Une drôle d ‘impression 4


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Nous ne travaillerons plus, désormais, nous aurons juste l'impression de travailler.

Nous ne chômerons plus, nous aurons seulement l'impression de chômer.

 

Ce n'est plus l'idée qui règne ou qui prétend régner. Ni même le sentiment.

Mais l'IMPRESSION qui relève tout simplement de la pathologie du comportement.

On s'y perd mais on ne perd plus !

 

C'est une drôle d'impression, l'impression que tout se réduit à un jeu de rôles.

On ne répare plus le passé. On se sépare du présent. Et on s'empare de ce qui n'est pas encore, mais de ce qui destiné à être : le futur désirable... et inénarrable...

 

C'est tactile. Tout ce qui fait mouche, nous touche...

Parce que c'est touchant d'être touchés. C'est vivant d'être affectés... par des ombres projetées qui n'ont que faire de la lumière.

L'illusion est entière !

Trump à la Maison Blanche. Macron à l'Élysée...

L'impression que tout y est alors que rien n'y est, nous dispense de douter, de lutter, de résister.

Au feu la politique !

Notre problème est pathologique. Autrement dit : un faux problème...

C'est le sentiment d'exister dans un monde qui n'existe pas... ou ce qui revient au même : de ne pas exister dans un monde qui existe déjà : vivement les simulacres !

 

L'impression de gagner, voilà la victoire.

L'impression de régner, voilà l'histoire !

L'impression d'aimer : voici le grand soir...

 

On n'est plus tenus de penser mais de sentir : les gens, les agents, l'argent.

L'odeur, le parfum de la fin des temps. Des nôtres qui mettent fin à ceux des autres !

 

On va aller beaucoup plus vite parce qu'on ne cherche plus à savoir où l'on va, ni d'où l'on vient mais comment on va, comment ça va, toujours selon l'image que l'on nous renvoie.

 

Et le spectacle ne fait que commencer.

Nouveau, inédit, puisque les acteurs et les spectateurs sont les mêmes.

Avec leurs tavernes et leurs balivernes qui ne sont que des répliques du mythe de la caverne.

Share Button


4 commentaires sur “Une drôle d ‘impression

  • avatar
    jacou

     » Et le spectacle ne fait que commencer. » …..

    L’illusion de n’être que le faire et l’avoir

    – Alors que tant d’activité mentale s’agite à concevoir ou à prévoir tel changement ou telle époque, l’invitation est à sortir de toute époque.
    Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 6-6-17

    « Maintenant posé en soi, hors de l’emprise des événements, hors de l’emprise des ressentis même, car tout offert à maintenant, alors que le temps semble s’accélérer, alors que d’un certain point de vue, le chaos s’intensifie, d’un autre point de vue la pureté s’intensifie, rester tout offert à maintenant, hors de l’emprise du temps, hors de l’emprise des événements et des ressentis même.
    En cela, vous êtes cocréateurs de cette ère nouvelle, car cette ère nouvelle ne connaît ni l’emprise du temps ni celle de l’espace. Alors que tant se préoccupent des changements dans l’espace, si peu savent s’offrir à l’au-delà de l’espace, maintenant, la clef, la porte, le divin même, car maintenant est l’éternel.
    Nous le disons et le redisons, vous invitant, vous accompagnant et vous encourageant pour trouver cet autre équilibre, cet autre mode de fonctionnement, répondant à d’autres critères, le critère de l’éternel.
    Avoir l’audace de simplifier à l’extrême, tout en amplifiant le dynamisme. Cela aussi est audace. Avoir l’audace de tendre à nouveau vers cet état pur, nous dirions « normal », de l’être humain. L’Être se fait humain, l’humain reste l’Être. L’Être est souverain. Il est le vénérable et le vénéré.
    L’Être se fait humain à travers la simplicité de l’attention tout offerte à maintenant. De cet ancrage, dans cette présence maintenant, naît un autre style de vie, un autre mode d’action, de réalisation, un mode qui ne connaît plus ni le temps ni l’espace.
    Alors que tant cherchent, à quelque degré, une sorte de révolution, la vraie révolution est celle qui défie le temps et l’espace, et retrouve l’assise simple et audacieuse dans maintenant, l’infiniment dynamique au sein de maintenant, car maintenant n’est ni figé ni immobile, immobile dans son éternité et pourtant contenant tous les mouvements. L’être humain est l’union de l’immobile et du mouvant, l’un s’appuie sur l’autre.
    Accroître le dynamisme, simplifier. Alors que tant courent vers quelque chimère, arrêter de courir, se poser et se taire, être écoute maintenant de son propre infini, non par une aspiration philosophique mais par le vécu de la pleine présence.
    Savez-vous qu’ainsi vous pouvez œuvrer sur la matière, la régénérer, la ramener à sa source, à sa perfection ? Savez-vous qu’ainsi vous arrêtez la course du temps et l’emprise de la course du temps sur vos corps ?
    Concrètement, cela implique simplifier tout en gardant le dynamisme, l’attention sur l’action, sans projeter, restant pleinement rassemblé dans chaque moment de maintenant. Il n’est que cela. L’attention, l’offrande est de garder son regard rivé sur maintenant, de sortir de la course du temps au sein du dynamisme. Il ne s’agit pas de rentrer dans une énergie amorphe ou inactive. Le plein dynamisme.
    Le critère de réussite n’est plus au niveau de l’action. La réussite de l’action n’est que le sous-produit de l’attitude juste, celle qui est tout offerte à rassembler l’énergie avec toujours plus d’intensité, l’offrant à maintenant. Chaque pas est offrande et chaque pas est danse.

    Personne ne peut croire cela impossible. Il ne s’agit pas d’exploit grandiose, mais la simple grandeur d’être humain, maintenant. C’est ainsi que s’ouvre l’ère nouvelle. Qui pourra entendre ? »…..

    http://www.choix-realite.org/8981/alors-que-tant-dactivite-mentale-sagite-a-prevoir-tel-changement-ou-telle-epoque

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet sur l’impression etc.

    Me fait penser à la philosophie « situationniste », étiquetée par certains comme telle, que j’ai découvert / approfondi que récemment, je crois, qui correspond à une critique de la société / des rapports en société qui se rapproche de l’interprétation qu’on peut avoir de la caverne de Platon et cætera, il me semble.

    Un plus ou moins résumé : « La société du spectacle », par Patrick Marcolini (conférence vidéo sur Guy Debord, BNF, 2013) : https://www.youtube.com/watch?v=LAibRpDB9qM

    Et euh, dans l’idée de :

    « L’impression que tout y est alors que rien n’y est, nous dispense de douter, de lutter, de résister.

    Au feu la politique !

    Notre problème est pathologique. Autrement dit : un faux problème…

    C’est le sentiment d’exister dans un monde qui n’existe pas… ou ce qui revient au même : de ne pas exister dans un monde qui existe déjà : vivement les simulacres ! »

    je pense à ce point de vue : L’oubli de l’être : https://www.youtube.com/watch?v=zS59X187M1Y

    Je l’interprète pas tant comme une critique du « spectacle », du « jeu », dont ils (les situationnistes d’inspiration marxiste) proposent d’ailleurs de l’utiliser pour véhiculer la philosophie autour, si j’ai bien compris, mais plus comme une critique du conditionnement qui éloigne les gens d’eux-mêmes et des uns des autres, critique du spectacle dans les rapports sociaux (pas tant sur le « jeu » et « spectacle » à un instant t – fil d’instants, mais dans l’impact sur les mode vie / rapports sur le long terme, le modèle de société capitaliste, le « spectacle hors spectacle » si je puis écrire), critique de la politique basée sur la représentation, selon l’image, le spectacle politique dont on pourrait considérer que le mouvement de Macron en est le parfait représentant, l’apogée. Quoique la « peoplisation » de la vie politique avec Sarko pourrait ptêtre avoir ce titre, et puis c’est le paradigme de la « démocratie représentative » / société capitaliste qui est concernée, et le projet de société aspirée est dans l’idée de celle de Marx, Rosa Luxembourg et compagnie.

    Bref, la théorie est une chose et la pratique une autre. Pour le moment, de quoi considérer que « On va aller beaucoup plus vite ». Certains comme Frédéric Lordon y voient d’ailleurs le côté positif que ça pourrait, contrairement à ce que Macron avançait / semble penser, accroître la radicalisation et le point de rupture avec le paradigme capitaliste :

    « C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. »

    Extrait de : Situation : https://lundi.am/Situation

    Vu que les forces des rouages peuvent toujours plus ou moins s’adapter et jouer sur les compromis, pour des situations et solutions de groupes comme ce qui fait l’électoralisme et permis à Macron d’être élu, peut se poser la question si y aura « l’événement » avec résultat auquel il pense qui se produira via la rue au cours du mandat de Macron, mais sait-on jamais.

    Impressions

    Impression d’un oiseau de papier
    autour d’ombres qui conversent :

    « Comment tu te sens ? »

    « C’est comme si quelque chose m’avait traversé,
    une fulgurance au milieu d’une averse,
    mais qui s’est aussitôt effacé dans l’élan.
    Bon, le souvenir resté m’est incertain,
    j’arrange ptêtre pour te le raconter,
    après, je n’arrive pas à faire autrement,
    c’est comme si tel était le chemin, le destin,
    et toi, ça t’a fait le même effet ? »

    « Euh, je ne suis pas certain de saisir,
    si j’étudie, tout ce que je peux te dire,
    c’est que je ressens comme une chamade,
    mais je ne sais quelle signification dans la mire,
    si ce n’est que j’en savoure la parade,
    je crois que cela me dépasse, m’échappe.
    Pouvons-nous transcender notre condition, vers un devenir ?
    Si nous continuons, peut-être trouverons-nous une trappe,
    un passage qui révélera du bon sang mais c’est bien sûr,
    ou une révélation après de la varappe sur le futur ? »

    Des ombres autour des bulletins,
    Macron à son mouvement en marche,
    s’accélère vers et après les urnes et les marques,
    s’anime des torches en feu et des cendres au-delà du scrutin,
    l’oiseau de papier fait l’arche,
    les rassemble, se pose et avance avec une barque.

    « Est-ce que nous pouvons dépasser la surface,
    embrasser la globalité par notre entendement ?
    Arriver à avoir une réponse à notre questionnement ?
    Oh ! J’ai senti un instant de quasi béatitude, mais là, s’est effacé des traces !
    Je crois que j’ai comme dansé sur un lien avec l’impalpable,
    mais je ne retrouve toute l’impression, sommes-nous altérables ?! (*)
    Sommes-nous le jouet de nos imaginations,
    d’une qui nous anime, sans que vraiment nous soyons ? »

    « Je ne puis te répondre avec certitude,
    mais même si nous sommes voués à la finitude,
    si nous ne devions être que de l’air soufflé,
    je pense qu’il y a un état d’être qui ne peut nous renier,
    le prolongement de ce qui nous dépasse,
    et que nous pouvons, peut-être, saisir, coriaces ?! »

    « J’ai une drôle d’impression,
    je n’arrive à définir tout l’horizon,
    mais peut-être, continuons sur le pont intérieur
    où nous sommes à jouer,
    nous rencontrerons sûrement un jour, l’extérieur ?
    Avec d’autre-s qui essayeront de suivre le chemin, nous pourrons ancrer et partager,
    continuer d’apprendre, d’entendre,
    d’ouvrir notre conscience et avec-dans-par un tout, comprendre ? »

    « Oui, d’accord, essayons,
    Qu’advienne ce qu’adviendra, au fond ! »

    Les ombres deviennent d’instant diaphane,
    l’oiseau de papier fend les airs,
    se pose sur une voie où oscillent des arcanes,
    des cieux résonnent et gravent au mystère.

    (*) Référence à une coupure de courant arrivée tout à l’heure, plus ou moins en synchronicité alors que j’avais terminé une « version » de ce texte écrit pour le coup uniquement-directement sur l’ordinateur, en suivant une idée de conversations d’ombres qui se posent des questions existentielles tout en évoluant vers un état-considération-point de vue, avec une part de mystère qu’elles essayent de saisir, mais j’étais sur bloc-notes sans avoir sauvegardé au fur et à mesure et j’ai tout perdu du premier jet qui, il me semble, était bien-mieux, et si m’est plus ou moins resté l’idée générale en tête, je ne suis pas arrivé à retrouver tout le fil de l’inspiration / les questionnements / formulations-métaphores / tirades / idées, alors voilou.

  • avatar
    jacou

    @ Pascal
     » « Est-ce que nous pouvons dépasser la surface,
    embrasser la globalité par notre entendement ?
    Arriver à avoir une réponse à notre questionnement ?
    Oh ! J’ai senti un instant de quasi béatitude, mais là, s’est effacé des traces !
    Je crois que j’ai comme dansé sur un lien avec l’impalpable,
    mais je ne retrouve toute l’impression, sommes-nous altérables ?! (*) »

    Super !
    Ces moment de quasi béatitude sont des effleurements de la conscience cosmique ou divine, des transcendances de la conscience de surface, ceux-ci sont des prémisses à l' »installation » définitive d »être l’être humain complet, incarnation manifestée de l’intelligence et de l’amour divin; l’attitude juste n’est pas dans le souvenir de cet état mais d’être toujours esprit/âme/corps dans l’instant présent : la maintenant .

  • avatar
    Tony

    Une impression qu il faut allez au bous de c est logique pour libéré !
    ouai macron et les dominant ne sont que des impressions , ils impressionnes mais n arrive pas a imprimer qu il ne sont pas encore sortie de la caverne a jubiles terre , pouvant faire avec ou sans , quand même il nous rappel les réalités de cette grande classe et les mensonges derrière les tenues et retenues dont on a du mal a voir les leçons , au piqué , tout les blabla et les blatère , sa marche

    https://www.youtube.com/watch?v=g6t8g6ka4W0

    tout droite confondue , elle refonde du requins marteaux , au dela des flots ses quand même un cynique et le systeme avec , sa contamine ses conneries , regardons le bien dans les font des vœux
    1 er satisfaction de leurre réel idéologie ses l attaque au code Républiqu un !!
    celui du travail , tu chômera plus ya du taf les américains le saves bien , tu vivra pour sa et tu verra , vaincre la gloire , c est ne pas périr , la beauté ses dans les gestes , ptit cheveu sous la langue
    trop manger de poil ses pour sa , lol
    2 falsification , l Isf , il voulez s en dispensez , il ses essayer mais le fisc la rattraper et pour etre sur d etre payer en as parler mais les médias n on pas insister s était dans sont projet , la destruction de l isf , commence par sa fondation , et ouai par le batiement les fondation n existe plus
    les crises le rappel , encore hier , territoire , c est pouvoir dans le vouloir
    l économie ses bien foutue , dans nos gueule , on donne aux uns ses parsque on va prendre chère , sa nous apprendra a ziber les réalités dans les idées et le genre cacher
    on croit toujours que les pensés , les idées sont séparer de nos fait et méfaits et que la parole ne nous endort pas , elle ne s envole pas aux dessus de sont passer , ils en font trop et nous jamais assez pour rééquilibré , dans la force il ya équilibre dans les intentions , les attentions , le monde veut allez au bout , ba pourquoi pas , apres tout la terre est ronde lol

    https://www.youtube.com/watch?v=RBiaNwGzGN8

    et ouai c est chaud faut ce jeter a l eau et puits apres tout ya toujours des luneurs bien avant le jour , bon hier elle était pleine , et belle , naviguer avec l étoile pour ne pas perdre le nord
    yen as des milliards ses génial , il peuvent toujours éteindre la lumière

    https://www.youtube.com/watch?v=KEjJG6sWDtU

    on y verra toujours clair , bandes de corsaires .
    salutation fraternel


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER