Manifeste contre le mimétisme ! 1


 

Et si on cessait d'être paranos, schizos, rigolos sur les réseaux sociaux ?

Paranos en croyant mériter le gros lot ou être les seuls à avoir du mal à sortir la tête de l'eau.

Schizos comme des moutons qui bêlent, et dont l'écho leur fait croire à un monde parallèle.

Rigolos de nous faire croire que tout se vaut : comme être ou avoir un cerveau.

Et si on cessait de se faire la peau sur les réseaux sociaux ?

Allons jusqu'à tergiverser sur nos peines mais sans déverser de la haine.

Allons au bout du bout du bout mais sans traîner personne dans la boue.

Allons jusqu'à nous impliquer les uns les autres mais sans compliquer l'existence des uns et des autres.

Et si on cessait une fois pour toutes de se faire la guerre à travers nos passions les plus vulgaires ?

Comme la peur, ou la colère, la jalousie ou l'hypocrisie... Il faut être d'une nullité abyssale pour souscrire à ce genre d'indignités... qui nous rendent affreux, sales et méchants.

Indignité de ceux qui n'aiment pas la vie, même pas, et qui nous envient même d'être en vie...

Si à chaque fois que l'on se pose une question, on se demande en même temps, si elle nous rend digne de vivre ou non, on aura accompli un grand pas vers la sortie... de soi.

Ça urge pour tous les moutons de Panurge !!!

Share Button


Commentaire sur “Manifeste contre le mimétisme !

  • avatar
    Pascal

    Très joli manifeste.

    L’écrit, la correspondance épistolaire, les réseaux sociaux peuvent permettre aux plus timides de « sortir de leur coquille », de gagner un peu de confiance, avant d’éventuellement rencontrer et communiquer avec des contacts au cours d’Irl, mais c’est ptêtre surtout valable dans le cadre de communautés axées sur centre d’intérêt / thématique et moins Facebook dans son ensemble où peut être intimidé de s’exprimer sur les murs des autres et cætera.

    En fait, l’absence de contact visuel direct peut d’un côté permettre de sortir plus facilement de soi, d’aller plus facilement à la rencontre d’autrui, de faire de sa connaissance selon ce qui est montré et perception propre, d’un autre, peut aussi exacerber, et peut être tenté d’en profiter pour se défouler. Bon, dans les groupes, de visu, les réseaux sociaux hors du net peut aussi y avoir des tensions du fait de la « faillibilité humaine », mais me semble que les réseaux sociaux épistolaires peuvent renforcer cet aspect. D’ailleurs, me semble qu’il y a rarement de règles explicites dans les groupes irls alors que les réseaux sociaux sur le net ont en général des règles / politiques de fonctionnement, du fait qu’ils doivent se conformer à la législation, mais aussi tenter de conserver un climat propice à l’épanouissement des réseaux, ce qui n’empêche pas les conflits, du fait qu’ils ne peuvent faire de modération qu’à posteriori et ne peuvent de toutes façons pas tout maîtriser de leurs utilisateurs.

    Bref, les prises de conscience sur les effets des mauvais comportements que nous pouvons avoir, prises de conscience qui peuvent venir avec des créations sensibilisant sur le sujet tels de vos créations billets vidéos, peut faire évoluer.

    Me fait penser que j’ai récemment zyeuté un article évoquant le cyberharcèlement sur les réseaux sociaux, d’un groupe baptisé « La ligue du LOL », créé dans les années 2000, où il est écrit « une trentaine de journalistes et professionnels de la communication, accusés d’avoir harcelé il y a quelques années d’autres journalistes et blogueurs, surtout des femmes et des militantes féministes, dans le petit milieu du Twitter parisien. »

    Ce qui n’était à priori pas pour essayé de les séduire mais plus par moquerie, et si il est évoqué certains usages communs d’alors : « Plusieurs membres de cette « Ligue » ont évoqué, comme excuse, le climat de Twitter à ses débuts : « Ça correspondait à une époque où il était de bon ton (…) de faire de l’humour noir, des blagues oppressives (…) j’ai voulu faire le malin alors qu’en fait j’étais con », »

    y en a qui s’excusent, reconnaissent quand même d’avoir fait des erreurs de jeunesse (quoique de ce que je viens de lire, si l’article parle des années 2000, sur fiche wiki il est mentionné date de création 2009, fait donc pas plus de 10 ans) / d’inconscience.

    Pardon

    Messieurs, mesdames,
    gente dame,
    si vous avez été blessé
    par de mes propos,
    des mots qui m’ont échappé,
    de mes essais de « rigolo »,
    de mes fuites en avant,
    un jour, une nuit, un moment,
    l’interprétation que vous en avez eu,
    veuillez pardonner mes impulsions,
    je vous dirais bien que celui qui n’a jamais fauté
    me jette la première pierre,
    au pire cela pourrait permettre de construire une maison,
    mais j’avoue pouvoir être imparfait
    même quand j’essaye de faire de mon mieux,
    toutefois, n’est-ce pas aussi ce qui fait la particularité ?
    l’existence et le charme de sa subjectivité ?
    Je m’excuse quand-même,
    après, dans les oppositions de thèses,
    de cause(s), c’est une autre histoire,
    si ce n’est que dans tous les cas,
    d’une manière ou d’une autre, je dois pouvoir m’améliorer,
    et si je ne puis être certain de pouvoir faire mieux demain
    comme il est dit dans la chanson : Que Dieu me pardonne : https://www.youtube.com/watch?v=xP2jp31jFMc
    que je ne puis promettre le résultat,
    j’essayerai, à ma façon, nous verrons bien, ma foi ;
    pardon et merci !!!!


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER