Les questions qui tuent
Et pour lesquelles on s’entretue
Sont peut-être les seules qui nous situent
Porqué no? Why not ? Allech lè? Pourquoi pas?
Pourquoi pas la charia ?
Et pourquoi pas la charia ?
Ça jette un froid, n’est-ce pas ?
Peut-être parce qu’on n’a pas assez de chaleur ?
Nous sommes toujours à cheval sur le sens des valeurs ?
N’est-ce pas Charlie ?
La montagne a -t- elle accouché d’une souris ?
La Révolution du Jasmin a – t – elle changé de mains ?
Qui a confisqué au peuple sa vraie liberté
Conquise au bout d’un demi-siècle d’obscurité?
Va- t-il se laisser faire et passer de l’obscurité à l’obscurantisme?
Un tunisien sur deux a voté pour le retour du sacré
Pour le sacre du printemps arabo-musulman
Et l’Occident qui crie au scandale… en feignant d’ignorer que si mal il y avait… qu’il en était l’auteur.
Indignés vos papiers !
De quoi vous vous plaignez ?
Vous voulez insinuer que la déclaration des droits de l’homme est plus apte à vous nourrir, vous vêtir et vous abriter que la charia ?
On se retrouve, il est vrai, avec deux textes fondateurs du plus terrible des malentendus.
Le premier qui prétend être indispensable et le second qui renoue avec le passé, le plus dépassé…
Lequel des deux est digne de Foi?
La réponse n’est pas contenue dans la question.
Laquelle? Celle qui loue le monde civilisé, l’homme civilisé, le chien civilisé?
Ou celle qui voudrait nous débarrasser d’un malaise… le malaise d’une civilisation… d’une civilisation qui nous a tous décomposé et vidé de notre semence divine…
Et on brandit le spectre de l’Iran… et on nous ressort les démons de la cécité théocratique en passant sous silence les démons de la perversité démocratique…
Oui, je dis oui à l’indispensable liberté, si et seulement si le peuple a de quoi manger… oui et oui à la lumière, si et seulement si elle éclaire tous les sujets.
Que vont devenir les femmes, les banquières, les amateurs de bières ?
Parce que si la charia est appliquée pour tous ces gens là, il y aura un bond en arrière… peut-être que oui… peut-être que non ? Avec Dieu, on ne sait jamais.
Et sans invoquer l’exemple de la Turquie, songeons tout simplement aux volontés qui se sont exprimées pour dire NON à la misère, non à la pseudo lumière, non à la civilisation mensongère… non et non… à une fraction qui prospère aux dépens de la planète entière… du pain ! du pain !

Share Button