Je ne sais ni lire, ni écrire… c’est dire!
Et j’ai du mal à distinguer entre poupée de sang et poupée de cire…
Mais j’ai tout de même voté pour faire contre mauvaise fortune bonne mine
Oui les yeux entr’ouverts, j’ai voté pour un frère musulman
Un frère, c’est mieux qu’un époux, plus cher qu’un amant
Oui je vous entends, putains de tous les pays à la solde de l’occident
Vous êtes outrées par le choix des pharaons !
Comment peut-on se détourner de la voie toute tracée par vos musées?
Nous sommes peut-être polygames, mais pas polythéistes
Adieu… nous vous abandonnons nos dieux pour Dieu
Il n’y en a qu’un… pas dans nos cœurs, mais dans les cieux
Oui je vous l’accorde volontiers, je suis bête et analphabète
Mais je sais mettre fin à mes maux de tête !
Je m’ouvre le front et j’en extrais le mauvais sang
Celui que vous ne cessez d’injecter dans nos veines
Si…si… il y a plus solide que les pyramides… nos cœurs avides
Qu’est-ce que vous nous reprochez, à nous autres égyptiens, égyptiennes?
De renoncer à nos vies anciennes?
De dénoncer une armée à l’arme américaine?
De tourner le dos à nos minorités juives ou chrétiennes?
Ou… de représenter un danger pour la colonie Israélienne?
C’est notre probable déclin touristique qui vous fait de la peine?
J’ai l’index tout trempé de l’encre de l’amour pérenne…
Celui de la patrie, de nos pères et de notre seul repère. Amen
Quand l’horizon est bouché, ne reste plus que la verticale… chacun la sienne.
Pour descendre sur la place Tahrir… dans l’arène
Et crier haut et fort sur toutes les antennes :
Je ne suis pas un moyen, je suis une citoyenne qui craint Dieu… pas les hyènes
Que vos progrès n’ont pas nourri, ni votre technologie souveraine!
Ni Roi, Ni Reine… je ne suis rien
Sans Dieu, il nous manquera toujours une dimension
Dieu est sensible à tous les cœurs
À tous les frères et sœurs
Les plus éclairés le retrouveront toujours à l’arrivée. C’est écrit.
Quant aux insensés que nous sommes, c’est par lui que nous devrions commencer. Il faut l’écrire.
C’est ce point de départ que nous utiliserons pour refaire l’histoire.
Non je ne suis pas Cléopâtre… mais une vulgaire et vilaine, Égyptienne.

Share Button