Une Algérienne pas ZEN 1


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

 

C'est un comble, tu me reproches de ne pas vouloir de ton vivre ensemble ?

Français, Françaises, vous nous en voulez de ne pas vouloir ce que vous ne voulez pas : le partage.

Vous voulez nous priver encore une fois de notre part d'héritage... parce que, figurez-vous que nous aussi, nous sommes sensibles à la lumière... et ce ne sont pas vos lumières qui peuvent prétendre le contraire... nous sommes aussi des héritiers... enfants de la même liberté, parents de la même identité.

Hier, vous nous avez imposé la vôtre sous la torture

Aujourd'hui nous vous imposons la nôtre sans torture.

Vous apportez le beurre et nous le labeur, même si nous n'en faisons pas la même littérature.

Vous c'est la différence, toujours en quête d'identité.

Et nous, c'est l'identité en quête de différence...

France ! Si je te tourne le dos, je te témoigne de la confiance.

Je veux bien partager tes espoirs mais pas ta désespérance.

Comment tu m'appelles déjà ?

Les quartiers perdus de la République... les zones de non-droit, les foyers broyés par la haine ?

Tu projettes sur nous ta propre misère pour te donner l'impression d'avoir quelque chose à faire.

Non, bon français, le mal est déjà fait.

Seul le bien, reste à faire... pour coexister... en paix

Aime-moi, je t'aimerai.

Share Button


Commentaire sur “Une Algérienne pas ZEN

  • avatar
    Pascal

    Une perle d’Algérienne pas zen en réponse aux propos de Zemmour et cie.

    Je ne peux pas répondre à sa place, ceci dit, il n’en reste pas moins que moi j’aime ♥ ;o)

    Et c’est idiot ce qu’il dit. Peut considérer qu’il y a manque d’amour / manque de savoir aimer, manque de respect pour de l’identité-différence de la part de gens comme lui qui renforce la « division ».

    J’ai vu il y a quelques temps des bribes d’un reportage sur un des quartiers considérés les plus difficiles de France (Quartier impopulaire : https://www.youtube.com/watch?v=7K7JJtD64oQ ), qui se trouve à Toulouse, où si quelques-uns y laissent entendre qu’ils n’exploitent pas leur potentiel avec part de tort d’eux, ils évoquent aussi difficulté du fait des rejets / problèmes des politiques (un jeune d’une 20 ène d’année qui bien qu’il dit qu’ils peuvent se mettre des freins eux-mêmes, explique qu’il sait pas encore bien lire, qu’il apprend maintenant, à l’époque du tournage, parce qu’il était un enfant plutôt turbulent et que du fait qu’ils l’ont pas encouragé à apprendre, ça a favorisé son échec scolaire).
    De certains passages, où il est question de complotisme, façon dont le considère le journaliste, j’avais un peu peur que ça soit orienté un peu trop mainstream, mais en fait, non, si il aborde la difficulté que peuvent rencontrer des foyers, de la « délinquance » de jeunes, point question de haine, et il conclut plus ou moins en abordant l’effet des attentats du 13 novembre, de l’état d’urgence, répression policière, favorisant le repli des jeunes, et en terminant sur :

    « quand j’étais enfant, il pouvait m’arriver de me demander si j’étais plutôt juif ou plutôt Français, surtout quand les adultes parlaient de la guerre, mais par chance, je n’ai jamais eu à douter de ma citoyenneté française, on ne m’en a jamais demandé aucune preuve, ni aucune justification, c’est sécurisant et ça donne confiance en soi, je ne suis pas certain que les habitants du Mirail reçoivent le même message du pays dans lequel ils vivent ».

    Bref, je doute que les Zemmour changent de discours vu qu’ils en ont fait un peu comme une identité médiatique, mais qui sait ? Et en tout cas, j’espère que la France, politiciens, citoyens, éducateur et cie vous écouteront vous, sauront l’appliquer.


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER