Q: Vous avez un pied à terre dans le grand immeuble d’internet, mais à quel étage ?
R: Quand je prends l’ascenseur, je mets trois minutes avant d’arriver chez moi
Q: qu’est-ce qui explique selon vous, le succès de Facebook?
R: que les hommes vivent et meurent seuls… et Facebook leur donne l’occasion de partager ce sentiment d’abandon
Q: abandon dites-vous ?
R: oui, abandon, j’ai dit… ou délaissement… ou déréliction pour ceux qui ont une prédilection pour la philosophie
Q: abandon de quoi? Abandon de qui?
R: abandon de Dieu, celui-ci, depuis Moïse a déclaré forfait.
Q: mais il a ressuscité avec le Christ
R: il s’est sauvé oui… en nous promettant le salut… mais en attendant, il nous a laissé à la rue
Q: le dernier prophète m’a, semble-t-il réconcilié toute créature avec son créateur
R: vous dîtes ce qui vous semble comme cela vous semble. Je suis « Open »
Q: vous êtes laïque?
R: la laïcité est une religion… et je ne suis pas religieuse
Q: vous êtes athée?
R: c’est à Dieu qu’il faut le demander
Q: pour qui avez-vous voté lors des élections présidentielles?
R: pour quelqu’un qui ne pouvait pas gagner
Q: si vous le saviez, pourquoi l’avez-vous fait?
R: pour participer à la perte de vue collective… c’est une sorte de volupté en politique
Q: vous voyez les choses d’en haut, on dirait?
R: oui, pour bien constater qu’il n’y a plus personne en bas… c’est ça le déclin
Q: il y a le peuple tout de même
R: comme l’ascenseur social est en panne, le peuple s’est engouffré dans la cage d’escalier
Q: vous voulez dire que tout le monde cherche à monter
R: oui. Et c’est pour cette raison qu’ils se descendent mutuellement les uns, les autres. Game over !
Q: autrement dit, il n’y a que les privilégiés qui prennent encore l’ascenseur ?
R: ça tombe sous le sens
Q: et que font les autres, que vont-il faire ?
R: entretenir l’ascenseur, ce n’est pas une mince affaire
Q: ce n’est pas très humanistes comme constat
R: constat d’échec… parce que l’homme n’est pas l’ami de l’homme. Nous sommes tous misanthropes
Q: nous nous détestons les uns, les autres… c’était justement le propre de l’Antéchrist
R: c’est la triste vérité… sur laquelle on a bâti l’église du capitalisme
Q: c’est le capital de la douleur, comme dirait Éluard
R: non… c’est la douleur capitale… qui sert de capital pour l’exploitation de l’homme par …
Q: vous avez l’air de dire, qu’on ne peut pas s’enrichir sans faire souffrir ?
R: tout le monde souffre… parc que tout le monde cherche à s’enrichir… pour ne plus souffrir
Q: on dirait que vous mettez les petits et les grands dans le même panier
R: c’est le piège du réalisme: les petits veulent à tout prix devenir grands. Et les grands ne veulent à aucun prix redevenir petits… nature… nature humaine avec sa double migraine
Q: la nature a horreur du vide
R: c’est l’homme qui a horreur de la nature… parce qu’il se trouve vide.
Q: que diriez-vous au gardien de l’immeuble, qui n’a pas trouvé mieux pour initier les autres que d’habiter au rez-de-chaussée?
R: On peut tous jouer les pauvres, quand on est riche.
Q: c’est de la poudre aux yeux ?
R: encore quelqu’un qui n’a rien compris: ce ne sont pas les apparences qu’il faut sauver… mais les êtres…
Q: il a quand même davantage de profil que son prédécesseur?
R: mais de face, ils sont aussi inaptes l’un que l’autre
Q: inaptes pour quoi faire? Puisque vous laissez entendre qu’il n’y a RIEN à faire
R: trouver ce qu’il y a à faire, quand il n’y a rien à faire, c’est ça le défi en politique aujourd’hui!

Share Button