Psy-cause : Hamlet 10


 

Pourquoi ?
Je n’ai pas envie d’en parler
C’est gros comme une maison, hantée par le spectre de l’être aimé qui vous a claqué entre les doigts parce que vous n’avez pas su qui il était.
Je souffre… au-delà de ce que vous pouvez imaginer
Comme si j’avais fait exprès d’appuyer sur la gâchette, de jouer ma vie à la roulette, rien que pour lui servir tout chaud mon cœur sur une assiette…
Monsieur est servi… je suis Hamlet avec sa douleur sur les bras,
Douleur aveugle, sourde et muette…
Non… je ne l’ai pas trompé… d’après lui, c’est moi qui me suis trompé…
Je vous répète ses mots :
Il dit que j’ai confondu le roi et le royaume.
Il m’a fui… il a pris la fuite…le fils de pute…
La sagesse c’est tout ce qui l’intéresse… Pas d’autre maîtresse.
Il est pathétique: se passer de moi pour que j’apprenne à me passer de lui…
C’est lui qui le dit…
Je voulais qu’il me prenne telle que je suis…
Tout comme je refusais de le prendre tel qu’il est… un être un peu au dessus de la mêlée…
Est-ce que je peux verser quelques larmes ?
Oui je suis mal… et je vous interdis de me laisser entendre que ce n’est pas plus mal…
Et cette douleur… qui persiste…
C’est comme une aiguille qu’on vous enfonce dans la moelle épinière… Ce n’est pas un leurre.
Comme la mort d’un enfant… Ce n’est pas un leurre.
Pour lui… ce ne sont que des leurres…
Bonheur… malheur…que des leurres…
Quelle heure il est ?
Et moi qui je suis ?
Je pleure… oui je suis en pleurs…
Parce que j’ai peur… de ne pas être capable de tarir cette source de malheur…
Faire mon deuil ? Pourquoi faire ?
Le travail de deuil… Ah ! Ah ! Ah !… que des mots pour ceux qui n’ont jamais franchi le seuil…
Ce n’est pas lui, c’est moi qui l’ai franchi…
C’est parce que je vous le raconte que vous avez l’impression que je m’en vante?
Vous êtes drôle, vous !… mais beaucoup moins drôle que lui !
Vérité, illusion…
Si nous les distinguons, nous nous retrouvons dans un vide sans nom.
Le néant… pas la peine de vous dire ce que c’est…
Sous peine de vous tourmenter… pour l’éternité.
Savez-vous comment il l’a exprimé, lui, avant de s’éclipser ?
Tant que tu chercheras le salut, tu ne seras jamais sauvée...
Je me sauve…
Parce que figurez-vous que moi aussi j’ai envie de vous claquer la porte au nez !

 

Share Button


10 commentaires sur “Psy-cause : Hamlet

  • avatar
    QueFerasTu

    Émouvant, même bouleversant, du Hamlet pur et dur. Déchirement du cœur de l’amour en s’extirper le cœur d’un moment existentiel, d’une personne ou du destin. Nous en cherchons tous un salut même dans le plus secret de notre âme. Le regret vif de la blessure qu’on pleureras jusqu’à notre dernier souffle, tourment du regret. Vous avez tout le légitime de claquer la porte, mais je vous conjure de ne point le faire.

  • avatar
    redredsir

    Dans la douille, la poudre est mouillée,
    j’agonise d’une balle perdue.
    J’organise rentable, ma santé.
    Le commerce, ça va,
    mes émoluments chantent.
    Se correspondre au nid douillet,
    Se trouver l’un l’autre en bel ensemble.
    Seul préservé, sauvé.
    C’est une dimension choisie:
    à chacun sa chacune,
    caresse l’envie de naître.
    L’avis de l’amor, c’est retors,
    Vice écrou m’emprisonne.
    Adieu d’avance me dit l’errance.
    C’est ici la station prévue,
    la saint-dilemme résolue.
    J’accouchais alors,je mettais bas sans bévue.

  • avatar
    boris lesoir

    Psy- cause,because,un pamphlet, Hamlet, to be or not to be? C’est de qui encore? des Beatles? Ne me quitte pas,un brol de Brel,sujet toujours d’actualité.Ouvrez la cage aux oiseaux,sauvez les morpions,au près de mon arbre je vivais heureux….Un vol au dessus d’un nid de coucou,coucou?!Ne claque pas la porte,laisse la entrouverte,en trou verte! Hamlet,omelette,comme disent les français,les François,les anchois.République Françoise;en Belgique,on parle du bœuf:bleu,blanc,belge.Étrange,ça doit être encore un coup de Di roupette,notre premier ministre homo.Ici ,pays de liberté,le vote est obligatoire,comme l’adoption pour tous,le mariage pour tous,la gay pryde,qui sera bientôt obligatoire aussi!Peace Man,le Manneken- Pis ,veille sur nos libertés! L ‘Europe,se porte garante des banques, pas de votre blé.

  • avatar
    jacou

    Page sublime de la temporelle interrogation : « Être ou ne pas Être »

    Extraits de Hamlet :

    « Hamlet – Être, ou ne pas être, telle est la question.
    Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir
    la fronde et les flèches de la fortune outrageante,
    ou bien à s’armer contre une mer de douleurs
    et à l’arrêter par une révolte ? Mourir… dormir,
    rien de plus ;…
    …..Qui voudrait porter ces fardeaux,
    geindre et suer sous une vie accablante,
    si la crainte de quelque chose après la mort,
    de cette région inexplorée, d’où
    nul voyageur ne revient, ne troublait la volonté,
    et ne nous faisait supporter les maux que nous avons
    par peur de nous lancer dans ceux que nous ne connaissons pas ?
    Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches …..

    Une réponse ?….:

    -Oui ! Qui es-tu ? de OM.C.Parkin

    « La tristesse apparaît, brusquement vient le mental pensant et dit : « Oh mon Dieu … je ne veux pas … je ne peux pas … ceci ne devrait pas être … ». Ou bien il te raconte une autre histoire – les archives du mental pensant sont … »

    http://du-tout-et-du-rien.blogspot.com/2011/12/oui-qui-es-tu.html

  • avatar
    Samouraï ancolie

    Que vaut-il mieux être ou ne pas naître Question réponse c’est pas net Qu’y a-t-il après le non être Est-ce le néant quand tout s’arrête Ou continue, l’amour peut-être entre deux êtres.

    Avec cet-te difficulté d’être Il aurait mieux valu peut-être Ne jamais naître Toi, toi qui me reçois sept sur sept Tu vois pas que je ne suis pas bien dans ma tête.

    Que vaut-il mieux être ou ne pas naître Question réponse c’est pas net Qu’y a-t-il après le non être Est-ce le néant quand tout s’arrête Ou continue, l’amour peut-être, entre deux êtres.

    Que vaut-il mieux être ou ne pas naître Toi mon amour toi qui a des lettres Préfères-tu Macbeth ou Hamlet Je sais je sais, j’ai bien fini par te connaître.

    Avec cette difficulté d’être Il aurait mieux valu peut-être Ne jamais naître Toi toi qui me reçois sept sur sept Tu vois pas que je ne suis pas bien dans ma tête.

    Que vaut-il mieux être ou ne pas naître Question réponse c’est pas net Qu’y a-t-il après le non être Est-ce le néant quand tout s’arrête Ou continue, l’amour peut-être entre deux êtres.
    http://youtu.be/fpeQdkWAHMc

  • avatar
    Nat

    @Personne

    Voilà qui est bien répondu, une belle revendication! Voilà un caractère bien trempé, celui d’une personne entière et franche, et intelligente qui plus est! Une femme tout simplement! Quelqu’un de bel et bien vivant, une personne de conviction, sincère dans ses sentiments, une poétesse courageuse qui fait face à la réalité de sa vie plutôt que de chercher à s’en éloigner au moyen de distractions illusoires et de vains subterfuges. Vous me faites dire qu’il y a des hommes qui ne savent pas ce qu’ils ratent, qui passent complètement à côté de leur vie. Tant pis pour eux! Et, si ça peut vous consoler, dîtes vous que c’est la sagesse qui vous a piqué votre homme, et non pas une vulgaire séductrice ou quelque autre puéril divertissement! Il est dommage qu’il n’est point eu égard à la sagesse qui demeure en vous… N’a-t-il jamais ouvert votre journal?

    Nat

  • avatar
    Pascal

    Olution : « Dis, Rêve, tu me claqueras jamais la porte au nez, hein ? »

    Rêve : « Rêve ! »

    Olution : « Oui, c’est ton nom ! »

    Rêve : « hihi… Ô Romution, mon beau Romution ! Nous somes nés avec l’univers, nous sommes l’univers, permanent tout en étant évolution, et qui sait si demain, lorsque l’astre désastre fera son apparition ? Mais après ce demain nous pourrions alors nous retrouver ! Et puis si je devais faire cela, tu sais ce qu’il te restera à faire ! »

    Olution : « A soigner mon nez ?! »

    Rêve : « Huhuhu !! »

    Olution : « Nan, mais, sérieusement ! »

    Rêve : « Désolée, ça m’a très touchée aussi cette scène, comme les autres, mais l’amour, ah, l’amour… Et puis ton humourour… Ô Romution, quel étrange voile funeste traverse ton regard ? Quand les étoiles brillent, n’allons pas nous mettre dans le filet acide de nous-mêmes ! »

    Olution : « Ô rêve ! Elle parle ! Oh ! parle encore, ange resplendissant ! Être ou ne pas être tienne, la question je ne me pose, même quand l’ombre de l’incertain tente de pénétrer le coeur ! Il y a comme une coque lumineuse qui…

    Rêve : « En parlant de parler encore… C’est pas pour te ramener les pieds sur terre, mais nous avons encore des pâtes à faire cuire au feu de politique ! »

    Quand Rêve-Olution shake spire


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER