Touche pas à l’islam 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Elle était décidée de faire des aveux.

Pour démystifier Daesh, elle était prête à vendre la mèche.

Dans son entourage, elle fut accidentellement le témoin d'une conversation secrète qui prouve bien qu'il y a un lien entre la République et l'État islamique. Comme un laisser faire pour promouvoir certaines affaires... des mains invisibles qui opèrent sous le sceau du secret au nom d'une indicible raison d'État.

Le plus gros des attentats n'était pas imprévisible mais prévisible et compatible avec un savant calcul des intérêts.

C'est le comble du vice : le terrorisme a besoin de nos bons offices. C'est chez nous qu'il recrute ses complices.

Parmi les plus haut placés, certains sont coupables et passibles de la pire des sanctions pour haute trahison.

Attention, ce n'est pas la France qu'ils vendent, mais une PROPAGANDE. Parce que c'est bien de ça qu'il s'agit : ni de guerre économique, ni de guerre religieuse, mais de guerre médiatique.

 

L'État islamique n'a pas d'autre but, c'est même la raison d'être de toutes ses exactions : impacter la conscience universelle et lui dicter un tout autre sens...

Et ceux qui les laissent faire en profitent pour faire des affaires en se réservant le paradis et en nous réservant l'enfer.

Il ne faut surtout pas croire à un vaste complot, rien d'extraordinaire... c'est une rencontre ordinaire, politique ou financière entre Mic et Mac.

 

La dame, entièrement voilée de la tête au pied, prit sa voiture et roula à toute allure... elle n'avait rien à dire à la police, elle voulait se rendre à une station de radio pour divulguer son message sulfureux.

Mariée à un extrémiste, elle sait ce que c'est que la haine des extrêmes.

Et en chemin, elle ordonnait son discours... pour ne pas être prise de court...

Elle pesait, soupesait chaque syllabe en français et en arabe :

Je vais vous faire part seulement de quelques bribes de son discours:

 

"Pour un djihadiste pur sang, on vous dit qu'il y a deux djihads :

 

- le petit djihad qui désigne le combat armé du commun des mortels pour sa communauté.

- Et le grand djihad, mystique ou spirituel qui désigne le combat intérieur de la créature qui s'élève jusqu'à son créateur.

 

Vous connaissez le premier, vous ignorez le deuxième mais il y a un troisième djihad dont je voudrais vous entretenir... le seul qui puisse rétablir la paix et panser nos plaies.

Ce troisième djihad que je vous propose de rendre public, de publier et d'en faire la publicité c'est mon djihad personnel qui tient en quatre mots :

 

"Touche pas à l'islam".

 

Cet impératif catégorique est de salut public. Pour le rendre opérationnel, il faut observer trois règles de conduite.

 

- Effacer de suite le mot islamique de tout ce qui se rapporte à cet état diabolique.

- Cesser de prendre un islamiste pour un musulman... LE VRAI NE MENT JAMAIS

- Centrer la recherche sur le terrorisme occulte des États au lieu de vous concentrer sur le culte opportuniste des individus.

 

Mais avant qu'elle n'ait fini de visualiser l'ordre de son discours, elle fut abattue à bout portant par un inconnu à un feu rouge.

La presse parlera le surlendemain d'un règlement de compte... oui mais lequel ?

La femme voilée n'aura pas l'occasion de nous dévoiler le fin mot de l'histoire.

 

Share Button


3 commentaires sur “Touche pas à l’islam

  • avatar
    Pascal

    Belle scène, info-scénario sur l’assassinat de la femme voilée, d’invitation à faire la distinction / au troisième djihad.

    R.E.P.

    A propos de guerre médiatique, de la façon dont présente une bonne partie de la presse, je viens de zyeuter un article (http://www.revolutionpermanente.fr/Femme-voilee-tuee-par-balle-a-Pantin-Deconstruction-du-discours-mediatique) qui tente de déconstruire le discours médiatique sur l’affaire, comparant avec la manière dont a été traité l’image autour du burkini et autre, des médias qui ne participant pas à apaiser-raisonner le « contexte réactionnaire et islamophobe ».

    Puisse ce troisième djihad être entendu, suivi par de plus en plus de monde, de médias.

    Armes sous presse

    Des humains sur les routes,
    Sur le fil des instants,
    Depuis, vers une aspiration,
    Mais çà et là des soutes
    Et à chaque croisement
    Peut surgir une liquidation,
    De la trame du monde

    Des histoires se déroulent ;
    Participant d’une version
    Qui peut faire ses ondes,
    Des médias y posent un moule,
    Des vagues à réactions ;
    Une, germe pour de la paix,
    Des réflexions sur le sujet

    Des armés sur les voies,
    Des marchands aiguillent
    Et des états anguilles,
    Dont un pointé du doigt
    Avec tout ce qui y est plaqué,
    Des amalgames pressés, relayés,
    Mais peut encore se désimpacter

    Des humains sur les routes,
    Des partis pour les tombes,
    Des balles s’y alimentent,
    Une enquête se met en joute,
    Se forge un plan colombe,
    Que des impressions conscientes
    Tracent, vivent leur chemin sous la voûte.

  • avatar
    jacou

    Belle plaidoirie de Maître Personne

    Il y a le troisième djihad, mais aussi la troisième voie de l’islam :

    L’ibadisme, troisième voie de l’islam

    Les ibadites ne sont ni sunnites ni chiites, bien que leurs pratiques les rapprochent des premiers. Cette branche de l’islam est l’héritière du kharidjisme, un mouvement dissident qui ne souhaitait rejoindre aucun des deux camps après le schisme qui suivit la mort du Prophète en 632. Leur nom est d’ailleurs issu de l’arabe kharaja qui signifie « sortir ». Si certains kharidjites ont fait preuve de violence, seul le mouvement le plus pacifique de cette branche, rapidement retranché dans l’actuel Sultanat d’Oman, a survécu : l’ibadisme. De petites communautés existent en Algérie, en Tunisie et à Zanzibar. Mais aujourd’hui, les ibadites représentent 1% de l’ensemble des musulmans, et Mascate est en quelque sorte la capitale mondiale de ce courant.

    Si les Omanais indiquent qu’ils sont « des musulmans », et qu’ils préfèrent souligner ce qui réunit les communautés plutôt que ce qui les éloigne, ils ont adopté un système unique pour désigner leur chef politique et religieux : la tradition veut que les ibadites élisent « le meilleur des musulmans », quelle que soit son origine sociale ou tribale. Autrefois, on appelait ce chef « imam » ; aujourd’hui, on l’appelle « sultan ». Une fois ce chef élu, les descendants du sultan peuvent hériter de son statut, mais les ibadites se réservent la possibilité d’en élire un nouveau par la suite. Plusieurs décennies peuvent d’ailleurs s’écouler sans qu’un imam ne soit désigné, le temps de trouver une personnalité qui fasse consensus. »…

    http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/l-ibadisme-troisieme-voie-de-l-islam-26-04-2016-5421_110.php

  • avatar
    Moncef

    LUTTE CONTRE L’EXTREMISME :
    Texte du  » Collectif Femmes Sans Voile  »

    Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d’être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire. Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu’ils voudraient nous imposer.

    Riches de nos expériences passées, nous sommes en mesure de leur résister mais qu’en est-il des jeunes filles mineures qui subissent quotidiennement ces pressions et y cèdent ?
    Elles ignorent peut-être que le voile n’est qu’un des aspects du patriarcat dont la polygamie, l’inégalité dans l’héritage, la répudiation, le divorce sur décision unilatérale du mari, etc. font partie, afin d’imposer la soumission des femmes.

    Or, nous, fortes d’un long combat mené par des générations de femmes dans le monde, y compris dans nos pays d’origine, nous tenons à l’égalité et à la liberté. Nous refusons que la religion musulmane serve de couverture au patriarcat et soit un moyen de s’approprier le corps des femmes en le cachant et en le privant de toute liberté.

    Le port du voile n’est pas lié à l’islam, il est antérieur de plusieurs millénaires à son avènement. La première mention de son port obligatoire remonte aux lois assyriennes (vers 1000 avant J.C.). La Bible l’évoque dans la Genèse et Saint-Paul l’exige pour les prières.
    Que dit le Coran sur le voile ? « Dis aux croyantes de rabattre leurs voiles sur leurs poitrines » (Sourate XXIV, verset 31). L’interprétation de ce verset est illimitée. Les progressistes en ont fait un outil d’émancipation des femmes comme en Turquie au début du 20e siècle où les femmes se sont dévoilées, suivies par les Egyptiennes, les Tunisiennes, les Marocaines et les Algériennes lors de l’indépendance de leur pays.

    Ce mouvement d’émancipation est contrarié et combattu par l’islam politique qui a fait de ce verset un outil d’oppression des femmes comme en Iran, en Afghanistan. Aujourd’hui, l’islam politique se déploie dans le monde entier avec le voile des femmes comme symbole de son projet. Le corps de la femme doit être dissimulé sous une burqa, un voile intégral, un jilbâb ou un tchador, etc. Dans de nombreux pays, certaines résistent et le paient encore de leur vie.

    L’apparition massive du voile est choquante car elle montre l’étendue de cette influence sectaire et sexiste dans une France laïque et démocratique qui n’a pas donné à nos jeunes filles les moyens d’échapper à cette influence et les abandonne à leur sort.

    Pour nous, il s’agit de ne pas confondre l’islam avec les interprétations archaïques et manipulations des islamistes. Le voile est une discrimination qui s’ajoute à celles, multiples et multiformes dont souffrent beaucoup de femmes et de jeunes filles dans nos quartiers. Il n’est en aucun cas une réponse au racisme et aux discriminations.

    Nous pouvons et devons dire NON au harcèlement idéologique et au communautarisme.
    Restons mobilisées pour que le projet réactionnaire des islamistes échoue.
    La lutte contre les discriminations, les inégalités et le sexisme continue.
    Nous sommes toutes concernées !

    Nous appelons toutes les organisations de femmes, qui approuvent le texte d’origine, à nous rejoindre pour organiser cette journée en France en nous contactant à notre adresse mail :
    femmesansvoile@gmail.comFemmes russes proteste contre le port du Hijab à leur manière
    Russian women protest against world wear a hijab day


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER