Un autre en pire ! 5


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Qu'est-ce qu'on appelle : Système ?
Ce n'est pas un thème mais l'anathème.
Ce n'est pas un problème mais le cœur du problème.
Ce n'est pas un artifice mais le vice suprême.
Pour en finir, on est passé de l'indéfini au défini : on ne dit pas "un système" mais LE système pour dire que c'est définitif. Je vais à mon tour oser, poser ou déposer une définition :
Le système est une courroie de transmission entre le pouvoir, l'argent et l'information qui prive les gens de toute liberté d'action ou de réaction.
La mécanique est fort bien huilée, on y participe même quand on refuse d'y participer... comme si on était sous perfusion.
On sait où est le poison mais on ne peut empêcher sa diffusion. Sa PROFUSION...
Et le système ne fait que récolter ce qu'il sème : la CONFUSION.
La confusion dans les esprits, y compris dans les esprits qui se refusent à lui : chez les opposants, les résistants ou même les dissidents.
Ce qui sous-entend, y compris pour les malentendants ou les non-voyants, qu'aucune politique n'est à l'abri de cette gangrène.
On ne peut espérer mettre fin à ce calcul sans se sentir ridicule. On n'avance pas, on recule.
Les idiots utiles ont cru voir ou percevoir une lueur d'espoir dans les yeux de l’anti-système. En désespoir de cause, ils ont opté pour la logique du pire, rien que pour se débarrasser de l'empire de ceux qu'on ne peut plus sentir.
Leur suffrage ne choisit plus le meilleur mais le moins pire.
État d'urgence, quasiment planétaire : qui ne vise qu'à empêcher le mal de se répandre : la corruption à tous les étages. L’anti-système nous évite cette mort subite.
Hier la mère au Royaume-Uni, aujourd'hui le père aux États-Unis et demain la fille, ici, à Paris.
L'ère promise est elle enfin permise ? On parle déjà en plein hiver d'un printemps pour l'occident.
On dirait ou on dira que les peuples montent tous à l'assaut de leur ciel artificiel pour reconquérir leur identité essentielle et défendre leurs intérêts substantiels.
L’anti-système semble être la solution de tous les problèmes de santé, d'intégrité, d'identité... l'éclipse du soleil irréel.
Avec ma liberté retrouvée je vais devoir réécrire mon histoire sans être contrainte et forcée par les hommes de pouvoir.
L'air est déjà plus léger, j'en profite pour m'interroger avant de me jeter dans les bras des nouveaux-venus :
Qu'est-ce que l’anti-système ? Qu'est-ce qu'un anti-système qui est venu à bout du système ?
Je cherche à identifier "les sauveurs"... parce que je me méfie de l'heure, de mon cœur... et des leurres.
Et je me dis que l’anti-système n'est peut-être pas la promesse d'une aube qui sauve mais l'adresse d'un autre système encore plus crépusculaire ?
L'ennemi de mon ennemi n'est peut être pas mon ami... il peut être même mon pire ennemi...
Un autre empire ?
Un autre en pire !

 

Share Button


5 commentaires sur “Un autre en pire !

  • avatar
    Philippe Junod

    Un autre empire, un autre en pire,
    La valse des vampires qui veulent nous détruire.
    On aimerai désobéir, ou alors tous les fuir,
    Ceux qui veulent nous endormir pour mieux nous nuire.
    Mais on peut s’enorgueillir que Personne soit là pour nous séduire,
    Contre ceux qui nous disent de haïr, et ses billets sont faits pour nous éblouir.

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet-réflexion-vidéo sur les candidats qui se présentent comme antisystème, les leurres dans lequel on peut tomber, toute la difficulté sur la scène politique.

    « L’ère promise est elle enfin permise ? On parle déjà en plein hiver d’un printemps pour l’occident. »

    Je ne pense pas que ce sera le cas avec la fille, ni avec un autre ayant encore toutes ses chances, si l’autre est élu président. Sauf surprise.

