Fourest Grimpe 31


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

Émeline : Enfin quelqu'un en face de Personne... bienvenue Caroline

 

Caroline : je vous remercie Émeline

 

Émeline : je m'appelle Lou, je ne m'appelle pas Émeline

 

Caroline : j'ai fait ma petite enquête sur vous... vous vous appelez Émeline

 

Émeline : vous devez avoir un léger strabisme... vous auriez dû lire maline... c'est plus malin au féminin, n'est-ce pas ?

 

Caroline: changer de mine... ça ne change pas votre patronyme

 

Émeline : vous adorez... c'est fou ce que vous adorez faire passer les choses de l'ombre à la lumière.

 

Caroline : je n'en suis pas peu fière... je suis pour tous mes détracteurs un lapsus révélateur... le logiciel anti-virus, le seul qui distingue encore distinctement un corps sain d'un corps malsain... je parle de corps de doctrine bien sûr !

 

Émeline : heureusement que vous n'avez pas fait médecine... sinon vous auriez saisi qu'il n'y a pas plus malade qu'un corps drapé de moraline...

 

Caroline : je suis journaliste d'investigation... et analyste par la force des choses... et par la force des choses un peu généalogiste... je remonte jusqu'aux gênes du bien et du mal... qui sont à l'origine de toutes les malversations, de toutes les exactions... c'est mon job.

 

Émeline : vous n'avez jamais été tentée de vous démonter vous-même ?

 

Caroline: tant que l'horloge fonctionne, il n'y a aucune raison de la démonter... l'heure c'est l'heure et comme j'aime le jazz, je la donne de bon coeur.

 

Émeline : mais on m'a toujours appris qu'avant de tenter sur les autres, a moindre analyse, il faut commencer par s'analyser soi-même... c'est un principe de précaution.

 

Caroline : c'est affreux, le freudisme... que vous me fredonnez... Non, je n'analyse pas l'âme, madame, mais je fais comparaître certaines analyses devant le tribunal des faits... les faits qui sont faits... et que nul n'a le droit de défaire ou de refaire.

 

Émeline : en somme, vous vous sentez dans la peau d'une femme de ménage... vous nettoyez un peu tout autour de vous...et si je relis vos livres, je m'aperçois que vous lavez encore plus blanc que vos propres confrères... vous êtes bel et bien madame propre.

 

Caroline : n'essayez pas de me déstabiliser... vous savez, j'ai toujours eu les pieds sur terre... je marche toujours droit et je reste toujours debout quoi qu'on en dise.

 

Émeline : Femme de ménage, qu'est-ce que je raconte ? vous avez l'âme d'une bonne sœur.... d'une prêtresse des temps modernes... qui a toujours fait prévaloir l'ordre moral en distinguant le bien qui fait du mal, du mal qui fait du bien... moi je dis : chapeau bas l'artiste.

 

Caroline : cessez de vous foutre de ma gueule... je suis insensible aux blâmes comme aux louanges... je fais ce que je dois faire... mon devoir, point barre.

 

Émeline : est-ce que je vous manquerais de respect si je vous disais que vous donnez l'impression d'être mal aimée ? Remarquez : je n'ai pas osé dire : mal baisée... et même si tous les faits me contredisaient je continuerais à dire que cette Caroline ne doit pas beaucoup prendre son pied. Et pour cause : votre adrénaline est investie dans des choses beaucoup moins anodines.

 

Caroline : encore une inversion de sujets : je ne peux pas être mal baisée puisque c'est moi qui les baise.. et comme je fais souvent très mal, il faut croire que je les baise bien.

 

Émeline : Non. Vous ne les baisez pas... sinon vous n'en ferez pas tout un cinéma... vous aimeriez bien le faire... mais vous avez du mal à le faire... du coup, vous les imaginez en train de le faire ... en vous masturbant soigneusement dessus... puis vous mettez le tout bout à bout et vous vendez le scénario à France Télévision.

 

Caroline : autrement dit, je baise tout le monde : les médias, les médiatisés et les médiateurs... pour qui vous me prenez ?

 

Émeline : pour quelqu'un qui passe à la télé parce qu'il a réussi à regrouper trois corps de métier : concierge, détective et balance. Une sacrée prouesse pour un petit bout de femme.

 

Caroline : vous m'enviez on dirait ?

 

Émeline : on a dit les fait Caroline et pas l'interprétation des faits... même si je reconnais que vos interprétations font beaucoup d'effets... et pour une raison très simple : parce que ça reste très général... ça interpelle facilement le genre humain. Au royaume des aveugles ... vous êtes la reine qui ne voit que d'un œil. Vous pouvez raconter n'importe quoi... ça passe comme une lettre à la poste.

 

Caroline : vous avez l'air de sous estimer le grand public. Élitiste de mes deux ! C'est lui qui vote. C'est lui qui choisit son programme à la télé... vous n'y pouvez rien... à chaque fois que j'y passe... je laisse des traces. Dans le métier on appelle ça le coefficient de crédibilité.

 

Émeline : pas de charme entre nous... ne soyez pas plus bête que ce que vous êtes... vous le savez... moins c'est relevé comme niveau et plus ça plaît... vous ne faîtes pas de l'info mais du divertissement... vous nous reposez de la vérité, en nous racontant des débilités...

 

Caroline : vous avez regardé mon film sur la 5 hier soir ?

 

Émeline : un plot qui se moque des théoriciens du complot. Non... je ne voudrais surtout pas être méchante ou désobligeante. Je vous ai trouvé haineuse plutôt que glorieuse... vous black-listez les gens comme au bon vieux temps sous l'occupation. Vos propos m'ont donné envie d'aller voir et revoir de près, tous ces gourous auxquels vous avez coupé le sifflet... leur délire m'a semblé plus crédible que votre délire.

 

Caroline : vous n'allez pas me dire que vous aussi vous approuvez ces conspirationnistes ?

 

Émeline : en un seul mot ou en deux mots ? Non je me moque de vous parce que vous avez du mal à vous moquer de vous-même. Le plus intéressant ce n'est pas de savoir s'il y a eu complot ou pas complot... mais de savoir jusqu'à quel point il n'y a PLUS D'INFO.

 

Caroline : pour dire vrai, je ne sentais pas cette confrontation... on m'a prévenu que ce serait surfait... sur-joué... scénarisé, mais bon tant pis ! J'assume comme j'ai toujours assumé.

 

Émeline : pour en revenir à votre émission, il n'y avait pas plus de raison de croire que l'Irak détenait des armes de destruction massive que de croire qu'Al Quaïda était le seul instigateur et réalisateur de son forfait. Et pourtant, des gens comme vous ont cru et continuent de croire ces deux versions ou diversions.

 

Caroline : moralité : vous vous rangez du côté de ces détraqués qui s'inventent des trucs pour faire régner la peur, la terreur... le désordre et la discorde.

 

Émeline : je ne suis Personne et je ne rejoins Personne mais je fais encore la différence entre vivre et raconter... entre ceux qui ont le droit de l'ouvrir comme vous et ceux qui ont le devoir de la fermer comme eux.

 

Caroline : ils l'ont déjà ouverte, comme ce Thierry Meyssan , comme Soral, comme Cheminade... mais personne ne les a suivi, parce que tout le monde a bien vu qu'il n'y avait rien derrière la porte... ou plutôt si : leur propre sentinelle... la sentinelle du néant propre à tous les négationnistes.

 

Émeline : en tout cas, pour vous c'est le cas. Parce qu'à part pour votre légende personnelle, je ne vois pas l'intérêt de vous en prendre à tout ce qui se situe au-dessus de votre niveau de conscience... mais je le sais on n'a pas le droit de reprocher à une naine d'être un nain.

 

Caroline : une naine... peut-être... un peu vilaine... sans doute... mais qui ne fait de mal à personne.

 

Émeline : surtout pas vilaine mais hautaine surtout... et qui ignore tout le mal qu'elle fait... parce qu'elle simplifie à outrance en indiquant certains remèdes et en contre-indiquant certains poisons... vous êtes bien le médecin imaginaire qui ferait mieux d'aller se faire soigner...

 

Caroline : parce que j'ai osé affronter tous les démons de l'extrême... parce que j'ai montré les vrais visages de Le Pen, de Ramadan, de Meyssan ? Parce que j'ai démonté tous leurs montages et remonté jusqu'au cœur de leurs messages ?

 

Émeline : c'est ce que vous croyez. Vous n'avez rien fait d'autre que rappeler que tout le monde est beau... que tout le monde est gentil et qu'il ne faut surtout pas prêter l'oreille à ceux qui prétendent le contraire. Je ne sais pas si vos adversaires sont dans le vrai, tout ce que je puis savoir c'est que vous, vous ne l'êtes pas... loin s'en faut. Il suffit de bien vous écouter pour en avoir le cœur net et savoir que vous n'en savez rien. Rien sur le concert des nations. Rien sur l'Islam, rien sur l'extrême droite, rien sur l'extrême gauche, mais tout sur votre centre qui est partout et sa circonférence nulle part. C'est ce que Sartre appelle une putain irrespectueuse.

 

Caroline : vous dénigrez vous aussi le printemps arabe ?

 

Émeline : non... tout ce que je dis c'est qu'il n'y aura pas de printemps pour Caroline chérie !

 

Caroline : vous me menacez ?

 

Émeline : encore une analyse foireuse. Je veux dire que la Révolution se fera sans doute sans vous.... et peut--être même contre des gens comme vous qui distribuent gracieusement les plus mortels des somnifères.

 

Caroline : vous êtes une intrigante, voilà ce que vous êtes

 

Émeline : pourquoi je vous ai intrigué ? Je vais vous dire ce qu'il faudrait retenir de notre petite virée : nous n'avons rien dit d'essentiel et pourtant nous avons retenu l'attention, pourquoi? Parce que c'est très facile... de faire semblant... et c'est ce que vous faîtes tout le temps... semblant de voir dans le noir. Semblant de jouir auprès de tous les impuissants.

