Elle : Dis-moi pourquoi dans tes dessins, tu mets la lune et le soleil en même temps ?
L’enfant : parce que, ce sont deux astres qui se regardent sans se voir !
Elle: tu veux dire qu’ils s’ignorent l’un, l’autre ?
L’enfant : disons que ce n’est pas le grand amour
Elle : pourquoi?
L’enfant: parce que l’un chasse l’autre…
Elle: comme le jour et la nuit?
L’enfant: oui comme le jour et la nuit
Elle : ils font peut-être semblant de s’ignorer
L’enfant: et pourquoi ils feraient semblant ?
Elle: je ne sais pas moi! pour que nos yeux se reposent
L’enfant: je t’aime… parce que tu ne ressembles à personne
Elle: tu sais, c’est peu à peu que l’on devient comme tout le monde
L’enfant: tu es malade… mais tu existes plus que quiconque
Elle: parfois… il m’arrive de crier très fort pour montrer que je ne suis pas morte!
L’enfant: pourquoi tu dis ça ? Je ne m’ennuie pas
Elle: je t’autorise à t’ennuyer, mon bébé, je t’y autorise, tu sais!

Elle: de quoi j’ai l’air ?
L’enfant : l’air d’une guerrière, qui n’a pas réussi à retrouver la paix
Elle: Mais suis-je toujours la même ou est-ce que j’ai changé ?
L’enfant: même quand on change, on reste toujours les mêmes
Elle: tu veux dire que je ne guérirai jamais ?
L’enfant: non… tant que tu refuses de guérir
Elle: et qu’est-ce qu’il faut faire pour guérir ?

Elle: il y a peut être des choses qu’on voit et qui n’existent pas… et d’autres qu’on ne voit pas et qui existent ?
L’enfant: qu’est-ce qu’il y a en dehors de ce que je vois ?
Elle: la voix, par exemple.
L’enfant: quelle voix ?
(Et on entend une belle voix de soprano)

Elle : Tu ne l’entends pas ? … où est passée ton oreille ?

Elle: elle m’est familière… tu ne l’entends pas ? C’est une vibration de l’air émise par le ciel!
L’enfant : c’est la voix de qui?
Elle: c’est la voix … de Dieu
L’enfant : je ne sais pas qui c’est !
Elle : moi non plus … mais je l’entends comme je t’entends…
L’enfant: et qu’est-ce qu’elle dit ?
Elle: elle dit que le jour c’est aussi la nuit…. que la nuit c’est aussi le jour… que toutes les choses sont enchaînées, enchevêtrées et amoureuses les unes des autres…
L’enfant: et les crimes… c’est de l’amour aussi?
Elle : tu veux parler de ce criminel hors série?
L’enfant: A l’école on dit qu’il a déterré la hache de guerre
Elle: il n’y a pas que lui… il y a nous, qui creusons des fossés pour s’enterrer les uns, les autres.
L’enfant : je n’en vois pas l’intérêt ?
Elle : eux, ils le voient, ça s’appelle la cruauté
L’enfant : pourquoi la cruauté ?
Elle : parce que l’amour est sans intérêt…
L’enfant : tu veux dire désintéressé ?
Elle : oui désintéressé…. donc il n’intéresse personne
L’enfant : et la cruauté, ça leur donne quoi de plus ?
Elle: la force de faire le mal en se sentant bien…
L’enfant : tu crois qu’il a tué parce qu’il est bête ou il est méchant ?
Elle: l’histoire a montré que les moins bêtes sont souvent les plus méchants!
(Et elle ferme les yeux)
L’enfant : pourquoi tu fermes les yeux ?
Elle : je crois que je vais … m’endormir…
L’enfant : Non… je t’en supplie… ne t’endors pas…. maman !

http://ashitaka.fr/des-voix-venues-du-ciel/

Share Button