    « Et je me dis que l’anti-système n’est peut-être pas la promesse d’une aube qui sauve mais l’adresse d’un autre système encore plus crépusculaire ?
    L’ennemi de mon ennemi n’est peut être pas mon ami… il peut être même mon pire ennemi…
    Un autre empire ?
    Un autre en pire !
     »

    Vous mettez très bien le doigt sur le souci, si je puis dire. En tout cas je partage l’avis.

    Il me semble que les candidats dits anti-système qui ont toutes leurs chances d’être élus ne sont pas des « success story » de David contre Goliath, en tout cas pas dans le cas de Trump et de ce qui pourrait se passer en France, dans d’autres pays en Europe. Y en a qui considéraient qu’il n’avait pas été adoubé par Wall Street et y voyaient le signe d’un anti-système, mais en fait l’élection de Trump n’a pas fait baisser la bourse, au contraire suivant les « valeurs ». Les « puissants-dominants » peuvent composer avec un état d’esprit ou un autre, tant qu’il fait le jeu de « leur système ». Et puis malgré tout les déçus du système politique, tous ceux qui aspiraient à une autre politique, il n’a pas obtenu la majorité, il a eu moins de voix et n’aurait pas été élu avec un système comme en France. En France, si la fille a ses chances en terme de probabilité / au regard du contingent, j’ai des doutes qu’elle puisse vraiment y arriver. Si ce n’est que ça peut encore évoluer et qu’il est quasi certain qu’elle soit au second tour, à priori, celui qui sera face à elle est quasi assuré de la victoire.

    A propos des Dominants : http://www.investigaction.net/A-propos-des-Dominants/

    Extrait : « Le « modèle » étasunien s’impose, qui combine conformisme et diversité, esprit libéral (à New-York) et autoritarisme raciste (au Texas), laxisme et rigorisme, obscurantisme (avec les sectes) et culte de l’innovation, etc.

    Les dominants, à quelques cas particuliers près, en réalité, ne font pas de politique ; ils font des affaires et ils font carrière. Il peuvent être tout à la fois, parce que tout ce qui ne relève pas de leur petit monde leur est indifférent : ils peuvent faire dans le « démocratisme » ou dans la violence et la torture (comme durant la guerre d’Algérie). Indifféremment.

    Neuilly et le « tout Paris », mobilisés par la course à l’argent, par l’auto-congratulation permanente et les « renvois d’ascenseur » nécessaires, sont loin de toute réalité concrète qui fait le quotidien du plus grand nombre. Comme l’écrit Tomaso de Lampedusa, ils sont prêts à tout, la liberté ou le fascisme, afin que « tout change pour que rien ne change » d’essentiel : leur propre fortune et leur place dans la société. »

    Je les (Trump et cie) trouve d’ailleurs même pas forcément anti-un-système. Ils y sont bien intégrés, en profitent comme les autres non anti-système (certain(e)s ont à priori aussi leur lot d’emplois fictifs), et si l’alternative qu’ils portent est bien différente d’autres sur le papier, elle peut être pour le pire pour certains, la plupart. Pour le « meilleur », surtout pour eux et ce qui aura leurs faveurs, comme pas mal des autres candidats si ils étaient / son élus, peut on considérer. Du moins le « meilleur » en apparence et relatif à la considération. Car peuvent faire empirer le climat social, l’état de leur environnement de vie, et donc au final y perdre eux-aussi sur certains plans.

    « La confusion dans les esprits, y compris dans les esprits qui se refusent à lui : chez les opposants, les résistants ou même les dissidents. »

    Bref, c’est ce que je trouve dommage, et qui fait que c’est majoritairement, j’ai l’impression, au final, qu’il y ait un « ou bien, ou bien ». C’est à dire ou bien anti-conservateur, anti-néocon, ou bien anti-Trump-républicain. Et rarement un « pour une aspiration de système / variante » exprimée.

    Je suis dernièrement tombé sur un article de Chomsky écrit l’année dernière après la victoire de Trump, et qui s’exprimait sur le pire porté par Trump, divers problèmes :

    Trump à la Maison-Blanche : une interview de Noam Chomsky : https://www.les-crises.fr/trump-a-la-maison-blanche-une-interview-de-noam-chomsky/

    Extrait : « Les sondages effectués à la sortie des bureaux de vote révèlent que l’engouement pour Trump a été inspiré principalement par la conviction qu’il représentait le changement, tandis que Clinton était perçue comme le candidat qui perpétuerait leur détresse. Le « changement » que Trump est susceptible d’apporter sera nuisible ou pire, mais il est compréhensible que les conséquences ne sont pas claires pour des personnes isolées dans une société atomisée dépourvue des types d’associations (comme les syndicats) qui peuvent éduquer et organiser. C’est une différence cruciale entre le désespoir d’aujourd’hui et les attitudes généralement optimistes de beaucoup de travailleurs sous une contrainte économique beaucoup plus grande pendant la grande dépression des années 1930. »

    D’aucuns lui reprochent d’être partisan du « moindre mal » dans ses positions contre Trump sans forcément bien prendre position contre le « mal » qu’a pu faire Obama ou qu’aurait pu faire Clinton et son gouvernement. Mais s’ils n’ont pas forcément tort, difficile de jauger le mal comme ça et ces mêmes critiques restent bien souvent cantonnées à faire le jeu de Trump par défaut, sans voir ou minimisant les problèmes de sa politique face à celle qui aurait été menée avec l’élection de Clinton (du genre préféré au « moindre mal » le « impression d’un moins pire/mauvais même s’il fait dans l’après moi le déluge et qu’au fond en sait pas grand-chose de toute sa ligne politique-économique au-delà des discours »). Impression que j’ai. Un Bernie Sanders aurait pu être mieux, et plus à mes yeux, un Larry Lessig : Larry Lessig – TED Stories : https://www.youtube.com/watch?v=C8dPFUpmc2Y

    Présentation : « Professeur de droit et d’éthique à Harvard, fin constitutionnaliste, Lawrence Lessig a été le conseiller de Barack Obama en 2008. Il aurait pu être juge à la Cour suprême. Il a décidé de se rebeller contre le système. Depuis plus de sept ans, cette icône de la culture libre sur Internet, dénonce sans relâche l’emprise des intérêts privés sur la démocratie américaine. Candidat à la présidentielle depuis août 2015, membre du sérail, intellectuel respecté voire adulé du Web, il est l’ovni de cette campagne plus que jamais gouvernée par l’argent. Il dérange, agace. Jusqu’à quand ? »

    Quelle solution maintenant que Trump a été élu ? Sur le plan de la militance, de l’engagement, pour des causes environnementales, économiques et cætera, y en a qui appellent à « résister par le bas », à continuer, ce qu’ils auraient probablement aussi fait si c’est Clinton qui l’avait été, mais ptêtre pas pour défendre / contre toutes les mêmes actions politiques.

    Pour la France, même si on peut prédire l’issue du scrutin avec grande chance de ne pas se tromper, rien n’a encore été fait, et comme écrit plus haut, si toutes ses chances d’être au second tour, quasi aucune qu’elle l’emporte, au vu des sondages que je viens de voir (même si peut se méfier des sondages, y a eu pas mal de changement, visiblement, dans les intentions de vote). Pour que le second tour représente un choix proche de souhaité et non un vote par dépit, il y a à mes yeux la possibilité de défendre un candidat comme Benoît Hamon (mais de son programme reste assez hypothétique, comme tous peut-on considérer, mais bon, cru comprendre qu’il était déjà revenu sur certaines idées ou que ça reste à définir) : La déclaration d’amour de Nicolas Hulot à Benoît Hamon : http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/27/declaration-amour-nicolas-hulot-a-benoit-hamon/

    ou un autre (mais je suis pas tellement plus convaincu / emballé par le programme économique de Mélenchon, donc si je devais voter, si je vote, ce sera une bonne part par défaut, finalement). Et / ou de continuer à « résister » contre l’électoralisme / pour une idée, conception. De suivre / tracer sa voie comme on le sent. Comme de donner à réfléchir, créer en fonction de « l’élan », l’inspiration.

    Et sinon, quelques docs’-pistes :

    – Cyril Dion à Nuit Debout, avant la projection de « Demain » : https://www.youtube.com/watch?v=qVBUtkSbkdU

    Jacques Gamblin au Parlement des écrivains : https://www.youtube.com/watch?v=64DLR1IaDy8

    Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : http://www.dailymotion.com/video/x27bph2_bernard-friot-et-frederic-lordon-chez-tropiques_news

    – Audition programmatique – Madame Mabrouka M’Barek, députée constituante tunisienne, aux auditions programmatiques de JLM2017 : https://www.youtube.com/watch?v=I3yUcq2_umA

    Conférence : Article 3 : https://www.youtube.com/watch?v=aI9TaGIvceI

    – « Loïc Blondiaux – La démocratie à venir et à refaire » : https://www.youtube.com/watch?v=7q1gfKeBcS0

    L’éthique de Léon Tolstoï : http://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/

    Et dans tous les cas, nous pouvons toujours organiser – faire des pique-niques ;o.

    Buts

    Balle au centre, antisystème versus système.

    Theresa May, à la pause thé mais sans la prendre, profite que tout le monde soit en bordure de terrain en train de siroter, pour passer plusieurs fois la ligne avec la balle, même si une seule fois est comptabilisée. Et c’est le but ! A moins que ?

    Trump déboule comme un éléphant. Il n’arrive à mettre le pied sur la balle mais provoque un tel tremblement de terre, avec Steve Bannon qui alimente pour l’énergie et fragilise le sol, le rend plus malléable, que les filets penchent de son côté et la balle file dans la direction de l’inclinaison provoquée. Et c’est le but ! A moins que ?

    Marine attrape la balle au rebond, surfe sur la vague, le tsunami des déçus, vers l’Élysée. Elle jongle avec quelques maladresses mais n’a même pas besoin de dribbler ceux déjà tombés à la renverse, puis se retrouve face à Fillon sous les feux des projecteurs. Mais si elle est prête à marquer avec l’aide du souffle d’un grand-nombre de ceux qui défileront vers les urnes, rien n’est encore joué, Damoclès n’est pas loin non plus pour elle. Arrivera-t-elle aussi à marquer son but ? Ce sera le but ?! A moins que ?

    Et si ils avaient marqué contre leur camp ? Ou pour un autre camp que celui inscrit sur le maillot et sur le terrain ? Et ne pourrions-nous pas faire un troisième camp ? Ou faire une autre scène politique hors de leur terrain de jeu ? Se demande une poignée de spectateurs qui arbitrent à leur façon mais sans pouvoir sur le déroulement de la partie pour les buts déjà inscrits, ni trop sur l’en cours.

    Et si mère nature sifflait la fin de toutes parties possibles, la fin de la civilisation, que les buts en étaient pas sur le plan de tous dans le même bateau terre ? Et pourquoi ils se mettent pas d’accord ensemble pour une politique, être au service des citoyens et qui ferait aussi leurs intérêts du fait que tout le monde serait content, ou au moins que ceux d’un côté qui veulent éviter la victoire qui se profile de l’autre, ne fassent pas candidature commune, un projet commun ? se poursuit, se renchérit, s’interroge.

    Pendant ce temps, un nouveau joueur, Hamon, s’échauffe, le marcheur Macron se met à « courir » porté, aidé par du public qui fait marcher son tapis roulant, prêt à reprendre la balle à Marine, ainsi que Fillon, bien que chancelant, que Rama Yade propose de le remplacer et que Michèle Alliot-Marie lui fasse « bouh ». L’insoumis Mélenchon est à la peine mais va s’essayer à l’hologramme pour se rapprocher de nouveau vers la balle, déjà derrière un Hamon qui lui tend la main pour tenter de bondir encore mieux en conjuguant un ensemble, de faire ensemble un pas de géant jusqu’à ceux qui sont loin devant.

    Pendant ce temps, se fabrique un rayon x pour voir les leurres, passer au crible et tenter d’aider les spectateurs électeurs, les indécis, à mûrir le bulletin qu’ils pourraient déposer dans l’idée d’aider un à passer le goal jusqu’à l’Élysée.

    Partie à suivre.

    (oui, bon…)

  • avatar
    Damien

    Je partage Lou Nietzsche. Mais, pour compléter le propos et apporter ma contribution, on pourrait dire que le système n’est pas seulement une relation du pouvoir, de l’argent et de l’info, il est aussi la plus effroyable des machines à saper les pensées critiques, les pensées tout simplement. Le système n’est jamais aussi fort que lorsqu’il siège dans les têtes de tous ceux qu’il collette, qu’il soumet à son ordre. Un ordre du ravage quotidien que de faibles consciences refusent de regarder pour ce qu’il est. Une nature devenue une poubelle planétaire, des campagnes liquidées par le productivisme agricole, des villages par le périurbain, des villes défigurées par la spéculation, des métiers et des arts supprimés par des automates, des langues par la langue des maîtres, des corps qui n’en sont plus, des émotions rendues folles parce que privées d’idées, de vieilles valeurs comme l’hospitalité ou l’honneur déchargées dans des cachots d’égoïsme etc … Ce système nous laisse encore la possibilité de résister à son emprise et de le contester mais il n’en a pas moins une horrible tendance et une répugnante ambition à devenir total.

  • avatar
    jacou

    Le Système, les systèmes

    A l’instar du corps humain , il y a des « systèmes » : nerveux, respiratoire, urinaire, digestif ; mais il n’y a pas un « système » humain . Tous les milliards de cellules humaines sont issues de quelques originelles cellules souches indifférenciées qui ensuite se subdivise en cellules spécialisées : l’unité s’exprime dans la diversité .
    Il devrait en être de même pour l’ensemble d’un groupe qu’il soit national ou/et planétaire , JAMAIS nous ne pourrons établir une harmonie , qu’elle soit politique, économique, culturelle , etc, à partir des systèmes , c’est l’unité de la conscience collective qui permettra NATURELLEMENT l’expression des différents systèmes dans une relation harmonieuse .

     » « C’est notre conscience, plus que notre biologie, qui fait peut-être notre unité. Mais c’est une question métaphysique qui dépasse mes compétences… »

    Pour les équipes du Laboratoire de biologie et modélisation de la cellule, du Généthon, du Centre Cavaillès et de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, la prochaine étape sera de mieux comprendre ce réseau moléculaire complexe, cet écosystème dont les gènes ne sont qu’un élément. Mais la métaphore de l’écosystème offre un dernier élément de réflexion vertigineux : si les cellules évoluent de façon probabiliste, ne formant un ensemble cohérent qu’en suivant leur intérêt individuel, sans volonté globale, que reste-t-il de notre unité, à nous, en tant qu’individu constitué de cet écosystème ?

    « Biologiquement parlant, nous ne sommes qu’un ensemble d’interactions de cellules et de bactéries, que nous hébergeons aussi par milliers de milliards, confirme Olivier Gandrillon. Une cellule, définie par sa membrane, qui la sépare du milieu extérieur, peut être considérée comme une unité vivante. C’est notre conscience, plus que notre biologie, qui fait peut-être notre unité. Mais c’est une question métaphysique qui dépasse mes compétences… » Voir l’individu comme la conscience collective d’un ensemble de cellules coopérant a le mérite d’être original. Et offre une approche intéressante du sens de notre mort. Les apôtres de l’immortalité humaine ont donc du pain sur la planche. Il va falloir redéfinir ce qu’est un être humain. Et redéfinir ce qu’est la mort. Pas simple.  »

    https://usbeketrica.com/article/la-notion-de-programme-genetique-est-morte

  • avatar
    Tony

    ha vi le systeme , parfois il fait de la peine , parfois jusqua a la haine m enfin tout n est pas fixer , figer , il a une évolution , parfois une dévolution , souvent on trouve une grande dévotion , des uns et des zotres , il n est qu un rubicon , une rivière avec des manières , des prière d en faire ou l enfer qui enferme des anges et ou crée des démons , on peut le démentir , une source d aspiration ou sans sens , cela dépend , des situation des événement , l environnement on a du mal a le sentir , a y lys respirer , on s isole on l isole et long se perd dans des rivières vaseuse , permet d apprendre a nager aussi ,a mettre des botes en ces lieux , le systeme humain ses basé sur les rapports de forces, ya des présences et des constantes , on a du mal les cerner , on a du mal a dépasser , c est quelques gènes qui ne nous gênes outre dans les mesurette de quelque mesures , il ne faut pas brusquer , outrepasser , dévier , élancer trop d impression qui ose sortir de la pression de l oppression , dur de sortir du grand conditionnement , l univers pour nous , et la nature est faite de rapport de force , ses violent , déchaînant mais si chagrinant car notre intelligence est faite pour tout dépasser , quand en crée dans sont cœur on se rappel d une volonté de dépasser et d aimer ce qui nous entour et casser les chaines , les plus solides qu elles soit
    anti systeme ne veut rien dire , ses le grand rien , sans font , puisque tout le monde le confond et tout au font l utilise le rapport , la force , une forme puissance quelques part
    je me direz plutôt qu on peut crée en parallèle , résister quand trop d injustice , quand sa ne va pas , trop de miseres de guerre , pas assez de fraternité d essentiel entre même cieux , même un aveugle est égaux naturellement , si on permet de s ouvrir pour laissez passez ses passion et l eveil qu il apporter de ses sens , de sont genre , ah a propose de genre , j ai du nouveau lol

    La culture «Deux-Esprits» des Amérindiens
    Avant que les européens ne créent les rôles de genre, les Amérindiens reconnaissaient 5 genres

    http://www.espritsciencemetaphysiques.com/europeens-roles-de-genre-amerindiens.html#sthash.xzMs5sEd.dpuf

    l humain na pas comprit qu il n est pas obliger de détruire pour appartenir ou se l appartenir ,quoi qu on ferra cela reviendra donc evitons de tout détruire ses des risques inutiles , toute les rivières même pourpre finisse en terre , ancrée donc laissons les claires

    parlons un peu de ses politiques , pas si pratique dans l éthique mais telement pratiquer , meme et surtout pour ceux qui se dises hors systeme , anti , les nanties , je connait pas d êtres anti si se ne est contre les injustices les inégalités , sinon sa ne sert a rien , toujours le meme sens , la meme matrice

    Le Canard enchaîné

    https://www.facebook.com/groups/le.canard.enchaine/

    ce ptit journal a foutue la pagaille , un peu comme le média a part , qui dit que les médias pignon sur rue on toujours la vues , on attend macron , car il est quand attente lol , ses l attend pour les dominant je voulant changer avec leur idées et pratique néoconservateur , qu une question de temps et sa va tres rapidement , l humain prend conscience très vite maintenant meme si sa traîne en majorités , complément terre
    Bayrou va bientôt y passer l allié des aliénés de l argent rois
    m enfin c est comme sa , les ouvrier »e »s trimes et les patrons patronnes se gaves

    Paris va proposer un gel des salaires pendant 3 ans, dans le cadre du Plan franco-allemand pour la croissance

    http://www.cnews.fr/economie/video/paris-va-proposer-un-gel-des-salaires-pendant-3-ans-dans-le-cadre-du-plan-franco-allemand-pour-la-croissance-101578#

    sa commence bien , par un ptit rappel , mais pas pour les gros pleins de sous bien sur , eux sa va continuer a se gavés , faut pas déconner …..

    ils vont se libérés , on va les aider lol a fraternisé

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/la-cgt-somme-macron-de-renoncer-a-ses-ordonnances-1161213.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1494432999

    Gérald Dahan candidat de la France insoumise aux législatives , ah enfin on va se marrés lol

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/10/gerald-dahan-candidat-de-la-france-insoumise-aux-legislatives_a_22079176/

    https://www.youtube.com/watch?v=V_vJXAYx9oA

    salutation fraternel


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER