Lettre à Dieu 5


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Je ne suis pas déçue, non. Je ne suis pas déçue.
J'ai reçu un très beau parchemin, une plume d'oie et de l'encre au noir.
Et j'ai du mal à y croire.
Je vais devoir écrire à Dieu.
Sans savoir si je dois attacher ou détacher le "a".
M'adresser à Dieu ou faire mes adieux.
Je crois même qu'il y a un passage secret entre les deux.

Mon Dieu
Je crois que j'ai compris
Compris qu'il y a peu de choses à comprendre
Que vivre, c'est courir
Courir le risque de se méprendre.
C'est un niveau de conscience à atteindre
Un monde dépeint et qu'il faut sans cesse repeindre...

Mon Dieu
Je crois que je sais
où se situe la joie, où se situe la douleur
La douleur, au niveau de l'imaginaire
Elle est dérisoire et éphémère.
La joie, au niveau des viscères
Elle est viscérale et sincère.

C'est pour cette raison
Qu'il faut dédramatiser tout le temps
Songer à l'absolu et relativiser
Songer à la Grâce et pardonner
Songer à l'éternité et oublier
Les morsures de l'actualité,
Les blessures de l'humanité
Tout passe, y compris nous autres passagers
Et même si tout prend feu... la Foi est là pour l'éteindre

 

Share Button


5 commentaires sur “Lettre à Dieu

  • avatar
    Ancolie

    moi j ai reçu un nuage il dessine dans le ciel et ce qu il m offre est indéfinissable … il passe et le temps s efface et je n en fini plus de regarder le ciel et le ciel n en fini plus de me surprendre…………

  • avatar
    Philippe Junod

    Les voies qui mènent à Dieu,
    Sont invisibles avec nos yeux.
    Il ne s’agit pas de dire adieu,
    Ni paraître miséricordieux.
    Il faut suivre les chants mélodieux,
    Musiques aux sons merveilleux,
    Écrites par des prieurs studieux.
    Et il faut être très courageux,
    Pour atteindre l’être des cieux,
    Qui illumine le ciel de mille feux.

  • avatar
    Gaëlle

    Toujours allumée, bouddhiste gravement, toujours zen toujours joyeuse, toujours gracieuse. Magnifique magique toujours passagère… Joyeux noël belle Personne (je reconnais maintenant l’une de tes musiques préférées, Sonneper il y a quelque temps m’a fait voir ce film horrible :s)

  • avatar
    Pascal

    Très jolie scène de Lettre à Dieu, de joyeuses fêtes à tous, réflexion sur la joie et cætera.

    Joyeuses fêtes !

    Il était une Foi,
    Il est une Foi

    Un instant s’échoue,
    Puis un autre arrive,
    Puis un autre sur la terrienne rive,
    Et encore un, semés par une roue
    Du temps qui trace,
    Tourne les pages
    Avec leur besace,
    Leurs soupirs et leurs halages,
    Leur lot d’ancres et leur lot d’ailes,
    De vues sur les gouffres et de sur les étoiles,
    Leurs prismes, leurs lectures aux nues et leurs voiles,
    Leurs lignes de misère et de frissons citadelles,
    Leurs braises, leurs cendres et leurs flammes,
    Leurs saveurs connues, leurs inconnues, leurs mystérieuses,
    Leurs nuits, leurs jours, leurs dérives et leurs oriflammes,
    Et si des peuvent se faire volcan ou tsunami,
    Un instant s’échoue,
    Puis un autre arrive,
    Puis un autre sur la terrienne rive,
    Et encore un, semés par une roue,
    Et quelque part, sur le fil, un battement,
    Une confiance dans le cristal en résonance,
    Ô ! joie !, souffle qui transcende les cahotements,
    De la vie continue de fleurir d’année en année, cultive de la conscience.

  • avatar
    jacou

    Personne irradie la joie, la joie n’est pas démonstrative , elle est soleil intérieur, c’est elle qui transmue les cellules du corps d’apparente matière vivante en lumière rayonnante .

    – 11 décembre 1971 : la Mère ( Sri Aurobindo ) :

    … »c’est, tout au contraire, dit la Mère, pour apprendre à la création totale la joie d’être, la beauté d’être, la grandeur d’être, la majesté d’une vie sublime, et le développement perpétuel, perpétuellement progressif, de cette joie, de cette beauté, de cette grandeur – alors, tout a un sens.» Ce corps, cette obscure bête de somme que nous habitons, est le terrain … faille par où jaillira la vibration nouvelle. Alors, toutes ces lois apparemment inéluctables qui nous enfermaient dans leur sillon héréditaire et scientifique s’écrouleront devant la Joie des «fils aux yeux de soleil». «N’espérez rien de la mort, dit la Mère, la vie est votre salut . »


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER