La généalogie de l’Amour 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Puis-je me permettre une petite impertinence de mélomane ou de mégalomane ?

Si on m'offrait "cette chance", je rendrais le chant de la Diva égyptienne accessible à toute la France.

J'écrirais sa vie pour éclairer la nôtre, sur la poésie qui constitue l'horizon indépassable pour nous autres misérables.

Et dire que nous ne pouvons nous orienter dans la vie sans avoir quelque point d'appui... sans faire de rapprochement entre ELLE et LUI.

Elle, c'est Oum Kalthoum. Lui, c'est l'Amour.

À travers ses chansons, ses soupirs infinis, j'ai découvert la généalogie de l'Amour...

Amour que nous avons reçu et déçu...amour qui nous a mordu sans nous avoir prévenu... nous l'avons tous plus ou moins vécu. Nous y avons cru.

Nous l'avons voulu éperdument... mais nous l'avons perdu... parce que nous sommes mal fichus.

Oum Kalthoum le chante et moi, je le raconte.

À travers elle j'ai lu l'Amour absolu : cet être qu'elle aime, elle ne peut vivre sans lui... mais elle ne peut vivre avec lui... non plus...

C'est un puits sans fond. Ou elle le fuit ou il la fuit... Et cette fuite est sans suite.

Une paix qu'elle ne peut rattraper.

Le chant d'Oum Kalthoum nous désenchante et nous ré-enchante en même temps que l'amour :

celui que nous avons raté, nous ne pouvons que le chanter... en faire une chanson... pour  supporter notre échec ou accepter notre insuccès.

"Fat Al Myad" : c'est le titre de l'une de ses chansons : qui signifie littéralement : Nous avons raté le rendez-vous

ELLE est arrivée trop tôt. IL est arrivé trop tard.

Trop tôt pour faire l'histoire... Trop tard pour refaire l'histoire...

Ce n'est pas une caricature, car cette rature est son seul titre de gloire... à savoir que les êtres ne s'emboitent pas les uns dans les autres,

c'est ou trop petit ou trop grand...

Un + un : ça fera toujours deux...

Séparation sans réparation possible. Diable ! C'est... irrémédiable.

Quand on ne se ment pas, on réalise que la vie nous ment lorsqu'elle nie ce déchirement par rapport à autrui, par rapport à la patrie, par rapport à l'infini... On sait qu'on ne peut combler le fossé.

Sans faire le pitre, je propose à mon éditeur, Oum Kalthoum en 10 chapitres, en 10 chansons cultes pour les incultes afin de venir à bout de nos craintes et tremblements actuels avec une réelle "généalogie de l'Amour", qui n'est pas plus son histoire que la nôtre.

 

Personne

 

Share Button


3 commentaires sur “La généalogie de l’Amour

  • avatar
    Tony

    L ‘ Âmour c est tout un parcours , dans détours , , en fait jamais le tour , ses le conte des nuit infini ou le jour voit tout c est contours et ses tours
    je croire a des dégrés d amours , il reste toujours en suspens sur des branches en force , sa semble si fragile mais si irréductible , quand on y goutte sous une voûte l evoutement n evite pas la faim on en demande encore et encore , jusqua a l info et au dela lol , on peut tomber de train et saigné ou s envoler et être abattue , le creuser et s enterrer , avec ou sans , enfin sans sa n existe pas une fois gouter sa puissance , sont joue vie sens
    j ai entendue dire qu il ne faut pas louper ses opportunité , ses un peu dans la vie non lol , ne pas loupé ses rdv , mais la aussi je me dit que tout rdv ou opportunité est a recré quand loupé , la vie me la prouver bouhobhou nombre de fois , pour l amour ses plus subtile que sa , je les croisez que 2 fois reelement ou une fois je ne sait pas , s était tellement , ya pas de mot , indéfinissable
    l amour est dans une roue non ? lol pas dans les prés quoique , dans les champs lol dans les chants
    on a différent amour , c est l intensité qui change non , un homme une femme ou bien les de dans une vibration ou tout le monde semble concerner , une grande touze quoi lol , non je déconne sa s affole , sa rend fou sa rend con mais quesque ses bon
    ya des sujet d école , meme Éole nous fait l amour sous le soleil ou la lune exactement , vi une clef de sol qui fait planer aucun doute a l harmonie

    https://www.youtube.com/watch?v=CybdzkU8cmg

    yen as des géo localisez dans cette humanité , dans plusieurs logies généralisé
    dans l ‘ âmour ya toujours plus un tour , sil reste un présent dans nos vie on le vie dans des futurs passez simple
    on la trouve aussi dans la paix de nos coeur

    https://jlm2017.fr/2017/04/09/meeting-paix-a-marseille/

    allez l haut aime lol
    salutation fraternel

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet de présentation d’une généalogie de l’amour, cristallisation d’état d’esprit, démarche d’Oum Kalthoum.

    Histoire d’une recherche

    « Ah, ma dame ! Je vous cherchais ! »

    « Eh bien, continuez de chercher ! »

    « Mais… Je vous perdrai de vue à nouveau, non ? »

    « Exactement ! »

    « Euh, moui, bon, j’ai compris, mais euh, bonjour quand même ! »

    « Vous êtes en retard ! C’est plus l’heure de dire bonjour ! Et même, vous êtes en retard ! »

    « Ben… Je suis désolé si vous avez eu de la peine à cause de moi, d’une quelconque manière, m’arrive d’être un peu inconscient, mais j’ai une excuse pour mon retard ! Au cours de ma naissance, j’ai cru comprendre qu’ils, les médecins, ont voulu favoriser l’accélération, pour réveillonner ou passer à d’autres cas. Donc depuis, j’ai tendance à laisser passer le temps pour ne pas déranger ! »

    « Pfff… Vous faites le pitre ! »

    « Pour mon excuse ? Peut-être un peu beaucoup. Ceci dit, même si je suis en retard, je suis là, alors, euh, ben, enchanté ! »

    « Vous êtes enchanté de faire déchanter ? »

    « Bon, c’est quoi le problème ? »

    « Vous êtes en retard ! Vous ne pouvez refaire l’histoire ! »

    « Ben… Et si c’était mektoub ? Pour me rendre moins idiot ? Je veux dire, le passé c’est le passé, le présent, c’est le présent, et l’avenir c’est l’avenir ! »

    « Vous êtes sûr que ça vous a rendu moins idiot ? »

    « Ben… Une façon de dire que si on ne peut refaire l’histoire, on peut en écrire une nouvelle ! »

    « Vous me fatiguez ! »

    « C’est pour ça que vous êtes assise, posée par terre ? »

    « Non ! Je reprends des forces pour mieux fuir ! »

    « Vous voyez, cela pourrait être le début d’une nouvelle histoire ! Vous fuyez, et moi je suis ! »

    « Pfff… Refaire l’histoire c’est une expression ! Façon de parler ! »

    « J’ai bien compris, mais c’est pas pour autant qu’on ne peut pas tourner la page vers une nouvelle ! Non ?! »

    « Encore faudrait-il que j’en ai envie ! »

    « Qu’est-ce qui pourrait faire que vous en ayez envie ? »

    « Déjà, en fait, c’est pas vous que j’ai fui, ni vous que j’attendais ! »

    « Ah… Je m’en doutais, je suis trop boulet, mais je suis là quand même ! Je peux ptêtre vous aider à vous relever ? Puis-je vous demander votre main ? En tout bien tout honneur ! »

    « Pfff… Qu’est-ce que vous faites ? »

    S’asseyant à même le sol : « Je me pose à mon tour, pour être solidaire avec vous ! »

    « Nous n’irons pas loin comme ça ! »

    « Bah, en même temps, c’est pas très grave, non ? »

    « Cela dépend ! »

    « Dépend de quoi ? »

    « N’empêche que le rendez-vous est raté ! »

    « Et j’en suis désolé. Mais le passé est le passé ! J’inventerais bien une machine à voyager dans le temps, mais sans compter que j’ai pas le génie des inventeurs, je doute qu’on puisse en mettre au point une même en réunissant tous les génies du monde ! D’aucuns le considèrent comment impossible ! Remarquez, j’ai lu qu’il y avait une théorie autour d’atomes pouvant voyager dans le temps, laissant entendre qu’on pourrait potentiellement envoyer comme des sortes d’informations. Je crois que c’est le boson de Higgs, que de la presse avait nommé ça la particule de Dieu. Mais ça reste théorique, autant pour le boson que pour l’histoire d’envoyer avec ça, d’une certaine façon, des informations dans le passé.

    Bref, pour dire qu’on peut fixer un nouveau rendez-vous, non ? »

    « Je sais pas… C’est un peu beaucoup trop tard ! »

    En se relevant : « Ben, c’est vous qui décidez. Si vous ne le sentez pas, tant pis ! »

    « Vous partez déjà ? »

    « Je croyais que je vous ennuyais ? »

    « Un peu, mais quand même ! »

    « Bah, non mais, je pars pas vraiment, je vais faire un petit tour puis je reviens ! »

    « Genre dans 10 ans ? Prenez votre temps ! »

    « C’est du sarcasme, ou de l’humour ? Ou les deux ? J’ai parfois du mal à saisir la frontière ! Ou alors c’est une façon de me dire bon vent ? »

    « A vous de voir ! »

    En tendant la main : « Euh, je vais le prendre pour de l’humour ! Et je vais aller me promener ! Si vous voulez, vous pouvez aussi ! »

    « Vous allez par là-bas, et je vais par ici ?! »

    « Huhu, euh, je voulais dire dans la même direction, que si vous le vouliez, vous pouviez venir vous promener avec moi, mais si vous voulez aller par ici, vous êtes libre ! »

    « Allez-y toujours, je vous rejoindrai ptêtre, si je devais le sentir ! »

    « J’errais, le regard porté sur les manqués,
    Le temps aux nuages ou à la nuit,
    Le cœur lourd et les pieds dans la suie,
    Sans réagir, tant de sable laissé couler,
    Sans trouver d’idées pour saisir,
    Une voie, un horizon pour s’y aguerrir,
    Puis j’ai rejoint le cours des instants,
    M’y suis ouvert, comme se savoure le printemps. »

  • avatar
    jacou

    « Un + un : ça fera toujours deux… »
    Oui , dans une perception duelle de la vie quand l’être s’identifie à la personne qu’elle incarne , de la même façon que l’on pourrait se définir selon le costume que l’on porte .

    « Quand on ne se ment pas, on réalise que la vie nous ment lorsqu’elle nie ce déchirement par rapport à autrui, par rapport à la patrie, par rapport à l’infini… On sait qu’on ne peut combler le fossé. »
    Quand on ne se ment vraiment pas , c’est à dire quand on cesse de croire que nous sommes de pauvre petites choses isolées , que nous avons pelé les couches de l’oignon égotique, que nous sommes allé au centre de cet oignon là où apparemment il n’y a rien, que nous avons vu, perçu que ce « rien » est l’essence même qui relie tout , alors, il n’y a aucun déchirement ni aucun fossé . Il y a perception d’une unité manifestée dans une infinie diversité .


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER