La pensée naïve est une pensée qui vit comme si elle n’était pas encore née.
Elle a avalé son extrait de naissance… ou n’a jamais eu le temps d’en prendre connaissance…
Elle questionne de manière abusive… corrosive… explosive
Elle sème le doute et récolte l’incertitude… surtout lorsqu’elle feuillette les saintes écritures.

Joseph… la voilà éprise de Joseph… elle le retrouve un soir, après une longue et pénible journée, trainant les pieds en rentrant chez lui… et c’est là qu’elle l’interpelle :
Tu caches bien ton jeu, l’ami, tu t’es payée la belle vierge avant l’heure… parce qu’il paraît qu’elle est enceinte.
Joseph ne transpire plus, il soupire : enceinte de quoi?
Je n’en sais rien, petit malin, c’est à toi de nous le dire.
Joseph cesse de respirer : enceinte de qui?
Dieu seul le sait, répond la pensée naïve et elle s’en va avec un sourire en coin.
Joseph rentre chez lui, et se retrouve seul à seul avec lui-même.
C’est épouvantable d’être un homme seul. Doit-il croire ce vilain bruit ou faire comme si il n’a rien entendu. L’idée d’être cocu ne lui a jamais effleuré l’esprit. Qu’est-ce qu’un cocu? Voilà une question qui va l’empêcher de dormir de la nuit. C’est quelqu’un qui apprend du jour au lendemain que ce n’est pas lui qui fait ce qu’il fait… pire encore… c’est quelqu’un qui vous épluche le fruit que vous mangez… ou… qui mange le fruit que vous avez épluché… il ne sait plus… tout s’est embrouillé dans son esprit… lune noire…confusion totale entre ce sujet et l’objet de sa nuit blanche.
Le lendemain au lever su jour, il apprendra de la bouche même de sa fiancée, qu’il aurait mieux valu qu’il ne soit pas né. Avoir Dieu comme rival… ce n’est pas du tout banal. Marie était en effet enceinte d’un mystère… qui l’eut cru? Personne… surtout pas lui… toute la question était de savoir comment il allait avaler cette énorme couleuvre.
Qu’est-ce qu’il a pu se dire pour accepter l’inacceptable et reprendre la femme adultère dans sa vie ?
Parce qu’il n’a pas cru un seul instant à quelque transcendance intervention. Ni au ciel, ni à l’ange Gabriel… et pourtant… il a fait comme si…
Comment il a fait?
Il n’a rien fait
Il a juste découvert qu’il l’aimait.

Je dédie ce texte à tous les François… parce que ce sera bientôt leur tour…

Share Button