Un sondage d’opinion : quelle horreur mathématique !
On sait… déjà pour qui je vais voter
Et pourtant je ne le sais même pas moi-même

Avant on disait, sait-on jamais? Pour dire que tout peut arriver
Aujourd’hui on dit qu’on sait toujours à quoi s’en tenir
Parce qu’on nous tient, on nous retient
Prisonniers d’une soit disant libre pensée
Qui nous rappelle le coq français qui chante avec les pieds dans le merdier.
C’est mon opinion dirait le libre penseur et il la partage… avec lui-même certes
Mais aussi avec ceux qui ne savent même pas ce que c’est que penser!
Et plus on se croit à l’abri et moins on est à l’abri de cette opinion qui nous dit que les jeux sont faits…
C’est comme si on nous avait dérobé notre inconscient individuel pour forger un inconscient collectif qui a déjà délibéré, voté pour le candidat qui correspond à la majorité :
50+1… ça ne tient à rien…
Une voix suffit pour faire la différence entre vainqueurs et vaincus.
Cette voix… chacun se dit que c’est la sienne
D’où l’intérêt de toute campagne électorale
Vous faire sentir que vous avez votre mot à dire
Alors qu’ils ne font que vaincre des convaincu et convaincre des vaincus.

Les jeux sont faits… rien ne va plus
On sait que ça se joue entre deux ou trois favoris
Lesquels pardi ?
Je ne vous l’ai pas dit ?
Les favoris des sondages
Les chouchous des médias
Les faiseurs de l’opinion
Moralité sans morale :
Il y a un trucage… quel dommage !
En toute logique et selon le principe qui dit que rien n’arrive sans raison…
Le principe de raison suffisante
Qui nous explique que ce n’est pas un hasard
Si nous sommes toujours aussi cons
Mais… non Mais… non
C’est le jeu démocratique
Où les sorts sont toujours déjà jetés
Vive l’anarchie !

Share Button