Émeline : Enfin quelqu’un en face de Personne… bienvenue Caroline

 

Caroline : je vous remercie Émeline

 

Émeline : je m’appelle Lou, je ne m’appelle pas Émeline

 

Caroline : j’ai fait ma petite enquête sur vous… vous vous appelez Émeline

 

Émeline : vous devez avoir un léger strabisme… vous auriez dû lire maline… c’est plus malin au féminin, n’est-ce pas ?

 

Caroline: changer de mine… ça ne change pas votre patronyme

 

Émeline : vous adorez… c’est fou ce que vous adorez faire passer les choses de l’ombre à la lumière.

 

Caroline : je n’en suis pas peu fière… je suis pour tous mes détracteurs un lapsus révélateur… le logiciel anti-virus, le seul qui distingue encore distinctement un corps sain d’un corps malsain… je parle de corps de doctrine bien sûr !

 

Émeline : heureusement que vous n’avez pas fait médecine… sinon vous auriez saisi qu’il n’y a pas plus malade qu’un corps drapé de moraline…

 

Caroline : je suis journaliste d’investigation… et analyste par la force des choses… et par la force des choses un peu généalogiste… je remonte jusqu’aux gênes du bien et du mal… qui sont à l’origine de toutes les malversations, de toutes les exactions… c’est mon job.

 

Émeline : vous n’avez jamais été tentée de vous démonter vous-même ?

 

Caroline: tant que l’horloge fonctionne, il n’y a aucune raison de la démonter… l’heure c’est l’heure et comme j’aime le jazz, je la donne de bon coeur.

 

Émeline : mais on m’a toujours appris qu’avant de tenter sur les autres, a moindre analyse, il faut commencer par s’analyser soi-même… c’est un principe de précaution.

 

Caroline : c’est affreux, le freudisme… que vous me fredonnez… Non, je n’analyse pas l’âme, madame, mais je fais comparaître certaines analyses devant le tribunal des faits… les faits qui sont faits… et que nul n’a le droit de défaire ou de refaire.

 

Émeline : en somme, vous vous sentez dans la peau d’une femme de ménage… vous nettoyez un peu tout autour de vous…et si je relis vos livres, je m’aperçois que vous lavez encore plus blanc que vos propres confrères… vous êtes bel et bien madame propre.

 

Caroline : n’essayez pas de me déstabiliser… vous savez, j’ai toujours eu les pieds sur terre… je marche toujours droit et je reste toujours debout quoi qu’on en dise.

 

Émeline : Femme de ménage, qu’est-ce que je raconte ? vous avez l’âme d’une bonne sœur…. d’une prêtresse des temps modernes… qui a toujours fait prévaloir l’ordre moral en distinguant le bien qui fait du mal, du mal qui fait du bien… moi je dis : chapeau bas l’artiste.

 

Caroline : cessez de vous foutre de ma gueule… je suis insensible aux blâmes comme aux louanges… je fais ce que je dois faire… mon devoir, point barre.

 

Émeline : est-ce que je vous manquerais de respect si je vous disais que vous donnez l’impression d’être mal aimée ? Remarquez : je n’ai pas osé dire : mal baisée… et même si tous les faits me contredisaient je continuerais à dire que cette Caroline ne doit pas beaucoup prendre son pied. Et pour cause : votre adrénaline est investie dans des choses beaucoup moins anodines.

 

Caroline : encore une inversion de sujets : je ne peux pas être mal baisée puisque c’est moi qui les baise.. et comme je fais souvent très mal, il faut croire que je les baise bien.

 

Émeline : Non. Vous ne les baisez pas… sinon vous n’en ferez pas tout un cinéma… vous aimeriez bien le faire… mais vous avez du mal à le faire… du coup, vous les imaginez en train de le faire … en vous masturbant soigneusement dessus… puis vous mettez le tout bout à bout et vous vendez le scénario à France Télévision.

 

Caroline : autrement dit, je baise tout le monde : les médias, les médiatisés et les médiateurs… pour qui vous me prenez ?

 

Émeline : pour quelqu’un qui passe à la télé parce qu’il a réussi à regrouper trois corps de métier : concierge, détective et balance. Une sacrée prouesse pour un petit bout de femme.

 

Caroline : vous m’enviez on dirait ?

 

Émeline : on a dit les fait Caroline et pas l’interprétation des faits… même si je reconnais que vos interprétations font beaucoup d’effets… et pour une raison très simple : parce que ça reste très général… ça interpelle facilement le genre humain. Au royaume des aveugles … vous êtes la reine qui ne voit que d’un œil. Vous pouvez raconter n’importe quoi… ça passe comme une lettre à la poste.

 

Caroline : vous avez l’air de sous estimer le grand public. Élitiste de mes deux ! C’est lui qui vote. C’est lui qui choisit son programme à la télé… vous n’y pouvez rien… à chaque fois que j’y passe… je laisse des traces. Dans le métier on appelle ça le coefficient de crédibilité.

 

Émeline : pas de charme entre nous… ne soyez pas plus bête que ce que vous êtes… vous le savez… moins c’est relevé comme niveau et plus ça plaît… vous ne faîtes pas de l’info mais du divertissement… vous nous reposez de la vérité, en nous racontant des débilités…

 

Caroline : vous avez regardé mon film sur la 5 hier soir ?

 

Émeline : un plot qui se moque des théoriciens du complot. Non… je ne voudrais surtout pas être méchante ou désobligeante. Je vous ai trouvé haineuse plutôt que glorieuse… vous black-listez les gens comme au bon vieux temps sous l’occupation. Vos propos m’ont donné envie d’aller voir et revoir de près, tous ces gourous auxquels vous avez coupé le sifflet… leur délire m’a semblé plus crédible que votre délire.

 

Caroline : vous n’allez pas me dire que vous aussi vous approuvez ces conspirationnistes ?

 

Émeline : en un seul mot ou en deux mots ? Non je me moque de vous parce que vous avez du mal à vous moquer de vous-même. Le plus intéressant ce n’est pas de savoir s’il y a eu complot ou pas complot… mais de savoir jusqu’à quel point il n’y a PLUS D’INFO.

 

Caroline : pour dire vrai, je ne sentais pas cette confrontation… on m’a prévenu que ce serait surfait… sur-joué… scénarisé, mais bon tant pis ! J’assume comme j’ai toujours assumé.

 

Émeline : pour en revenir à votre émission, il n’y avait pas plus de raison de croire que l’Irak détenait des armes de destruction massive que de croire qu’Al Quaïda était le seul instigateur et réalisateur de son forfait. Et pourtant, des gens comme vous ont cru et continuent de croire ces deux versions ou diversions.

 

Caroline : moralité : vous vous rangez du côté de ces détraqués qui s’inventent des trucs pour faire régner la peur, la terreur… le désordre et la discorde.

 

Émeline : je ne suis Personne et je ne rejoins Personne mais je fais encore la différence entre vivre et raconter… entre ceux qui ont le droit de l’ouvrir comme vous et ceux qui ont le devoir de la fermer comme eux.

 

Caroline : ils l’ont déjà ouverte, comme ce Thierry Meyssan , comme Soral, comme Cheminade… mais personne ne les a suivi, parce que tout le monde a bien vu qu’il n’y avait rien derrière la porte… ou plutôt si : leur propre sentinelle… la sentinelle du néant propre à tous les négationnistes.

 

Émeline : en tout cas, pour vous c’est le cas. Parce qu’à part pour votre légende personnelle, je ne vois pas l’intérêt de vous en prendre à tout ce qui se situe au-dessus de votre niveau de conscience… mais je le sais on n’a pas le droit de reprocher à une naine d’être un nain.

 

Caroline : une naine… peut-être… un peu vilaine… sans doute… mais qui ne fait de mal à personne.

 

Émeline : surtout pas vilaine mais hautaine surtout… et qui ignore tout le mal qu’elle fait… parce qu’elle simplifie à outrance en indiquant certains remèdes et en contre-indiquant certains poisons… vous êtes bien le médecin imaginaire qui ferait mieux d’aller se faire soigner…

 

Caroline : parce que j’ai osé affronter tous les démons de l’extrême… parce que j’ai montré les vrais visages de Le Pen, de Ramadan, de Meyssan ? Parce que j’ai démonté tous leurs montages et remonté jusqu’au cœur de leurs messages ?

 

Émeline : c’est ce que vous croyez. Vous n’avez rien fait d’autre que rappeler que tout le monde est beau… que tout le monde est gentil et qu’il ne faut surtout pas prêter l’oreille à ceux qui prétendent le contraire. Je ne sais pas si vos adversaires sont dans le vrai, tout ce que je puis savoir c’est que vous, vous ne l’êtes pas… loin s’en faut. Il suffit de bien vous écouter pour en avoir le cœur net et savoir que vous n’en savez rien. Rien sur le concert des nations. Rien sur l’Islam, rien sur l’extrême droite, rien sur l’extrême gauche, mais tout sur votre centre qui est partout et sa circonférence nulle part. C’est ce que Sartre appelle une putain irrespectueuse.

 

Caroline : vous dénigrez vous aussi le printemps arabe ?

 

Émeline : non… tout ce que je dis c’est qu’il n’y aura pas de printemps pour Caroline chérie !

 

Caroline : vous me menacez ?

 

Émeline : encore une analyse foireuse. Je veux dire que la Révolution se fera sans doute sans vous…. et peut–être même contre des gens comme vous qui distribuent gracieusement les plus mortels des somnifères.

 

Caroline : vous êtes une intrigante, voilà ce que vous êtes

 

Émeline : pourquoi je vous ai intrigué ? Je vais vous dire ce qu’il faudrait retenir de notre petite virée : nous n’avons rien dit d’essentiel et pourtant nous avons retenu l’attention, pourquoi? Parce que c’est très facile… de faire semblant… et c’est ce que vous faîtes tout le temps… semblant de voir dans le noir. Semblant de jouir auprès de tous les impuissants.

 

Caroline : trêve d’amabilité : Personne comme votre nom l’indique vous n’impressionnerez jamais personne…

 

Share Button