école qui parlerait aux garçons de leur désir: ce qui le fait naître, ce qui l’entrave. Toute une pédagogie à inventer, en quelque sorte. »

    – Peut-être allons nous faire connaissance du tantra :

    LA CLE POUR ETRE UN VRAI HOMME

    Chintan Norbert Bila, mon co-enseignant dans le tantra, dit: «La fondation patriarcale de notre société depuis les quelques derniers milliers d’années a donné lieu à la suprématie masculine. Cependant, avec la libération des femmes, les hommes sont aujourd’hui en pleine mutation et même en train de perdre leur sens identitaire.

    Les hommes entrent dans le stress, en essayant de concilier puissance et vulnérabilité. Ces deux caractère contradictoires ont tendance à favoriser la frustration et la destructivité. L’homme atteint un tel point de non retour qu’il a souvent besoin d’une catharsis pour permettre de libérer la vapeur de cette pression interne.

    Cette tendance masculine est ce qui donne lieu à la guerre, au pouvoir politique, aux formes hautement concurrentielles des entreprises, ou des compétitions sportives. Heureusement, la nature offre un pont entre ses différentes qualités contradictoires.

    Le pont de la transformation pour les hommes est un sens de l’humour et la légèreté, ce qui conduit au détachement et à la relaxation. Ces qualités lui permetront d’engloutir et de transcender les jeux de la société rationnelle.

    Dans la tradition indienne, cette approche ludique de la vie est appelé Leela, «jeu divin» ou «jouer avec Dieu». La testostérone doit être exprimée, mais elle peut avoir des débouchés autres que la concurrence conflictuelle. Si un homme lui-même oriente sa vision du monde autour d’une société fondée sur les conquérants et ce qui est conquis, alors il vivra dans la loi de la jungle, la lutte pour la survie des plus aptes dans un environnement concurrentiel.

    Si au contraire il intègre une vision de lui-même et du monde qui est plus large et plus fluide, la possibilité pour l’expression devient alors multidimensionnelle. Il peut être un clown, un amant, un praticien des arts martiaux, un artiste, un enfant, un roi, et un sage à la fois. Les multiples aspects de sa nature peuvent se retrouver dans une danse en spirale, faisant de lui quelque chose d’assez vaste pour contenir toutes les contradictions de la vie.

    Dans le Tantra, les femmes fonctionnent comme les initiatrices de l’homme. Il se livre devant la puissance et la grâce du féminin maternel. Il lâche son ego qui a été construit autour d’une mentalité basée sur la loi de la jungle. Cela lui permet de renaître avec l’innocence joyeuse de son enfant intérieur intact.
    Il découvre le renouvellement de la vie avec une force qui bouillonne naturellement, sans effort. A ce moment là, il devient plus profond et plus authentique. Son cœur brille, sa conscience est plus vaste, ses yeux sont ouverts aux deux mondes visible et invisible, et son rôle de créateur masculin est radieux et apparent. « 


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER