Des crudités et des cruautés 2


FavoriteLoadingAjouter aux favoris

"Vous la préférez comment votre viande ? " Demande le garçon. "Plutôt crue... saignante ? Ou cuite à point ? "

Trois degrés de cuisson... Trois niveaux de civilisation :

Cru... moitié-cru moitié-cuit... et cuit à point. Lequel est le plus animal, lequel le plus humain ? Ça me rappelle, la série : Hannibal le cannibale où l'on voit l'homme dévorer son prochain avec un brin de raffinement.

Lévi-Strauss a aussi écrit et réfléchi là-dessus... entre le cru et le cuit... il y a toutes les nuances de la vie, de l'amour à la mort... l'os que s'arrachent Éros et Thanatos.

 

Ce ne sont pas les exemples qui manquent pour nourrir la réflexion :

- Le cru, paraît-il est tout un art... aussi vulgaire que Bigard... ouvrez-bien vos oreilles parce que vous n'en croirez pas vos yeux :

Monsieur est entrain de diner avec madame, sur une belle mélodie, mélodie Nelson de Gainsbourg... il fait chaud, c'est l'été, la canicule. Monsieur regarde madame manger, savourer son assiette de crudités, tomates, oignons, concombres à peine assaisonnés !

Il la regarde dans les yeux et lui dit : "Brigitte, chérie... après le diner, tu ne me verras pas pendant 3 minutes, quatorze secondes..."

"Pourquoi, tu vas descendre les poubelles ?" réplique la douce épouse

"Non ma belle... je vais te sodomiser..."

C'est cru comme chute ! C'est vulgaire... je vous la raconte pour vous distraire.

Les gros trouveront ça fin et les fins trouveront ça gras ou ingrat.

À chacun selon ce qu'il a sur les bras... ou sous les draps !

 

- Le deuxième niveau n'est ni cru, ni cuit, il est saignant.

Ce n'est pas vulgaire, c'est indécent comme art, c'est Neymar.

Ça va saigner se répètent tous les supporters parisiens qui se sont vu offrir sur un plateau, le futur ballon d'or par un État qui finance le terrorisme, qui n'a qu'un rêve : faire sauter le Parc des Princes !

Non, ils ne seront pas sodomisés mais atomisés... ridiculisés pour ne pas avoir réalisé que leur gloire ne sera jamais qu'artificielle : Ce n'est pas leur pied qu'ils vont prendre mais celui d'un autre. Le leur sera tôt ou tard arraché... c'est poignant... c'est saignant.

600 000 euros par semaine... ce n'est pas une sodomie, mais le prix pour que le Qatar nous creuse un tunnel en plein Paris.

 

- Le troisième niveau est selon toute vraisemblance, cuit à point. Ce n'est ni vulgaire, ni indécent, c'est affligeant !

Ça contient de l'affliction. L'affection y est, mais elle est mauvaise... proche de l'infection...

C'est Brigitte qui se lève tôt le matin, se précipite devant son miroir, se regarde dedans et ne se trouve ni belle, ni sensuelle et se dit : "Bien fait pour ta gueule Emmanuel."

Elle ignore jusqu'à quel point ou feint d'ignorer que c'est pour les Français que c'est cuit à point. Le bâtard va nous rendre tous ringards !

Le travail est fait en amont, les Français n'ont plus qu'à avaliser, qu'avaler sans mâcher leur propre chair... pour que la France ait ses millionnaires, il faut que les Français se mangent entre eux... y compris ceux qui n'ont plus que la peau sur les os !

Share Button


2 commentaires sur “Des crudités et des cruautés

  • avatar
    Pascal

    Huhuhu, une perle de brin d’humour, sur les degrés de cuisson – niveau de civilisation.

    La question posée pour la cuisson ne se pose pas en régime végé, du moins il ne me semble pas que cela doit se poser en resto comme pour de la cuisson de cadavres d’animaux, si ce n’est qu’il peut y avoir équivalence suivant les légumes et plats. Et me fait penser que j’étais tombé sur des conseils pour orienter son alimentation sur quasi que du cru / alimentation vivante (et qu’on me fasse pas le coup du cri de la carotte : Quelques réflexions au sujet de la sensibilité que certains attribuent aux plantes : http://www.cahiers-antispecistes.org/quelques-reflexions-au-sujetde-la-sensibilite-que-certainsattribuent-aux-plantes/ ), mais mis à part graines germées et légumes en lactofermentation de temps en temps, pas vraiment consulté les sites dont j’avais mis les adresses de côté, je viens de reconsulter un peu, y a des conseils-recettes (VEG et CRU, Alimentation vivante, végétalisme, crudivorisme : http://vegecru.com/

    Crudivorisme, L’alimentation vivante au bout des doigts : http://www.crudivorisme.com/

    C fait maison – Alimentation vivante : http://www.cfaitmaison.com/cru/cru-plan.html )

    après pour ceux qui ont baigné dans le carnisme, veulent se lancer dans l’alternative alimentaire, manquent de temps pour consulter les docs’, peut être intéressant de tenter le Veggie Challenge : https://vegan-pratique.fr/veggie-challenge/

    où c’est « distillé », peut permettre de se lancer par étapes.

    Bref, ceci dit, il est déconseillé de se manger soi-même ;o (bon ap’ ! XD), mais le cannibalisme me fait penser à un article que j’avais zyeuté cette année, sur peuple qui le pratiquait littéralement, sans toutefois à priori tuer les autres pour ça (pourrait parler de cannibalisme opportuniste) : Le cannibalisme chez les Guayaki : https://www.hominides.com/html/popup/cannibalisme/guayaki.html

    Et me suis posé la question pour les animaux, pour autant, je suis pas certain que je serais prêt à consommer des morts naturellement. Du fait du côté dispensable et des « risques » (le Kuru a fait pas mal de morts dans certains villages aborigènes).

    Re bref, nous n’arriverons probablement pas à faire évoluer le système économique avant un certain temps, mais je crois que même des millionnaires et la majorité des aspirants millionnaires pourraient préférer un autre tel que celui proposé par Friot : Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : http://www.dailymotion.com/video/x27bph2_bernard-friot-et-frederic-lordon-chez-tropiques_news

    Capsule temporelle

    Un beau jour de l’an 2217,
    alors qu’après moult conflits,
    entre les abîmes et les cimes, oscillant,
    l’humanité survivante poursuit sa quête
    plus ou moins en harmonie,
    en paix avec de l’environnement,
    s’ouvre une capsule temporelle
    sur la terre baptisée l’originelle,
    se découvre des bribes d’une autre ère,
    dont une lettre accompagnée, d’une poivrière ?
    Ah, non, de données à consulter,
    A lire sur un appareil à adapter :

    « Cher descendants de nos jours actuels, et de nos ascendants,
    des ascendants de nos ascendants,

    J’essaye de m’imaginer quelle pourra être votre vie, vos coutumes, votre technologie, l’état de la planète à votre époque, comment vous serez organisé, par rapport à ce qui domine à mon époque et les tendances et les émergences. La pauvreté, la misère, la richesse, les ultra-riches, seront-ils des notions qui vous seront inconnues ? Quelles seront vos lois formelles et informelles, vos doutes, vos croyances, votre foi, vos certitudes, l’état de vos connaissances ? Quelles seront vos frontières, vos régions ; Gaza, la Palestine, les Palestiniens auront-ils fini par avoir gain de cause ? Fabriquerez-vous un super ordinateur pour la grande question de l’existence, et obtiendrez-vous le même résultat que dans H2G2 ? Quel sera votre humour, ce qui vous indignera et ce qui vous fera être content ? Quel degré de cuisson préférerez-vous ? Ce qui ravira vos palais, votre éthique, votre philosophie, votre spiritualité, vos arts ? Y aura-t-il comme une uniformisation des opinions, ou restera-t-il une grande part de mystère en et entre chacun ?

    Comme j’aurais aimé qu’il existe une machine à voyager dans le temps pour savoir. Si vous en avez mis une au point, ou une façon de communiquer avec le passé grâce au boson de Higgs, serait-il possible que vous vous manifestiez d’une manière ou d’une autre du jour où je vous écris cette lettre ? Même si vous avez sûrement pour déontologie de ne pas interférer avec le passé, je vous promets de garder le secret et tout !

    Ah, je viens d’entendre du bruit, c’est vous ?! Ah, non, juste de la grosse grêle qui est tombée sur le toit et les volets. Bon, tant pis.

    Bref, je ne sais pas si les archives de notre époque, la masse de données pourra traverser les siècles, mais en France et dans le monde, il y a des choses qui sont pas tip top, manière de mener l’économie discutable, contestable, des chefs d’état qui sont néoconservateurs et caetera.

    Re bref, vous trouverez joint à cette lettre quelques documents vidéos sur l’état d’esprit de notre ère, sur la créativité, les craintes pour l’avenir, les aspirations et les saveurs de l’instant,
    Bien à vous,
    Pascal, un terrien Français de l’an 2017 après ce bon vieux J.C.

    P.S. : vous trouverez de quoi lire la vidéo dans la capsule temporelle, et de la documentation pour le mettre en état si le temps devait avoir altéré des composants. »

    Une jeune personne dans l’assemblée : « C’est qui ce bon vieux J.C. ? C’était une connaissance à lui qui est un repère pour leur temps ? »

    Une autre : « Il aurait fallu qu’il vive des millénaires ! A cette époque, les plus vieux, officiellement, ne dépassaient pas de beaucoup la centaine ! Et ce J.C., c’était le fondateur d’une religion, que certains pratiquent toujours, même si beaucoup moins nombreux ! »

    La jeune personne : « On regarde les vidéos ? »

    Après avoir regardé une intitulée Des crudités et des cruautés :

    La jeune personne : « Elle est géniale la femme qui a faite cette vidéo ! Par contre, j’ai pas tout compris sur des notions, c’est quoi une sodomie ? »

    Un aîné : « Oui, géniale, et euh, hum, c’est, euh, murmurer dans le dos de sa mie un peu comme un sot, un jeu pour tenter de lui faire plaisir, d’où sodomie ! »

    La jeune personne : « Ben, comme un sot, si c’est dans l’idée de lui faire plaisir, c’est un peu idiot, non ? »

    L’aîné : « Oui, ben, ils étaient pas très rationnels ! »

    L’épouse : « Hu hu, je ne suis pas certaine que nous le sommes plus ! »

    L’aîné – l’époux : « Oui, bon, si ce n’est qu’heureusement que le paradigme de notre époque est tout autre, sur ce genre de témoignage créatif on sent bien le chemin de notre civilisation ! »

    La jeune personne : « Oui, mais quand même, ils n’étaient pas un peu maso à être prêt à avaler leur propre chair ? »

    L’aîné : « Je ne crois pas que c’était littéral ! Il y avait des cannibales encore au 20 ème et des pratiques aux 21 ème, de ce que je me souviens des cours d’histoire, mais pas trop en France, je suis certain qu’elle l’a dit pour signifier symboliquement. Ce qui en est pas moins dommage, car ils avaient le potentiel pour ne pas se manger comme ça, mais bon, l’histoire a suivi son cours. Nous avons le nôtre ! »

    La jeune personne : « C’est pas tout ça, mais m’a donné faim, nous mangeons quoi, ce soir ? »

    L’aînée – l’épouse : « Des légumes surprises des terres communes marinés et mijotés avec ta sauce rouge préférée, avec du pain de coco, et du riz 1/2 complet légèrement fermenté et fruité, avec des morceaux de fruits de la forêt comestible, au dessert ! »

    « Miam ! »


Pour participer, vous devez vous connecter, au préalable vous enregistrer puis vous abonner si vous n'avez pas de compte. Les explications sont données sur la page de présentation que nous vous invitons à consulter. Au plaisir !

CONNEXION        S'ABONNER