 

Caroline : trêve d'amabilité : Personne comme votre nom l'indique vous n'impressionnerez jamais personne...

 

Share Button


31 commentaires sur “Fourest Grimpe

  • avatar
    boris lesoir

    Très Personne!Je ne vais pas déblatérer,trop longtemps,j’aime beaucoup!Voilà,mais il est vrai que je ne suis qu’une personne parmi tant d’autres;bien plus érudites,intelligentes,que ma personne.Qu’un artiste, sûrement à côté de mes pompes;tandis que d’autres…
    En tous les cas, »le cas » que certains semblent m’attribuer,genre condamné,bon pour le bûcher;soit,brûlez vos sorcières,messieurs!J’aime Personne!Et je me fous de terminer dans votre enfer,car il n’est pas le mien.Je m’éloigne(car sentiment humain),que d’être attaqué,et de se défendre.Je voulais avant tout saluer,ce billet de Personne qui déchire,fait réfléchir… Merci à vous.

  • avatar
    Le Samouraï

    @Boris
    La nature humaine est étonnante. Je voulais juste tester ton ego et je n’ai pas été déçu.
    Cher Boris, si tu savais à quel point je pense le plus grand bien de toi… Tu es l’homme que je ne serai jamais. Tu es talentueux alors je ne suis qu’un damné de la Terre… Tu es le Prince alors que je ne serai qu’un crapaud jusqu’à ma mort. Si tu étais dans l’enfer qu’est mon corps, tu comprendrais mes paroles. Je t’ai juste dit d’avoir du respect… Eh oui, c’est important dans ses relations avec les autres…
    C’est moi qui suis le point sur la Terre, qui s’en souviendra ?
    Mais, toi, je te prédis un destin plus homérique que mon existence de cloporte.
    Un jour tu repenseras à ce que je t’ai dit et tu discerneras toute la pertinence de mes paroles…
    Aie juste un peu plus confiance en toi et le Monde t’appartiendra et la Princesse de tes rêves aussi…

  • avatar
    boris lesoir

    Samouraï,trêve de plaisanterie;je n’aime pas les testes,je ne suis rien;et si tu es un point,moi un moins qu’un point;et le talent? Qu’est-ce? j’apprécie quand tu dis les relations,c’est important avec les autres;ce n’est pas un manque de respect,de ne pas avoir les même opinions que certains;ce qui n’empêche pas de se parler,sans s’attaquer.Je ne suis pas un guerrier,si tu veux ,toi ou un autre me lyncher;je te tendrai mon cou;et certains,beaucoup crierons au lâche;car je refuse la violence,et me laisserai frapper.Ton enfer ,j’aimerai te dire qu’il est mien;nous en avons tous un différent;je ne te connais point,mais j’aime les être humains.Je ne suis rien,ne me fais pas d’illusion,juste un moins que rien.alors vu que tu es; toi,je te respecte ,et je voudrais te dire que je t’aime;comme je voudrais que les Hommes de cette terre puissent enfin s’aimer!Ça doit paraitre con,ce que je te dis,et puisque tu parlais de quitter le net pour des raisons qui te sont personnelles et que je respecte,sans poser de question,bien que l’on ait envie d’en poser ,quand une personne à le désire de s’isoler,de ne plus communiquer…Je te dirai reste,ne pars pas…Insultes-moi,plutôt(je rigole en pleurant).
    Sur la connerie humaine,la mienne d’abord,ce regret que j’ai d’être de cette putain d’espèce.
    Je ne ferais pas long-feu,ici bas,et l’au- delà ,je n’y crois pas;je ne suis sûr de rien,ceci dit,juste de ce que je vis,bien ou mal à l’instant présent;à tord ou à raison.Je te salue avec respect. Boris,ou Youssef,qu’importe le nom « étiquette » que l’on m’a attribué.

  • avatar
    Le Samouraï

    @Boris
    Je suis désolé de t’avoir testé mais comme nous nous cachons tous derrière des apparences, il est difficile de savoir réellement qui se dissimule vraiment derrière l’armure que nous arborons pour nous protéger du regard condamnatoire des autres.
    L’important est que ta réponse t’honore et prouve que tu es bien le Prince (spirituel) que je pensais que tu es. Jamais je n’aurais pu écrire une telle chose parce que mon logiciel psychique interne n’est pas fait comme le tien. C’est ta différence qui fait que je t’apprécie beaucoup…
    Tu es un artiste et sache qu’en tant que grand contemplatif j’ai toujours été entouré par des musiciens et des peintres. Donc, il n’y a pas mieux que moi pour saisir la pureté et la profondeur inégalée de ton discours de créateur.
    Néanmoins, nous allons, si tu le veux bien, continuer ce dialogue très intéressant hors site car je crois que tu as des choses importantes à me dire et que cela ne regarde en rien les autres.
    Je te donne une adresse email de contact que je vais devoir supprimer bientôt.Une fois que tu m’auras envoyé une réponse via ton adresse qu’il ne faut pas communiquer ici, je te répondrai avec la mienne qui est totalement sécurisée : vincetojoce@yahoo.fr
    Au plaisir de te lire…

  • avatar
    Najih

    Que la paix vous accompagne.
    Encore une fois, ça vraiment était un régal tous le contraire de Caroline Fourest, mon idée est déjà fait depuis longtemps sur elle et vous le dites vous même. Mais je rajouterai quand même « menteuse » car ces mensonges proférés a l’égare de l’islam sont totalement fou, surréaliste et inventés de toute pièce, elle est surtout sans sciences ni d’un minimum d’études ou de lecture du coran. Ceux genre de personnage, veulent notamment détruire l’image des musulmans en France et réussir à laisser les personnes qui essaient de comprendre dans l’ignorance.
    J’ai effectivement vu son « document » diffuser sur Arte, j’ai vomis toute la soirée et j’ai attraper la chiase. C’est avec ce genre de torchons que l’on peut devenir extrémiste avoir la haine de l’autre, c’est ce genre de personnage qui fais monté toutes les extrêmes

    Si personne n’aurai eu personne, je donnerai toute ma personne pour personne !!!

    Merci Personne

  • avatar
    Samouraï ancolie

    cours FORREST cours
    ne les laisse ps d arreter
    ton ame est noble ton coeur est grand
    alors cours FORREST droit devant
    ne les laisse pas t arreter
    cours droit devant
    cours vers ta lumière
    elle seule t eclaire
    alors cours FORREST cours!

  • avatar
    jacou

    le blablabla de l’ego
    « Émeline : pourquoi je vous ai intrigué ? Je vais vous dire ce qu’il faudrait retenir de notre petite virée : nous n’avons rien dit d’essentiel et pourtant nous avons retenu l’attention, pourquoi? Parce que c’est très facile… de faire semblant… et c’est ce que vous faîtes tout le temps… semblant de voir dans le noir. Semblant de jouir auprès de tous les impuissants. »
    *
    -L’ego, cet aspect si fragile de soi-même a tellement besoin de reconnaissance qu’il fait des pieds et des mains à la manière d’un pantin pour se faire remarquer, plus l’être a conscience de l’insignifiance de la personnalité, plus celle-ci va montrer et démontrer au regard d’autrui que son clinquant a de la valeur, à ce moment de temporalité si fugace du règne merdiatique il est vital pour les pôv petits egos en mode survie de se la jouer multi-écrans dans un panel de choix à-léchants : politique, économique, artistique, philosophique, etc…où, ce qui prime c’est d’occuper l’espace temps des cerveaux consentants gavés à l’insipidité des blablabla redondants .
    *
    -Dans cette tour Pabel cacaphonique, il est très difficile de voir et d’entendre des sujets et propos qui ne se contentent pas de brasser le rata des « nouvelles » afin d’entretenir l’état très gris d’une matière dèjà bien grise, servie ou desservie par l’attrait des êtres humains à ressasser les mêmes histoires, l’humanité tourne en rond, cherche t-elle vraiment à en sortir ?

  • avatar
    Pascal

    Très Chère Lou Emeline Personne,
    .
    Je ne sais que dire, si ce n’est que je vous ai trouvé formidable ! Y a pas à dire…
    .
    Au cas où cela vous intéresse, vous trouverez ci-joint la lettre que j’ai envoyée à votre consoeur.
    .
    Au plaisir !
    .
    ********
    .
    Madame Fourest Grimpe,
    .
    Je vais aller droit dans le vif du sujet : vous êtes mon héroïne !
    .
    Cela ne vous étonne pas ? Vous avez déjà reçu des courriers d’éloge ? Pourtant…
    .
    1 – Je n’ai vu aucune émission de vous, ne vous avais jamais vu avant de vous voir vous faire démont… avant que vous ne répondiez à Personne
    .
    2 – Je n’ai lu aucun petit article de vous, ne sais même pas si vous avez écrit des articles ou des livres d’investigation
    .
    3 – Je ne sais pas si vous avez sauvé un jour un chiot de la noyade, ou si vous avez offert à manger à des gens dans la rue
    .
    Alors, vous qui semblez aimer investiguer, voulez-vous y réfléchir avec moi ?
    .
    Bien… Reprenons…
    .
    * C’est la première fois que je vous ai vu dans une émission. Et je pense que vous serez d’accord sur le fait que… hum… Vous avez dit à la fin que Personne n’impressionnerez jamais personne, ce qui est faux. Vous, en revanche, vos propos… Non, ce n’est pas pour eux, ni pour votre image… Désolé.
    .
    * Avant cela, je n’avais rien vu/lu de vous, si ce n’est à travers des articles démontant des bouts de votre argumentaire. Je ne me suis même pas donné la peine de regarder ce que vous avez fait sur France 5. Pourtant, le sujet m’intéresse, je suis en recherche de vérité, je n’ai pas spécifiquement adhéré à une théorie plus qu’une autre, en dehors du crédit que j’accorde à Michel Collon… Bref, je suis prêt à entendre tout et son contraire ! Encore faut-il que son contraire ne s’attaque pas au tout juste pour brosser dans le sens du poil ceux qui ne veulent pas se sentir coupable des faits d’arme de leur nation. Il me faut du solide ! Vous allez me dire, je me suis fié à des « on dit », j’ai eu un préjugé… Vous auriez raison… En partie. Quand on fouille les poubelles de l’histoire, on apprend à faire un minimum le tri, et des analyses de vidéos s’avèrent souvent plus pertinentes et surtout plus efficaces que passer près d’une heure devant un reportage qui ne peut pas non plus prouver ses propos. En d’autres mots : on voit courir… venir le ou la journaliste qui veut s’attaquer à un dossier au nom du coq. Au passage, je vous invite à lire cette page : http://globalpresse.wordpress.com/2013/02/04/caroline-fourest-amalgame-complotistes-et-extremistes/
    Re-Bref. Vous êtes peut-être l’héroïne de vos docs, mais comme je ne les ai pas vus… Ce n’est donc pas pour votre travail de journaliste.
    .
    * Je ne sais rien de vous… en dehors de ce que j’ai déjà mentionné, et du fait que vous avez été attaquée pour diffamation. J’ai de la sympathie pour ceux qui ont le courage de dire ce qu’ils pensent. Pour autant, être attaquée pour diffamation ne veut pas forcément dire que vous êtes du camp de ceux qui en ont pour l’ouvrir, d’autant si on se vend comme aimant faire la lumière et qu’on a dit des mensonges. Ce n’est pas à moi, vulgaire scribouillard, simple amateur de théories, à vous apprendre à faire votre travail : mais un dossier ce doit d’être solide ! Mais je fais redondance avec le point précédent… Toujours est-il que, ce n’est donc pas pour des « faits d’arme » que j’ignorerai, que vous êtes mon héroïne !
    Ah, si, vous semblez savoir, aimer escalader ! De là à…
    .
    Voili voilou… Avez-vous trouvé la réponse à la question ? Non ?
    Vous vous demandez si je me suis fichu de vous ? Cela relève-t-il d’un postulat ?
    .
    Il était une montagne nommée Vérité,
    Il était une femme au nom de Fourest,
    Il était une escalade vers un sommet,
    Il était une histoire racontée le long, morcelée,
    sans avoir attendu d’être arrivé…
    Et puis… est-ce la bonne montagne qui grimpée ?
    .
    Moralité : Fourest Grimpe (mais que grimpe-t-elle ?)
    .
    Une dernière petite question, pour la route : vous cherchez à faire la lumière sur les théories, mais théorie ou pas, du mal est fait à des gens qui n’ont rien fait, on pollue leur environnement de différentes manières ! Pensez-vous à eux ?! Quitte à faire la morale, autant y aller jusqu’au bout ! Non ? Et pour ça, si vous avez pris le temps de vous poser toutes ces questions franchement, de cogiter, n’avez pas déjà jeté cette lettre, vous êtes devenue un peu mon héroïne. ‘fin, ne vous emballez pas, hein ?! J’ai écrit un peu ! En espérant que vous ne m’en tiendrez pas rigueur, et que vos investigations ne serviront pas/plus des intérêts qui n’ont rien à voir avec une recherche de vérité.
    .
    A propos des gens qui subissent les attaques de « différents camps », des pays et des groupes armés par d’autres pays…
    .
    Eléments déchainés…
    Dans un ailleurs…
    .
    Le feu coule, la lune crie,
    Les arbres s’arrachent,
    Les étoiles tombent,
    Le vent se tait,
    La mer se retire,
    Les nuages s’enroulent,
    La pluie tue,
    L’enfant pleure,
    L’adulte murmure,
    Le ciel rougoie dans la nuit,
    Le brave tombe,
    Le criminel court,
    L’atome s’éclate,
    Les anges se figent,
    Le diable mord leurs ailes,
    Il ne reste plus que des coeurs saignés
    pour panser…
    .
    Bonne continuation !
    Un non admirateur, mais qui vous respecte en tant qu’humaine (à moins que vous soyez une reptilienne ? Non, je blague… ou pas ?)

  • avatar
    Moncef

    Désolé Caro.à choisir entre ton émission sur France 5 et les débats sur les méthodes mafieuses sur internet et bien je me suis penché et suivi cette dernière sur Arte et je ne regrette pas ce choix très enrichissant à juste titre , et c’est vrai on sort à la fin bien méfiant et surtout très vigilant vis à vis de ces arnaqueurs sur le net et on réfléchis à deux fois avant de dévoiler des information sur soi…
    Quand à Caro. je peux la suivre rien que pour m’amuser quand elle se débatte avec Tarek Ramadan,je m’amuse à les voir se disputer une intégriste laïque et un islamiste extrémiste qui le cache si bien et n’en est pas convaincue…
    L’une comme l’autre adore se faire valoir auprès de leurs auditeurs naïfs,car ils ont tous les deux leurs brebis galeuses.

  • avatar
    Le Samouraï

    @Toutes et Tous
    Je ne pouvais pas quitter définitivement ce site sans dire à Jacou – que j’avais oublié tant il est discret – qu’il est sûrement le plus sage d’entre nous et celui qui sait réellement aimer d’une manière inconditionnelle. J’ai lu et relu souvent vos commentaires et notamment un des derniers concernant la conspiration spirituelle…
    Quant aux autres, SST, Ashitaka, Ancolie, André …, je regrette de les avoir ignoré car j’étais aveugle spirituellement. En fait qui suis-je pour attribuer des bons ou des mauvais points ? Vous voyez, c’est ça le double effet Personne, l’on apprend à réfléchir avant de parler pour éviter de blesser son prochain ou son lointain…
    Merci Personne et pardonnez mes errements et la vacuité de certains de mes propos.
    Bonne route!
    Ciao Camarades!

  • avatar
    le journal de Personne Auteur du billet

    Lettre ouverte à un camarade

    Camarade,
    Trois choses pour nous débarrasser de tout malentendu.

    La première : Vous n’avez pas saisi ma vision du jeu… et pour cause : le jeu a mauvaise réputation (comme votre ami Meyssan). Alors ne lui appliquons pas la méthode Fourest qui juge à l’emporte-pièce. Quand je parle d’apparences, je veux dire que nul n’y échappe. Pas plus vous que moi.
    Et que ceux qui croient atteindre au cœur de l’être sont tout simplement dupes des apparences…s’illusionnent encore plus que ceux qui savent qu’ils sont dans l’illusion… et c’est mon cas.
    Quand je dis que je joue… je veux dire la même chose que lorsque Mozart dit qu’il joue… c’est à dire qu’il va au-delà de lui-même et au-delà de ce qui est censé être sérieux. Ce n’est pas sérieux, c’est plus que sérieux. C’est GRAVE.
    Quand je dis que j’ai choisi le mode virtuel, je ne veux pas dire l’irréel… mais ce qui est plus que réel : le possible qui contient non seulement ce qui peut être fait mais aussi ce qui peut être par-fait (achevé, accompli et pleinement réalisé).

    La deuxième : on peut me reprocher plein de choses, mais certainement pas le fait d’être anonyme. Je décline tous les matins du monde, un nom, une intention et une réalisation. Même l’être qui vous a choisi comme époux n’en ferait pas autant (Humour).
    Je veux dire que je me mouille, je saigne, je souffre ou je ris pour de vrai sur chaque mot que je prononce. Et si je peux encore défendre une chose et son contraire, c’est un signe de bonne santé, et non un symptôme d’ambivalence ou d’ambiguïté… la résolution qui est sous jacente à mes propos : c’est que je ne serais jamais dogmatique… enfermée dans une conviction… j’en douterais toujours… y compris et surtout de moi-même. Le seul mérite de Descartes, ce n’est pas son « cogito ergo sum » mais je doute donc je suis.

    La troisième : je n’ai pas besoin de vous voir, de vous connaître, de vous rencontrer en chair et en os pour vous reconnaître et partager certains combats avec vous… la réciproque est vraie et voulue.
    Autrement dit, ce sont nos œuvres que nous croisons. Pas nos regards.
    Ce sont nos efforts de produire quelque chose de beau, de bon, de vrai qui constituent tout notre confort et réconfort. Et rien d’autre.
    Pour vous le dire avec des fleurs : quand je veux vraiment savoir qui je suis, ce que je ressens vraiment, ou bien où j’en suis : je regarde mes billets. Pas ma gueule… mais mon âme… ou le miroir qui me la renvoie.

    Conclusion : je suis la camarade la plus loyale et la plus fidèle à tous mes camarades.
    Je les sers et ne m’en servirai jamais. Plus exactement : nous servons tous la même cause : celle justement de définir la bonne… la bonne cause… notre symphonie à tous où Personne parle pour tous et tous pour Personne…
    Merci camarade

    Ps : Cette lettre ouverte n’est pas synonyme d’indiscrétion mais de volonté de transparence. C’est la taille de mon rêve et non le tour de taille de mon ego.

    Personne

  • avatar
    le journal de Personne Auteur du billet

    Sur le site ALTER INFO (visé aussi par le reportage de Caroline Fourest)

    Posté par Depositaire le 07/02/2013 11:08

    Excellent, madame. C’est très savoureux. Vos prestations sont toujours très appréciées. Vous maniez l’humour intelligent de façon subtile. C’est d’autant plus appréciable, que pas tellement à la portée du premier venu.

    Cette Caroline Fourest dont le talent journalistique est inversement proportionnel à sa notoriété médiatique, avec ses mensonges, amalgames de toutes sortes, et ses affirmations qui vont dans le sens voulu par l’oligarchie mondiale , mais dont les arguments sont tellement pauvres et tellement absurdes, qu’ils en sont risibles, ne relèvent assurément pas son niveau de crédibilité !

    Il manquait à la critique de cette pseudo journaliste, la pointe d’humour quelque peu sarcastique. Il faut avouer que vous avez magnifiquement pallié à ce manque. Honnêtement, je trouve que vous avez, dans votre domaine cent fois plus de talent que cette femme.

    Continuez votre travail. Il est précieux. Ce n’est pas seulement que vous maniez l’humour de façon subtile, mais c’est que vous procédez aussi bien de façon subtile, que de manière intelligente et avec beaucoup de charme. C’est plus que rare et c’est précieux !

  • avatar
    Bad

    L’ivre est laid cri
     
    Les mots parlent parfois et j’entends
    La musique de notes affect tueuses
    Libre jusqu’à l’envie d’oublier ferme
    Qu’ouvertes plaies crispent, hantent
     
    Ô combien d’amours choisir éclatants
    En contrées semées de valses rueuses
    Esclaves de passions perdues à Palerme
    Que pleurs poussent sur mauvaise pente
     
    Boire le flou d’une présence magique
    Respirer l’onde impératrice en veines
    Où nos sangs mélangent les attentes
    D’avoir su être et rester toujours deux
     
    Si nous avons crié à l’instant tragique
    D’une rencontre des laves et sans peines
    Où coulent nos larmes de joies patentes
    D’aimer nos espaces de temps précieux
     
    Nos yeux s’attouchent de pianos ivres
    A nos musiques posées sur papier libre
    Bad

  • avatar
    The one

    Comme certain ici semble apte à la réflexion je demande avec le plus grand sérieux à faire invalider ma pseudo-logique, autrement tout celà est vain.

    Merci.

    Je ne puis circonscrire un évènement autrement que par l’abstraction.
    L’autre est.
    La conscience »l’individuation » n’a lieu que par limitation d’interface,oblige la méconnaissance maintenant l’UN intègre ne pouvant être tel que par un état transitoire ,dynamique ,étant contradiction de l’UN celui ci « conscient » par latence.
    L’instant est cette étonnante rigidité cette limitation dans la conscience de son environnement.
    L’instant étant alors une superposition de l’empan intrinsèque de ce qui puis être saisi par chacun de nos sens à l’agglomérat qu’est l’UN dynamique en ses franges n’étant que franges, qu’interface.
    L’instant étant alors réminescence, une saisie volontaire devenant imaginaire,car ne pouvant être appréhendé du réel tel quel.
    L’instant étant une saisie volontaire et biaisé est une création.
    Le réel ne peut-être appréhendé par l’UN.

  • avatar
    michelb

    @The one,
    « L’instant étant une saisie volontaire et biaisé est une création. » mais vous avez oublié la sérendipité.
    Pour le reste vous tâcher d’être UN.
    Bienvenu

  • avatar
    LangueAuChat

    Je n’avais pas vu le doc en question, il est disponible ici pour ceux qui ne l’auraient pas vu:
    http://www.conspiracywatch.info/Les-Reseaux-de-l-extreme-1-4-Les-obsedes-du-complot_a998.html

    J’ai quand même pris la peine de le voir avant de commenter.
    Une démago donc de plus ou de moins! Comme toujours beaucoup de facilités et de récupérations cette, j’ai trouvé tout cela très léger sur le fond et riche en recoupements superfétatoire pour qui? Pourquoi?
    Je pense que c’est des élites que vient le problème car oui il existe un marché dans la dissidence comme dans le journalisme dit d’investigation ou même la politique, les bonnes élites ne sont pas à leurs places là où des imposteurs modèlent une réalité avec de la démago selon l’offre et la demande qui définissent un marché à prendre, à exploiter.
    Pour citer un de mes contacts dont j’ai aimé cette pensée:

    « C’est sur l’humain qu’ il faut travailler, avant de générer une quelconque rationalité, je pense qu’ il faut en finir avec la démagogie qui est très vivace dans le système démocratique républicain capitaliste, c’est très prégnant dans la société, la démagogie. Les gens vivent de démagogie, que ce soit par la consommation, ils croient atteindre le statut de jetset ou le statut de la classe dominante avec des objets de consommation, ou d’autres ramifications il y a plusieurs ramifications de ce mythe, le mythe démagogue, alors qu’en fait le peuple n’a jamais rien fait d’autre que ce que l’élite lui a demandé de faire. On lui a dit de sortir des campagnes et d’aller à la ville, il est sorti des campagnes et est allé à la ville, on lui a dit d’embrasser le communisme et il a embrassé le communisme, ensuite on lui a dit d’embrasser l’individualisme capitaliste et il a embrassé l’individualisme capitaliste, on lui a dit de devenir athée, il est devenu athée donc dans la réalité le petit peuple ne fait jamais que ce que les élites veulent qu’il fasse. C’est la réalité, on peut s’énerver, ne pas l’accepter mais c’est la réalité. C’est pourquoi il doit y avoir un travail sur les élites. Le bien ne peut venir que des élites. Des élites de qualité génèreront une société de qualité ».

    Par extension on peut donc se demander tant dans la dissidence que dans la journalisme d’investigation, la politique ou même dans des organismes de réflexions comme les comités d’éthiques, bio-éthiques etc:
    Qu’est-ce donc qu’une élite de qualité? Qu’est-ce qui fait qu’on tourne en rond avec des élites qui se mordent la queue les uns les autres, font semblant, jouent au chat et à la souris avec des pions qui font les épouvantails, les autruches pour qu’au fond ce soit la démago qui nous dicte que penser, vivre et faire pour que l’ont ai une impression de gentils et de méchants en s’indignant, en se culpabilisant force de sentimentalisme et d’états d’âmes alors qu’au fond… Tout est fait pour que rien ne change, hormis le fait que l’ont vous transforme en objet de consommation pour le profit, et ce d’une manière ou d’une autre, en regardant d’un coté comme de l’autre on remarque que la femme est bien sûr un met beaucoup plus prisé et convoité que le zombi de base, et cela les pseudos activistes qui gravitent autour d’une Fourest qui grimpe ne l’ont bien sûr pas compris car ce ne sont pas des élites mais juste des pions se prenant pour des reines pour ne citer personne.

    La vérité est donc trop précieuse pour être livrée aux fous qui osent la demander, c’est pourquoi on est jamais mieux servi que par soi-même.
    Je dédie donc ce post à tous les pseudos-investigateurs, aux pseudos-dissidents sans oublier ceux dont la machine démago a annihilé toute notion de libre-arbitre.
    Voilà pourquoi au lieu de vomir des arcs-en-ciel, je vomi de la démago tous les matins avant d’ouvrir un bon livre et au lieu de faire du spam sur internet comme un toutou qui mange sa pâtée quotidienne de bizounours en bon chienchien de la casse, pseudo-dissident tapant du poing godwin sur la table. Essayez-donc et vous m’en direz des nouvelles si ce n’est pas déjà le cas.
    Une fois de plus, un seul exit possible, donc: Philosophie.

  • avatar
    jacou

    @The one, votre point de vue aussi alambiqué soit-il dans son expression est intéressant, voici quelques lanternes pour approfondir un sujet si subtil et essentiel .
    *
    La réalité objective n’existe pas :
    Karl Pribram et David Bohm ont mené respectivement des recherches sur des axes différents et ont abouti à la même conclusion : l’univers n’est qu’une gigantesque illusion, c’est un hologramme. Les théories de Pribram, comme celles de Bohm, portent un regard neuf sur le monde: nos cerveaux….
    http://www.arcturius.org/chroniques/?p=6826
    *
    De Maria Saboya
    La conscience unifiée est la seule qui peut comprendre absolument la réalité. La conscience qui s’est unifiée intérieurement est aussi unifiée extérieurement. Elle n’est plus, donc, dans un état de conflit. D’autre part …
    http://du-tout-et-du-rien.blogspot.com/2012/06/la-conscience-unifiee.html
    *
    Selon Jeff Foster:
    Seule la vague parle. L’océan reste silencieux : il n’a rien à dire. Il « n’existe » pas, car il ne peut « sortir de lui-même », il ne peut…
    http://milajesuis.blogspot.fr/2011/10/la-vague-et-locean-jeff-foster.html

  • avatar
    The one

    @michelb la sérendipité est imaginaire c’est un biais.
    Trouve celui qui est orienté, avantagé et réceptif.

    De La Cocaïne Sigmund Freud

    Carl Köller de par ses intérêts trouva un usage approprié à la cocaine qui est un anesthésique alors que Freud s’égara en y cherchant un outil psychopharmacologique.

    Carl Köller wikipédia

    Si c’est Freud qui a le premier mis en lumière les propriétés de la cocaïne, c’est Köller qui la reconnait comme utile pour les anesthésies médicales.

    De plus ma question entraine une réponse, C’est un bias provoqué.
    Ce qui me rassure c’est que ce non sens mène ma réflexion à vide, la rend vaine.
    Ce type de questionnement ne peux être abordé par la voie du langage.

    À l’archaïsme de se résoudre par le vivre.

  • avatar
    adamsson

    Tu est très méchante avec l’ego de la pauvre Caro…
    N’empêche elle l’a bien cherché 🙂 Et c’est assez original comme concept, je connaissait les articles, les longs monologues en videos, les videos avec images et textes mais là c’est innovant.

  • avatar
    Gaëlle Boutet

    Où la malhonnêteté intellectuelle est le pire fléau de l’intelligence et de l’harmonie du monde. Fourest, c’est un peu Personne (le poids des mots, le choc des images) mais version ratée (qui a dit moche et mal-baisée ?!)… Dommage qu’elle fasse tant de tort aux causes qu’elle croit défendre, j’espère que dieu n’existe pas, sinon y en a qui vont souffrir… (quand je la vois, je deviendrais presque hétéro !)


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER