Parlez nous de votre ménage ?
Que voulez-vous que je vous dise ? C’est un ménage mal assorti… Celui de deux conjoints qui ne peuvent se supporter dans le quotidien… qui ne peuvent ni demeurer ensemble, ni rester séparés… Entre nous… union nécessaire… union impossible… la cohabitation ne nous satisfait pas… la séparation… non plus… et même la satisfaction ne nous satisfait plus… Notre vie est invivable et pourtant… nous la vivons en s’ennuyant… une sorte de chute de jour en jour différée… le sens de la famille… les enfants… retardent peut être l’issue fatale… mais l’union elle, demeure sans issue… disons qu’on a atteint le bout.
Et en attendant l’éclatement… on se laisse vivre… on s’accroche à des riens… et on meuble le tout de sorties, de lubies et de grands cris.

Que reprochez-vous très précisément à votre époux?
Qu’est-ce que je lui reproche?
Je n’en sais rien… peut être de subsister par malentendu, escamotage et cachoterie… de n’être plus personne… de changer constamment de personnage… il sera peut être un jour à bout d’expédients… mais pour le moment… il ne tient pas en place…
Comprenez-vous… je ne sais plus où aller ni où me mettre ni où donner de la tête… il m’échappe… il n’est jamais le même… et le comble, c’est que j’ai la vive impression qu’il n’est pas encore tout ce qu’il peut être…
Il ne dialogue jamais ou très peu… il dit qu’il préfère se prendre lui-même comme partenaire. Je lui dis souvent comme pour le ramener : gare au succès facile et au vent en poupe… lorsque tout vous sourit, lorsque tout va trop bien, trop vite, trop heureusement, il est temps de trembler… évitez donc de triompher trop bruyamment si vous ne voulez pas hâter l’inévitable catastrophe…
Qui a dit que le bonheur portait malheur ? Ça ne peut être que lui !

Connaissez-vous ses idées politiques ?
Non… il n’en parle jamais… juste une fois… je l’ai entendu dire à sa fille que la politique et la morale ne vont jamais ensemble… et je me souviens encore de son jeu de mot… dans un cas, disait-il, il s’agit de la bonne mauvaise foi : et c’est cela la politique et dans l’autre de la mauvaise bonne foi: et c’est cela l’éthique.

Votre dernier mot ?
Vous savez Dieu fait bien les choses… la date de notre mort sur le plan physique comme sur le plan politique nous est obstinément soustraite.

De qui est cette étrange confession ?
- de Carla Sarkozy
- de Michelle Obama
- de Asma Al Assad

Share Button