Maëlys : la solution de l’énigme 2


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

Et si le coupable était innocent ?

Aucun procès, fut-ce d'intention, ne peut se dispenser de cette remise en question... de ce débat contradictoire, car il renferme une contradiction.

Aucun protagoniste n'est à l'abri d'une erreur, d'une horreur judiciaire.

 

Coupable ou non coupable ?

En attendant la petite Maëlys est introuvable !

Ce qui rend le crime a proprement parlé, improbable.

Le procureur a désigné le coupable. C'est son intime conviction, lui, qui pour décharger nous autres victimes, croit être le seul chargé de l'ordre et de la raison.

Et il n'est là que pour rendre justice quitte à enfoncer ou défoncer le premier suspect advenu.

L'avocat, lui n'est pas pressé de rétablir la vérité mais de protéger celui qui a mis son destin entre ses mains. De défendre et empêcher l'accusation de le confondre... notamment en attestant que tout jugement prétendument déterminant au sujet de son client n'est en réalité qu'un jugement réfléchissant, un jugement du sentiment.

La petite Maëlys a été assassinée, estime le procureur en rassemblant tous les faits troublants mis à sa disposition. Rien n'est moins sûr rétorque la défense : les faits sont peut être troublants mais non accablants pour l'inculpé.

Le procureur ment, l'avocat dément et inversement !

Il n'y a pas mort mais enterrement de toute chance de la retrouver vivante. Et cette balle on risque de se la renvoyer longtemps, car l'offense comme la défense ont le plus grand mal avec le bon sens.

La souffrance des parents est mise entre parenthèses, et tant pis pour tous ceux qui s'y identifient.

Mais tout le monde va devoir supporter ce bras de fer entre thèse et antithèse. Irréconciliables tant qu'on n'a pas retrouvé le corps de la petite fille...

Le drame c'est que les investigations ne sont pas seulement policières ou judiciaires, elles sont surtout médiatiques, journalistiques... télégéniques, c'est du marketing.

 

L'intrigue est vendue à l'opinion comme un feuilleton qui n'est pas prêt d'avoir un dénouement digne de ce nom. Pas assez de preuves, c'est le sous-titre de ce genre d'épreuve.

Classique ou basique comme scénario : on fait planer le doute parce qu'on redoute la vérité qui n'est jamais rentable commercialement.

 

BFMTV participe à l'enquête, anticipe les requêtes et se remet chaque jour en quête de nouveaux annonceurs.

On viole l'instruction et on instruit un viol, qui n'a peut être jamais eu lieu.

Mais c'est l'imaginaire populaire qui est mis à contribution pour rendre la Justice participative, collaborative... et donc communicative.

L'énigme est payante, pour ne pas dire exaltante.

L'inculpé n'est pas un serial-killer mais un dealer.

Il n'a aucun antécédent pédophile... il n'est pas coupable mais victime d'un concours de circonstances...

Et même sa brève rencontre avec la petite Maëlys ne relève que du caprice du hasard...

Cependant, il risque la peine capitale parce qu'il était là, au mauvais moment et au mauvais endroit, à faire ce qu'il n'aurait pas dû faire : s'absenter pendant la soirée, couper son portable, laver sa voiture, perdre son pantalon... et avoir la même voiture que celle qui fut photographiée avec une silhouette tout de blanc vêtue à la place du mort...

Il clame son innocence, à juste titre selon son avocat adroit, en vain selon le procureur maladroit... je veux dire malade du droit.

Sur les réseaux sociaux, les nouvelles ne manquent pas d'à-propos... on parle de trafic d'organes, de commerce de jeunes filles en fleur, de traite d'une blanche, d'une affaire scabreuse qui ne sera jamais élucidée... parce que les puissances de corruption y sont sans doute impliquées. En somme, plus ça va et plus c'est compliqué... pour le bon sens qui réside bien loin de chez nous!

Et pourtant la solution est sous vos yeux,

Ouvrez-les et vous la verrez comme un pied de nez au milieu de toutes ces figures de style !

 

Share Button


2 commentaires sur “Maëlys : la solution de l’énigme

  • avatar
    Pascal

    Une perle sur l’affaire Maëlys, sur les versions, la difficulté et cætera.

    Sur articles qui datent un peu que j’ai zyeutés, il a été question de mettre le suspect face à ses « contradictions » et « coïncidences », auxquelles il semble avoir plus ou moins donné le change, mais son avocat m’a semblé plutôt convaincant quand il évoque les contradictions sur les « preuves », notamment sur la chronologie établie selon les témoignages, et le fait que l’image de vidéosurveillance reconstituée par BFM TV est un montage photo pas forcément représentatif, et que sur le cliché, la passagère serait plus âgée. J’ai essayé de voir si y avait la photo originale sur le net, mais non encore trouvée, difficile de savoir si il a tort ou non, après, si il conteste le fait que ce serait forcément la voiture de son client Nordhal Lelandais, certains éléments relevés par les experts laissent à penser que ce serait bien le cas. Reste les témoignages de ceux qui auraient vu Maëlys après 3 h. Mais euh, si donc la photo de la vidéo surveillance ne serait pas une preuve valable, ainsi que la remise en cause chronologie évoquant une disparition à partir 2 h 45 renforce la non exploitabilité de l’absence temporaire du suspect, si j’ai compris, il aurait quand même pu agir une fois revenu dans la salle des fêtes (peut-être accident à son retour et panique ?), si ce n’est que là, c’est plus délicat pour le considérer toujours principal suspect. Quoique y a quand même le coup de son téléphone portable en mode avion et intraçable pendant un peu plus de 3 heures après son départ un peu avant 4 h du matin (avec résiliation de l’abo le 28 août) et le coup du lavage de voiture zélé.
    ‘fin ah, je viens de zyeuter un autre article qui si ils y abordent le coup de la vidéosurveillance qui ne serait donc ptêtre finalement pas matière à suspicion, évoque qu’il n’était pas présent au moment de l’arrivée des gendarmes vers 3 h 57, bien que son téléphone portable indique qu’il était à proximité, avant qu’il ne l’éteigne. Bon, on pourrait considérer qu’il avait peur d’eux du fait de son trafic, il pourrait se justifier de la sorte, mais sa justification sur l’usage qu’il en a fait, le coup d’avoir mis en mode pour ne pas être tracé semble d’autant plus suspect.

    Bref, R.I.P.

    Maëlys

    Disparue au cours d’une nuit
    dans les remous de l’humanité,
    au ciel probablement retournée,
    laissant un monde avec de la pluie,
    un peu perdu, en quête,
    écourtant un moment de fête,
    souhaitant pouvoir comprendre,
    que la justice lise dans les cendres,
    elle reste dans des cœurs,
    dans des cratères et dans des esprits,
    dans les prières qu’un jour sur des parvis
    se vive de nouveau du printemps aux horizons rêveurs.

  • avatar
    jacou

    « Classique ou basique comme scénario : on fait planer le doute parce qu’on redoute la vérité qui n’est jamais rentable commercialement
    BFMTV participe à l’enquête, anticipe les requêtes et se remet chaque jour en quête de nouveaux annonceurs. »

    Le mental et l’émotionnel sont les deux cordes d’un violon binaire dont il suffit de savoir en jouer pour conditionner les êtres humains à les faire agir et réagir selon la volonté des tireurs de ficelles .

     » La peur : une émotion, une réaction physiologique et un système de croyance
    La peur est une émotion primaire qui a sa source dans une réaction face à un danger. A l’origine la peur est un mécanisme de défense, lié à notre programme biologique. La peur nous protège en nous donnant une réponse physiologique pour notre survie et plus généralement la survie de l’espèce.

    Ce mécanisme de la peur, en grande partie assuré par les glandes surrénales, est donc initialement là pour nous protéger. Comment expliquer alors que ce que la nature a prévu pour protéger la vie puisse devenir un moteur pour l’enlever aux autres ?

    Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la peur est mise en action par notre zone du cerveau la plus primitive qui ne distingue pas le danger réel du danger imaginaire. Ensuite, « ce ne sont pas les évènements eux-mêmes qui engendrent l’émotion, mais des évaluations et interprétations de ces évènements qui interviennent entre la stimulation environnementale et les réponses physiologiques et comportementales » (Lazarus). En clair, c’est notre système de croyance qui crée notre réalité émotionnelle. »

    et :

    Avec son ouvrage Le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle trouve justement sa place parmi ce groupe spécial d’enseignants de calibre mondial. Son message se résume à ceci : le problème de l’humanité est profondément enraciné dans le mental lui-même. Ou plutôt dans notre
    identification au mental. L’errance de notre conscience, notre tendance à choisir le chemin le plus aisé en étant moins qu’à moitié éveillé face au moment présent, crée un vide. Et le mental limité par le temps, destiné à être notre utile serviteur, compense en se proclamant lui-même le maître.

    À l’instar d’un papillon qui volette d’une fleur à l’autre, notre mental s’arrête sur nos expériences passées ou anticipe celles à venir en projetant ses propres productions visuelles. Il est rare que nous nous reposions dans la profondeur océanique de l’ici-maintenant. C’est pourtant ici, dans l’instant présent, que nous découvrons notre véritable moi, qui se trouve en quelque sorte derrière notre corps physique, nos émotions changeantes et notre mental bavard.

    Le plus grand triomphe du développement humain ne réside pas dans notre capacité à raisonner et à penser, bien que cela nous distingue du règne animal. L’intellect, tout comme l’instinct, est seulement un détail dans l’ensemble. Ultimement, notre destinée consiste à nous rebrancher sur
    l’Être essentiel qui est en nous et à exprimer notre réalité divine et extraordinaire dans le monde concret et ordinaire du quotidien. Facile à dire, mais pas facile à faire puisque ceux qui ont atteint les étapes ultérieures du développement humain sont encore rares.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER