SALUT L’IMMIGRÉ ! 3


Salut, l'immigré... Je suis désolée mais on m'a recommandé de ne plus du tout songer à votre salut...

C'est une question de principe qui remet tous les principes en question puisqu'il s'agit du principe de précaution qui me recommande de ne plus me porter caution... de reconnaître que votre problème ne peut recevoir de solution par l'Europe des nations. (Il va avoir l'impression d'être à pôle emploi)

Il faut désormais dresser un mur entre la raison et le sentiment. C'est à chacun de prendre son destin en main, au lieu de se reposer sur l'épaule de son voisin.

Car l'Europe des nations ne peut pas assurer ce qui ne la ressource pas... ni assumer ce qui peut la consumer. A chacun sa déroute, à chacun son chemin.

Pour sauver l'humanité, il faut parfois cesser d'être humain, sous peine de compromettre tous les lendemains.

L'Europe des nations, celle des États qui se disent souverains, veut mettre fin à l'immigration pour s'épargner tout risque de désintégration ou d'éclatement.

Mais en vérité, il y a deux raisons qui expliquent cette peur ancestrale des invasions. Une raison axiale et une raison raciale. Les deux se prétendent cruciales.

La raison axiale est d'ordre économique : l'Europe des nations estime pouvoir partager les richesses mais non partager les misères. La raison raciale est d'ordre ethnique : L'Europe des nations se dit racialiste et non raciste. Elle estime devoir laisser une trace. Et que pour accomplir son devoir, elle ne peut délaisser sa race. Parce que nous n'avons ni le même sol, ni le même sang, nous ne pouvons pas nous mélanger sans courir le risque de tout désagréger. La décomposition guette tous les rêveurs éveillés.

Pour être soi, il faut être chez soi et pour soi. C'est le second principe qui a encore plus d'impacte que le complexe d’œdipe : le principe d'identité : Moi, c'est Moi, Blanc c'est Blanc, Noir c'est Noir, on vous crève les yeux et on vous dit qu'il n'y a rien à voir. Souveraineté et identité expriment une seule et même exigence...

Minable ou abominable conscience : on ne peut vivre sans vous laisser mourir. Darwin n'est pas mort, l'Europe des nations le ressasse et le repasse en boucle sous le même refrain : le singe préférera toujours la plus horrible des guenons à la plus sublime des colombes...

Humain, trop inhumain qui préfère donner un coup de pied qu'un coup de main, et qui vote pour son bien et non pour le Bien.

Share Button


3 commentaires sur “SALUT L’IMMIGRÉ !

  • avatar
    Pascal

    Très joli billet sur la problématique de l’immigration, gestion au sein de / par l’Europe des Nations, refrain et côté inhumain que peut y avoir parfois. Me semble que c’est « heureusement » pas toujours, surtout que tout un chacun peut se re-mettre en question à un moment ou un autre même si c’est compliqué de faire évoluer les consciences et rouages éco-politiques, que je doute que puisse se faire via les élections européennes, ni comme via présidentielles et autre, tant que pas d’évolution de système / pas assez de prêts à, et pas de mise au / d’application programme politique pouvant solutionner des problèmes / ancrer des idées auxquelles je crois.

    En fait, si il est « normal » de défendre un territoire et culture, et même si pourrait parler de guerre économique entre des pays / puissances mondiales / intérêts de puissants, il y a la considération des circonstances, du système. Il me semble que dans un article qui doit dater de bien avant la présidentielle de 2017, Frédéric Lordon avait reproché à la gauche d’avoir laissé le sujet migratoire à la droite, que la thématique pouvait alors souvent être assimilée à l’extrême droite avant même que tout argument / réflexion soit avancée, alors que la politique des flux migratoires concernait tout autant la gauche / les partis politiques, qu’il n’y avait pas cette même assimilation fut une époque.

    Et avec « l’inter-connexion » de problématiques, me semble que les populations auraient tout intérêt à de la solidarité. Parce que si dans les circonstances du néolibéralisme et sédentarisation, les flux migratoires liés aux guerres, problèmes locaux et / ou réchauffement / dérèglement climatique peuvent en inquiéter pour raison x ou y, il n’empêche qu’il y a plusieurs potentielles solutions, et que combattre les flux migratoires n’est pas la plus simple. Et même si en général partis politiques peuvent évoquer prises en compte de causes, certains font plus du Trumpisme que proposer des solutions qui seraient « viables » sur le long terme, au sens que pourrait le voir comme des effets d’un tout plus que des causes de ce tout, je pense.

    Et en fait la raison raciale / racialiste me semble encore plus « contestable » / sujet à débat que la raison économique, ou alors autant les deux. Toujours est-il que si peut comprendre l’attachement à l’environnement dans lequel nous naissons et grandissons, ce qui constitue notre environnement, notre époque, culture liée, il y a eu évolution pour en arriver là, et continuera d’y avoir évolution. Les langues, les cultures, se sont façonnées dans un brassage, avec rôle de la nature, de la vie qui est faite de « mouvements » / de forces opposées et de convergentes, diverses, si je puis dire. Par exemple, comme pour le criminel en Nouvelle-Zélande, certains ont versé / tombent dans le suprémacisme blanc sans prendre en compte les arguments opposés, essentialisant assez bêtement à mon sens. Et à propos de « Blanc c’est Blanc, Noir c’est Noir » me fait penser que j’ai récemment lu une thèse selon laquelle les blancs seraient des noirs décolorés, qu’il y a 10 000 ou 12 000 ans, en Europe, on était noirs, nos ancêtres l’étaient. Alors c’est ptêtre une thèse généraliste sujette à caution, mais l’influence de l’environnement / du mode de vie à un impact sur la couleur de la peau / sur l’évolution du corps, de même que l’alimentation, et cætera. Donc très plausible. Cf. articles / thèse de l’anthropologue et généticienne Évelyne Heyer.

    En tout cas, je dirais que c’est pas parce que la sédentarisation de la plupart des groupes humains a pu et peut renforcer des différences apparentes en lien avec l’influence de l’environnement, qu’il y a à en faire une supériorité (j’ai souvenir d’articles qui évoquaient qu’il pouvait y avoir plus de différences au sens d’une même population qu’entre des gens pourtant différents en apparence / éloignées géographiquement), ni cause à défendre dans l’idée que ce devrait être « figé ». Et puis même, la meilleure façon de limiter les flux migratoires et protéger le plus possible des particularités culturelles, je pense que passe par solidarité / prise en compte des imbrications, non lutte / politique anti immigration telle que certains partis politiques peuvent le mettre sur papier / dans leur théorie / programme (me fait penser qu’un politicien d’extrême droite dans l’esprit français de souche de je sais plus quel pays et qui affichait une position anti migrants avait fini par tomber amoureux d’une migrante, il a fait parler de lui pour ça).

    Bref, pour revenir sur la raison économique, extraits d’un article : « On admettra que les personnes menacées dans leur pays — dans leur sécurité ou leur intégrité — par des mécanismes politiques ou économiques, soient absolument fondées à faire valoir leur droit de se rendre ailleurs. Et l’on peut pousser très loin le raisonnement dans cette direction. Mais on doit aussi considérer l’idée que toute personne a droit à une nation, à une identité nationale capable de fonder une solidarité concrète, établie autour de « biens communs », et donc à ne pas voir son territoire national envahi par d’autres populations. On peut aussi argumenter sur les droits des nations les plus pauvres face aux nations les plus riches — sans parler des pillages dont ils font l’objet. Le débat actuel se développe au croisement de ces diverses considérations. Il reste pourtant à savoir dans quelles conditions concrètes de tels principes, dont on perçoit aisément les tensions auxquelles ils donnent lieu, sont à considérer. »

    « La conclusion à laquelle je parviens est que l’organisation commune à construire ne peut avoir ni la forme-parti, ni la forme-mouvement. Elle doit intégrer ces configurations dynamiques — et d’autres comme celle du « commun » ou celles de la révolte ponctuelle sur un enjeu local, ou de l’engagement pour une bonne cause singulière — dans une forme-association, croisant les traditions marxiste et anarchiste. L’organisation aurait, bien sûr, une dimension nationale (projetée sur des solidarités internationales, sur des espaces communautaires plus larges, tels celui de l’Europe), parce que c’est à ce niveau que le peuple peut le plus effectivement peser dans la confrontation sociale et politique, faire bouger les lignes. Elle serait fondée sur de puissantes associations locales, responsables dans le temps, où cohabiteraient, sous l’égide non pas d’un programme entièrement défini, mais d’une perspective radicale d’émancipation, tous ceux et celles ou qui s’y reconnaissent, militant, ou non, dans des partis, mouvements, syndicats, associations ou autres collectifs (ce sont là autant de biens communs à préserver). Tout le pouvoir en bas serait reconnu à ces associations locales. En bas, là où sont aussi les plus exploités, les pauvres, les migrants, etc. La chose est infiniment complexe, mais c’est en ce sens que je milite. »

    Extraits de : Marx et l’immigration : mise au point : https://www.revue-ballast.fr/marx-et-limmigration-mise-au-point/

    Et euh, de ce que j’en ai compris, suite à un article, Frédéric Lordon s’était fait « taper sur les doigts » par des gens de gauche du fait de l’interprétation qu’ils avaient eu sur la position qu’ils pensaient qu’il prenait sur ce sujet. J’ai pas encore pris le temps de tout en lire mais de ce que j’ai lu en diagonale, dans une interview il l’évoque, il évoque avec réflexion sur migrants et lutte des classes : Frédéric Lordon : « Dire ensemble la condition des classes populaires et des migrants » partie 1/3 : https://www.revue-ballast.fr/frederic-lordon-dire-ensemble-la-condition-des-classes-populaires-et-des-migrants-1-3/

    Un rêveur en réflexion

    « Ah, sire rêveur, c’est bien beau de rêver à un paradigme x ou y à faire rêver une grande majorité, c’est bien beau de rêver éveillé, mais permettez que je vous repose une question que je vous avais déjà posé ? Me brûle de vous la reposer ! »

    « Euh, ben, vous avez vu le documentaire Vivir la Utopia ?, Vivre l’Utopie ? Alors je sais bien qu’il faut prendre en compte les particularités de l’ère, un tout, qu’il ne faut pas oublier de vivre ici et maintenant, et d’ailleurs ils ont été confrontés à crise politique en lien avec les remous du monde de leur époque, la seconde guerre mondiale, mais ça montre que c’était viable, que question de prêts à faire évoluer le paradigme. Ceci dit, vous m’intriguez… Posez votre question ! »

    « Je vous prends donc la tête ? Où avez-vous la tête ? Je crains que la décomposition ne vous guette ! »

    « Oh, euh… Cela fait plusieurs questions ! Mais soit, je vais y répondre…

    Alors euh, hum, il a pu m’arriver d’être idiot, très idiot, et quand vous m’aviez posé ce genre de question, j’avais dû vous vous faire une réponse sujette à interprétations diverses, dont certaines qu’on pouvait considérer pas forcément sympathiques de ma part, mais bref, là, je vous répondrais bien : je ne serais pas contre que vous me preniez la tête avec vos mains, littéralement, enchanté même, du moment que ce n’est pas pour la conduire à la guillotine, qu’elle reste sur mes épaules et moi en vie !!!! »

    « Roh ! »

    « Après, merci pour votre inquiétude, je vous répondrais bien qu’il y a surtout matière à s’inquiéter des problèmes écologiques, de l’avenir des écosystèmes et des espèces en danger d’extinction, des limites des ressources, pour tout un chacun, pour l’humanité et les autres espèces, en lien avec le néolibéralisme, fonctionnement économique-politique, mais je m’inquiète aussi pour moi ! »

    « Ah ! Bon, et donc ? »

    « Bah, j’ai consulté pas mal de théories, d’idées de paradigmes, j’ai en tête un certain idéal, après, pour la pratique, dépend d’un tout ! Difficile de tout prévoir. »

    « Et pour vous ? »

    « Demain je vais faire pousser des pommes de terre ! »

    « Mais encore ? »

    « C’est pour une petite tour à pommes de terre. Bon, des essais des deux années précédentes, je dois dire que c’est ptêtre pas la méthode qui permet d’en avoir le plus, mais y avait aussi parce que tiges un peu cassées par fort vent du fait que j’avais pas mis assez tôt tuteur, et bref, je vais essayé de faire mieux que ce que je faisais. »

    « Euh, oui, non mais, vous pensez que c’est comme ça que vous allez prendre ou reprendre votre destin en main ? »

    « Ben, c’est bien de faire pousser de la nourriture, non ? Et je ne compte pas faire pousser que des pommes de terre ! »

    « Oui, ce que je veux dire, est-ce que vous n’auriez pas tendance à procrastiner, que c’est une façon de fuir d’autres tâches ? »

    « Bah, un de mes gros défauts doit être la procrastination, j’en suis même certain, pour autant, ma pause jardinage, ce n’est pas de la procrastination, je ne pense pas. Et considérer la problématique de la sorte, d’autant si on considère dans quel but et pour quelle fin, les critiques du néolibéralisme, est ptêtre discutable. Ptêtre que je m’invente une façon de voir pour me rassurer un peu, mais y a des philosophies qui étayent très bien contre l’utilitarisme, pour une certaine idée sur façon de mener son existence, et cætera. »

    « D’accord, d’accord, mais vous ne disiez pas vous-même que vous vous inquiétez aussi pour vous ? Quand je vous ai demandé : mais encore ? C’était pour vous demander ce que vous considériez, comptiez faire d’autre pour votre destin ! Alors : mais encore ? »

    « Ah, oui, ben, je me pose ptêtre trop de questions, beaucoup d’idées sans beaucoup agir, mais euh, j’imagine que vous connaissez déjà la conférence Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : http://www.dailymotion.com/video/x27bph2_bernard-friot-et-frederic-lordon-chez-tropiques_news ? Je ne me souviens pas de grand-chose, si ce n’est potentielle solution écolo-économique que j’avais trouvé intéressante. »

    « Vous voulez que je vous la refasse ? C’est bien beau de rêver à un paradigme x ou y, mais en attendant… »

    « Oui, certes, ben, euh, un roman ? »

    « Mais encore ? »

    « Ben, je pourrais faire la liste de toutes les idées qui me viennent à l’esprit, mais pour l’ancrage, je ne puis être certain ! »

    « Vous avez essayé la technique d’écrire ce que vous aimeriez faire, écrire un peu chaque jour sur plan de vie, truc dans le style ? »

    « Je la connais, elle m’avait été conseillée mais je l’ai jamais sérieusement appliquée, faudrait ptêtre que j’essaye pour voir ! Après, je doute du résultat via cette technique, outil de développement personnel, sachant que me semble que c’est ce que je fais déjà par la pensée, en y songeant, réfléchissant un peu tous les jours ! »

    « C’est quand même pas tout à fait pareil même si peut s’imaginer en train d’écrire une liste, en théorie peut aider à mieux formuler, à clarifier ses idées. Mais vous devez le savoir ? En tout cas, bon courage ! »

    « Merci, à vous aussi ! »

  • avatar
    jacou

     » Pour être soi, il faut être chez soi et pour soi.  »

    Du moi/soi au Soi :

     » Le Moi et le Soi

    Les occidentaux veulent toujours aller plus vite que les autres, même du point de vue spirituel.
    Récemment, une revue française sur le bouddhisme présentait un article écrit par un adepte français qui mettait l’accent sur la nécessité d’atteindre le Non Soi pour réaliser l’Eveil.
    A un certain niveau élevé de conscience, oui sans doute, mais combien de méditants sur Terre peuvent réaliser cela ? Avant d’atteindre le Non Soi, il faut déjà atteindre le Soi, ce qui n’est pas une mince affaire. Et encore faut-il prendre conscience de ce qu’est le Soi ! Quand on pense que la plupart des occidentaux qui s’intéressent au bouddhisme n’ont pas encore pris conscience de la différence entre le Moi et le Soi, on s’interroge sur l’intérêt de tels propos. Mais comme les occidentaux ont besoin de performances, de sommets à atteindre et de réussites à accomplir, cette « carrotte » supplémentaire leur permet sans doute d’avancer avec plus de conviction dans la voie de la spiritualité. Comme si l’Eveil pouvait leur tomber dessus un jour, entre deux méditations, tel un miracle! Pourtant, un bon nombre d’enseignants et de lamas leur ont dit que la route était longue, semée d’embûches, et que l’Eveil était progressif. Mais bon, on a le droit de rêver…
    Pour résumer, sans être didactique, le Moi est cette partie de la conscience individuelle qui est centrée sur les désirs personnels, les préoccupations propres, les exigences de l’ego. Tout tourne autour de la satisfaction des sens, des plaisirs, tout tourne autour… du nombril.

    Le Soi, que l’on peut apparenter à l’âme, est cette instance psychique qui est – pour qui s’intéresse à la psychanalyse – au-dessus du Surmoi, le juge intérieur qui tente d’éduquer un tant soit peu le Moi. Etant situé au-dessus, le Soi contrôle donc l’un et l’autre en permanence, mais parfois, dans la confusion actuelle de notre monde, il perd le contrôle. Et l’homme se sent balloté entre son ego et son juge intérieur comme une barque au milieu de l’océan. Et pour peu qu’il s’identifie à son mental, qui fait le jeu de l’ego, il se croit très intelligent…

    De là la nécessité, si l’on souhaite reprendre contact avec son âme, de travailler sur Soi, grâce à la pratique de la méditation, de la prière ou de la louange. Alors, avant d’atteindre le Non Soi, qui nécessite d’avoir vaincu ses démons intérieurs, accepté la fusion avec l’Esprit et renoncé au retour en incarnation, contentons-nous déjà de bien connaître notre Moi, les pièges et les exigences de l’ego, afin de le dompter plus aisément. Puis de travailler sur Soi afin de répondre le plus souvent possible aux appels de notre âme, de devenir UN avec elle et, de là, avec le Divin. Cela demande pas mal de temps, de patience et de courage, comme en témoignent tous ceux qui oeuvrent dans ce sens sur notre planète, mais n’est-ce pas le plus noble des buts sur cette Terre?

    N.B: Il est intéressant d’ajouter ce que l’hindouisme entend par « soi » : Le soi universel = âtman . « Le soi est sans ego »
    ( Patrick Giani )

  • avatar
    Tony

    Salut à toi

    https://www.youtube.com/watch?v=TrjZc0nUsKY

    ouai la France n est pas clair , ce pays qui c est fait , construit depuis des millénaire sur la migration l hymnigration , désoler jésus était palestinien juif lol et ce n est pas pour rien que nous somme 2 eme plus grande surface après l Angleterre , premier empire depuis plus de 2 siècles
    pas clair parsque castaner continue cette nouvelle mode d attaquer ceux qui sont dans la fraternité dans la solidarité en manipulant et en mentant

    http://www.sosmediterranee.fr/journal-de-bord/lettre-ouverte?fbclid=IwAR116CYjFh2LtVBSACt69O9iag6hGdVbkGT_fy32OdJMAMFhrO1AfjffaWE

    que la France ne respecte pas ces engagement quand au réfugier politique

    INFO OBS. La préfecture du Pas-de-Calais a décidé de l’expulsion de 5 réfugiés soudanais, alors même que l’un d’entre eux avait fui Khartoum en raison de sa participation au mouvement de contestation qui secoue le pays depuis près de quatre mois.

    https://www.nouvelobs.com/societe/20190412.OBS11484/en-pleine-revolution-la-prefecture-du-pas-de-calais-decide-d-expulser-5-refugies-soudanais.html?fbclid=IwAR3E2UGaAmgy1UKyMvlJoFdtcSeDlZAU-SE9tPtYX9-QAek_u-csZEI49XQ

    l europe pareil , meme connerie voir pire , 18 000 mort depuis 1 an sa leur suffit pas on continue dans une hypocrisie de pillé et d asservir les pays de tout ces refugier mais nous n en voulons pas sur nos sol , quand on pense qu une grande partie de tout ces gens font partie de l histoire de cet immigration , un peu comme sarkosy , que sans eux nos nation société ne serez rien , a l age de pierre ou pole emploie nous raconte du jacques atali
    et ouai la révolution industriel ces faite grâce aux denrées de ses contrés et a leur savoir aussi et domestication

    et ils sont plus courageux que nous , enfin leur pays

    Il n’y aura pas d’ambassadeur sud-africain en Israël jusqu’à nouvel ordre

    http://www.rfi.fr/afrique/20190409-pas-ambassadeur-sud-africain-israel-jusqu-nouvel-ordre?fbclid=IwAR1-x1phGYb_W-VMXC9m7lugV8v1v4oiyEjEU4tCxxs2NywlU20vi1z52lA

    plus humain peut être ? plus empathe.
    l Europe ses élargie et a ouvert ces frontières jusqu en Israël qui n est pas dans le continent européen alors pourquoi les noirs et les arabes on les chasses et leur gamins .?

    Semaine Barré #11 « En 50 ans, il n’y a pas que l’Europe qui s’est élargie

    https://www.facebook.com/watch/?v=2114724858597038

    parsqu Israël a l argent ou parsqu il continue de colonisez pour gagner plus d argent …. pour les autres ? quoi que on leur vend notre matériel

    VIDÉO – LE DISCOURS DE MACRON ET LREM SUR L’EUROPE EST D’UN VIDE ABYSSAL | Adrien Quatennens

    https://lafranceinsoumise.fr/2019/04/03/video-le-discours-de-macron-et-lrem-sur-leurope-est-dun-vide-abyssal-adrien-quatennens/?fbclid=IwAR3WRrXZseQI0rMtRvr78S6m7ghwE194yRYcVoq70e6IgeLQNq2sRVRFw20

    Sortir du colonialisme

    http://www.anticolonial.net/spip.php?rubrique154

    Le Mali comme le Soudan ou l Algérie demain d en sortir du colonialisme , ils aimerez entre autres arrêter de payer des tribus aux ancien empires , car sa leur coûte chère et puit sa sert a rien parsque après faut redemander au blanc bec de venir faite la fête pour qu ils donnes du pognon , oui bon ses bien pour les dettes ainsi on garde tout ce beau monde sous les jougs financières … et dans la logique économie qui na qu un rite , ne rien économisez sauf pour les gros plein de sous , les piques sous , mais quesqu on gaspille dans leur délire a coter tout sa
    la migration on ferez bien de s en occuper de nos oiseaux qui disparaisse meme dans nos campagne parsque ces eux qui régules aussi les insecte et qui pollinise sans oubliez qu ils chante la vie au ptit matin et qu il ravies petit et grand et peu importe la classe d ailleurs et la place
    cessons d envoyer nos navire de guerres et marchander partout occupons nous aussi de nos mers et du vivant en dedans
    bon allez dodo

    https://www.youtube.com/watch?v=HYbggm3NNS4


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER