Psy-cause : Noir désir 11


 

Il fait froid dans votre nid douillet
Pas de cheminée… mon gros minet
C’est chez vous que je me sens vraiment chez moi
Vous croyez vraiment que vous êtes sur écoute ?
Rien ne me surprend
Rien ne peut me surprendre.
Ce qui ne vous regarde pas
C’est précisément l’œil qui vous regarde
Lequel des deux est le plus sur ses gardes
Ça fait bien longtemps que le ressens
Vous ne me faites dire que ce que vous voulez entendre
Démêler le bon grain de l’ivraie
Rien à moudre… je le sais…
C’est moulu et vendu en capsule avec une pub à la télé
« Ne soyez pas pressés, sinon le ciel va vous tomber sur la tête »
J’ai fait un rêve… et en me réveillant le matin
Je me suis fait un café noir de désir et j’ai poursuivi mon rêve les yeux ouverts
Avouez-le que c’est une première…
C’est à se demander si notre désir n’est pas la réalisation d’un rêve et non le contraire…
Je ne sais pas si je vous embrouille…
Mais si c’est le cas, ne m’en voulez pas plus que ça !
Mon âme est comme ça, toujours déjà en vadrouille…
En quête d’un corps… susceptible de lui procurer de nouvelles sensations…
De la plus petite peine à la plus fine douleur…
La joie, ce n’est pas pour moi…
Je suis ici ou là pour mes douleurs n’est-ce pas ?
Vous m’arrêtez quand vous voulez… parce qu’on n’a pas toujours envie de prolonger…
L’envie de celui qui partage notre vie
On se dit : pourvu que ça cesse sans avoir le courage de dire :
C’en est assez ! Pause-café
De quoi j’ai rêvé ?
Ça vous intrigue ou vous vous sentez obligé de faire comme si
C’était votre déformation professionnelle…
Votre idiosyncrasie… jolie rime avec hypocrisie

 

Share Button


11 commentaires sur “Psy-cause : Noir désir

  • avatar
    calyps o

    D’où tenez-vous ces pouvoirs de « gentille sorcière » ?

    Avez-vous un don d’ubiquité ?

    J’en suis tout songeur…

  • avatar
    Edelweiss

    +1 pour la selection de ce billet.

    ps: jolie reprise de « sweet time in child » de deep purple qui est la premiere chose que j’ai remarqué. le reste est très bien aussi je vous rassure!

  • avatar
    Edelweiss

    Entre dans ma demeure
    Assis toi sur le sofa
    Et regardes mes couleurs
    Qui sont des douleurs
    Ecoutes les sons que tu vois
    Prend du sucre si tu en a envie
    Il adoucit l’amertume de mon café
    Et réchauffe toi en restant assis
    Mon univers est la pour (te) consoler

  • avatar
    Lucille

    Mein gott!
    Que celui qui à inventé Wikipédia soit béni pour donner une explication à un mot aussi atypique que « idiosyncrasie » que je ne connaissais pas. Contrairement à mon correcteur d’orthographe.

    Ce site est béni lui aussi pour forcer l’enrichissement des têtes.

  • avatar
    Samouraï ancolie

    vous faites comme si?
    et puis?
    je suis comme ça!
    tant pis
    je reve les yeux ouverts
    par désir par plaisir?
    je ne sais plus je ne sais pas
    c est comme ça je ne m en cache pas
    je vous dit ce que vous voulez entendre?
    tant mieux rien ne peut me surprendre!
    cherchez un sens a mes actions?
    juste des sensations
    cette sensation d etre de renaitre
    aussi pure que l enfant qui vient de naitre
    sans rancune aucune en totale confiance
    laisser sur place mes peines mes douleurs
    pour etre ailleurs

  • avatar
    Pascal

    Pause café

    Au-dessus du quantique, l’océan du ciel.
    Dans cet océan, des parts en ébullition
    Vers lesquelles l’explorateur peut tendre un pont.

    Dans le quantique, agréables ou cruelles,
    Le rêveur éveillé peut dérouler le fil,
    Amener des parts jusqu’au centre de l’île.

    Au centre, une volonté de vivre,
    L’incarnation de la pierre ou de l’ivre
    Que la main en feu peut choisir de brûler.

    Au cœur de l’âtre, une pause-café,
    Des pétales ouverts au pouvoir,
    Un instantané à déguster avant le soir.

  • avatar
    L'Insoumise

    @Pascal

    vous écrivez :

    « Au-dessus du quantique, l’océan du ciel… »

    C’est très évocateur…

    Je me souviens d’un club de poètes à Montmartre, le Club des Hydropathes, hi hi…

    Je ne savais pas ce que signifiait ce mot, j’étais aux Beaux Arts à l’époque

  • avatar
    Pascal

    le Club des Hydropathes ? original pour un club de poètes. Cela me fait penser à certaines théories autour de l’eau. Ceci dit, avec toutes les « particules » que semble contenir l’eau que l’on boit tous les jours… Reste l’eau de l’esprit (ou partir en quête d’une eau de source).

    Au passage, un petit mot pour dire que j’ai aimé votre plaie du guerrier. Si j’ai compris, c’est une tranche de vie imaginaire ? on s’y croirait. De la poésie nietzschéenne. De même, je sais pas si c’est parce que je suis sensible au sort des « animaux », peut-être tout simplement parce que vous le racontez bien, mais j’ai plaisir à lire les soins que vous leur donnez, ainsi que vos tranches de vie et autres anecdotes.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER