Il y a le vrai, mais il y a surtout Le Lay. Je le cite pour faire vite.

« Mon métier à la télé, c’est d’aider Coca-Cola à vendre son produit.

Or, pour qu’un message soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible. Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité-là. C’est là que se trouve le changement permanent ».

 

Quand on a dit ça, je crois qu’on a tout dit sur l’érection de l’homo-ecranticus. Qui dit mieux sur ce que c’est qu’un écran de fumée ?

On ne le sait que depuis peu, mais on nous lave le cerveau depuis si longtemps, peut-être même avec de l’argent sale. La souillure ne date pas d’hier, elle est d’aujourd’hui, promise pour demain à travers toutes sortes d’écrans : votre portable, votre Smartphone, votre tablette… on vous retiendra et on vous atteindra.

Le flux est continu… l’affluence aussi… l’influence surtout à travers ce que vous souhaitez, où vous le souhaitez et quand vous le souhaitez.

C’est comme une drogue, mais ce n’est pas une drogue parce que c’est bien pire que de la drogue. Parce que même les plus avertis en redemandent.

 

Il n’y a pas que Le Lay, il y a aussi le faux qui passe pour plus vrai que le vrai.

En ce moment, nous avons tous eu droit à ce message :

« Qu’Israël est menacée par ses voisins. »

Permettez-moi d’en douter, et de me poser la question de savoir où est le coca, où est le cola… parce que l’info ne va pas de soi. La logique n’est pour ainsi dire, pas respectée.

À qui va-t-on faire croire que celui qui a tout craint celui qui n’a rien ?

Ça ne peut toucher que des cerveaux non disponibles comme celui de nos gouvernants ou de nos gouvernantes… dont la somnolence me désespère.

 

Que faut-il jeter, que faut-il projeter à travers mes doléances ?

Primo que le marketing classique ne nous fera pas tous boire du Coca Cola. Beaucoup préfèreront le lait ou l’alcool.

 

Secundo que le marketing politique fait beaucoup plus de victimes au mètre carré. Parce qu’il ne cherche pas des cerveaux disponibles mais ceux qui n’ont pas de cerveau mais en cherchent un pour devenir disponibles. Et ce sont les plus nombreux.

 
 

Share Button