Le dico de Personne 3


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Si tu n'avais qu'un mot à composer avec une lettre de l'alphabet, lequel, selon toi, s'imposerait ?

 

  • A comme amour en sachant que l'amant, l'aimé et l'amour ne font qu'un.
  • B j'hésite entre bonheur et bonjour.
  • C je songe à un prénom : Carmen... le charme qui désarme.
  • D le deuil parce que c'est difficile de faire son deuil des autres lettres
  • E c'est l'ennui... quand le jour n'arrive plus à chasser la nuit.
  • F la force que je suis censée avoir pour surmonter ma faiblesse.
  • G comme gratitude pour distinguer la pesanteur de la grâce.
  • H la haine de la haine pour ne pas avoir mauvaise haleine.
  • I je dirais... l'instant, pour ranger dedans le temps et l'éternité.
  • J le jeu sans hésiter parce que je n'arrive pas à me prendre au sérieux.
  • K c'est un nom propre : Kafka qui a écrit le seul livre que j'aurais voulu écrire...
  • L un pronom Lui... là où je crois que réside l'infini... l'infiniment infini.
  • M c'est le monothéisme du marché ou tout simplement : le progrès.
  • N la nausée que j'éprouve à chaque fois qu'on m'impose quelque chose.
  • O l'océan en me disant que je finirais bien là-dedans.
  • P c'est Personne qui se questionne et ne répond à Personne
  • Q c'est la question à laquelle je ne réponds pas
  • R le repos, uniquement pour celui qui a gagné la guerre.
  • S la sagesse de celui qui éteint son moi et allume le reste
  • T la tuile qui me tombe sur la tête, je me dis que je l'ai voulue
  • U unique... comme sens unique
  • V la vérité qui n'a besoin de personne pour être toujours vraie
  • W what else ? Je laisse l'anglicisme aux anglais... j'aime trop le français.
  • X c'est la xénophobie qui m'a toujours rapproché des étrangers.
  • Y le Yin et le yang... pour qu'il fasse chaud il faut qu'il fasse froid
  • Z zéro, partir ou repartir de zéro pour atteindre le zénith.
Share Button


3 commentaires sur “Le dico de Personne

  • avatar
    Pascal

    Très joli choix de mots, billet vidéo cristallise très bien dico de Personne.

    Pour ce qui est de l’école, du moins « l’éducation scolaire », j’aurais tendance à abonder vers l’esprit de la chanson des Pink Floyd, dont j’ai aimé la reprise par une jeune chanteuse, Slon, mais les profs peuvent rendre l’apprentissage intéressant, selon leur pédagogie, et avec le coup de l’Abcd, me fait penser que mon frère cadet l’a ptêtre plus facilement appris grâce à la chanson de Chantal Goya, en tout cas, j’ai souvenir qu’à l’époque il la fredonnait.

    Bref :

    A comme Accord avec votre idée – vision de l’amour et cie

    B comme, euh, divers mots me viennent à l’esprit, pas évident d’en choisir un seul, mais je dirais base ou braises, sur laquelle l’on – se – bâtit

    C comme ciel, cieux vers lequel l’on peut aspirer

    D comme doute, la part de doute de soi qui peut permettre de s’élever

    E comme étoile et éclosion, en voyant la vie comme suite d’instants en / de création

    F comme fées, dont fée alphabet et fée jeu

    G comme gourmandise ; quand je fais des gâteaux végétaliens, sauf si c’est pour offrir, du mal à me freiner de pas tout manger dans la journée ou les deux-trois jours

    H comme horizon ou histoire, que l’on peut tenter d’ancrer avec un huit penché vers

    I comme l’infini, car si dans les théories récentes de l’évolution de l’univers, d’ici des milliards et des milliards d’années, selon les trajectoires de galaxies, des scientifiques prédisent la fin de la voie lactée puis des planètes et des étoiles, avant ptêtre nouveau big bang, qui sait ce qu’il est en vraiment au-delà ?

    J comme j’aime, ou si c’est pas accepté comme mot en j, j comme, euh, joie ou jardin cultivé en soi

    K comme K. du château de Kafka ; quand je l’ai lu, je me suis dit que je pouvais faire des « bourdes » comme lui ; ou sinon, comme karma ou kéfir de jus de fruit que je me suis dit qu’il faudrait que je tente de faire un jour

    L comme lune ou comme luge, me rappelle les glissades avec sac poubelle sous les fesses en guise de luge, quand je passais des vacances d’hiver de fin d’année, il y a une 15 ène d’année maintenant, avec grande famille

    M comme mots, qui peuvent jaillir d’eux-mêmes selon le flot, ou qu’il faut parfois creuser, sculpter dans la matière de ce qui fait les lettres, pour les former et communiquer

    N comme nature ou nuages ou nuit, participant de la vie

    O comme ô !!, euh, oui, euh, comme œil ou ouï, un pont vers les autres

    P comme paix à faire avec soi-même pour commencer, ou philosophie, qui peut permettre d’y participer

    Q comme euh, quark, parce que de l’élémentaire, et parce que mis à part question, et pointe d’humour à base de « quel » c’est ce qui m’est venu à l’esprit, ah, si, y a quête

    R comme rêver à conjuguer, et révolution

    S comme, euh, plusieurs mots me viennent à l’esprit, comme « si », sens, « silence d’un instant en soi » et « sel de l’existence »

    T comme tracas que l’on peut se faire, ou comme technologie qui pourrait participer d’un potentiel non exploité dans le cadre du néolibéralisme, en théorie, ou tiens, comme théorie, et aussi t comme Tango que j’ai jamais appris à danser, ptêtre un jour

    U comme Ubuntu, état d’esprit avant d’être un système d’exploitation variante / basé sur linux, ou comme univers

    V comme végé, ou voies que l’on peut tracer

    W euh, euh, wagon est le premier mot qui me vient à l’esprit, mais euh, ah, wok ! pour la cuisson d’aliments

    X, les rayons x, comme symbole de variations de points de vue, ou xylophone, pas beaucoup joué dessus, mais je trouvais ça amusant

    Y, youpi les yeux

    Z, euh, zygomatique et zénith.

  • avatar
    Tony

    A comme trouver dans l Amour l Amitié l Art l Action l Âme , même un âne sans étonne
    B dans les battements bébé
    C ,c est comme mes conneries , culotté , courage et camaraderie
    D on les jettes pansant destin
    E , le plus répandue dans l existentiel
    F , il fut fait Féerie en feu des fleurs des familles aux femme dans les flux
    G , géolocalisez
    H , on le fume c est hallucinogène et sa coupe
    I , pour tout illuminé »es » , a la merci jusqu au rire
    J , ici ou la fut jouer parsque jaillir
    K , yen a des cas c est ok
    L , des ailes , il’s’ ou elle’s’ entrouvre en guillemets prêt a l envoler
    M : Mon préféré , il veut tout dire avec c est haut et c est bas , comme 2 montagnes au pied d un creux ou cœur sur patte
    N , non aucune c est une naine mais on peut trouver une no blesse a c est stresses
    O , par le bas c est l étonnement , au l un rond d une bouche on le confond avec zéro
    P ; même dans le Partage on peu en faire c est comme dans le pain
    Q , tout le monde y pense , avance avec , et sur un trône sa bûche avec du papier sont frère le I préfère en rire
    R , on le respire jusqu au soir même en rêve
    S , tout un systeme , fait de soulèvements de virage de coup droit et de traverses , accrocher sous les scènes du soleil
    T , on y crée avec , des bâtiments et long tient avec aussi sous un toit ou le I ce retrouve dans le dessein
    U , vieux crie de guerre de chaud man sur orion quand il cuve , c est ubuesque il peut y attacher sont ptit vélo usurpé
    V , pour le petit marseillais il a vue cas vaincre les guerres et misères il devra séduire les gardes des mer »es pour la victoire
    W le M a l envers parsque newton a prit le bon wagon a la fin d une locomotive
    X , ultra violet et ceux qui ne saves faire que des croix et des coches sur des erreurs
    Y , dans l Odyssée de la vie le salut de la République , qu on laisse crever
    Z , comme zozo ou zorro , ou le cheveu sur la langue a zanzibar

    https://www.youtube.com/watch?v=q3kuU1rbFi4

    en zigue zag

  • avatar
    Revolta

    Ce matin c’est tout le génie français qui est tombé dans mon café. A 5h30 j’essayais de vous faire part en direct de ce que j’entendais, qui finissait sous les applaudissements ; mais alors que je cherchais à connaître le nom de cette femme en tentant un poscat (un nom comme ça) sur France Culture, tout l’ordi s’est bloqué. Me revoilà. Si j’en crois le programme, ce matin c’était une conférence au Collège de France de Françoise Balibar. Encore une lacune, jamais lu cette femme remarquable, physicienne mais en tous cas ici faisant une revue à cent à l’heure du point de vue des philosophes Français contemporains de la guerre de soixante-dix et ou de 14-18.

    Alain, Bergson, et bien d’autres dont je n’ai jamais entendu parler. La maîitrise de l’articulation de la pensée, sa clarté, n’ont pas suffit à ce que j’en retienne grand-chose hormis le génie de nos philosophes modernes, qui m’a semblé plus acéré et passionnant que l’idée que l’on se fait de la philosophie dont on ne cite en général que les antiquités. J’ai découvert il y a quelque temps qu’une lettre de Bergson à mon arrière grand-père membre de l’Institut et qu’il appelle « Cher Confrère » était collée dans « L’énergie spirituelle » que je trimbale pourtant depuis mes quatorze ans sans jamais y avoir prêté attention. Ca payerait bien les notes de gaz, mais alors je serais une criminelle, une traître à moi-même et à la passion que j’ai eue pour Bergson en son temps.

    Le débit de la conférencière était tel que je n’ai retenu qu’une idée : un philosophe dénonçant « la mutabilité de la vérité » ! Déjà !
    N’est-ce pas exactement ce qui caractérise notre époque !? J’en tombe assise, de tout ce que je viens d’entendre. Et comme ignarde je me sens frustrée, presque humiliée d’avoir été ce cancre impénitent. Est-ce que ce genre d’émission peut intéresser ceux qui peuvent l’entendre à 5 h du matin ? Les camionneurs, ceux qui se lèvent à l’aube pour leurs trois-huit, quelque migrant ou sdf insomniaque ?

    Macron a bien raison, il faut remettre la culture au goût du jour. Hier soir je zappais toutes les chaînes tant les programmes étaient insupportables ! Hurlements, violences, bains de sang, conneries des fictions, comme si la réalité ne suffisait pas à satisfaire l’homoncule, qu’il lui fallait encore se prélasser dans sa merde. Juste un bout de reportage sur le Vénézuela. Chavez trahi, c’est une dictature policière et militaire qui se met en place. Ceux qui manifestent vont en taule, des chars défoncent les grilles de leurs immeubles et tirent sur eux. Les pauvres n’ont même plus de pain, c’est une catastrophe.

    Pour en revenir à nos philosophes de génie, et bien que parlant du fond de mon inculture, je ne vois vraiment pas comment on peut prétendre intégrer à notre pays les populaces migrantes actuelles. Ils sont à cent-mille années lumières et de notre pays racine physique, et de la « Patrie des idées ». Je ne vois pas ce qu’il leur reste à part accélérer la dégringolade du niveau comme c’est déjà le cas.

    Macron a bien raison d’essayer de changer le niveau culturel des médias. Mais tout le fric qu’on met sur le dos des élèves « en retard » me parait un sparada hors de prix. Comme ces traîtres qui font chier avec leurs assos pour les migrants qui prennent de plus en plus de place dans les centre d’hébergement. Qu’ont-ils fait pour nos sdf ? Rien ! Mais il suffit que ce soient des hordes exotiques pour que leur fibre de connards complexés s’activent ! Combien parmi les donneurs de leçon prennent un Soudannais chez eux ? Font chier !

    Alors il nous reste notre génie français à défendre, et ça, au moins, ce ne sont pas les smigras (migrants) qui nous le prendront ! Jamais ! A nier la réalité, à rendre « la vérité mutable », c’est tout le pays que nos bien-pensants mettent en danger de mort. En tous cas le gouffre est au moins aussi grand entre Bergson et moi qu’entre les smigras et ma pomme, c’est dire qu’entre Bergson et eux, il est insondable ! Et aucune mesure prioritaire du genre un prof par élève n’y fera rien. L’ égalité de droit entre les hommes, légitime, est devenue égalité en tout, c’ est plus qu’un leurre, c’est un crime contre l’esprit, un déni de réalité, une « mutabilité de la vérité » qui a toujours mené à la guerre. Autre aspect : plus de différence entre homme et femme ; un reportage montrait un trans barbue « enceint » qui a accouché. Sympa d’ailleurs, mais c’est quoi tout ça ? C’est quoi ce tas de sept milliards d’homoncules !!! Devant l’Histoire de la terre, mais c’est rien ! Sinon la perte des homoncules, vivement, et c’est tant mieux !

    « Quand je suis né il y avait sur la terre un milliard et demi d’habitants. Après mes études, quand je suis entré dans la vie professionnelle, 2 milliards. Il y en a 6 aujourd’hui, 8 ou 9 demain. Ce n’est plus le monde que j’ai connu, aimé, ou que je peux concevoir. C’est pour moi un monde inconcevable. On nous dit qu’il y aura un palier, suivi d’une redescente, vers 2050. Je veux bien. Mais les désastres causés par l’intervalle ne seront jamais rattrapés. »

    Claude Lévi-Strauss


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER