Pour une transition EGO-LOGIQUE 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Ô mon Dieu, on dirait que tu ne sais rien faire de tes deux yeux.

Il ne suffit pas d'avoir sa tête sur les épaules pour sauver la planète... il faut commencer par se sauver de soi, de renoncer à son ego en gilet jaune ou en gilet vert pour cesser de voir les choses à l'envers...

Tu as besoin, j'ai besoin, il a besoin d'une transition égo-logique et non écologique pour remettre les choses à l'endroit.

Et c'est d'une simplicité religieuse : en disant merci mon Dieu, tu rouvres les yeux et tu vois qu'il n'y a pas que toi, que tu es là pour quelqu'un d'autre que toi.

Tant que c'est pour ta gueule que tu gueules, personne ne t'entendra.

Et ne crois surtout pas que je m'en prends à toi en élevant la voix, parce que c'est à moi que j'en veux d'être moi...

Et je dis Dieu merci pour dire heureusement qu'il y a quelqu'un comme toi... pour me donner envie d'être personne.

Share Button


3 commentaires sur “Pour une transition EGO-LOGIQUE

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur la transition ego-logique, pour une transition où l’on défend une cause pas que pour soi, réflexion sur l’importance d’être à « l’écoute », les yeux de la conscience ouverts.

    Merci, merci mon dieu, hamdoullah.

    Du rififi sur la terre,
    du dérèglement climatique
    aux espèces en danger
    jusque dans les airs,
    de son espèce aussi pouvant vivre un sort tragique,
    du fait d’une civilisation de l’humanité,
    façon d’exploiter les ressources,
    d’organiser l’économie,
    les spéculations en bourse,
    de considérer la vie,
    autre que soi
    sur le chemin ;
    des habitants de la planète bleue
    – un grain dans l’univers
    mais tout un destin sous les cieux
    pour ceux qui y vivent, évoluent –
    se soulèvent dans l’ère,
    font résonner des pavés dans des rues,
    contre des politiques ou pour une cause,
    aspirant à réussir une métamorphose,
    en France, des étudiants, des verts et des jaunes,
    de tous jouant des mégaphones,
    se réfléchit sur l’instant et l’horizon,
    le souci, préoccupation pour autrui,
    au-delà des songes, la transition,
    que la vie soit réjouie.

  • avatar
    Gaëlle

    @Pascal : Salut camarade. As-tu jamais pensé à te lancer dans la chanson ? Si tu as quelques talents ou juste des amis musiciens, à mon avis ta poésie y convient bien. Tu as un vrai sens du rythme et des formules bien balancées, j’aime beaucoup ce poème.

    @Pascal et tous les autres ici : on veut vraiment la Révolution. C’est là, c’est palpable. C’est chaud dans ma main comme un galet bouillant, une lacrymo en larmes. C’est la merde, les gars, et tous ici on espère que ça va durer, que personne ne se fera enfler par le « moratoire » la honte, dans ma voiture je capte NRJ ou RTL2, et franchement nrj c’est pas que de la merde. J’entends ce soir en rentrant du taf un « micro-téléphone » sur un échantillon de 15 personnes prises au hasard de l’annuaire dans toute la France. Question au public : sur 15 personnes interrogées au hasard, combien savent ce qu’est un moratoire ?
    ……………………………………………………… ?
    ?
    Sérieux : dis dans ta tête un pourcentage.

    Moi, j’ai écouté les quinze réponses. Sur les quinze, personne ne savait. 0%.

    Dans le meilleur des cas, ça voulait dire qqch en rapport avec le bien public, et dans ce cas ça signifiait pour les gens une sorte d’accord social, de dialogue ouvert à la négociation, « moratoire » pour au moins 15 auditeurs d’NRJ ça veut dire « Macron nous entend, Macron nous a compris, moratoire c’est Mort à Venir : on n’est pas encore morts, on marche, on jouit, on meurt ; c’est la marche forcée de la vie jusqu’à la mort, du capitalisme au fascisme, la marche des cons, du trésor jusqu’à la mort, de la fausse vision jusqu’à la mort, s’entêter pour plus être » – comprendre plus avoir, pour ceux qui comme moi n’y entendrait rien.

    Je partage à fond les craintes de Pascal. On va se faire niquer grave. Les révolutionnaires sont des veaux. Remplis l’auge d’épines : le peuple bouffera, ce con.

    … Ou pas…

    @jacou : les mauvaises pensées et les paroles mauvaises font partie du monde tel qu’il est. Depuis que je me suis mis en tête de ne rien y changer, sauf dans ma propre attitude, tout va beaucoup mieux dans ma vie. Je te remercie pour ta beauté et ta grandeur, l’excellence de ton âme et de ton esprit, merci de tout ce que tu partages avec nous, toujours en toute sagesse et innocence, je t’admire toujours beaucoup et toujours plus, ô cher frère puisque Personne l’a permis.

    Bonne nuit à tous, chers camarades

  • avatar
    Revolta

    Salut Gaëlle

    La Révolution te va bien ! Te voilà regaillardie….

    Tu as raison pour Pascal : en dehors de ses connaissances et capacités en informatique, la poésie lui colle à la peau, c’est « son » grand talent, ce rythme des mots, dont il maîtrise bien les variations, les soupirs, les blanches et les doubles croches…

    Par ailleurs tu écris une chose tout à fait remarquable : « … les mauvaises pensées et les paroles mauvaises font partie du monde tel qu’il est. Depuis que je me suis mis en tête de ne rien y changer, sauf dans ma propre attitude, tout va beaucoup mieux dans ma vie ».

    C’est exceptionnel, cette attitude. C’est la clé ; que je n’ai pas, sauf lorsque les circonstances l’imposent pour certaines stratégies sociales ponctuelles. Ca va de la boulangère à qui au lieu de lui dire qu’elle est moche à faire peur et qu’elle pourrait au moins se laver les cheveux, je lui dit que le rose fushia lui va si bien,et un vague sourire effleure de loin son air renfrogné.

    Jusqu’au maire en loden qui chipotte sur le prix de mon plat de famille en argent à la dernière brocante du village. Plutôt que de discutailler sur ce prix je lui tends la bête : « Tenez je vous l’offre  » ! La joie du nouveau riche d’une telle aubaine ! Genre décidément les pauvres c’est très con…
    Je l’oblige à acheter un de mes livres, celui avec l’histoire du cheval à roulette, 5 €. Ca à l’air de l’encombrer… Lumière : « Je vais l’offrir à Sidonnie, elle est en charge de la culture à la mairie. Heu… Je ne savais pas que vous étiez peintre…  »
    J’en profite pour lui lancer : Quand je me suis installée ici, j’ai demandé à recevoir le formulaire d’inscription pour un concours de « peintres dans la rue ». Ne le recevant pas j’ai appellé le service culturel. La dame m’a dit : « Mais si, j’ai voulu vous le déposer mais vous avez mis une mauvaise adresse » et comme je proteste que c’est la bonne, j’entends la sentence : »Mais on ne peut pas habiter là ! ». Tu imagines l’humiliation pour un vrai pauvre de chez les pauvres, alors que perso j’ai juste stoppé net l’idée de me faire une place chez les ploucs….

    Donc je retrace en souriant cette conversation au maire, les bras encombrés du prix à payer pour « tout ce qui est gratuit est très cher »… J’ajoute : non, je n’habite pas dans mon garage (il est un peu décati, couvert de lierre, en front de rue). Et lui pour réparer l’infamie me presse d’aller voir sa nouvelle chargée de la culture qui s’occuperait de moi. Je n’irais pas, bien entendu. Mais c’est ça que j’appelle une stratégie sociale.

    Hier à la télé un pauvre hère gilet jaune, un paysan bien de chez nous, condamné je crois à de la prison ferme, ne cessait de répéter que non, il n’était pas venu pour casser… On aurait dit qu’il était à confesse ; ou bien qu’il croyait au pouvoir des médias pour atténuer sa peine…

    Après avoir fait croire que c’était la peste brune, la lèpre nationaliste qui avait tout cassé, haro sur les gilets jaunes. Jamais les gouvernants n’avouent que ce sont les black block et les gauchistes qui mènent la danse, suivis des pilleurs sortis des banlieues comme des rats la nuit tombée, alors que les policiers, eux, le disent ! La droite ne vient que le matin et ne dégrade pas. Son combat est la France, pas les banques ou les monuments. Quand ils se battent, c’est surtout contre les black blocks, et comme le disent les policiers eux-même, ils sont moins aguerris, ces jeunes de droite. Tandis que les gauchiasses sont de vrais commandos de destruction massive.

    Si tu as vu le débat entre Besancenot et Alliot, c’est révélateur de cette main mise des ultras. Alliot qui visite chaque jour les barrages de sa Région prévient qu’ils sont désormais pris en main par ces ultra. Probablement eux qui font pression pour que les gilets jaunes ne négocient pas, menaces de mort à l’appui. Et les excite pour continuer à manifester. Bezancenot ne cache pas sa joie de ce bordel et ne dément pas cette implication.

    Interessant aussi hier sur cnews, la 16, Zémour face à un représentant de la France insoumise, connu, mais j’ai oublié son nom à barbe. Et comme le disait Zémour, le peuple français ne voulait pas la mort du roi. Le peuple n’a jamais démis un roi de France de son trône. Par contre il ne supporte pas que le roi perde sa royauté, descende de son trône. C’est pourquoi il veut démettre Macron. Pas parce qu’il est roi, mais parce qu’il n’est pas assez roi, ou a oublié de continuer à l’être.

    Enfin Zemmour a souligné que l’electorat du sbire France insoumise, la banlieue richesse de la France, n’était pas dans les manifs, sauf comme pilleur le soir, ce que l’autre n’a pas démenti, car il suffit de regarder « la blanchitude » des gilets jaunes, à 99,99 % pour s’en rendre compte. Une évidence que même les plus malhonnêtes ne peuvent nier.

    Le gouvernement a encore un train de retard, ils n’anticipent rien. Pour ne céder qu’un peu et à moitié, ils risquent de tout perdre. Au lieu de protéger leurs petits casseurs black block, qui permettent de dire que c’est la peste brune et la lèpre nationaliste, ce à quoi plus personne ne croit, ils feraient mieux d’annoncer avant samedi qu’ils renoncent définitivement à ces taxes, et font un emprunt national pour rajouter au moins 100 € à tous les bas salaires et les pauvres de tout poils.

    Ils ne risquent pas de gagner les élections pour l’Europe, cette fois ci j’espère que les gens ont compris le film. Par contre c’est bien la peste noire et rouge qui risque de les déboulonner pour pire qu’eux…

    Voilà l’image romantique du black block, du moins peut-on le supposer, tenue noire, bretelles de sac à dos noir. Une photo pour vous faire plaisir.
    Perso si j’allais dans ces manifs, je protègerait nos forces de l’ordre, pas mieux lotis que les autres pauvres du pays. Le message de cette révolution est totalement brouillé par ces destructeurs de mon pays. Je vomis les internationalistes. Mais pour l’instant, quel bonheur de voir « ma » France à l’oeuvre. C’est bien la première fois depuis des années qu’on redonne à mon pays son vrai visage, sans le filtre mensonger des envahisseurs.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER